Renaud Capuçon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Renaud Capuçon
Description de cette image, également commentée ci-après
Renaud Capuçon en 2013.

Naissance (44 ans)
Chambéry (Savoie)
Activité principale Violoniste
Conjoint Laurence Ferrari
Famille Gautier Capuçon (frère)
Site internet renaudcapucon.com/fr

Renaud Capuçon, né le à Chambéry, est un violoniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre au conservatoire de sa ville natale à quatre ans, puis intègre le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris à l'âge de 14 ans dans la classe de Gérard Poulet[1]. Il en ressort trois ans plus tard avec un premier prix de musique de chambre et un premier prix de violon[2].

Durant les années qui suivent, il participe à de nombreux concours internationaux et intègre l'Orchestre des Jeunes de la Communauté économique européenne, puis l'Orchestre des Jeunes Gustav Mahler (en tant que premier violon) sous la direction de Claudio Abbado.

Il entreprend en parallèle une carrière de soliste, mais également de chambriste en jouant notamment avec Nicholas Angelich, Jérôme Ducros, Frank Braley, Hélène Grimaud, Gérard Caussé, ainsi qu'avec son frère cadet Gautier Capuçon.

En 1996, il fonde un festival à La Ravoire, à côté de Chambéry : les Rencontres artistiques de Bel-Air. Ce festival accueille, pendant près de dix ans, les plus grands instrumentistes de musique de chambre, comme Jean-Pierre Wallez, Michel Dalberto, Martha Argerich, Stephen Kovacevich, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Paul Meyer, Emmanuel Pahud ou encore Katia et Marielle Labèque.

En 2013, il crée le Festival de Pâques d'Aix-en-Provence, dont il est directeur artistique. Il participe aux Concerts de l'Avent[3]. Il est également depuis 2016 directeur artistique du Festival des Sommets Musicaux de Gstaad[4].

Il a, entre autres, enregistré de la musique de chambre de Ravel, Schubert, Brahms, ainsi que les concertos pour violon de Schumann et de Mendelssohn sous la direction de Daniel Harding.

Renaud Capuçon lors de La Folle Journée de Nantes, en 2009.

Le , il tourne dans le court métrage 7.57 am-pm, sous la direction de Simon Lelouch. On l'y voit interpréter La Mélodie d'Orphée de Christoph Willibald Gluck sur son Guarnerius, au milieu des voyageurs de la ligne 6 du métro de Paris, dans l'indifférence quasi-générale.

Le , suite aux interdictions de rassemblement liées à la pandémie de Covid-19, il demande au ministre de la Culture, Franck Riester, un plan d'urgence pour aider les artistes qui subissent des annulations de concerts[5]. Par ailleurs, pendant le confinement, il donne tous les jours des concerts en direct sur les réseaux sociaux[6].

Le vendredi 10 avril 2020, Renaud Capuçon anime la vénération de la couronne d’épines du Christ dans Notre Dame de Paris, à ciel ouvert et désertée par l'incendie et la pandémie du Covid-19[7],[8].

Instruments[modifier | modifier le code]

Renaud Capuçon commence sa carrière avec un instrument Vuillaume, un Guadagnini, puis un Stradivarius. En 2005, la Banque de Suisse Italienne (BSI) lui confie le Vicomte de Panette (1737), un Guarnerius qu'elle acquiert auprès de la succession Isaac Stern[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Les enfants Capuçon sont initiés à la musique par leurs parents mélomanes (mère au foyer, père dans l'administration des douanes). La sœur de Renaud Capuçon, Aude, est orthophoniste et leur frère, Gautier Capuçon, est violoncelliste[2].

Depuis 2009, Renaud Capuçon est marié à la journaliste Laurence Ferrari[10]. Ils ont un enfant, un garçon prénommé Elliott né le 8 novembre 2010[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Il obtient en 1992 un premier prix de musique de chambre et en 1993 un premier prix de violon au CNSMD de Paris puis, en 1995, le Prix de l’Académie des arts de Berlin. En 2000, il est nommé Nouveau talent de l’année aux Victoires de la musique classique, qui lui décernent en 2005 le titre de « Soliste instrumental de l’année ».

Il a reçu, en 2006, le Prix de violon "Georges Enesco" de la Sacem.

Discographie[modifier | modifier le code]

Renaud Capuçon est sous contrat avec Virgin Classics depuis 1999[15], puis depuis la fin de Virgin Classics en 2012, chez Érato/Warner[16].

. Avec l'Orchestre symphonique de Vienne, l'orchestre de l'Opéra de Paris, Philippe Jordan, Orchestre philharmonique de Radio France, Chung Myung-whun. CD Erato.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Une interview : Renaud Capuçon: "Cuando no toco paso mucho más tiempo en silencio que en compañía de la música
  2. a et b Isabelle Hanne, « Renaud Capuçon. Aboule l'oreille », sur liberation.fr, .
  3. « Les Concerts de l'avent reprennent », sur La Gruyère, (consulté le 14 avril 2019).
  4. Sylvie Bonier, « Renaud Capuçon nommé directeur artistique des Sommets musicaux de Gstaad », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 5 janvier 2020)
  5. Radio Classique, « Coronavirus : Renaud Capuçon demande un plan d'urgence à Franck Riester », sur Radio Classique, (consulté le 28 mars 2020).
  6. BFMTV, « Quand les artistes se livrent à des « concerts confinés » », sur BFMTV (consulté le 28 mars 2020)
  7. KTOTV, « Vénération de la sainte couronne d'épines a Notre Dame de Paris », sur ktotv.com,
  8. le Figaro avec AFP, « Prières dans Notre-Dame vide pour le Vendredi Saint, un an après l'incendie. », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (e-ISSN 0182-5852)
  9. [1]
  10. Laurence Ferrari a épousé Renaud Capuçon Paris Match, 3 juillet 2009
  11. Laurence Ferrari a accouché d'un petit Elliott Le Parisien, le 8 novembre 2010
  12. Décret du 25 mars 2016 portant promotion et nomination
  13. Décret du 13 novembre 2009 portant promotion et nomination
  14. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres - hiver 2019 », sur Ministère de la Culture (consulté le 3 juin 2019).
  15. « Renaud Capuçon reste chez Virgin Classics », sur qobuz.com, (consulté le 22 mars 2020) (contrat initié en 1999, renouvelé en 2011 pour 10 ans).
  16. « Un disque d’or pour Renaud Capuçon », sur francemusique.fr, (consulté le 22 mars 2020).
  17. Bruno Mantovani, Jeux d'eau (presse)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]