Marine argentine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marine argentine
Armada de la República Argentina
Image illustrative de l'article Marine argentine

Période 1810
Pays Argentine
Type Marine
Équipement 42 navires
Guerres Guerre d'indépendance argentine
Guerre de Cisplatine
Guerre de la Triple Alliance
Guerre des Malouines
Commandant Amiral Jorge Godoy
Commandant historique Amiral Guillermo Brown
Pavillon de beaupré de la marine argentine (Ratio 50:57)

La marine de la république argentine (Armada de la República Argentina ou ARA en espagnol) est la marine de guerre de l'Argentine. Elle est l'une des trois branches des forces armées argentines, avec l'armée de terre et la force aérienne.

Le jour de la marine argentine est célébré le 17 mai, date anniversaire de la victoire remportée sur la flotte espagnole en 1814 lors de la bataille de Montevideo durant la guerre d'indépendance[1].

Chaque navire de la marine argentine est désigné par le préfixe ARA.

Histoire[modifier | modifier le code]

Navire de la classe Rivadavia en construction aux États-Unis pour la marine argentine en 1912. Deux navires de ce type entrèrent en service en 1914–1915 et furent utilisés jusqu'en 1956.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La marine argentine fut créée aux lendemains de la révolution de Mai en 1810. Il fallut cependant attendre 1814, pour que, sous la direction du Lieutenant-colonel irlandais William Brown, elle devienne un acteur décisif dans la guerre d'indépendance contre l'Espagne.

Vers la fin du XIXe siècle, elle se modernisa en achetant des navires de construction italienne, britannique, française ou espagnole pour être composée en 1900 de :

Les plus puissants de ces bateaux étaient le Garibaldi et ses sister-ships, les General Belgrano, Pueyrredón et le San Martín, construits en Italie à partir de 1895 et de plus de 6 000 tonnes ; ainsi que trois navires plus anciens, les Almirante Brown, Independencia et Libertad qui remontaient, eux, aux années 1880[3].

L'ensemble de ces navires étaient manœuvrés par plus de 600 officiers et 7760 matelots et soutenu par un bataillon d'infanterie de marine et une batterie d'artillerie[4].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Guerre des Malouines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre des Malouines.

Conséquences[modifier | modifier le code]

De nos jours[modifier | modifier le code]

En 2012, seuls 15 navires sont en condition d'opérer. La flotte est à court de pièces de rechange et de ressources pour la formation et la maintenance[5].


Flotte[modifier | modifier le code]

La flotte argentine se compose de 42 navires. Quatre destroyers et trois sous-marins d'attaque (SSK) forment sa composante centrale, à côté de neuf corvettes dédiées, elles, à la défense côtière.

Forces sous-marines[modifier | modifier le code]

ARA San Juan (s-42)

Fondées en 1927, les forces sous-marines sont basées à Mar del Plata. Elles se composent de deux sous-marins d'attaque de classe TR 1700, un de Type 209 ainsi que d'une unité d'élite, les Buzos Tácticos. Deux petits bâtiments, les ARA Punta Mogotes (P-65) et ARA Luisito (Q-51), en dépendent également pour des besoins d'entraînement.

Aéronavale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aviation navale argentine.

Le commandement de l'aviation navale (COmando de Aviación Naval ou COAN en espagnol) fut fondé en 1916 et devint célèbre en 1982 lors de la guerre des Malouines. Depuis 1999 et le retrait du service actif du porte-avions ARA Veinticinco de Mayo (V-2), les avions argentins opèrent depuis le porte-avions brésilien NAe São Paulo (A12).

Elle dispose de 37 avions et 10 hélicoptères.

Infanterie de marine[modifier | modifier le code]

IMARA LVTP-7

L'infanterie de marine argentine (Infantería de Marina de la Armada de la República Argentina ou IMARA en espagnol) est une force de combat terrestre dépendant de la marine.

Service hydrographique[modifier | modifier le code]

Créé en 1879, le Servicio de Hidrografia Naval dépend également de la marine argentine et produit des services hydrographiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Historia de la Armada Argentina
  2. Keltie 1900, p. 349
  3. Keltie 1900, p. 349
  4. Keltie 1900, p. 349-50
  5. (en)« Argentine navy short on spares and resources for training and maintenance », sur Mercopress,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 27 novembre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ignacio Amendolara Bourdette, Guia de los buques de la Armada Argentina 2005-2006 (ISBN 987-43-9400-5).
  • (en) J.S. Keltie (dir.), The Statesman's Year-Book : Statistical and Historical Annual of the States of the World for the Year 1900., New York, Macmillan,‎ 1900

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :