Jean-Yves Lechevallier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lechevallier.
Jean-Yves Lechevallier
Point d'Orgue. Jean Yves Lechevallier.jpg

Point d'Orgue. Jean Yves Lechevallier

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
artiste plasticien, sculpteur et peintre
Formation
Site web
Œuvres réputées

Jean-Yves Lechevallier (né le [1] à Rouen) est un artiste plasticien, sculpteur et peintre français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Jacques Lechevallier, est architecte, aquarelliste et pastelliste[3], il grandit donc entouré de plans, d'esquisses et de maquettes. Lors d'un voyage de vacances en famille aux Baux de Provence, il récupère une pierre triangulaire utilisée pour caler la voiture; après l'avoir rapportée à Rouen, il entreprend de la façonner. Quelques années plus tard en 1966, un architecte urbaniste ami de la famille, Robert Louard[4],[5] demande au jeune homme de recréer cette première sculpture (la considérant comme un prototype), pour l'installer dans le nouveau quartier de logements dont il a la responsabilité sur l'île Lacroix à Rouen. C'est sa première commande officielle, il a 20 ans, et la sculpture porte le nom Voile, évoquant la voile d'un bateau. Sculpteur précoce, en 1961, à l'âge de 15 ans, il a présenté sa première exposition de sculptures animalières en pierre de Provence selon la technique de la taille directe à la galerie Prigent de Rouen[6].

Il est diplômé de l'École régionale des beaux-arts de Rouen et de l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Il travaille d'abord comme maquettiste pour l'architecte Daniel Badani[7].

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Il est influencé par les réflexions du sculpteur et poète Jean Arp autour des notions de Nature et Sculpture[8].

Ses œuvres sont très variées en termes de matériaux, de composition et de style (bas relief, haut relief, statuaire et caryatides, pièces monumentales). Il utilise les bois exotiques, la pierre et le marbre, les métaux: cuivre, fonte d'aluminium, bronze, acier inoxydable, le béton naturel simple ou avec inclusion de fibres (cridofibre, matériau dont il demande la mise au point au fabricant)[9], et enfin le polyester.

Certaines de ses œuvres sont classiques sans académisme, d'autres allient des matériaux a priori antagonistes mais se valorisant réciproquement[10].

Pendant les années de reconstruction, par la voie du 1% artistique et grâce à la politique culturelle française, il participe aux nombreux concours organisés par l'état et les municipalités, ces œuvres de commande s'inscrivent dans le paysage architectural des villes, dans les lieux publics; les jardins, les écoles, les casernes, les cités. Une de ses œuvres apparait d'ailleurs, pour anecdote, comme point de rendez-vous des protagonistes dans le film d'Alain Resnais[11], On connaît la chanson (2007), dont un des propos sous-jacents est une réflexion sur l'intégration de l'architecture de la deuxième moitié du XXe siècle au paysage urbain historique de Paris.

Sa préférence va aux œuvres monumentales en plein air, comme le dit Corinne Schuler : « By forcing art into confined spaces, you lose so much(....) of its beauty  », trad. : « en forçant l'art dans des espaces confinés, on perd tellement de sa beauté »[12].

Il est lauréat du concours de l'association Robert Schuman Pour l'Europe « La Flamme de l'Europe » à Scy-Chazelles, en 1977[13], pour le 20e anniversaire des traités de Rome. Le projet est soutenu par Jean Monnet et la sculpture est inaugurée par le président du Sénat, monsieur Alain Poher en présence de Otto de Habsbourg-Lorraine[14].

La sculpture Point d'orgue (1992) accrochée aux rochers, à l'entrée du Tunnel de Monaco, dont les surfaces convexes en acier poli se colorent et reflètent les nuances et les teintes changeantes, tendres ou violentes, de l'aube au crépuscule jusqu'à la nuit est une œuvre qui s'anime et participe de l'environnement, du paysage, de la nature.

fontaine Cristaux

La Croix des Gardes, de conception très pure, se dresse et scintille au sommet de la colline surplombant la Méditerranée, appartenant ainsi à la tradition des constructions symboliques en altitude dominant de larges horizons.

Une autre de ses prédilections va aux fontaines. Pierre Boulez lui rend d'ailleurs hommage pour la réalisation de la fontaine Cristaux dans un de ses entretiens télévisés sur Béla Bartók en 82[15].

Sa trajectoire créative explore et développe différents styles, ainsi après la série Humakos, (5 œuvres) dont Humakos V deux fois primée ; il passe à une exploration différente le temps d'une autre série, mais il reviendra à une série antérieure après maturation de plusieurs années; puisant ainsi l'inspiration dans sa propre création dans un mouvement de spirale et de ressort s'apparentant au processus hégélien. Ainsi, Spirale à Saint-Tropez , inaugurée en 2007 n'est pas sans filiation avec Polypores à Paris, 1983, ou Concrétion à Théoule-sur-Mer en 1987[réf. nécessaire].

Citations[modifier | modifier le code]

« La fontaine Béla Bartók de Lechevallier (...) évoque des cristaux de quartz géants émergeant du sol entre lesquels s'élancent des jets d'eau. Cette sculpture est exceptionnelle de rigueur et pureté géométrique ». Xavier de Buyer dans Fontaines de Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sélection d'œuvres :

Plus discrètes sont les œuvres commandées par différentes entreprises des secteurs de l'industrie privée ou d'État, en France pour l'École des Mines de Sophia Antipolis grâce à Pierre Laffitte et aussi à l'étranger[28].

