Maison Jean-Vilar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maison Jean Vilar)
Aller à : navigation, rechercher
Maison Jean Vilar
Avignon - Maison Jean Vilar.JPG

Entrée de la Maison Jean Vilar

Présentation
Propriétaire
Département
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Avignon

(Voir situation sur carte : Avignon)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La Maison Jean Vilar a été inaugurée le 18 juillet 1979. C'est un lieu dédié à la mémoire de l’œuvre de Jean Vilar sous tous ses aspects, à l’Éducation Populaire et à la création d'une mémoire du Festival d'Avignon. La dynamique de ce lieu repose sur l'alliance de trois entités : l’Association Jean Vilar, la Ville d'Avignon et la Bibliothèque nationale de France (Département des Arts du Spectacle ) réunies par une convention tripartite signée pour la première fois, le 12 décembre 1977.

Naissance d'un lieu[modifier | modifier le code]

Jean Vilar (1912-2012)

Après la mort de Jean Vilar, le 28 mai 1971, se constitue le 22 janvier 1972 l'Association pour une Fondation Jean Vilar, dans le but de rassembler les documents de toutes sortes concernant la vie et l’œuvre de Jean Vilar, notamment au Festival d'Avignon mais aussi au Théâtre National Populaire. Dès lors il ne s'agissait pas seulement de conserver le Fond Jean Vilar mais aussi d'organiser une réflexion autour de l’œuvre du Fondateur du Festival d'Avignon. L'acquisition par la Ville d'Avignon de l'Hôtel de Crochans en 1974, situé au 8 de la rue de Mons, permet à la Maison Jean Vilar inaugurée le 18 juillet 1979, de se développer au cœur de la ville d'Avignon[2].

Missions de la Maison Jean Vilar[modifier | modifier le code]

La Maison Jean Vilar est dépositaire du fonds Jean Vilar qui est constitué des archives personnelles de Jean Vilar, les maquettes et les costumes des spectacles qu’il a créés à Avignon à partir de 1947 et au Théâtre national populaire à Chaillot, qu’il dirigea de 1951 à 1963.

Cette collection est complétée par un fond spécialisé dans les arts du spectacle ( livres, revues, vidéos, affiches, presse, photos, programmes…) et l’histoire du Festival d’Avignon depuis la première Semaine d’Art en 1947 jusqu’à aujourd’hui. Son objet est de favoriser le rayonnement de l’œuvre de Jean Vilar auprès du grand public et des professionnels, des scolaires et des étudiants, des enseignants et des chercheurs.

Elle dispose d'espaces d’exposition, d'une vidéothèque, d'une bibliothèque spécialisées dans les arts du spectacle, antenne décentralisée du département des arts du spectacle de la BNF à Avignon. Elle propose des rencontres, des débats et des spectacles. L’Association Jean Vilar publie la revue les Cahiers Jean Vilar qui inscrit la pensée du créateur du festival d’Avignon dans sa dimension contemporaine en analysant la place du théâtre dans la société, et l'enjeu des politiques culturelles.

Bibliothèque de la Maison Jean Vilar[modifier | modifier le code]

La bibliothèque, relevant du département des Arts du spectacle de la BNF, est ouverte gratuitement au public. Elle dispose d'une salle de lecture et d'un salle de groupe (40 places). Elle met à la disposition du plus grand nombre :

  • un fond documentaire très fourni le Festival d'Avignon ;
  • des sources iconographiques et audiovisuelles ;
  • des informations sur la décentralisation et le développement culturel en région régionale. Au delà du théâtre, elle concerne l'ensemble des domaines artistiques allant de la danse, à l'opéra, le cinéma, le cirque, les marionnettes, le mime et le music-hall.

Ses collections :

  • 33000 livres dont 4000 en accès libre
  • 300 titres de journaux et de revues, dont 60 vivants
  • 300 vidéos et multimédias édités
  • Œuvres dramatiques françaises et étrangères
  • Documentation variée sur les auteurs et professionnels du spectacle
  • Archives des directions successives du Festival d'Avignon, jusqu'en 2013
  • Mémoire du Festival d'Avignon : affiches, programmes, photographies de spectacle, documents sonores et audiovisuels, dossiers de presse…
  • Mémoire du Off : affiches, programmes, photographies de spectacle, documents sonores et audiovisuels, dossiers de presse…
  • Mémoire des Hivernales
  • Fonds Jean Vilar
  • Fonds Jean Rouvet

L'histoire de l'hôtel de Crochans[modifier | modifier le code]

Cours de l'hôtel de Crochans, Maison Jean Vilar

Vers 1330, le cardinal Pierre des Prés fait construire un palais comportant plusieurs corps de bâtiments qu’il lègue au chapitre Saint-Pierre. Cette demeure garde un temps l’appellation de « livrée de Thury », du nom du cardinal Pierre de Thury, mort en 1410. Propriété, vers 1463, de la famille de Brancas, l’habitation principale est achetée en 1671 par Louis Henri de Guyon, consulteur du Saint-Office. Son fils aîné, seigneur de Crochans, maître de camp dans les armées royales, lui donne son nom et sa physionomie actuelle. À la Révolution, le bâtiment abrite l’administration du district d'Avignon ainsi que le Conseil général de Vaucluse. La Préfecture l’achète en 1823 pour y loger l’archevêque d’Avignon, Mgr de Mons. Ce sera le siège de l’archevêché jusqu’à la séparation de l’Église et de l’État en 1905. L’immeuble est ensuite occupé par divers services dont la Mutualité sociale agricole avant de devenir propriété de la Ville d’Avignon, en 1974, dans le but d’abriter la Maison Jean Vilar fondée par Paul Puaux. Son portail d’entrée est de l’architecte Pierre Mignard II. Les façades sur cour et sur jardin font l’objet d’une inscription aux monuments historiques depuis 1972[1].

Repères bibliographiques[modifier | modifier le code]

Les collections de la bibliothèque de la Maison Jean Vilar[3] rassemble également des documents portant sur les fêtes et la variété, sur les textes du répertoire classique et contemporain, français et étranger, ainsi que sur la mémoire du Festival d'Avignon in et off, et des compagnies régionales[4].

Textes de Jean Vilar
  • De la tradition théâtrale, éd. de l’Arche, 1955, rééd. Gallimard 1963 (Idées-Littérature no 33), rééd. L’Arche, 1999.
  • Chronique romanesque, éd. Grasset, 1971.
  • Jean Vilar, mot pour mot, textes réunis et présentés par Jacques Téphany et Melly Touzoul, éd. Stock, 1972.
  • Le Théâtre, service public et autres textes, présentation et notes d’Armand Delcamp, éd. Gallimard, 1975 (coll. Pratique du théâtre), nouvelle édition, 1986.
  • Mémento (du 29 novembre 1952 au 1er septembre 1955), présentation et notes d’Armand Delcampe, éd. Gallimard, 1981 (coll. Pratique du théâtre).
  • Du Tableau de service au théâtre : notes de service de Jean Vilar à sa troupe. Cahiers Théâtre Louvain, no 53, 1985, rééd. 1994.
  • J’imagine mal la victoire sans toi… Lettres, notes et propos (1951-1959) de Jean Vilar et Gérard Philipe, Texte établi par Roland Monod, Association Jean Vilar, Avignon, 2004.(ISBN 2-907028-14-6)
  • Vilar ou La Ligne droite, correspondance inédite de Jean Vilar avec son épouse, texte établi par Jacques Téphany, Cahiers Jean Vilar no 112 et no 113, Association Jean Vilar, Avignon, 2012.
  • Dans le plus beau pays du monde, pièce, L’avant-scène théâtre no 1323-1324, mai 2012.


Sur Jean Vilar, le TNP, le Festival d’Avignon
  • Avignon, 20 Ans de festival, Souvenirs et documents, Dedalus éditeur, 1967.
  • Le Festival d’Avignon (1947-1968), de Catherine Arlaud ; thèse de doctorat, imp. Rullière-Libeccio, Avignon, 1969.
  • Avignon, le royaume du théâtre, d'Antoine de Baecque, Découvertes Gallimard, 1996.
  • Histoire du festival d’Avignon, d'Antoine de Baecque, en collaboration avec Emmanuelle Loyer, Gallimard, 2007.
  • Jean Vilar, de Jean-Claude Bardot Armand Colin Éditeur, 1991.
  • Gérard Philipe, de Gérard Bonal Éditions de Seuil, 1994, nouvelle éd. en 2009.
  • Cahiers de l'Herne Jean Vilar, témoignages et textes rares réunis sous la direction de Jacques Téphany, Éditions de L’Herne, 1995.(ISBN 2-85197-072-0)
  • Cahiers Jean Vilar, analyses, études, inédits (plusieurs numéros consacrés à la mémoire de Jean Vilar et à l’actualité de sa pensée), Association Jean Vilar, Avignon, depuis 2004.(ISSN 0294-3417)
  • Le T.N.P. de Vilar. Une expérience de démocratisation de la culture, de Laurent Fleury, aux Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica », 2006.
  • Jean Vilar par lui-même, Association Jean Vilar, Avignon, 1991, rééd. 2003.(ISBN 2-907028-13-8)
  • Jean Vilar, théâtre et utopie, articles de Sonia Debeauvais, Armand Delcampe, Bernard Dort, Claude Roy, Louvain-la-Neuve, Cahiers Théâtre Louvain no 56-57, 1986.
  • Le festival d'Avignon, une école du spectacle, livret accompagné d’un DVD, CRDP de l’Académie d’Aix-Marseille, 2006.
  • Le TNP de Jean Vilar, de Guy Leclerc, Union générale d’éditions, 1971 (10-18).
  • Le théâtre citoyen de Jean Vilar, une utopie d’après-guerre, d'Emmanuelle Loyer, Presses universitaires de France, 1997.
  • Avignon en festivals ou les utopies nécessaires, de Paul Puaux Hachette, 1983.
  • Paul Puaux, l'Homme des fidèles, album élaboré par Melly Puaux et Yolaine Goustiaux, Association Jean Vilar, Avignon, 1999.(ISBN 2-907028-09-X)
  • Complicités avec Jean Vilar et Antoine Vitez, de Jack Ralite, préface de Maurice Béjart, Ed. Tirésias, 1996.
  • Reconnaissance à Jean Vilar, témoignages, Avignon, Association Jean Vilar, 2001.
  • Jean Vilar, de Claude Roy, Seghers, 1968 (coll. Théâtre de tous les temps), réédition augmentée, Calmann-Lévy, 1987.
  • Gérard Philipe, de Claude Roy. Souvenirs et témoignages. En collaboration avec Anne Philipe, NRF, 1969.
  • Le TNP et nous, de Marie-Thérèse Serrière Librairie José Corti, 1959.
  • Jean Vilar, qui êtes-vous ?, d'Alfred Simon, La Manufacture, 1987, réédition sous le titre : Jean Vilar, éd. La Renaissance du livre, 2001.
  • VOLPONI (Edmond), Alors, camarade Vilar… P.S.P., Avignon, 1987.
  • WEHLE (Philippa), Le Théâtre populaire selon Jean Vilar, Ed. Barthélémy et Actes-Sud, Avignon, 1981.
  • GEORGES WILSON, travail de troupe, (1950-2000), Association Jean Vilar, Avignon, 2001.


Sur l'aventure du théâtre populaire
  • BATAILLON (Michel), Un défi en province, Planchon, 2 vol. Marval.
  • COPEAU (Jacques), Le Théâtre populaire, Paris, Presses Universitaires de France, 1941.
  • DENIZOT (Marion), Théâtre populaire et représentations du peuple, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
  • DORT (Bernard), Théâtre réel. Essais de critique, Seuil, 1971.
  • FAIVRE-ZELLNER (Catherine), Firmin Gémier : héraut du théâtre populaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.
  • GEMIER (Firmin), Théâtre populaire. Acte I, Catherine Faivre-Zellner (dir.), Lausanne, L’Âge d’Homme, 2006.
  • Les Vosges. Au pays de Maurice Pottecher, par Pierre Chan, Anne Hauttecœur, Pierre Pelot, Pierre Voltz, Casterman, 1995.
  • LOYER (Emmanuelle), Familles de scènes en liberté, Avignon, Association Jean Vilar, 1998.
  • MAURICE POTTECHER, L’AVENTURE DU THEATRE POPULAIRE, parcours proposé par Catherine Foki et Marie-José Pottecher-Onderet, Metz, Eitions Serpenoise, 1990.
  • ORY (Pascal), Théâtre citoyen. Du Théâtre du Peuple au Théâtre du Soleil, Association Jean Vilar, Avignon, 1995.
  • POTTECHER (Maurice), Le Théâtre du peuple de Bussang (Vosges). Son origine, son développement, son but exposés par son fondateur, Paris, Librairie P.-V. Stock, 1913.
  • POTTECHER (Maurice), Renaissance et destinée du théâtre populaire, Paris, Ollendorff, 1899.
  • ROLLAND (Romain), Le Théâtre du peuple, 1903, rééd. sous la dir. De Chantal Meyer-Plantureux, Bruxelles, Éditions Complexe, 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]