Jean-Guihen Queyras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queyras (homonymie).
Jean-Guihen Queyras
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Guihen Queyras, lors de La Folle Journée 2009

Naissance
Montréal, Canada[1]
Activité principale Violoncelliste
Activités annexes Professeur à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau
Collaborations Ensemble intercontemporain
Enseignement Pierre Boulez
Site internet www.jeanguihenqueyras.com

Jean-Guihen Queyras, né le à Montréal au Canada, est un violoncelliste classique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Guihen Queyras a longtemps été violoncelliste soliste de l'Ensemble intercontemporain alors dirigé par Pierre Boulez qui en a fait son protégé et l'a choisi pour recevoir le Glenn Gould Protégé Prize en 2002 à Toronto. Sa formation au sein de l'ensemble intercontemporain n'a pas empêché la diversité de son répertoire de violoncelliste, qui va de Bach, Haydn, Dvořák aux grandes œuvres du XXe siècle de Bartók et Britten, jusqu'aux grands contemporains comme Kurtág, Boulez et Dutilleux. Il a également créé les concertos pour violoncelle de jeunes compositeurs comme Ivan Fedele, Gilbert Amy, Bruno Mantovani et Philippe Schœller.

Il a été l'invité des grands orchestres internationaux, parmi lesquels l'Orchestre Philharmonia de Londres, l'Orchestre de Paris, et l'Orchestre symphonique de Tokyo. Il joue également de nombreuses œuvres pour musique de chambre, notamment au sein du quatuor à cordes Arcanto, qu'il a fondé avec Tabea Zimmermann, Antje Weithaas et Daniel Sepec.

Jean-Guihen Queyras est professeur à la Musikhochschule de Fribourg-en-Brisgau et codirecteur des Rencontres musicales de Haute-Provence à Forcalquier[2].

Depuis novembre 2005, il joue sur un violoncelle de Goffredo Cappa de 1696.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Musique classique - Jean-Guihen Queyras raconte les suites de Bach dans Le Devoir du 4 décembre 2010.
  2. Biographie sur grandsinterpretes.com.
  3. Lors de sa sortie ce disque a été distingué par Jean-Marie Brohm d'un « 10 » dans le magazine Répertoire no 155, mars 2000, p. 61 : « Quel disque de démonstration ! […] Ce programme permet à Jean-Guihen Queyras de faire valoir la richesse somptueuse de son timbre, sa justesse d'intonation dans tous les registres, des graves ténébreux aux aigus funambulesques, la puissance éruptive de son jeu incisif, profond et coloré et la finesse harmonique de l'espace sonore qu'il sait créer avec une souveraine maîtrise ». En outre il a été distingué d'un « Recommandé » dans le magazine Classica no 38 et d'un Diapason d'or no 487.
  4. Lors de sa sortie ce disque a été distingué d'un Diapason d'or no 569, mai 2009.
  5. Lors de sa sortie ce disque a été distingué d'un Diapason d'or no 552, novembre 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]