D'autres sont encore plus confidentielles et appartiennent à des collections privées (Lincolnville) aux États-Unis, en France et à Monaco.

Galerie[modifier | modifier le code]

Expositions, salons et prix[modifier | modifier le code]

Une sélection:

  • Musée d'art moderne de la Fondation Enzo Pagani à Castellanza (Va) en Italie. 1973
  • Musée municipal de Mougins. 1993 (Sculptures, peintures et pastels)
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jeannet. (Galerie Quadrige). 1995
  • Sentiers de la Sculpture, Saint-Tropez. 2010
  • Salon de Mai. Paris. 1999
  • Salon Réalités nouvelles .Paris. 1972
  • 1er Prix de Sculpture (ECAL) au Space Camp de Patrick Baudry. 1991
  • Prix d'honneur de la ville de Grasse, Exposition pour l'Europe. 1990
  • Prix du concours de l'Association Robert Schuman pour l'Europe. 1977
  • Sélection pour la Fujisankei Biennale du Hakone Open Air Museum Musée en plein air de Hakone Japon. 1993

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des Arts plastiques modernes et contemporains de Jean-Pierre Delarge. Fiche 3593.
  • Catalogue de l'exposition Fujisankei Biennale organisée par le Hakone Open Air Museum (Utsukushi-Ga-Hara) Japon, 1993, page 104.
  • Catalogue de l'exposition Sentiers de la Sculpture, page 15[29].
  • Fontaines de Paris, éditions Diffusion Vilo, 1987, X. Buyer et F. Bibal. (1987), page 135. (ISBN 2-905-547-04-9)
  • Paris et ses fontaines, de la Renaissance à nos jours - Dominique Massounie, Pauline Prévost-Marcilhacy et Daniel Rabreau, délégation à l'action artistique de la ville de Paris, collection Paris et son patrimoine dirigée par Béatrice de Andia, Paris, 1995, pages 266, 307 et 308. (ISBN 2-905-118-80-6).

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie Jean Yves Lechevallier publicartmuseum
  2. Bibliothèque Kandinsky-Centre Pompidou- Centre de Documentation et Recherche, Musée National d'Art Moderne. C. Marty, Jean Yves Lechevallier. Nouvelles acquisitions-Juin 2014, page 48, pdf
  3. Jacques Lechevallier, Caensavezvous.fr
  4. Archiwebture. Cité Chaillot, objet 57185 -Ministère de la Culture- Architecture et Patrimoine
  5. Rouen magazine, # 396, page 14, pdf
  6. ledelarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains
  7. Archiwebture-Cité Chaillot -Ministère de la Culture- Architecture et Patrimoine
  8. Beddington fine art il a pour maître Jean Arp, qui disait : « L’art nous vient de la nature et doit y retourner par la main de l’artiste »
  9. cdoc.ensm-douai.fr Brevet
  10. Beddington fine art ..."recherchant en permanence le jeu des contrastes"
  11. Alain Resnais - Emma Wilson - Manchester University press, (2006), Page 188, (ISBN 0-7190-6406-6)- Google books
  12. dans les Sentiers de la Sculpture, page 18 Hurlingham_e-Mag/page_19.summer_2010
  13. Maison Robert Schuman, cg57.fr
  14. Sur la borne placée auprès du monument on peut lire: «La "Flamme de l'Europe" de Jean Yves Lechevallier a été inaugurée le 15 octobre 1977 par M. Alain Poher Président du Sénat en présence de S.A.I.R Otto de Habsbourg-Lorraine; M. Joseph Schaff, Maire de Montigny-les-Metz étant Président de l'association "Robert Schuman Pour L'Europe" à l'origine de cette réalisation. Le comité pour l'érection de la Flamme de l'Europe était présidé par MM. Jean Monnet, Premier citoyen d'honneur de l'Europe, Alain Poher et Georges Spinale, ancien Président du Parlement Européen»
  15. ina.fr, video I07339720
  16. Pariswater.com
  17. Var Matin, 27-06-2012
  18. E.D. Draguignan : L'œuvre d'eau dévoilée, Nice-Matin 12 décembre 2007
  19. Site officiel ville de Théoule sur mer
  20. site officiel ville de Cannes
  21. provence-alpes-corse-cote-azur.eglise-protestante-unie.fr/Toutes-les-actualites/Matin-de-Paques
  22. Artists and Their Museums on the Riviera - Barbara Freed, Alan Alpern - Harry N. Abrahms (1998) Pages 207 et 222, (ISBN 0-8109-2761-6)- Google books
  23. Tunnel de Monaco-wikia.com
  24. Ferrari- John Lamm, Chuck Queener- MotorBooks International, (ISBN 1-6167-3004-8)- page 241 - Google books
  25. ferrarilife.com
  26. omnicorse.it/magazine-f1-la-festa-di-natale-ferrari-e-due-inaugurazioni-a-maranello
  27. La Revue d'Azur, no 185, juin 2010
  28. ungerer.de
  29. dossier presse les sentiers de la sculpture

Liens externes[modifier | modifier le code]