Miguel Ángel Estrella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Miguel Ángel Estrella (né probablement le [2]) est un pianiste classique argentin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Miguel Ángel Estrella est issu d'un milieu modeste : son père est le fils de paysans libanais émigrés en Bolivie (Estrella est la traduction de leur nom d'origine, Najem), sa mère est une criolla (créole) argentine avec des ascendances amérindiennes métissées.

Il fait des études de musique à Paris, où il est l'élève de Nadia Boulanger et de Marguerite Long.

Un défenseur des Droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

Il fuit le régime argentin en 1976 à cause des persécutions dont il fait l'objet de la part de la junte militaire. Il est détenu en Uruguay. Durant sa détention, il continue à jouer dans sa cellule avec un clavier muet. Il est libéré en 1980 à la suite des pressions internationales (en particulier de Yehudi Menuhin, Nadia Boulanger et Henri Dutilleux) ; il se réfugie alors en France.

En 1982, Miguel Angel Estrella fonde Musique Espérance dont la vocation est de « mettre la musique au service de la communauté humaine et de la dignité de chaque personne ; de défendre les droits artistiques des musiciens - en particulier des jeunes - et de travailler à construire la paix ». À partir de 1992, Musique Espérance est une O.N.G. reconnue par l'UNESCO.

Daniel Balavoine lui dédie sa chanson Frappe avec ta tête en 1983.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Beethoven, Concerto pour piano no 3 - Orchestre National De Lille, Dir. Jean-Claude Casadesus (mars 1984 - Sonatina 165 014-2)
  • Liszt, Sonate pour piano en si mineur, Mozart, Sonate Kv. 457 et Fantaisie Kv. 475 (14 novembre 1991 - Gallo 719)
LP
  • Miguel Angel Estrella ou La Musique en Prison : œuvres de Bach (2e Partita), Beethoven (Sonate 'La Tempète'), Béla Bartók (Bagatelles) et Tauriello (Quatre Sonatines) (concerts années 1970- Erato ERA 9193, pub. 1979 au profit du Comité de Soutien au pianiste argentin lorsqu'il était prisonnier en Uruguay)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain PÂRIS, Le Nouveau Dictionnaire des interprètes, Robert Laffont, (ISBN 9782221187555, lire en ligne)
  2. Contrairement aux autres sources, Alain Pâris, dans son Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, indique comme date de naissance le 8 juillet 1936[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]