Laurence Engel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Engel.

Laurence Engel, née le dans Paris 12e, est une essayiste et haute fonctionnaire française.

Auteur de plusieurs ouvrages, elle effectue sa carrière dans le domaine de la culture. En 2016, elle est nommée présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Fille de commerçants, Laurence Engel naît le dans le 12e arrondissement de Paris[1]. Après avoir fait ses classes aux lycées Charlemagne puis Henri-IV, elle obtient une maîtrise en lettres ; elle est ensuite élève de l'Institut d'études politiques de Paris (1989)[2], de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud puis de l'École nationale d'administration (ENA, promotion Condorcet)[3]. Elle est la compagne d'Aquilino Morelle, avec qui elle a trois enfants[4],[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Laurence Engel est engagée à la Cour des comptes, où elle est d'abord auditrice (1993), puis conseillère référendaire (1995) et enfin conseillère-maître (2009)[5].

En 1997, elle est nommée secrétaire général adjoint de l’Institut des hautes études sur la Justice[6] puis, à partir de 1998, est détachée auprès de la chaîne de télévision La Cinquième, comme chargée de mission auprès du président, Jérôme Clément[5],[7],[8]. En 2000, elle est nommée conseillère technique au cabinet de la ministre de la Culture, Catherine Tasca[8],[9]. Deux ans plus tard, elle y devient conseillère chargée de l'audiovisuel et du cinéma[10].

La défaite de la gauche à l'élection présidentielle de 2002 la ramène à la Cour des comptes. En 2003, elle est nommée conseillère chargée de la culture au cabinet du maire de Paris, Bertrand Delanoé[5],[8],[11], puis, à partir de 2008, directrice des affaires culturelles de la ville[5],[8].

Après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, elle devient directrice de cabinet de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti[12]. Deux ans plus tard, son départ est annoncé[13] et devient effectif le 15 mai 2014[14].

Par décret du 5 septembre 2014, elle est nommée médiatrice du livre[5],[15],[16].

Alors qu'elle occupe les fonctions de présidente du conseil d'administration de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) et de la commission financière de l'Agence France-Presse (AFP)[17], elle est nommée, le 5 avril 2016, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF), ce qui fait d'elle la première femme à la tête de cet établissement[18],[19]. Elle est par ailleurs membre du conseil d'administration de l'Association des amis de la Bibliothèque nationale de France[20].

Travaux sur la notion de responsabilité civile[modifier | modifier le code]

Laurence Engel écrit un article, « Les nouvelles frontières de la responsabilité civile », dans la revue Notes de la fondation Saint-Simon en février 1993, puis dans la revue Esprit de juin 1993 sous le titre « Vers une nouvelle approche de la responsabilité. Le droit français face à la dérive américaine ». Cette contribution est remarquée, notamment par Bernard Spitz[21], Pierre Rosanvallon[22] et Pascal Bruckner[23]. Ce dernier écrit ainsi dans son essai La Tentation de l'innocence : « Dans une étude passionnante sur les nouvelles frontières de la responsabilité civile, Laurence Engel, auditrice à la cour des comptes, exprime sa crainte de voir le modèle américain du droit de la responsabilité s’installer en France avec toutes ses dérives. » Il note également que Laurence Engel propose de mieux dissocier le sujet de l’indemnisation des victimes, de celui de la responsabilité.

Dans le numéro 76 de la revue Le Débat, Laurent Cohen-Tanugi et Maria Ruegg reconnaissent l’intérêt d’une réflexion sur la notion de responsabilité civile, mais contestent cette vision du droit américain, dépeint, selon eux, comme un enfer, alors qu'il leur semble présenter également des avantages[24]. L’échange se poursuit dans les deux numéros suivants de la revue, avec une réponse de Laurence Engel dans le numéro 77, et une nouvelle intervention dans le numéro 78 de Laurent Cohen-Tanugi et Maria Ruegg[25].

Publications[modifier | modifier le code]

Travail universitaire

  • Laurence Engel, L'adversaire chez François Mitterrand : analyse linguistique de la désignation de l'autre candidat par François Mitterrand lors des campagnes présidentielles officielles de 1965, 1974, 1981 et 1988 (mémoire de diplôme), Paris, Institut d'études politiques de Paris, , 109 p..

Ouvrages

  • Laurence Engel, La responsabilité en crise, Paris, Hachette, coll. « Questions de société », , 142 p. (ISBN 2-01-235158-1, présentation en ligne).
  • Laurence Engel, François Mitterrand : le fil d'Ariane, Paris, Michalon, coll. « Le Bien commun », , 119 p. (ISBN 2-84186-049-3)
    Laurence Engel dirige par ailleurs la collection « Le Bien commun » avec Antoine Garapon.
  • Laurence Engel, Le mépris du droit, Paris, Hachette littératures, , 220 p. (ISBN 2-01-235331-2).

Autres publications

  • Laurence Engel, Les nouvelles frontières de la responsabilité civile, Paris, Fondation Saint-Simon, coll. « Notes de la Fondation Saint-Simon », , 43 p..

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].
  2. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/laurence.engel89.
  3. Arrêté du 12 mars 1990 portant nomination d'élèves à l'École nationale d'administration
  4. Pierre-Alain Furbury, « Aquilino Morelle, si près du pouvoir », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  5. a b c d e et f Catherine Robin, « Qui est Laurence Engel, la compagne d'Aquilino Morelle ? », Elle (magazine),‎ (lire en ligne)
  6. Biographie comme médiatrice du livre
  7. Arrêtés du 9 février 1999 portant détachement (Cour des comptes)
  8. a b c et d « Laurence Engel à la présidence de la BnF », Télérama,‎ (lire en ligne)
  9. Arrêté du 12 avril 2000 portant nomination au cabinet de la ministre
  10. Arrêté du 28 janvier 2002 portant nomination au cabinet de la ministre
  11. Arrêté du 9 mars 2004 portant détachement (Cour des comptes)
  12. Arrêté du 17 mai 2012 portant nomination au cabinet de la ministre
  13. Grégoire Poussielgue, « Laurence Engel quitte la direction du cabinet d’Aurélie Filippetti », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  14. Arrêté du 15 mai 2014 portant cessation de fonctions au cabinet de la ministre de la Culture et de la Communication
  15. « Laurence Engel, première femme aux commandes de la BNF », Le Point,‎ (lire en ligne)
  16. Décret du 5 septembre 2014 portant nomination du médiateur du livre - Mme Engel (Laurence)
  17. « Nomination de Laurence Engel à la présidence de la Bibliothèque nationale de France », sur culturecommunication.gouv.fr
  18. « Laurence Engel nommée à la tête de la Bibliothèque nationale de France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. Emmanuelle Giuliani, « Laurence Engel nommée à la tête de la BNF », La Croix,‎ (lire en ligne)
  20. http://www.amisbnf.org/conseil-administration.
  21. Bernard Spitz, La morale à zéro: pour une reconquête civique, Seuil, 1995.
  22. Pierre Rosanvallon, La Nouvelle Question sociale : repenser l'État-providence, Éditions du Seuil, 1995, page 66.
  23. Pascal Bruckner, La tentation de l'innocence, Pascal Bruckner, Grasset, 1995.
  24. Laurent Cohen-Tanugi et Maria Ruegg, « Responsabilité civile : la dérive des continents ? », Le Débat, no 76,‎ , p. 137 - 144 (ISBN 9782070735761, DOI 10.3917/deba.076.0137).
  25. Laurent Cohen-Tanugi et Maria Ruegg, « Sur la responsabilité civile », Le Débat, no 78,‎ , p. 183 (ISBN 9782070737185).
  26. Arrêté du 23 mars 2017 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  27. Décret du 20 novembre 2015 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]