Yemi Alade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yemi Alade
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
NigeriaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Yemi Eberechi AladeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Cheveux
Yeux
Bruns (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
The Headies (en)
All Africa Music Awards
Nigeria Entertainment Awards (en)
Independent Music Awards (d)
MTV Video Music Awards
OkayAfrica 100 Women ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Yemi Alade au Nairobi Summit de 2019.

Yemi Eberechi Alade, née le à Abia au Nigeria, plus simplement connue sous le nom de Yemi Alade, est une auteure-compositrice et chanteuse nigériane d'afropop.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yemi Eberechi Alade est née le , dans l'État d'Abia, au Nigeria[1]. Son père James Alade est d'origine yoruba, sa mère Helen Uzoma est d'origine igbo[2],[3]. Elle est la cinquième d'une fratrie de sept enfants. Après une enfance en différents lieux au gré des affectations de son père, commissaire de police, sa famille s'installe à Lagos alors qu'elle est adolescente[2]. « J'ai grandi en écoutant de tout, de la juju music de Sunny Adé à Whitney Houston », dit-elle. Elle y étudie et poursuit des études supérieures en géographie à l'université de Lagos[4].

Elle fait ses débuts musicaux à 16 ans dans un groupe de filles appelé Noty Épices en 2005, mais sa musique commence à devenir réellement populaire au Nigeria en 2009 à la suite de son succès dans l'émission de téléréalité, Peak Talent Show[2],[5]. Quelques mois plus tard, elle sort son premier single Fimisile sur le label Jus' Kiddin[6].

En 2012, elle signe sur le label Effyzzie Music et sort son single Ghen Ghen Love[7].

En , elle publie la vidéo d'une chanson R&B plus romantique, Bambou, produit par Fliptyce. Mais c'est au dernier trimestre de 2013, qu'elle bat des records et acquiert une notoriété internationale avec son tube Johnny, produit par Selebobo, divulgué sur internet. La chanson devient un hit en TanzanieKenya, Ghana, Afrique du Sud, Libéria, Ouganda, Zimbabwe et Royaume-Uni, entre autres. Il est répertorié comme l'un des meilleurs morceaux de l'année 2013, malgré sa sortie tardive dans l'année et l'absence d'une vidéo musicale[8],[9],[10],[11],[5].

Elle fait la couverture de plusieurs magazines et joue à travers le monde, partageant ponctuellement la scène avec Mary J. Blige, Becca, Shina Peters, Waje, etc. À travers son autodérision, ses thèmes (l'amour, la déception amoureuse, les bons plats, etc.), elle incarne la jeune femme africaine proche et joyeuse[5]. Elle ouvre en 2013 le prix Headies (appelé de façon populaire le « Grammys nigérian »). Elle reprend ses principaux succès dans différentes langues africaines, comme le swahili, prolongeant une tradition des chanteurs de ce continent[5]. Elle reprend également certains titres en français[12].

En 2014, elle fait équipe avec le directeur de la photographie Clarence Peters et crée une vidéo musicale pour Johnny, publiée en mars, qui obtient plus de 84 millions de vues sur YouTube, (chiffre en )[13]. En 2014 toujours, elle rejoint M. I, Waje, Timi Dakolo et Burna Boy pour interpréter la chanson de Port Harcourt Capitale mondiale du livre 2014 de l'UNESCO, dans le cadre d'un projet exhortant les jeunes à la lecture et à étudier. Peu de temps après, elle sort un nouveau single intitulé Tangerine.

Elle sort son premier album, King of Queens, le , puis part en tournée. Son deuxième album studio, intitulé Mama Africa, est publié en . Suit l'album Black Magic en 2017, dont le titre Bum Bum. En 2018, son single Oh My Gosh est bien accueilli[14]. Mais l'album reçoit aussi des critiques négatives[15],[16].

Elle sort son quatrième album studio, Woman of Steel, le [17],[18]. Musicalement, Woman of Steel est un disque d'afrobeats qui incorpore des éléments de R&B et de highlife[19],[20] L'album explore principalement des sujets tels que l'amour, la sociopolitique et la pauvreté. Elle a passé trois ans à l'enregistrer[17]. La pochette de l'album la représente portant une coiffe inspirée du buste de Néfertiti[21]. « L’artiste, connue pour ses chorégraphies pêchues et son goût pour les parures et tenues ethniques, avoue volontiers aimer jouer avec le côté bling-bling »[18]. Les artistes présents sur Woman of Steel sont Rick Ross, Duncan Mighty, Angélique Kidjo et Funke Akindele[22].

En , elle signe un accord de licence pluriannuel avec Universal Music Africa (UMA) et UMG France. UMA devient le partenaire mondial exclusif d'Alade pour l'enregistrement des disques, tandis qu'UMG France est le partenaire de déploiement international pour toutes ses sorties sous ce label[23],[24].

Discographie[modifier | modifier le code]

Principaux singles[modifier | modifier le code]

Sélection parmi ses singles[5],[25].

  • Fimisile (2009)
  • Johnny (2013)
  • Kissing (2014)
  • Na Gode (2015)
  • Ferrari (2016)
  • Kom Kom (ft. Flavour) (2016)
  • Africa (ft. Sauti Sol) (2016)
  • Koffi Anan (Freestyle) (2016)[26]
  • Tumbum (2016)
  • Charliee (2017)
  • Oh My Gosh (2018)
  • How I Feel (2018)
  • Bum Bum (2018)
  • Oga (2019)
  • Oh My Gosh (ft.Rick Ross) (2019)
  • Shekere (2019)
  • Boyz (2020)
  • True Love (2020)
  • I choose you (ft. Dadju) (2020)
  • Deceive (ft. Rudeboy) (2020)
  • Dancina (2021)

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

MTV Awards de la musique africaine[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2015 Elle-même Meilleur interprète féminine [27] Lauréat
2016 Elle-même Meilleur interprète féminine [28] Lauréat

BET Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2015 Elle-même Meilleur artiste international : Afrique [29] Nomination

MOBO Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2014 Elle-même Meilleur artiste africain[30] Nomination

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Yemi Alade » [archive du ]
  2. a b et c Anne Berthod Pu, « Pourquoi à 27 ans, Yemi Alade est l'une des reines de l'afropop », Télérama,‎ (lire en ligne)
  3. Marc Bettinelli, « Trois questions à la chanteuse nigériane Yemi Alade », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Yemi Alade Biography », sur naij.com
  5. a b c d et e Laureline Savoye, « La playlist de Binetou : Yemi Alade, la diva cool », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Who is… Yemi Alade », Bella Naija,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « About Yemi Alade », sur MTV (consulté le )
  8. (en) « I love beautiful, creative rings –Yemi Alade », tecepsblog.com.ng,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « New, sexy singers on the loose », Vanguard (Nigeria),‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Yemi Alade tours Kenya », Vanguard (Nigeria),‎ (lire en ligne)
  11. (en) « My looks have helped my career –Yemi Alade », Daily Independent (Nigeria),‎ (lire en ligne)
  12. Léo Pajon, « Yemi Alade enflamme Paris avec un show à l'américaine », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Johnny Music Video », sur Youtube (consulté le )
  14. Aodren, « L’inarrêtable Yemi Alade nous emmène en virée avec “Oh My Gosh” », Djolo,‎ (lire en ligne)
  15. (en) Wilfred Okiche, « Album Review: Black Magic- Yemi Alade », 360nobs,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « Of all Yemi Alade’s three albums, “Black Magic” has the least power », Pulse Nigeria,‎ (lire en ligne)
  17. a et b (en) Elizabeth Musyimi, « 'Woman of Steel' up for Grammy's — Yemi Alade », The Star (Kenya),‎ (lire en ligne)
  18. a et b Narjes Bahhar, « Yemi Alade, la fille d’à côté devenue reine de l’afropop », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Motolani Alake, « Yemi Alade: 'Woman of Steel' is best album yet [Album Review] », Pulse Nigeria,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Motolani Alake, « Yemi Alade releases 15-track new album, ‘Woman of Steel’ », Pulse Nigeria,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Damola Durosomo, « Watch Yemi Alade's New Music Video for 'Give Dem' », OkayAfrica,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « Yemi Alade to release her album, ‘Woman of Steel’ next week and releases two singles », Pulse Nigeria,‎ (lire en ligne)
  23. (en) « Singer Yemi Alade signs licens », The Punch,‎
  24. « Yemi Alade : 'Ne soyez pas pressés de signer des accords' », BBC,‎ (lire en ligne)
  25. « Yemi Alade : retour sur 10 chansons qui ont marqué sa carrière ! », sur Wanateam,
  26. (en) « New Music Yemi Alade – 'Koffi Anan' (Freestyle) », sur Pulse.ng, Amaka Inyese (consulté le )
  27. (en) « MAMA 2015 - 2015 MTV Africa Music Awards Winners! », MTV Africa Music Awards,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « See the full list of MTV Africa Music Awards 2016 Winners! », MTV Africa Music Awards,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Best International Act: Africa », BET Awards,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « MOBO Best African Act », MOBO Awards, = 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :