Marine nationale (Cameroun)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marine nationale.

La Marine nationale du Cameroun est la composante navale des Forces armées camerounaises.

Présentation de la Marine nationale[modifier | modifier le code]

Répondant à un besoin de sécurisation des approches maritimes camerounaises, la Marine nationale voit le jour le 5 mai 1961 avec la réception par l’État du Cameroun de trois unités navales : « La Patrie du Cameroun », « l’Indépendance » et « La Réunification ». Confiée dès cette naissance à l’assistance technique française, elle passe sous commandement camerounais à partir de l’année 1973. Plusieurs réformes viendront ensuite modeler sa taille et son fonctionnement, lui permettant de s’adapter aux défis de son temps. Aujourd’hui, la Marine nationale dispose :

  • d’un état-major implanté dans la capitale Yaoundé, ayant à sa tête le contre-amiral Jean Mendoua.
  • des structures situées sur la façade maritime notamment :

o Composante fondamentale de la Marine Nationale, les Forces de Surface sont une Grande Unité Navale dont la création, par décret n°2002/036 du 04 février 2002 o Le poste de commandement des Forces de Surface est implanté à Douala dans la 2eme Région Militaire Interarmées. o On trouve dans cette même Région et implantées à Douala: o - la 21° Flottille de Combat ; o - la 22°Flottille de Surveillance ; o - la 23°Flottille de soutien et de transport; o Dans la première Région Militaire Interarmées, il existe également trois Flottilles: o 11°Flottille de Combat, o 12° Flottille de Surveillance et o 13° Flottille de soutien et de transport o avec les Divisions correspondantes.

    • des forces de fusiliers marins et nageurs de combat constituées de trois bataillons de fusiliers marins et d’une compagnie de nageurs de combat,
    • d’organismes de soutien comprenant trois bases navales, un chantier naval, des ateliers navals, des écoles et centres d’instruction. Ce dispositif cohérent lui permet d’exercer ses missions traditionnelles de défense des eaux territoriales et de conduite de l’action de l’État en mer.

o CENTRE DES OPERATIONS MARITIMES (COM) créé par DECRET N°2007/290/CAB/PR DU 1er NOV 2007 Portant organisation et conduite de l’Action de l’Etat en Mer et sur les voies navigables. Dans le cadre particulier de cette dernière mission, la Marine nationale effectue des missions de service public, notamment la recherche et le sauvetage des vies humaines en mer, la protection de l’environnement, la lutte contre les pollutions en mer ainsi que la sécurité de la navigation; mais aussi des missions de police générale et de souveraineté en mer en l’occurrence la surveillance maritime, les contrôles, la lutte contre les trafics illicites ainsi que le maintien et le rétablissement de l’ordre sur cet espace.

Équipements[modifier | modifier le code]

  • Patrouilleur Bakassi - P104 (type PR48). Déplacement: 270 tonnes (308 tonnes pleine charge); Équipage : 39; Armement : 2 x 40mm + 2 x 12,7mm[1]. Commissionné en 1983 et modernisé en août 1999 à Lorient (la modernisation du bâtiment inclut le retrait du système d'arme Exocet et l'installation de nouveaux radars afin d'accroître la disponibilité opérationnelle du navire).

Les nouvelles acquisitions • CNS LA SANAGA : de construction chinoise acquis eu 2013 • CNS LE NTEM : de construction chinoise acquis en 2013 • CNS DIPIKAR : est le Patrouilleur Grèbe de la marine française Construit par les chantiers SFCN à Villeneuve-La-Garenne, le patrouilleur Grèbe a été lancé le 16 novembre 1989 et est entré en service le 6 avril 1991 et retiré du service actif de la marine française en novembre 2010. Essentiellement des missions de service public qui se décomposent en : • surveillance des pêches ; • contrôles à bord des navires de pêches étrangers et nationaux ; • missions de recherche et de sauvetage ; • missions de lutte contre la pollution ; • missions de défense côtière du littoral et dans la Zone Économique Exclusive.

 Caractéristiques principales du Dipikar 

Déplacement : 300 t (410 pc) Dimensions (mètres) : 52 (44,5 pp) x 9,80 x 2,75 mètres Vitesse : 18 nœuds Électronique embarquée : Un radar DRBN-34, 1 radar Koden Armement : 2 mitrailleuses de 12,7. Propulsion : 2 diesels SACM-Wartilä RVR UD 33 V12 M6 - 2 hélices à pas orientables. Système de propulsion auxiliaire avec 2 moteurs électriques de 90 kW (V: 7,5 nds) pour l'allure économique. Puissance : 4 800 ch (3 530 kW). Distance franchissable : 4500 nq à 12 nœuds. Autonomie : 15 jours. Usine électrique : 370 kW (2 diesels-alternateurs de 150 kw pour propulsion et alimentation bord - 1 de 70 kw pour le mouillage) Équipage : 4 officiers + 9 officiers mariniers + 6 quartier-maitres et matelots + 5 passagers. • Très bonne tenue à la mer grâce à une carène en V optimisée et à une largeur très importante qui auto stabilisent le navire sur toute la plage de vitesse jusqu'à mer force 4 ; • Centrale de surveillance informatisée ; • Radier à l'arrière pour embarcation EDL 700, ce qui permet sa mise en œuvre pendant que le bâtiment fait route à faible vitesse (canot propulsé par Water Jet V max. 30 nds) ; • 1 zodiac 40 CV ; • 1 canon à eau de 400 m3/h pour l'assistance incendie ; • Capacité anti-pollution (deux réservoirs dispersants de 7 m3) ; Armement : 2 mitrailleuses de 12,7 mm

  • Patrouilleur L'Audacieuse - P103 (type PR48). Déplacement: 250 tonnes; Équipage : 25; Armement : 2 x 40mm. Le statut opérationnel de l'Audacieuse est soumis à caution, n'étant pas apparu à la mer depuis 1995. Il sert de navire d'instruction à quai.
  • Patrouilleur Quartier-Maître Alfred Moto. Déplacement: 96 tonnes (pleine charge). De construction gabonaise (1973). Décommissionné en 1991, il a été réactivé en 1996 pour la surveillance côtière et le transport de troupes[2]. Armement: 2 x 12,7mm
  • 2 patrouilleurs (type Rodman 101) de construction espagnole, le Akwayafe - P106 et le Jabane - P107. Déplacement : 46 tonnes (pleine charge). Armement : 2 x 12,7mm. Reçus en octobre 2000.
  • 4 patrouilleurs (type Rodman 46) de construction espagnole. L' Idabato - VS201, l' Isongo - VS202, le Mouanko - VS203 et le Campo - VS204. Déplacement : 18.5 tonnes (pleine charge). Armement : 1 x 12,7mm. Reçus en octobre 2000.
  • 2 patrouilleurs (type Swiftships) de construction américaine. Déplacement : 12 tonnes (pleine charge). Armement : 2 x 12,7mm + 2 x 7,62mm. 30 ont été commandés en 1986 et livrés entre mars 1987 et mai 1988. Remotorisés en 2002.
  • 4 vedettes de 11m de construction française. Déplacement : 8 tonnes (pleine charge). Armement : 1 x 7,62mm
  • 4 vedettes de 9m de construction française. Déplacement : 4 tonnes (pleine charge). Armement : 1 x 7,62mm. Ces vedettes sont armées par la gendarmerie et les douanes.
  • 2 LCM (type Betika). Le Betika (1979) de construction ivoirienne et le Bidundi de construction française (1983). Déplacement : 57 tonnes (pleine charge). Les deux bâtiments sont désactivés.
  • 2 LCM (type Yunnan) de construction chinoise. Le Debundsha et le Kombo A Janea furent transférés en octobre 2002. Déplacement : 80 tonnes (138 pleine charge). Capacité : 46 tonnes.
  • 1 baliseur Nyong de construction allemande (en service depuis décembre 1990).
  • 1 remorqueur Grand Batanga.

(l'équipement de la marine est renouvelé donc cette section aussi doit être mise à jour)

Autres[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, la marine camerounaise reçoit en don des États-Unis, 2 embarcations semi-rigides de 7m de construction américaine (équipés de mitrailleuses de 12,7mm, radio VHF, GPS)[3].

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :