Vocance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vocance.

Vocance
Vocance
Le siège d'une ancienne seigneurie.
Blason de Vocance
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Annonay-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Annonay Rhône Agglo
Maire
Mandat
Virginie Ferrand
2014-2020
Code postal 07690
Code commune 07347
Démographie
Population
municipale
607 hab. (2016 en augmentation de 4,12 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 07″ nord, 4° 33′ 12″ est
Altitude Min. 442 m
Max. 1 191 m
Superficie 17,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Vocance

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Vocance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vocance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vocance
Liens
Site web vocance.fr

Vocance est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Son territoire de 17 km2 s'étend de part et d'autre de la vallée de la Cance, avec un village qui s'étire de part et d'autre de la rivière, entre des hauteurs plus boisées. Le passé a laissé en témoignage quelques sites intéressants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Un environnement naturel, mais de plus en plus boisé.

La commune de Vocance est à 85 % couverte de forêts. Elles s'étendent surtout au sud jusqu'à la crête qui inclut le Suc de Vent, la Croix de Boiray et le Chirat Blanc. C'est au long de la vallée que sont installés la plupart des hameaux ainsi que le village. On peut y distinguer la partie plus ancienne du « Bourg » autour de l'ancien château et de la rivière; une partie plus développée autour de la route, de l'église et des services collectifs. 

Autour du village et des hameaux, la fermeture progressive des fermes entraîne peu à peu la disparition des prairies qui s'embroussaillent et se transforment peu à peu en forêts.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Huit communes sont limitrophes de Vocance[1], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Rose des vents Vanosc Villevocance, Roiffieux Rose des vents
Le Monestier N Saint-Alban-d'Ay
O    Vocance    E
S
Saint-Julien-Vocance Saint-Symphorien-de-Mahun Satillieu

Histoire[modifier | modifier le code]

La fortification en oppidum du Chirat Blanc atteste au moins que le secteur de Vocance était habité à l'époque gauloise.

Au Moyen Âge, la rivière Cance a été pendant un temps la limite entre deux seigneuries: la Maison d'Argental au nord, celle de Mahun au sud. Dès le XIe siècle sans doute, Vocance a été doté d'un important château, pour contrôler la route d'Annonay au Puy. Il en reste une partie encore assez importante.

L'industrie et l'agriculture étaient nettement plus actives en début de XXe siècle.

Après la Révolution, la population s'est longtemps maintenue entre 800 et 900 habitants, jusqu'au début du XXe siècle. Elle a ensuite assez bien résisté à l'exode rural grâce à la présence d'industries textiles. Mais l'usine la plus importante a fermé en 1983. Il reste quelques entreprises dans le travail du bois, mais un seul agriculteur à plein temps. Malgré tout, depuis les années 2000, la population arrive à se maintenir autour de 600 habitants.

La vie collective s'affirme très active au village, avec vingt associations et un Comité des Fêtes qui a été réactivé. Le nombre d'habitants relativement restreint est de nature à permettre à tous de se connaître et de se rencontrer. Cette situation devrait perdurer, car les dernières réglementations d'urbanisme limitent les possibilités de construction.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Fanget    
mars 2008 mars 2014 Denis Blanchet    
4 avril 2014 En cours
(au 24 avril 2014)
Virginie Ferrand[2] DVD Employée
Conseillère régionale

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 607 habitants[Note 1], en augmentation de 4,12 % par rapport à 2011 (Ardèche : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
733644802860867800876948948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
890851844896881858868875848
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
851978937832843743715740827
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
843823814699661619618583607
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Après la Révolution, la population s'est longtemps maintenue entre 800 et 900 habitants, jusqu'au début du XXe siècle. Elle a ensuite assez bien résisté à l'exode rural grâce à la présence d'industries textiles. Mais l'usine la plus importante a fermé en 1983. Depuis les années 2000, la population semble arriver à se maintenir autour de 600 habitants.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Photo du panneau disposé près de la D121 dans le but de promouvoir la Vogue annuelle organisé par les conscrits de Vocance.

Malgré sa taille réduite, la commune compte vingt associations. On pratique de la pêche, la musique en batterie fanfare, de la danse africaine, de la gym, du karaté, du yoga… Le Comité des Fêtes réactivé organise, depuis 2008, plusieurs animations dans l'année: carnaval, repas dansants, soirées festives, spectacles divers et une Déval'Cance tous les deux ans. L'association des Conscrits de Vocance participe également à faire vivre le village dans le respect de la tradition chaque année en chantant le Mai accompagné de jonquilles qu'ils offrent ainsi qu'en organisant une Vogue le weekend suivant la Sainte Croix en Septembre. La commune dispose d'une salle des fêtes sur les hauteurs du village, à proximité de la Maison d'Accueil des Personnes Âgées qui comporte dix logements.

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine textile la plus importante a fermé en 1983.

La seule activité qui reste est celle du bois, avec sept entreprises artisanales : quatre scieries, un bûcheron débardeur et deux transporteurs. Il ne reste plus qu'un agriculteur à plein temps, producteur de fromage de chèvre au hameau de Gaud. Les autres exploitants sont doubles actifs ou retraités. Quelques artisans sont installés sur la commune. La plupart des autres actifs travaillent à Annonay ou dans la Vallée du Rhône.

Au village, la mairie a permis l'installation d'une boulangerie en 2007. En 2010, l'installation d'une épicerie a moins bien marché. Mais elle a rouvert en 2013 avec une restauration de type bouchon. Il y a aussi un café tabac presse et une station d'essence.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Une façade encore impressionnante sur la rive gauche de la Cance.
Article détaillé : Château de Vocance.

Lieu de refuge et de justice, le château administrait les cinq communes de la vallée de la Vocance. Ses bâtiments étaient plus nombreux qu'aujourd'hui et constituaient une petite cité fortifiée, dominée par un donjon, sur la rive gauche de la Cance. Le site a appartenu à différentes familles, puis son déclin a suivi celui de la féodalité. Il reste de cet ensemble surtout ses bâtiments d'entrée, au bord de la rivière, que leur propriétaire actuel restaure progressivement. Le site est inscrit comme monument historique[7]. Il accueille de temps en temps des stages de musique ancienne.

La ferme forte de la « Détourbe »[modifier | modifier le code]

Un autre site fortifié subsiste au bord de la route d'Annonay : la ferme forte de la Détourbe, qui arbore une entrée dotée d'éléments défensifs.

L'église[modifier | modifier le code]

L'église du village a été construite en 1909-1910 en style néo-gothique. Elle est rattachée à la paroisse catholique Sainte-Claire d'Annonay-Vocance[8],[9].

L'oppidum du Chirat blanc[modifier | modifier le code]

Des traces d'une occupation prégauloise, sans doute momentanée.

Le chirat (l'éboulis) qui descend de son sommet se remarque assez facilement de loin. Mais l'originalité du Chirat blanc est surtout d'avoir été entouré d'une double enceinte de murs en pierres sèches, sans doute à l'époque gauloise. On y trouve aussi d'anciens emplacements de cabanes creusés dans le sol. Malgré tout, les diverses fouilles n'ont pas trouvé de vestiges domestiques. Son occupation a donc sans doute été très courte, pendant un danger momentané. Il a pu alors abriter quelques centaines de personnes[10].

Son accès n'est guère pratique en véhicule. On peut y accéder à pied par les chemins forestiers des hauteurs de Vocance, ou par le col du Rouvey à l'ouest, ou, du côté sud, par le village de Saint-Symphorien-de-Mahun.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vocance Blason Tiercé en pal : au 1er de gueules à trois abeilles d'or rangées en pal, au 2e d'azur à deux fleurs de lys d'or, l'une au-dessus de l'autre, à l'écusson de gueules chargé d'une ville fortifiée d'or, brochant en cœur, au 3e de gueules au mûrier au naturel surmonté de deux cocons de ver à soie d'or, posés en fasces, l'un au-dessus de l'autre[11].
Détails
Adopté par la municipalité.

Photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Vial, Vocance en Vivarais ; des origines au début du XIXe siècle (1983).
  • Bernard Vial, André Coront-Ducluzeau, 1789-1799 : la Révolution française en vallée de la Vocance (1989).
  • Le château de Vocance, Revue du Vivarais, 1913.
  • Le Chirat blanc, lieu de retranchement gaulois, Henri Müller, Revue du Vivarais, 1923.
  • Albin Mazon, Voyage autour d'Annonay (1901).
  • Guide officiel de l'Union Touristique Ardèche Verte (1991).
  • Archives municipales.
  • Reportages du Dauphiné libéré et notamment articles du 31 août 2013 de François Bassaget.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), « Communes - Géoportail », sur http://www.geoportail.gouv.fr, (consulté le 31 juillet 2014)
  2. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Château », notice no PA00116867, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Sainte-Claire d'Anonnay-Vocance », sur ardeche.catholique.fr, Église catholique en Ardèche (consulté le 24 décembre 2018).
  9. site 40000clochers.com
  10. Henri Müller, Le Chirat blanc, lieu de retranchement gaulois, Revue du Vivarais, .
  11. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées armorialdefrance