Mondo cane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un film italien. Pour l'album de Mike Patton, voir Mondo Cane (album).
Mondo cane
Réalisation Paolo Cavara,
Gualtiero Jacopetti,
Franco Prosperi
Scénario Paolo Cavara,
Gualtiero Jacopetti
Acteurs principaux

Stefano Sibaldi (narrateur)

Pays d’origine Italie
Genre Mondo
Durée 1 heure 45 minutes
(105 minutes)
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mondo cane (Monde de chien, également un juron en italien) est un film documentaire italien sorti en 1962 et réalisé par Paolo Cavara, Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi.

Le film consiste en une série de petits documentaires sur les différentes pratiques culturelles à travers le monde dans le but de choquer ou de surprendre l'audience principalement occidentale, avec un banquet d'insectes et un culte du cargo dans le Pacifique Sud. Le style documentaire choc d'exploitation de Mondo cane a inspiré nombre d'imitations, tels que Shocking Asia ou la série de films Faces of Death.

Yves Klein mourut d’une crise cardiaque le , après avoir subi un premier malaise le 12 mai 1962 en assistant à l'avant-première de ce film au festival de Cannes, dans lequel une de ses performances publiques d'« anthropométries de l’époque bleue », réalisée pour l'occasion les 17 et 18 juillet 1961, fut coupée et dénaturée par un montage lascif et un commentaire le qualifiant de « peintre tchécoslovaque » et ridiculisant ses prétentions artistiques[1].

Il fut nommé pour la Palme d'or. Le thème musical principal du film, Ti guarderò nel cuore, fut écrit par Riz Ortolani et Nino Oliviero. Norman Newell y ajouta des paroles anglaises : la chanson devint More. En 1964, le thème fut nommé pour l'Oscar de la meilleure chanson originale. La jaquette du support vidéo, lors de sa sortie, indique que le film gagna un Oscar, alors qu'il ne fut que nommé.

Le film donna naissance à un nouveau genre cinématographique, le mondo.

Pour l'artiste américain Mike Kelley, Mondo cane offre un commentaire intéressant sur la question de l'invisibilité de l'auteur de film documentaire et voit dans le film des similarités avec le travail de jeunes artistes contemporains comme Cameron Jamie[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo : "Yves Klein humilié dans Mondo Cane", site dailymotion.com
  2. Interview de l'artiste par John C. Welchman dans Mike Kelley, Interviews, Conversations and Chit-Chat (1986-2004) Edited by John C. Welchman, JRP/Ringier & Les Presses du Réel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]