Communauté de communes de la Picardie Verte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté de communes de la Picardie verte
Blason de Communauté de communes de la Picardie verte
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Forme Communauté de communes
Siège Grandvilliers
Communes 88
Président Jean-Louis Dor (Les Centristes)
Date de création 31 décembre 1996
Code SIREN 246000848
Démographie
Population 33 084 hab. (2015)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Superficie 633,19 km2
Localisation
Localisation de Communauté de communes de la Picardie verte
Liens
Site web http://picardieverte.com/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La Communauté de communes de la Picardie verte (CCPV) est une communauté de communes française, située dans le département de l'Oise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La CCPV, créée par arrêté préfectoral du qui a pris effet le lendemain[1], succède aux SIVOM de Formerie (23 communes, créé le 6 février 1965), de Grandvilliers (23 communes, créé le 6 février 1965), de Songeons (28 communes, créé le 27 juin 1972) et de Marseille-en-Beauvaisis (19 communes, créé le 21 juillet 1965).

Un syndicat d’aménagement et de développement (qui remplaçait le Syndicat du contrat de Pays picard) regroupe en janvier 1990 les 4 cantons, ainsi que celui de Crèvecœur-le-Grand

La commune de Quincampoix-Fleuzy, limitrophe de la Seine-Maritime et d'Aumale demande fin 2017 son rattachement à la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle, estimant qu'elle est plus liée au territoire de cette intercommunalité : traitement des eaux usées par la station d'épuration d'Aumale, utilisation de la déchèterie de Morienne, alimentation électrique par le syndicat départemental d'énergie de la Seine-Maritime... De même, les habitants fréquentent plutôt les services et commerces du secteur d'Aumale que ceux de la Picardie verte. Ce changement nécessite l'accord des deux intercommunalités et d'une majorité qualifiée des conseils municipaux de la CCPV, ou après avis favorable de la formation restreinte de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) et accord des préfets des deux départements concernés[2]. Le conseil communautaire de la Picardie verte du donne un avis défavorable à ce transfert, par 21 votes « pour », 52 votes « contre » et 5 abstentions, craignant le départ d'autres communes jouxtant d'autres intercommunalités[3].

Le , Boutavent est absorbé au sein de la commune nouvelle de Formerie, réduisant de ce fait à 88 le nombre de communes associées au sein de la CCPV[4].

Le territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

En 2019, la communauté de communes de la Picardie verte regroupe 88 communes rurales situées au nord-ouest du département de l'Oise, sur le Plateau picard et à proximité du Pays de Bray, soit l'ensemble des communes des cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille-en-Beauvaisis (à l'exception de Milly sur Thérain qui dépend de la communauté d'Agglomération du Beauvaisis), ainsi que certaines communes du canton de Songeons.

Elle est desservie principalement par la route départementale 901 (tronçon de l'ancienne Route nationale 1), l'A29 (Sortie 13), ainsi que par la ligne TER Picardie Le Tréport - Abancourt - Beauvais - Paris.

Composition[modifier | modifier le code]

En 2019, la communauté de commune regroupe les 88 communes suivantes, compte tenu de la fusion de Boutavent et de Formerie, qui forment une commune nouvelle[5] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Grandvilliers
(siège)
60286 6,64 2 995 (2014) 451


Abancourt 60001 Abancourtois 6,01 643 (2014) 107
Achy 60004 12,70 397 (2014) 31
Bazancourt 60049 3,15 129 (2014) 41
Beaudéduit 60051 3,72 210 (2014) 56
Blargies 60076 10,05 534 (2014) 53
Blicourt 60077 14,57 340 (2014) 23
Bonnières 60084 Bonnièrois 8,44 162 (2014) 19
Bouvresse 60098 2,80 174 (2014) 62
Briot 60108 Briotins 6,49 275 (2014) 42
Brombos 60109 Brombosiens 6,90 277 (2014) 40
Broquiers 60110 2,92 233 (2014) 80
Buicourt 60114 Buicourtois 3,51 142 (2014) 40
Campeaux 60122 11,46 537 (2014) 47
Canny-sur-Thérain 60128 5,92 226 (2014) 38
Cempuis 60136 Cempuisiens 9,38 530 (2014) 57
Crillon 60180 Crillonais 8,66 464 (2014) 54
Daméraucourt 60193 Daméraucourtois 8,57 224 (2014) 26
Dargies 60194 14,42 251 (2014) 17
Élencourt 60205 1,34 57 (2014) 43
Ernemont-Boutavent 60214 8,95 197 (2014) 22
Escames 60217 11,68 219 (2014) 19
Escles-Saint-Pierre 60219 Esclois 3,37 152 (2014) 45
Feuquières 60233 Feuquièrois 12,24 1 482 (2014) 121
Fontaine-Lavaganne 60242 Lavagannais 6,76 496 (2014) 73
Fontenay-Torcy 60244 5,96 128 (2014) 21
Formerie 60245 Formions 8,45 2 076 (2014) 246
Fouilloy 60248 Fouilloysiens 4,62 195 (2014) 42
Gaudechart 60269 Gaudechartois 5,71 355 (2014) 62
Gerberoy 60271 Gerboréens 4,51 91 (2014) 20
Glatigny 60275 3,63 222 (2014) 61
Gourchelles 60280 Gourchellois 2,23 130 (2014) 58
Grémévillers 60288 6,85 446 (2014) 65
Grez 60289 5,86 270 (2014) 46
Halloy 60295 Halloyens 3,84 453 (2014) 118
Hannaches 60296 9,52 153 (2014) 16
Hanvoile 60298 Hanvoiliens 5,88 615 (2014) 105
Haucourt 60301 Haucourtois 3,88 139 (2014) 36
Hautbos 60303 4,30 175 (2014) 41
Haute-Épine 60304 Haute-Épinois 6,73 268 (2014) 40
Hécourt 60306 7,47 154 (2014) 21
Héricourt-sur-Thérain 60312 4,35 127 (2014) 29
Hétomesnil 60314 7,84 290 (2014) 37
La Neuville-sur-Oudeuil 60458 3,70 338 (2014) 91
La Neuville-Vault 60460 4,52 163 (2014) 36
Lachapelle-sous-Gerberoy 60335 4,93 147 (2014) 30
Lannoy-Cuillère 60347 14,98 275 (2014) 18
Lavacquerie 60353 8,28 211 (2014) 25
Laverrière 60354 3,74 39 (2014) 10
Le Hamel 60297 Hamelois 7,86 171 (2014) 22
Le Mesnil-Conteville 60397 3,49 103 (2014) 30
Lihus 60365 16,03 401 (2014) 25
Loueuse 60371 Loueusiens 7,32 146 (2014) 20
Marseille-en-Beauvaisis 60387 8,26 1 449 (2014) 175
Martincourt 60388 5,08 136 (2014) 27
Moliens 60405 Moliennois 9,39 1 124 (2014) 120
Monceaux-l'Abbaye 60407 4,57 225 (2014) 49
Morvillers 60435 5,12 453 (2014) 88
Mureaumont 60444 Mureaumontois 4,74 144 (2014) 30
Offoy 60472 Offoyens 4,20 110 (2014) 26
Omécourt 60476 Omécourtois 8,71 196 (2014) 23
Oudeuil 60484 6,08 259 (2014) 43
Pisseleu 60493 2,88 469 (2014) 163
Prévillers 60514 5,18 215 (2014) 42
Quincampoix-Fleuzy 60521 9,22 403 (2014) 44
Romescamps 60545 10,48 577 (2014) 55
Rothois 60550 Rothoisiens 3,18 224 (2014) 70
Roy-Boissy 60557 10,96 339 (2014) 31
Saint-Arnoult 60566 7,90 207 (2014) 26
Saint-Deniscourt 60571 4,68 89 (2014) 19
Saint-Maur 60588 7,76 387 (2014) 50
Saint-Omer-en-Chaussée 60590 Audomarois 10,33 1 284 (2014) 124
Saint-Quentin-des-Prés 60594 10,80 296 (2014) 27
Saint-Samson-la-Poterie 60596 4,30 258 (2014) 60
Saint-Thibault 60599 10,62 306 (2014) 29
Saint-Valery 60602 4,52 64 (2014) 14
Sarcus 60604 13,04 267 (2014) 20
Sarnois 60605 5,56 348 (2014) 63
Senantes 60611 19,94 660 (2014) 33
Sommereux 60622 12,97 454 (2014) 35
Songeons 60623 13,53 1 078 (2014) 80
Sully 60624 4,83 164 (2014) 34
Thérines 60629 10,80 206 (2014) 19
Thieuloy-Saint-Antoine 60633 2,49 376 (2014) 151
Villers-sur-Bonnières 60688 4,02 157 (2014) 39
Villers-Vermont 60691 6,61 127 (2014) 19
Vrocourt 60697 4,40 36 (2014) 8,2
Wambez 60699 Wambeziens 4,54 160 (2014) 35

