Maurice Dommanget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dommanget.
Maurice Dommanget
Maurice dommanget.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
SenlisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Maurice Dommanget, né le à Paris 9e et mort le à Senlis (Oise), est un enseignant, syndicaliste révolutionnaire, historien de la Révolution française et spécialiste du mouvement ouvrier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et formation[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille modeste (son père est boucher), il passe ses premières années à Chouy (Aisne), près de Villers-Cotterêts et de Neuilly-Saint-Front. Après un passage à Compiègne, sa famille revient à Paris en 1899.

Après le certificat d'études primaires, il va au Cours complémentaire, où il obtient le brevet élémentaire, puis à l'école Turgot, où il obtient le brevet supérieur. Dès cette époque, il manifeste de l'intérêt pour l'histoire et la géographie, publiant son premier livre (sur la rivière Ourcq) à 18 ans.

Il obtient un poste comme instituteur suppléant[1] dans l'Oise, puis est titularisé à Montataire. En 1909, il part à Montbéliard faire son service militaire. À la rentrée 1911, il est affecté dans la petite commune de Morvillers, où il va rester de 1911 à 1948. En 1912, il épouse une collègue, institutrice à Méru, Eugénie Germain. La même année, tous deux signent le Manifeste des instituteurs syndiqués (ils le sont à titre individuel, en l'absence de syndicat dans l'Oise).

Son travail sur la Révolution dans le canton de Neuilly-Saint-Front le fait remarquer par Albert Mathiez ; il fera par la suite sous sa direction un DES sur Sylvain Maréchal, mais refusera de poursuivre une carrière universitaire.

Le militant[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté à Beauvais dans le service auxiliaire ; il se rapproche alors de militants zimmerwaldiens et à la fin de la guerre appartient à un groupe influencé par la révolution russe, la « Fédération communiste des soviets ».

Il devient secrétaire du Syndicat des instituteurs de l'Oise en 1919 et adhère au Parti communiste dès sa création en décembre 1920 (congrès de Tours), passant ensuite à la Fédération unitaire de l'enseignement public, quand est créée la CGTU, où les communistes sont majoritaires. Il est élu secrétaire général (national) de la fédération en 1926, réélu en 1927, puis laisse le poste en 1928 à Jean Aulas, tout en restant un élément de la direction et en occupant pendant de longues années le poste de secrétaire du Syndicat unitaire de l'Oise.

En 1929, il quitte le PCF et devient communiste oppositionnel (anti-stalinien) au sein de la Fédération unitaire. Lors du congrès de Bordeaux (août 1932), il n'hésite pas à haranguer Marcel Gitton, représentant de la direction du PCF, en lui demandant des explications sur les attaques dont certains militants sont l'objet dans L'Humanité. En 1934, après le congrès de Montpellier, il fait partie d'une délégation de l'opposition auprès de Trotski, alors exilé en France, mais leur discussion ne débouche sur rien de concret.

Le rôle de Maurice Dommanget diminue considérablement après la réunification de la CGT en 1936 et l'intégration de la Fédération unitaire dans la Fédération de l'enseignement. Cela lui permet d'accentuer son travail dans le domaine de la recherche historique. Au début de l'Occupation, il est révoqué par le gouvernement de Vichy et doit trouver d'autres ressources.

Rétabli dans son poste à la Libération, en 1944, il contribue à la reconstitution au sein de la Fédération de l'Éducation nationale (ex-FGE) de la tendance syndicaliste révolutionnaire, alors nommée Les Amis de l'École émancipée, aux côtés de Marcel Pennetier[2] et de Marcel Valière. Celui-ci sera en 1948 le coauteur de la motion « Bonissel-Valière » pour le passage à l'autonomie de la Fédération de l'Éducation nationale lors de la scission entre la CGT et la CGT-FO[3].

Attaché à l'indépendance du syndicalisme, Maurice Dommanget a aussi toujours soutenu le combat laïc et anticlérical, notamment au sein des groupes de libres penseurs de l'Oise.

L'historien[modifier | modifier le code]

Il ne joue plus par la suite de rôle de premier plan dans la direction syndicale, continuant de se consacrer essentiellement à son œuvre historique. Après sa retraite, il s'installe près de Senlis, à Orry-la-Ville.

Outre ses livres, il a écrit de très nombreux articles dans les revues L'École émancipée[4] et L'École libératrice[5].

« Spécialiste de Babeuf, de Blanqui et des blanquistes, il fut aussi l’historien des symboles, des chants, des drapeaux. Dans son bureau devenu un véritable musée Blanqui, Dommanget travailla jusqu’à sa dernière année à un recueil d’études sur Jean Jaurès »[2]. Sa qualité d'historien est attestée par le colloque universitaire qui a eu lieu à Beauvais en 1994, avec la participation, notamment, de Michel Vovelle

Citation[modifier | modifier le code]

« Toutes les couleurs de l’arc-en-ciel du socialisme intransigeant et révolutionnaire et y compris l’anarchisme communiste sont plus ou moins empruntées au Manifeste des Égaux » (Babeuf et la conjuration des Égaux, Spartacus, réédition 1989, p. 80).

Publications[modifier | modifier le code]

Révolution française
  • La Révolution dans le canton de Neuilly Saint-Front (Aisne), Beauvais, 1913 (réédition : , Paris, Office d'édition du livre d'histoire, 1995, [ (ISBN 2-84178-033-3)])
  • La Déchristianisation à Beauvais et dans l'Oise 1re partie, Besançon, Millot Frères, 1918.
  • Babeuf et la Conjuration des Égaux, Paris, Librairie de l'Humanité, 1922.
  • La déchristianisation à Beauvais et dans l'Oise 2e partie, Paris, Alcan, 1922.
  • Pages choisies de Babeuf , Armand Colin, 1935,
  • Jacques Roux, le curé rouge. Les "Enragés" contre la vie chère sous la Révolution, Paris, Spartacus, 1948.
  • Saint-Just, Paris, Archives révolutionnaires, 1971, 204 p.
XIXe siècle
  • Sylvain Maréchal, l'égalitaire, l'homme sans Dieu, Paris, Spartacus 1950.
  • Victor Considérant. Sa vie, son œuvre, Paris, Éditions sociales internationales, 1929.
    • Paris, 1953, Buenos Aires, 1956
    • Édition définitive en 1972 aux éditions de la Tête de Feuilles à Paris
    • Marseille, Le Mot et le Reste, 2006, 520 p., notice éditeur.
  • Édouard Vaillant, un grand socialiste, 1956, Paris, La Table Ronde, 529 p.
  • Blanqui et l'opposition révolutionnaire à la fin du second Empire, Paris, Armand Colin, 1960.
  • L'enseignement, l'enfance et la culture sous la Commune, Alençon, Librairie de l'Étoile, 1964, 175 p.
  • La Chevalerie du Travail française, Lausanne, Rencontre, 1967, 566 p.
  • L'Introduction du marxisme en France, Lausanne, Rencontre, 1969, 232 p.
  • « Présentation » de Paul Lafargue, Le droit à la paresse, Paris, Maspero, 1969 (La Découverte, 2009 : 63-179).
  • La Commune, Bruxelles, Éditions La Taupe, 1971, 302p. (comprenant la réédition de ses nombreux articles et brochures sur la Commune de Paris).
  • Auguste Blanqui au début de la IIIe République, Paris, Mouton, 1971, 164 p.
  • Eugène Pottier, membre de la Commune et chantre de l'Internationale, Paris, EDI, 1971, 170 p.
Divers
  • La Rivière d'Ourcq & ses affluents : étude historique et hydrographique, Compiègne, Imprimerie-librairie Decelle, 1906
  • Histoire du 1er mai
  • Le Curé Meslier, athée, communiste et révolutionnaire sous Louis XIV, Paris, Julliard, 1965 (rééd. : Coda, 2008), 336 p.
  • Histoire du drapeau rouge, Alençon, Librairie de l'Étoile, 1966, 502 p. (rééd. : Marseille, Le mot et le reste, 2006, 551 p.)
  • Les Grands Socialistes et l’éducation, de Platon à Lénine, Paris, Armand Colin, 1970, 470 p.
  • La Jacquerie, Paris, Maspero, 1971, 125 p.
  • Les belles figures du prolétariat : Eugène Varlin (1839-1871), préf. André Devriendt, La Ruche ouvrière, 1976, (OCLC 23400911).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À cette époque, les instituteurs, même issus des écoles normales primaires, ne sont pas bacheliers, le diplôme requis est le brevet supérieur.
  2. a et b Maitron.
  3. René Bonissel était un responsable du courant majoritaire de la FEN.
  4. Nadine Fresco, Fabrication d'un antisémite, Le Seuil, 1999, p. 577, indique la recension par Dommanget de l'ouvrage de Paul Rassinier, Le Mensonge d'Ulysse, ÉÉ, 9 décembre 1950.
  5. Recension du livre de Rassinier, Le Véritable Procès d'Eichmann, ÉL, 6 mars 1964 ; nécrologie de Paul Rassinier, ÉL, 19 avril 1968.
  6. Centre de recherches Espace Sociétés Cultures (Université Paris Nord), IUFM de Picardie, avec le soutien du Conseil général de l'Oise, de la DRAC de Picardie, des Archives départementales de l'Oise
  7. Communications de Francis Arzalier, Laurence Bénichou, Jacques Bernet, Joseph Berny, Jean-Pierre Besse, Serge Bianchi, Bernard Bodinier, Jean Deprun, Serge Deruette, Julien Desachy, Roland Desné, Gilbert Dorval, Mei Duanmou, Serge Ducrocq, Denise Fauvel-Rouif, Florence Gauthier, Wolfang Geiger, Jacques Girault, Christian Gut, Loic Le Bars, Franck Lecarpentier, Robert Legrand, Dominique Le Nuz, Erica Mannucci, Nicole Offenstadt, Claude Pennetier, Jean-Daniel Piquet, Philippe Raxhon, Janine Seux, Vladislav Smirnov, Michel Vovelle, Claudine Wolikow