Montberaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montberaud
Montberaud
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Garonne
Maire
Mandat
Raymond Denjean
2020-2026
Code postal 31220
Code commune 31362
Démographie
Gentilé Montberaudois
Population
municipale
207 hab. (2018 en diminution de 3,27 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 21″ nord, 1° 08′ 38″ est
Altitude Min. 265 m
Max. 474 m
Superficie 15,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Cazères
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montberaud
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montberaud
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montberaud
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montberaud

Montberaud est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montberaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Montberaud se trouve dans le sud de la Haute-Garonne, limitrophe avec le département de l'Ariège et le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises au sud[1], dont elle est séparée par le cours du Volp[2].

Toulouse est à 58 km au nord[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Montberaud et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Volp et son affluent le Ruisseau de la Boussège.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 587 hectares ; son altitude varie de 265 à 474 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la D86 ancienne route nationale 627 et la D35.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montberaud est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,6 %), zones agricoles hétérogènes (25,6 %), prairies (25,5 %), terres arables (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'abri de Buholoup se trouve à environ 1 200 m au sud du bourg, en rive gauche (côté nord-est) du Volp, à une vingtaine de km en aval des grottes du Volp au sud-est[2]. Il est a 310 m d'altitude et mesure environ 7 × 5 m[10]. Il a fait l'objet d'une fouille programmée de 1988 à 1993 avec l'équipe de François Briois[11] et Jean Vaquer[12]. Cet habitat saisonnier de chasseurs-cueilleurs a été occupé à l'Épipaléolithique, au Mésolithique et au Néolithique ancien[11]. La transition de la fin du Paléolithique se traduit par une occupation azilienne (environ 12 000 à 9 600 ans av. J.-C, fin du Magdalénien)[13], et notablement par une occupation laborienne[12]. Sa stratigraphie de longue durée[14] recouvre l'Azilien, le Sauveterrien ancien, le Montclusien, le Mésolithique final du type Dourgne-Gazel et le Néolithique ancien péricardial[15].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

À partir du moyen Âge jusqu'à sa disparition en 1790 pendant la Révolution française, Montberaud faisait partie du diocèse de Rieux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[16],[17].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne de la Communauté de communes Cœur de Garonne et du canton de Cazères. Avant le Montberaud faisait partie de la communauté de communes du canton de Cazères.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Raymond Denjean   Artisan
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19]. En 2018, la commune comptait 207 habitants[Note 3], en diminution de 3,27 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571578629715760803781777788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
752700663604563583555527502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
470460428331309295291256218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
176195170152167166194210211
2018 - - - - - - - -
207--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[22] 1975[22] 1982[22] 1990[22] 1999[22] 2006[23] 2009[24] 2013[25]
Rang de la commune dans le département 334 384 364 378 398 382 379 381
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est principalement basée sur l'agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montberaud fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du canton de Cazères[26].

Une déchèterie intercommunale gérée par la communauté de communes est présente sur la commune de Mondavezan[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Montberaud », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  2. a b et c « Montberaud, carte IGN interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  10. [Philibert 2002] Sylvie Philibert, Les derniers ”sauvages” : Territoires économiques et systèmes techno-fonctionnels mésolithiques (thèse de doctorat de l'EHESS), BAR International Series 1069, , 193 p. (lire en ligne [PDF] sur hal.archives-ouvertes.fr), p. 45.
  11. a et b « François Briois », sur traces.univ-tlse2.fr (consulté le 6 février 2021).
  12. a et b [Barbaza 1997] Michel Barbaza, « L'Azilien des Pyrénées dans le contexte des cultures de la fin du Tardiglaciaire entre France et Espagne », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 94, no 3,‎ , p. 315-318 (lire en ligne [sur persee]), p. 317.
  13. Collectif, La Recherche archéologique en France : Bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, , 460 p. (lire en ligne), p. 68.
  14. Philibert 2002, p. 12.
  15. [Briois & Vaquer 2009] François Briois et Jean Vaquer, « L'abri de Buholoup. De l'Épipaléolithique au Néolithique ancien dans le piedmont central des Pyrénées », dans De Méditerranée et d'ailleurs… Mélanges offerts à Jean Guilaine, Toulouse, Archives d'Écologie Préhistorique, , sur academia.edu (lire en ligne).
  16. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  17. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 21 août 2020).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  26. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/services/ordures-menageres.html
  27. http://www.cc-canton-cazeres.fr/fr/services/dechetterie.html

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.