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2010 2015
25 72025 59125 76526 79228 45132 10933 084
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2015[6])


Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la communauté est en mairie de Grandvilliers[1], mais les bureaux sont 3, rue de Grumesnil - 60220 Formerie (Tél. : 03 44 04 53 90)

Les Élus[modifier | modifier le code]

La CCPV est administrée par son Conseil communautaire, composé de 115 conseillers municipaux représentant chacune des 89 communes membres.

Le conseil communautaire du 24 avril 2014 a élu son président, Jean-Louis Dor, maire d'Abancourt et son bureau pour le mandat 2014-2020, qui comprend le président, huit vice-présidents et de 14 autres membres. Il s'agit de :

vice-présidents 
  1. Pascal Verbeke, maire d'Hétomesnil, chargé de la culture, au tourisme, la communication ;
  2. Guy Masson, maire de Beaudéduit, chargé des ordures ménagères ;
  3. Fabienne Cuvelier, maire de Gaudechart, chargée des affaires sociales et de la petite enfance ;
  4. Lionel Bouchart, maire de Sarnois, chargé de l'économie et des finances ;
  5. Dominique Durand, 1er maire-adjoint de Fontenay-Torcy, chargé(e) de la prospective territoriale ;
  6. Jean-Pierre Estienne, maire de Feuquières, chargé de l'aménagement de l'espace et du territoire ;
  7. Patrick Périmony, maire de Blargies, chargé de l'assainissement et du développement durable ;
  8. Joël Bernardin, maire de Grémévillers, chargé des bâtiments communautaires et du sport ;
membres du bureau ;

François Dumars, maire de Songeons, Roger Baudart, maire de Buicourt, Laurent Daniel, maire de Hanvoile, Marie Dubut, maire de Marseille-en-Beauvaisis, Daniel Bisschop, maire de Rothois, Franciane Bizet, maire de Bonnières, Philippe Smessaert, maire de Pisseleu, Jacques Larcher, maire de Grandvilliers, Jacky Dumont, maire de Thieuloy-Saint-Antoine, Gilles Boyenval, maire de Halloy, William Bous, maire de Formerie, Philippe Van Ooteghem, maire de Moliens, Laurent Mylle, maire de Lannoy-Cuillère et Sylvie Coutard, maire de Campeaux[7], [8].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1997 2001[9] Gérard Maillard   Maire de Pisseleu (1983 → 2001)
Ancien président du SIVOM du canton de Marseille-en-Beauvaisis
2001[10] avril 2014 Hubert Trancart DVD Agriculteur
Maire d'Omécourt (2001 → )
24 avril 2014[7] En cours
(au 19 juillet 2017[11])
Jean-Louis Dor Les Centristes Retraité de la fonction publique
Maire d'Abancourt (2008 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions définies par le code général des collectivités territoriales. Il s'agit de[réf. nécessaire] :

  • Collecte, traitement, tri et valorisation des ordures ménagères
  • Secours et lutte contre l'incendie
  • Construction, entretien et gestion des équipements sportifs à vocation intercommunale (reprise des six équipements sportifs existants, constitués par les piscines de Formerie et de Grandvilliers et par la salle de sports de Saint-Omer-en-Chaussée, ainsi que les gymnases de Formerie, Grandvilliers et Marseille-en-Beauvaisis liés aux collèges ; réalisation éventuelle d'équipements nouveaux complémentaires
  • Aménagement de l'espace
    • Élaboration, suivi, modification et révision d'un Schéma directeur
    • Élaboration d'un Programme local de l'habitat (PLH)
  • Développement économique
    • Promotion de la Picardie Verte et prospection visant à l'accueil d'entreprises nouvelles
    • Étude, aménagement et commercialisation d'une ou plusieurs zones d'activités économiques intercommunales
    • Soutien au développement du commerce, de l'artisanat et des activités de services
    • Soutien au développement du tourisme
  • Logement et cadre de vie
    • Interventions en matière d'amélioration de l'habitat
    • Soutien aux opérations communales de toute nature dans le domaine du logement notamment les lotissements et le développement du locatif public et privé
  • Transports et infrastructures
  • Action sociale
    • Étude, soutien aux opérations communales et interventions directes éventuelles en matière d'accueil de la petite enfance, d'accueil périscolaire et d'insertion des jeunes (cantines et garderies périscolaires, structures d'accueil et d'information au service des jeunes)
    • Étude, soutien aux opérations communales et interventions directes éventuelles en faveur des personnes âgées (aide au maintien en particulier)
  • Protection et mise en valeur de l'environnement
    • Contrôle et entretien des systèmes d'assainissement non collectif des eaux usées
    • Étude ou travaux qui serait confiée à la communauté de communes par une ou plusieurs communes adhérentes en matière de réhabilitation des systèmes d'assainissement, collectif ou non-collectif
    • Études et soutien aux communes en matières d'assainissement des eaux usées
    • Entretien des rivières et cours d'eau et participation aux éventuels travaux réalisés en coordination avec les territoires et groupements voisins
  • Soutien aux projets communaux dans la limite de ses compétences
  • Enseignement (collèges)
  • Centres sociaux : bâtiments des centres sociaux, et soutien à leur fonctionnement
  • Culture / développement agricole
  • Politiques contractuelles avec l'État, la Région, le département et tout autre partenaire.

La communauté prend en 2016 la compétence voirie pour l’entretien de certaines routes communales. Le conseil communautaire définira sous deux ans la liste des voies concernées, qui devrait notamment comprendre les voies des zones d’activités. Cette compétence permettra également aux communes d'obtenir de meilleures conditions pour réaliser les travaux de réfection des voies dont elles conservent la charge[12].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, la communauté de communes perçoit une fiscalité additionnelle aux impôts locaux des communes, avec fiscalité professionnelle de zone (FPZ ) et sans fiscalité professionnelle sur les éoliennes (FPE)[1].

Elle collecte également la taxe d'enlèvement des ordures ménagères[1] (TEOM), qui finance ce service public.

Organismes de regroupement[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est membre du syndicat mixte fermé Trinoval, qui assure pour ses membres la collecte et le traitement des ordures ménagères[1].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Les premières activités de la CCPV ont été consacrées à la collecte des ordures ménagères et la gestion des piscines[13]. La livraison du complexe sportif et culturel de Songeons, comprenant un plateau d'évolution de 44 m × 22 m transformable en salle de spectacle de 120 fauteuils, est prévue au printemps 2008[14].

La CCPV contribue au développement du territoire (avec les trois zones communautaires d’activités, situées à Feuquières, Formerie et Grandvilliers) et assure certains services à la population dans le secteur de la petite enfance, de la culture, de la jeunesse et des nouvelles technologies. Elle crée en 2017 avec la maison de l’emploi et de la formation du Beauvaisis une cité des métiers à Grandvilliers, lieu de formation aux métiers recherchant des professionnels[15].

Elle a signé le 7 juillet 2017 avec l'État et le Département un « contrat de ruralité », qui prévoit la réalisation de projets d'aménagements destinés à favoriser le « maintien d'une ruralité vivante et décomplexée ». Ce programme de dix millions d'euros sur 4 ans, apporte à l'intercommunalité 1,7 million d'euros de subventions, destinés à :

  • la création d'une maison médicale à Marseille-en-Beauvaisis (accès aux services publics et aux soins) ;
  • création d'une station service automatique municipale à Songeons (revitalisation des bourgs centres) ;
  • la réhabilitation du bâtiment de l'ancienne gare d'Oudeuil (attractivité du territoire) ;
  • Optimisation du projet de déplacements solidaires intergénérationnels (mobilités) ;
  • Réactualisation de l'étude Méthanisation autour du pôle « viande Bigard » à Formerie (transition écologique et énergétique) ;
  • Réalisation de la maison d'accueil rural pour personnes âgées (MARPA) à Feuquières (cohésion sociale)[11] .

La CCPV s'est lancée dans un vaste programme d'assainissement, qui a permis à chaque commune de se doter d'un schéma d’assainissement et de lancer les travaux correspondants, bénéficiant d'un haut niveau de subventionnement, grâce à des financements particulièrement favorables.

La Communauté élabore son schéma éolien. Le président Hubert Trancard indiquait en 2007 qu' « en périphérie du territoire de la Picardie verte (il) devrait être possible d'implanter dans les années à venir quelque 80 éoliennes, de puissance variable[16] ».

Elle accueille en octobre 2017 dans 600 m2 de locaux commerciaux désaffectés de la zone d'activité communautaire de Grandvilliers une cité des métiers, qui s'inscrit dans un partenariat avec la maison de l'emploi et de la formation du Pays du Grand Beauvaisis, Pôle emploi et la chambre de métiers et de l'artisanat de l'Oise, et qui permet d'offrir des services de formation et d'information à destination de publics variés : jeunes, scolarisés ou non, demandeurs d'emploi, salariés en reconversion[17]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « CC de la Picardie Verte (N° SIREN : 246000848) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 22 décembre 2016).
  2. Matthias Schweinguth, « La commune souhaite quitter la CCPV : Le conseil municipal souhaite sortir de la communauté de communes de la Picardie verte et rejoindre la communauté de communes interrégionale Aumale - Vlangy-sur-Bresle », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3469,‎ , p. 9.
  3. Elie Julien, « Quincampoix-Fleuzy veut quitter la Picardie verte, les élus la retiennent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (www.leparisien.fr/quincampoix-fleuzy-60220/quincampoix-fleuzy-veut-quitter-la-picardie-verte-les-elus-la-retiennent-26-01-2018-7524225.php, consulté le 27 janvier 2018).
  4. « Arrêté préfectoral du 28 septembre 2018 portant création de la commune nouvelle de Formerie », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise,‎ , p. 16-17 (lire en ligne [PDF], consulté le 3 janvier 2019).
  5. « La commune reste en Picardie Verte », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3519,‎ , p. 9.
  6. INSEE, Recensement général de la population 2015, Document mentionné en liens externes.
  7. a et b « Jean-Louis Dor succède à Hubert Trancart : Le maire d'Abancourt succède à celui de Omécourt. Hubert Trancart était président de la communauté de communes depuis 17 ans », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3287,‎ , p. 6
  8. « Résultats Elections Communautaires - Scrutin du 24 avril 2014 » [PDF], sur http://www.picardieverte.fr (consulté le 30 mai 2014)
  9. Jean Heurtebise, « Gérard Maillard tire le bilan de sa présidence », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017).
  10. Jean Heurtebise, « Hubert Trancart, président de la communauté de communes », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2017) « Président fondateur de la communauté de communes de la Picardie verte, Gérard Maillard a installé, jeudi soir, les nouveaux délégués des communes avant de laisser sa place à Hubert Trancart (Omécourt), déjà vice-président, qui a été élu à la présidence par 97 voix sur les 99 suffrages exprimés ».
  11. a et b Aurélie Géraux, « Signature du contrat de ruralité CCPV : Formerie : le vendredi 7 juillet 20017, M. le préfet de l'Oise, Didier Martin, et M. Jean-Louis Dor, président de la communauté de communes de la Picardie Verte (CCPV), ont procédé à la signature du contrat de ruralité de la Picardie Verte », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3455,‎ , p. 10.
  12. « Voirie, nouvelle compétence pour la Picardie verte », Le Courrier picard, édition de Grandvilliers, no 3415,‎ , p. 4.
  13. Les deux piscines existaient antérieurement à la création de la CCPV. Celle-ci les a réhabilité en 2000, pour la piscine Océanede Grandvilliers, et en 2003 pour la piscine Atlantis de Formerie
    La communauté a bénéficié d'une subvention de 80 % pour la réalisation de ces réhabilitations, et le coût de fonctionnement des 2 équipements est de l'ordre de 700 000 €/an, selon D. Bisschop, cité dans la revue Picardie verte de no 34, octobre 2007
  14. Source : revue Picardie verte no 35, décembre 2007
  15. Matthias Schweisguth, « Une cité des métiers à Grandvilliers en 2017 : La communauté de communes de Picardie verte et la maison de l’emploi et de la formation du Beauvaisis conduisent ce projet », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3397,‎ , p. 6.
  16. Oise Hebdo no 683 du 4 avril 2007.
  17. P.E.R., « La Cité des métiers ouvrira débit octobre », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3519,‎ , p. 7.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le livre de la Picardie verte : l'émergence d'un territoire, 1997-2006, éd. Sync city international

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]