Romeo Castellucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castellucci.
Romeo Castellucci
Romeo Castellucci.2.jpg

Romeo Castellucci

Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Romeo Castellucci (né le 4 août 1960 à Cesena) est un metteur en scène, homme de théâtre, plasticien et scénographe italien, l'un des plus en vue du théâtre d'avant-garde en Europe à partir des années 1990, qui a créé, depuis une trentaine d'années, toute une série de spectacles où il intervient en tant qu'auteur, metteur en scène, scénographe, créateur de l'éclairage, du son et des costumes.

Romeo Castellucci au Teatro Comunale di Bologna

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé des beaux-arts en scénographie et en peinture à l'issue de ses études à Bologne, Romeo Castellucci fonde en 1981, avec sa sœur Claudia et Chiara Guidi, à Cesena, en Émilie-Romagne la Socìetas Raffaello Sanzio (it), considérée comme « expérimentale », qui s’appuie sur la conception d'un théâtre intense, d'une forme d’art réunissant toutes les expressions artistiques et s'est affirmée, à partir du milieu des années 1980 et surtout dans les années 1990 en Italie et en Europe, comme l'une des composantes les plus radicales du théâtre italien contemporain.

S'inscrivant dans la continuité du « Théâtre de la cruauté » imaginé par Antonin Artaud, les spectacles de la Socìetas Raffaello Sanzio sont des spectacles dits « de théâtre » dans lesquels le texte s’efface souvent au profit de l'image et des sons, traités et proposés dans leurs aspects les plus radicaux et exacerbés. Leurs propositions théâtrales mêlent l'artisanat théâtral d'antan à des technologies de pointe et allient des trouvailles visuelles, sonores et même olfactives, pour créer des spectacles d'où la place du texte tend à s'estomper face à celles des corps. D'une esthétique parfois outrancière, mais toujours maîtrisée, ces spectacles peuvent difficilement être comparés à autre chose qu'eux-mêmes et, par leur côté provocateur, ne laissent jamais les spectateurs indifférents.

En janvier 2002, Romeo Castellucci lance un vaste projet intitulé Tragedia Endogonidia. Il s'agit d'un système de représentation ouvert dans lequel la pièce se transforme au fil du temps et selon le parcours géographique et les lieux où elle est présentée. À chaque stade de sa transformation, le titre de la pièce intègre un numéro d'ordre, le nom de la ville traversée, et le qualificatif d'« épisode. » Dans ce projet, comportant onze épisodes, créés jusqu'en 2004 notamment à Cesena, Avignon, Berlin, Bruxelles, Paris, Londres, Rome ou Marseille, Romeo Castellucci s'interroge sur les conditions de la tragédie contemporaine, à travers la situation du spectateur, et met en scène des thèmes comme l'anonymat des personnages, l'alphabet, la loi, l'âpreté du rêve et la ville.

En 2003, il est nommé directeur de la section « théâtre » de la 37e édition de la Biennale de Venise (2005), dont le titre était « Pompéi, le roman des cendres. » Dans sa programmation, il a cherché à faire ressortir un art dramatique souterrain, enfoui sous les cendres, et à favoriser un art essentiellement plastique, où le texte même prend valeur matérielle.

En France, Romeo Castellucci vient pour la première fois au Festival d'Avignon en 1998 avec Giulio Cesare d'après Shakespeare. Les années suivantes, il y est à nouveau invité avec Voyage au bout de la nuit, un « concerto » d'après Céline (1999), Genesi (2000). Par la suite, le festival d'Avignon accueille le second « épisode » de la Tragedia Endogonidia avec A.#02 Avignon en 2001 avant de reprendre les deux « épisodes » suivants B.#03 Berlin et Br.#04 Bruxelles en 2005. Il présente encore Hey girl ! en 2007.

En 2008 Romeo Castellucci est « artiste associé » du Festival d'Avignon et il crée trois pièces inspirées par La Divine Comédie de Dante : Inferno dans la Cour d'honneur du Palais des papes, Purgatorio à Châteaublanc et Paradiso à l'Église des Célestins.

Toujours, en 2008, il propose une performance intitulée Storia dell’Africa contemporanea Vol. III, créée dans le courant de l'été à Cesena, en Italie, dans laquelle il se met lui-même en scène de façon radicale dans un rituel terriblement humain, qui sera ensuite présentée notamment en mai 2009, lors du Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles, en Belgique, puis en novembre au festival Mettre en scène, organisé par le Théâtre national de Bretagne, en France.

En 2011, sa pièce Sul concetto di volto nel figlio di Dio (« Sur le concept du visage du fils de Dieu »), présentée au Festival d'Avignon au mois de juillet 2011, met en scène un homme jetant des excréments sur le visage du Christ[1]. Jugée « blasphématoire » par l'évêque de Vannes, Mgr Raymond Centène[2], et des mouvements intégristes catholiques, elle occasionne, à l'automne 2011, des manifestations devant le Théâtre de la Ville à Paris où elle est représentée, marquées par plusieurs débordements et arrestations[3]. Les manifestants, souvent membres d'associations religieuses, essaient d'empêcher la représentation de la pièce en argumentant que la « démarche [de l'auteur est] profondément contestable sur les plans moral et esthétique[4]. »

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Cenno
  • 1981 : Diade incontro a monade
  • 1981 : Persia-Mondo
  • 1982 : Popolo Zuppo
  • 1983 : I fuoriclasse della bontà
  • 1983 : Oratoria n.1: Rimpatriata Artistica
  • 1984 : Oratoria n.2. Raptus
  • 1984 : Oratoria n.3: Interferon
  • 1984 : Kaputt necropolis
  • 1985 : Glory glory, alleluja
  • 1986 : Santa Sofia. Teatro Khmer
  • 1986 : Oratoria n.4: Tohu Wa Bohu (Apparenze pre-mondiali)
  • 1987 : I Miserabili
  • 1987 : Oratoria n.5: Sono consapevole dell’odio che tu nutri per me
  • 1988 : Alla bellezza tanto antica (1988)
  • 1988 : Il gran reame dell’adolescenza [La cripta degli adolescenti, L’adolescente sulla torre d’avorio, Oratoria n.5.: Sono consapevole dell’odio che tu nutri per me]
  • 1989 : La discesa Di Inanna
  • 1990 : Gilgamesh
  • 1990 : Iside e Osiride
  • 1991 : Ahura Mazda
  • 1992 : Amleto. La veemente esteriorità della morte di un mollusco d'après William Shakespeare
  • 1992 : Le favole di Esopo
  • 1993 : Masoch. I trionfi del teatro come potenza passiva, colpa e sconfitta
  • 1993 : Hänsel e Gretel
  • 1993 : Lucifero. Quanto più una parola è vecchia tanto più va a fondo
  • 1993 : Oratoria n.6: con evidenza per coloro che intendono
  • 1994 : Persona
  • 1994 : Festa plebea con Oratoria n.7: anche il peggiore può parlare, ma non deve farlo per me
  • 1994 : Le fatiche di Ercole
  • 1995 : Orestea (una commedia organica?) d'après Eschyle
  • 1995 : Buchettino
  • 1996 : Pelle d'asino
  • 1997 : Giulio Cesare d'après William Shakespeare
  • 1999 : Genesi, from the museum of sleep
  • 1999 : Voyage au bout de la nuit d'après Louis-Ferdinand Céline
  • 2000 : Il Combattimento d'après Claudio Monteverdi
  • 2002-2004 : Tragedia Endogonidia
    • Les épisodes de la Tragedia Endogonidia :
      • C.#01 Cesena (Socìetas Raffaello Sanzio, 25-26 janvier 2002)
      • A.#02 Avignon (Festival d'Avignon, 7-16 juillet 2002)
      • B.#03 Berlin (Hebbel Theater, 15-18 janvier 2003)
      • Br.#04 Bruxelles (Kunsten Festival des Arts, 4-7 mai, 2003)
      • Bn.#05 Bergen (International Festival Norway, 22-25 mai, 2003)
      • P.#06 Paris (Odéon - Théâtre de l'Europe, avec le Festival d'Automne, 18-31 octobre, 2003)
      • R.#07 Rome (Romaeuropafestival, 17-20 février, 2004)
      • S.#08 Strasbourg (Le Maillon, Théâtre de Strasbourg)
      • L.#09 Londres (LIFT, London International Festival of Theatre, 13-16 mai 2004)
      • M.#10 Marseille (Les Bernardines avec le Théâtre du Gymnase, 20-26 septembre, 2004)
      • C.#11 Cesena (Socìetas Raffaello Sanzio, 16-22 décembre, 2004)
  • 2007 : Hey Girl!
  • 2008 : Inferno, Purgatorio et Paradiso d'après Dante
  • 2011 : Le voile noir du pasteur créé au Théâtre national de Bretagne
  • 2011 : Sul concetto di volto nel figlio di Dio
  • 2012 : The Four Seasons Restaurant, dans le cycle « Le Voile noir du pasteur », créé au Festival d'Avignon, 7-25 juillet 2012[5].
  • 2012 : Folk, création in situ pour le Ruhr Triennale
  • 2013 : Hyperion. Letters of a Terrorist, créé à la Schaubühne de Berlin
  • 2013 : Schwanengesang D744, créé au Festival d'Avignon
  • 2013 : ETHICA I. De la nature et de l’origine de l’esprit
  • 2014 : Le Sacre du Printemps
  • 2014 : Go down, Moses
  • 2014 : Giulio Cesare. Pezzi Staccati
  • 2014 : Uso umano di essere umani
  • 2015 : Oedipus der Tyrann
  • 2015 : Le Metope del Partenone, créé pour Art Basel en Suisse
  • 2015 : Orestie (une comédie organique ?), recréation 2015
  • 2016 : ETHICA II. De la puissance de l’entendement ou de la liberté de l’homme

Opéras[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Romeo Castellucci a remporté de nombreux prix, tant en Italie et qu'à l’étranger :

  • 1996 : Prix spécial UBU pour la Résistance, décerné à la suite de l'exclusion de la Socìetas Raffaello Sanzio de l’aide publique destinée au théâtre de recherche, par le Ministère du Tourisme et du Spectacle de la République italienne.
  • 1997 : Prix Masque d’Or du meilleur spectacle étranger de l'année décerné à Orestea, Festival Théâtre des Amériques, Montréal, Québec.
  • 1997 : Prix UBU meilleur spectacle de l'année décerné à Giulio Cesare.
  • 2000 : Prix Europe « Nouvelles réalités théâtrales », décerné à la Socìetas Raffaello Sanzio, Taormine.
  • 2000 : Prix UBU meilleur spectacle de l'année décerné à Genesi, from the museum of sleep.
  • 2000 : Prix Meilleure production internationale décerné à Genesi, from the museum of sleep, Dublin, Dublin Theatre Festival
  • 2000 : Prix du meilleur créateur d'élément scénique du Syndicat de la critique, Paris, décerné pour la mise en scène de Genesi, from the museum of sleep.
  • 2004 : Prix spécial UBU, décerné pour le travail sur la Tragedia Endogonidia
  • 2013 : Golden Lion for Lifetime Achievement de la Biennale de Venise

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudia Castellucci, Il teatro della Societas Raffaello Sanzio : Dal teatro iconoclasta alla super-icona, coll. I cahiers di teatro, Ubulibri, Milan, 1992 (ISBN 8-87748-119-6)
  • Romeo Castellucci, Chiara Guidi, Claudia Castellucci, Epopea della Polvere - Il Teatro della Societas Raffaello Sanzio 1992-1999. Amleto, Masoch, Orestea, Giulio Cesare, Genesi, 328 pages, Ubulibri, Milan, 2001
  • Claudia et Romeo Castellucci, Les Pèlerins de la matière. Théorie et praxis du théâtre, Les Solitaires Intempestifs, 2001 (texte original en italien traduit Karin Espinosa).
  • Romeo Castellucci, To Carthage then I came, Actes Sud, 2002 (éd. établie par Claire David). (ISBN 2-74274-055-4)
  • Romeo Castellucci, Epitaph, Les Solitaires Intempestifs, 2003 (texte original en italien traduit par Karin Espinosa).
  • Bruno Tackels, Les Castellucci (Écrivains de plateau, t. 1), Les Solitaires Intempestifs, 2005.
  • Joe Kelleher, Nicholas Ridout, Contemporary theatres in Europe: A critical companion, 232 pages, Routledge, Londres, 2006 (ISBN 0-41532-939-6)
  • Filip Dukanic, 2014, L'esthétique du théâtre postmoderne au travers du travail de la compagnie Societas Raffaello Sanzio, Master Thesis, Under the supervison of Professor Christiane Page, University of Rennes 2 (in French)
  • Rafaëlle Jolivet Pignon, La Représentation rhapsodique, 368 pages, éditions l' Entretemps, 2015. (ISBN 978-2-35539-173-6)
  • Florence Thérond, La Violence du quotidien, 320 pages, éditions l' Entretemps, 2015. (ISBN 978-2-35539-201-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]