Chabuca Granda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maria Isabel Granda Larco
Description de cette image, également commentée ci-après
Chabuca Granda chantant
Informations générales
Surnom Chabuca Granda
Naissance
Cotabambas, Drapeau du Pérou Pérou
Décès (à 62 ans)
Miami, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale chanteuse, compositrice
Activités annexes poète
Genre musical musique péruvienne (criolla)

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Maria Isabel Granda Larco est née le dans la ville minière de Cotabambas, dans la Région d'Apurímac au Pérou[1].

Son père Eduardo Granda y Esquivel est né à Lima et travaille comme ingénieur à la mine. Sa mère, née à Trujillo, s'appele Teresa Larco Ferrari.

Elle se fait baptiser à Lima mais passe les trois premières années de sa vie dans les Andes. Entourée d'indiennes, elle fut marquée par leur gentillesse et en garda la chaleur pour les gens. Cela lui donna le courage de lutter contre le racisme très fort de son pays.

Malgré son éducation dans une école catholique et sa participation dans le chœur, puisqu'elle en devint directrice, elle côtoie la musique populaire. D'abord dans la ville balnéaire de Barranco, où elle vécut de 1925 à 1931, à cause de problèmes de santé (elle faisait de l'asthme), ensuite à Lima, quand elle vécut à la Place Dos de Mayo, quartier où les musiques noire et créole fleurissaient. Sa famille se lia avec une autre, où travaillait Victoria Angulo, la femme métis qui inspira La Flor de la Canela, sa plus célèbre chanson.

Elle prit des cours de guitare avec le compositeur Pablo Casas Padilla, mais cela dura peu, à cause de sa grande impatience. Elle faisait beaucoup de sport, particulièrement du tennis.

Sa carrière musicale[modifier | modifier le code]

Monument en mémoire de Chabuca Granda.

Chabuca Granda commence sa carrière musicale en chantant des boléros et rancheras mexicains dans les fêtes, clubs, etc. D'abord en duo, 'Luz y Sombra', puis avec les sœurs Gibson, Martha et Charo. C'est à la suite de ce trio, qu'elle a l'idée de composer. Sa première chanson, Lima de veras, est composée en 1950, alors qu'elle a 30 ans. D'ailleurs, elle gagne un prix avec cette chanson. Il y eut deux autres compositions avant la création de celle qui deviendra un hymne national, aux côtés d' « El Condor Pasa » de Daniel Alomía Robles.

Elle est introduite dans le cercle très fermé des meilleurs chanteurs et musiciens de Lima, par son amie Maria Isabel Sanchez Concha. Elle la mène chez Victoria Angulo, qui habite une petite ferme sur les bords du Rímac, centre de toute l'activité musicale, d'origine noire, qui se faisait à l'époque. Victoria était la sœur des Frères Augusto et Elias Ascuez, les principaux chanteurs de Marinera. C'est ainsi qu'elle eut l'idée de créer une chanson en hommage à Victoria, pour la remercier de son chaleureux accueil. Elle travaille comme conseillère pour Helène Rubinstein, dans la principale pharmacie de Lima, écrivant petit à petit sa chanson.

C'est à l'occasion de l'anniversaire du chanteur Jose Moreno, que Chabuca ouvre les fenêtres et s'exclame, s'adressant aux passants : « Dejame que te cuente, limeño » ce qui veut dire « Laisse-moi te conter, habitant de Lima ». Elle tenait le début de sa chanson.

Elle la chante la première fois le , jour des 48 ans de Victoria. Elle continue à composer, influencée par les gens qui croisaient sa route. En 1963, son père meurt et pour l'occasion elle crée la chanson Fina Estampa. Armando Manzanero en parle dans son autobiographie Con la musica adentro.

Ses compositions furent transformées par les grands guitaristes de l'époque, qui sans en enlever l'essence, améliorèrent l'harmonie.

Il faut dire que son style de chansons est d'inspiration afro-péruvienne, principalement la valse, mais aussi le tondero, la copla ou le lando.

Sa vie personnelle est marquée par son mariage en 1942 avec l'aviateur Demetrio Fuller Dacosta, avec qui elle a trois enfants et dont elle se sépare en 1952.

Elle meurt le à Miami aux États-Unis d'une ischémie cardiaque

Elle fut décorée en 1994 à titre posthume de l'ordre du mérite de la femme péruvienne car elle fut un exemple de courage devant les attaques de sa famille qu'elle subit en chantant des chansons populaires.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chabuca Granda | Estacion Tierra Mondomix | Musicas del Mundo », sur www.estaciontierra.com (consulté le 20 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :