Emmanuel Ethis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Emmanuel Éthis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Emmanuel Ethis est un universitaire français, sociologue de la culture [1], Recteur de l'Académie de Nice, Chancelier des universités et président du Haut Conseil de l'Éducation Artistique et Culturelle.

Professeur des universités en sciences de l'information et de la communication, il est spécialiste de la sociologie de la réception du cinéma, de l'étude des publics des grands festivals (de Cannes et Avignon) et dirige de nombreux travaux concernant l'éducation artistique et culturelle.

De mai 2007 à juillet 2015[2], Il préside l'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse après avoir été le vice-président du conseil d'administration de cette université depuis 2003. Auparavant, il dirigea le Département des Sciences de l'Information et de la Communication de cette université, co-dirigea avec Daniel Jacobi l'équipe de recherche Culture et Communication et a été à l'origine de la création du Master de Stratégie du Développement Culturel[3].

Depuis 2009, Emmanuel Ethis préside également l'Institut Supérieur des Techniques du Spectacle (ISTS).

En décembre 2013, Emmanuel Ethis est nommé vice-président du Haut Conseil de l'Éducation Artistique et Culturelle. Reconduit à cette mission en août 2018, il aura pour mission d'accompagner la politique du 100% EAC portée par les ministres de l'éducation, de la culture et le Président de la République[4].

En août 2015, il est nommé Recteur de l'académie de Nice et Chancelier des universités [5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après des DUT en génie civil et génie climatique à l'université de Reims et en gestion des entreprises et des administrations à l'université de Lille 3, il obtient une maîtrise en sciences de l'information et de la communication à Avignon puis un DEA en Sciences sociales à l'EHESS. Docteur en sociologie des arts et de la culture de l'École des hautes études en sciences sociales en 1998 avec une thèse intitulée Les spectateurs du temps, introduction à une sociologie de la réception des œuvres filmiques, sous la direction de Jean-Claude Passeron, Emmanuel Ethis obtient, en 2002, son habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, avec Poïétique du questionnaire, le spectateur imaginé, à l'université Stendhal-Grenoble 3[6].

Sociologue des publics et du cinéma[modifier | modifier le code]

Maître de conférences en 1998[7], puis professeur des universités en 2003[8], en Sciences de l'information et de la communication, il enseigne à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, dont il dirigera le département des Sciences de l'information et de la communication et est directeur adjoint de l'équipe "Culture et Communication" du centre Norbert Elias (Unité mixte de recherche associant l'EHESS, le CNRS et l'université d'Avignon)[6].

Emmanuel Ethis a notamment écrit sur le concept de spectateur et sa perception du spectacle cinématographique (Les Cahiers du cinéma, Communication et langages, Musurgia, Studio Magazine, Protée…). À ce titre, il a fait des études sur la réception hétérogène du temps par le public lors de la projection, constatant que cette perception est propre à chacun et indépendante du plaisir ou de la satisfaction ressentie. Il a également développé l'idée de « public médiateur » à propos du Festival d'Avignon[9]. À propos de son ouvrage Sociologie du cinéma et de ses publics le journaliste Olivier Séguret souligne qu'il s'agit "d'abord d'une synthèse de l'histoire des idées apportées au cinéma par la sociologie, et vice versa, avec le bonus d'un cours de rattrapage idéal aux cinéphiles qui auraient buissonné l'École de Francfort et, plus inédit, d'un rapide inventaire du legs offert sur ce sujet par les cultural studies anglo-saxonnes, souvent négligées sous nos latitudes provinciales. Ensuite, la tentative moins classique de faire le point sur toutes les questions qui touchent à la «réception des œuvres» par leurs publics et à la très délicate définition du «goût» en matière de films, questions sur lesquelles l'éclairage change aussi vite que les époques, et qui forment donc la part la plus fraîche du livre, voire la plus aventureuse. Les lignes qui tentent de cerner l'étrange rituel que continue de constituer aujourd'hui la «conversation» autour des films, sport presque naturel et pratiqué à tous les étages de la société, donnent une bonne idée du caractère extrêmement fugace et de la définition presque liquide de l'objet réellement convoité par l'auteur : la place symbolique, encore dominante et universelle, que nous avons bien voulu accorder, humains, à l'étrange royaume des ombres électriques"[10].

Il a collaboré à Libération et au magazine Synopsis, et intervient régulièrement sur France Culture et France Inter[11], et a dirigé le numéro 7 de la revue Culture et Musées intitulé Body is comedy, figures du corps au cinéma, ainsi qu'un numéro spécial de la revue québécoise Protée intitulé « Cannes Hors projection ».

En 2009, Emmanuel Ethis est élu à la présidence de l’Institut supérieur des techniques du spectacle en 2009 et succède à Alain Crombecque. Il codirige depuis 2006 avec Jean Caune la collection Art, culture, publics aux Presses universitaires de Grenoble. Depuis 2013, Emmanuel Ethis est également membre du conseil d'administration du Festival international de cinéma de Marseille. Emmanuel Ethis est le conseiller sociologique du film de Jacques Maillot, Les Liens du sang (2008). En 2010 il collabore au documentaire série Empreintes sur France 5 consacré à Sophie Marceau [12].

Emmanuel Ethis supervise en tant que responsable scientifique plusieurs enquêtes sur le Festival de Cannes (Marché du Film) et sur le Festival d'Avignon une nouvelle enquête sur les spectateurs de la manifestation estivale. Dans un ouvrage intitulé La petite fabrique du Spectateur, il développe le concept de sociogrammes - mini-portraits sociologiques - des spectateurs festivaliers de Cannes et d'Avignon. À ce propos, le critique Jérôme Garcin décrit l'approche sociologique d'Emmanuel Ethis comme celle d'un "écrivain et sociologue qui est le Robert Doisneau des festivaliers. Cela fait dix ans qu'il étudie, décrypte, éclaire les comportements de la foule anonyme des pèlerins d'Avignon et de Cannes. Grâce à lui, l'épopée des Festivals se déroule autant dans les gradins que sur la scène."[13].

Depuis mai 2009, Emmanuel Ethis est l'un des 23 membres de l'International Advisory Board of the Research Project Dynamics of World Cinema.

Président d'université, Recteur et chancelier des universités, Vice-président du Haut Conseil de l'Education Artistique et Culturelle[modifier | modifier le code]

Élu président de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, il prend ses fonctions le 9 août 2007 et est reconduit dans celles-ci le 5 avril 2012 pour un second mandat. Il crée la fondation universitaire de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse le 25 février 2010 dont le mécène Pierre Bergé devient le président d'honneur. L'université d'Avignon accédera à l'autonomie en janvier 2010. Ceci va permettre à Emmanuel Ethis d'affirmer l'identité de l'établissement qu'il préside suivant deux axes thématiques - un axe Culture et un axe Agrosciences - en installant deux écoles doctorales et en offrant ainsi à cette université un fort ancrage sur son territoire. Comme le signale le rapport d'évaluation AERES de l'Université d'Avignon[14], cette université va se transformer en prenant son autonomie, une autonomie qui s'accompagne d'une politique de communication originale et d'une vie de campus remarquée sur le plan culturel[15].

En février 2008, il anime, à la demande du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, une commission sur les relations entre les mondes de la culture et l'Université[16] et intègre à ce titre, comme représentant du monde universitaire[11], le Conseil de la création artistique animé par Marin Karmitz et présidé par Nicolas Sarkozy[17],[18]. C'est également dans le cadre du bilan effectué par ce conseil que sera dressé un constat à propos des nouvelles inégalités sociales face à l'accessibilité culturelle à l'ère des écrans connectés [19].

En janvier 2010, Emmanuel Ethis intervient sur la polémique « 30 % de boursiers dans les grandes écoles ! », en déclarant à l’AEF : « il faut intégrer les filières des grandes écoles, les filières de formation des élites, dans les universités, qui sont le lieu par excellence de la diversité sociale »… « Le problème n’est pas celui des quotas de boursiers dans les grandes écoles ; c’est plutôt d’imaginer un appareil de formation où tout le monde sera formé ensemble »[20]. Ceci aboutira à la signature d'une convention relative à la charte pour l'égalité des chances dans l'accès aux formations d'excellence le 16 septembre 2010[21].

C'est en octobre 2010, qu'Emmanuel Ethis remet à la Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche les résultats des travaux de la Commission Culture et Université sous la forme d'un ouvrage intitulé : Culture et Université, 128 propositions[22]. Ce texte souligne (1) l'importance qu'il a à prendre en compte la question de la culture durant les études supérieures, point aveugle de toutes les politiques culturelles nationales, (2) l'urgence à rapprocher les diplômes relevant du Ministère de la Culture des diplômes universitaires, (3) la nécessité de développer les recherches sur la culture tous secteurs disciplinaires confondus[23].

En juin 2012, Emmanuel Ethis est élu au Conseil d'Administration de la Conférence des Présidents d'Université (CP2U). Il est, avec Olivier Poivre d'Arvor, à l'initiative de la création de France Culture Plus, la déclinaison de France Culture en direction des universités et des étudiants et intègre en tant que cofondateur son comité éditorial[24]. Dans un ouvrage, Les Films de campus, l'université au cinéma coécrit avec Damien Malinas, on redécouvre comment le cinéma met en scène cette période qui suit le baccalauréat, nous laissant apercevoir - via le cinéma - ce qui constitue le "fondement de l'Université : son statut de lieu de savoir, avec sa science normale et ses révolutions scientifiques, simultanément lieu cosmopolite de production de l'universel et champ de luttes, au sens de Pierre Bourdieu où s'affrontent paradigmes, générations et libidines sciendi concurrentes" [25],[26]. Réélu en décembre 2012 au Conseil d'Administration de la CPU, il élabore la convention de collaboration entre l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Ministère de la Culture et de la Communication et la Conférence des Présidents d'Université visant à cadrer la place de la Culture intégrant les arts et la culture scientifique dans les universités françaises. Cette convention intitulée "Université, lieu de culture" a été signée le 12 juillet 2013 [27].

En décembre 2013, Emmanuel Ethis est nommé Vice-président du Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle, destiné à la promotion des arts à l’école, à travers la mise en œuvre d'un parcours d’éducation artistique et culturelle[28].

En novembre 2014, il rejoint le Conseil d'Administration du Festival d'Avignon en tant que personnalité qualifiée proposée par l'État.

Lors de la visite du premier ministre qui choisit Avignon pour inaugurer l'année universitaire 2015, ce dernier rappellera les spécificités qui caractérisent l'identité de l'université d'Avignon depuis son passage à l'autonomie : "Première spécificité : votre université, avec les campus dédiés à la culture et aux agro-sciences, a su se construire une identité miroir à celle de votre ville. Deuxième spécificité : c'est la culture de l'engagement que vous avez su développer. Déjà il y a quelques années, avec Emmanuel Ethis, nous avions alors parlé du rôle essentiel de la culture à l'université. 30 % de vos étudiants pratiquent ainsi une activité culturelle, sportive ou associative, c'est le taux le plus élevé en France. Il n'y a pas de petite ou de grande université, il n’y a que des universités qui savent ou ne savent pas s'ancrer dans les territoires et qui savent accueillir les étudiants. Troisième spécificité, c'est votre lutte active contre les inégalités, avec la généralisation du contrôle continu"[29].

Le 31 juillet 2015, il devient Recteur de l'académie de Nice et Chancelier des universités.

En tant que Vice-président du Haut Conseil de l’Éducation Artistique et Culturelle, Emmanuel Ethis élabore, avec l'ensemble des membres de l'instance, la Charte de l'éducation artistique et culturelle présentée le 8 juillet 2016 à Avignon et diffusée dans l'ensemble des établissements scolaires français depuis la rentrée 2016[30]. Reconduit pour un mandat de cinq années en août 2018 à la Vice-Présidence, Emmanuel Ethis propose la création de deux nouveaux collèges au sein du Haut Conseil : le collège des "Villes 100% EAC" et du collège "Jeunes". Le Haut Conseil va accompagner la politique du 100% EAC en formulant notamment une série de propositions : nouveau droit culturel, expérimentation des territoires, formation et recherche sur les questions l'éducation artistique et culturelle, émancipation de la jeunesse par la culture[31],[32].

Filiations[modifier | modifier le code]

D'après le Who's Who, Emmanuel Ethis est un descendant de Louis Éthis de Corny[33].

Questions de société[modifier | modifier le code]

Dans la controverse autour Nathalie Heinich qui a abouti à une pétition[34] dénonçant son homophobie, Emmanuel Ethis prend la défense de la sociologue[35].


Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2001, Aux marches du palais, le festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, (La Documentation française - ouvrage collectif sous sa direction), Paris.
  • 2002, Avignon, le public réinventé. Le festival sous le regard des sciences sociales, (La Documentation française - ouvrage collectif sous sa direction), Paris.
  • 2003, (dir.), "Cannes hors projections" - Protée, Théories et pratiques sémiotiques, Université de Québec à Chicoutimi, volume 31, no 2., Québec.
  • 2004, Pour une po(ï)étique du questionnaire en sociologie de la culture. Le spectateur imaginé (L'Harmattan), Paris.
  • 2005, Sociologie du cinéma et de ses publics (Armand Colin - Sociologie 128) - réédité en 2007, Paris.
  • 2006, Les Spectateurs du temps : pour une sociologie de la réception du cinéma (Éditions L'Harmattan), Paris.
  • 2007, (dir.), Figures du corps au cinéma: body is comedy, (Actes sud), Paris.
  • 2008, Avignon, le public participant en collaboration avec Jean-Louis Fabiani et Damien Malinas (Éditions L'entretemps-La Documentation française), Paris.
  • 2009, Sociologie du cinéma et de ses publics (Armand Colin - Sociologie 128 - nouvelle édition revue et refondue), Paris.
  • 2010, De la Culture à l'Université : 128 propositions (Armand Colin- Collection 128), Paris.
  • 2011, La Petite fabrique du spectateur : être et devenir festivalier à Cannes et Avignon (Éditions Universitaires d'Avignon - Collection En scène), Avignon.
  • 2012, Le Bruit du monde : le geste et la parole (dir. avec Laure Adler et Damien Malinas) (Éditions Universitaires d'Avignon - Collection En scène), Avignon.
  • 2012, Les Films de campus, l'université au cinéma avec Damien Malinas, Armand Colin, Paris.
  • 2014, Sociologie du cinéma et de ses publics (Armand Colin- Sociologie 128 - 3e édition revue et refondue), Paris.
  • 2015, le cinéma près de la vie, Prises de vue sociologiques sur le spectateur du XXIe siècle (Demopolis).
  • 2015, Le cinéma et ses publics, comment le cinéma nous aide à nous comprendre et à comprendre les autres (Éditions Universitaires d'Avignon - Collection Entre-Vues), Avignon
  • 2018, Sociologie du cinéma et de ses publics (Armand Colin - Cursus : Sociologie) - 4e édition, Paris.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d'honneur (Promotion du 1er janvier 2014). Chevalier de l'ordre national du Mérite Chevalier de l'ordre national du Mérite (Promotion du 15 novembre 2008[36]). Commandeur de l'ordre des Palmes académiques Commandeur de l'ordre des Palmes académiques (Décret du 31 juillet 2015 portant nomination d'un recteur d'académie[37]). Officier de l'ordre des Arts et des Lettres Officier de l'ordre des Arts et des Lettres (Promotion juillet 2014[38]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Emmanuel Ethis : “la culture doit créer une forme de dépendance heureuse” », Télérama.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  2. http://www.francebleu.fr/societe/fac-universite/emmanuel-ethis-quitte-la-presidence-de-l-universite-d-avignon-et-des-pays-de-vaucluse-2512863
  3. « « Etre utiles à l’élévation du niveau culturel » », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  4. Arrêté du 6 août 2018 portant nomination au Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle (lire en ligne)
  5. Décret du 31 juillet 2015, JORF n°0177 du 2 août 2015 texte n° 39, NOR: MENB1517688D.
  6. a et b Élection du président de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, site de l'Université, 14 juin 2007.
  7. Listes de qualification aux fonctions de maître de conférences arrêtées en 1998 par les sections du Conseil national des universités, Journal officiel no194 du 23 août 1998
  8. Décret du 11 décembre 2003 portant nomination et titularisation (enseignements supérieurs), Journal officiel no288 du 13 décembre 2003
  9. cf. Pour une po(ï)étique du questionnaire en sociologie de la culture. Le spectateur imaginé (Éditions L'Harmattan, 2004)
  10. http://next.liberation.fr/cinema/010146444-un-peu-de-sociologie
  11. a et b « Emmanuel Ethis » dans l'annuaire des chercheurs de l'Université d'Avignon
  12. http://documentaires.france5.fr/documentaires/empreintes/sophie-marceau
  13. http://bibliobs.nouvelobs.com/la-tendance-de-jerome-garcin/20120712.OBS7159/avignon-a-son-robert-doisneau.html
  14. http://www.aeres-evaluation.fr/Etablissements/UNIVERSITE-D-AVIGNON-ET-DES-PAYS-DE-VAUCLUSE
  15. Philippe Jacqué, « L'université d'Avignon, la culture pour étendard », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  16. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid50376/commission-culture-et-universite.html
  17. Nathaniel Herzberg, « Le Conseil de la création, "coup de pied" culturel », Le Monde du 4 février 2009
  18. http://www.gouvernement.fr/gouvernement/le-conseil-de-la-creation-artistique-devoile-dix-projets-pour-la-democratisation-de-la-
  19. http://www.liberation.fr/culture/01012334594-les-inegalites-sont-plus-fortes-que-jamais
  20. http://histoireuniversites.blog.lemonde.fr/2010/01/26/non-pressees/
  21. http://www.cpu.fr/fileadmin/fichiers/Diversite/Convention_16_09_10.pdf
  22. http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2010/59/4/Rapport_Commission_Culture_Universite_159594.pdf
  23. https://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1158476&clef=ARC-TRK-D_01
  24. http://www.cpu.fr/Lettre_du_26_avril_2012_n_8.1381.0.html
  25. http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-louis-fabiani/010113/un-cinema-universitaire
  26. http://www.franceculture.fr/emission-grantanfi-on-se-fait-des-films-sur-la-fac-2012-09-05
  27. http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Communiques/Signature-de-la-convention-cadre-Universite-lieu-de-culture
  28. [1]
  29. « Discours du Premier ministre sur la recherche à l'Agroparc d'Avignon », sur Gouvernement.fr (consulté le 25 décembre 2016).
  30. « Présentation de la Charte pour l'éducation artistique et culturelle » (consulté le 26 juillet 2016).
  31. « En attendant le passe culture de Macron, le « patch culture » d’Avignon… », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  32. « Emmanuel Ethis, sociologue : “La culture, c’est ce qui permet de s’émanciper” », Télérama.fr,‎ (lire en ligne).
  33. cf. Who's Who in France, édition 2011
  34. https://www.change.org/p/le-monde-retrait-du-prix-france-culture-le-monde-%C3%A0-nathalie-heinich>=
  35. http://cral.ehess.fr/docannexe/file/2496/retour_sur_petition.pdf
  36. Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination, Journal officiel no0266 du 15 novembre 2008
  37. Décret du 31 juillet 2015 portant nomination d'un recteur d'académie
  38. Promotion du 14 juillet 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]