Avit de Clermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Avit de Clermont
Avit de Clermont.png
Avit de Clermont. Gravure dans Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, Auvergne. Tome I.
Fonction
Évêque de Clermont
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Étape de canonisation

Avit de Clermont (né vers 525 ; † vers 594-595) est un évêque de Clermont d'époque altomédiévale. Il est considéré comme saint par l’Église catholique, il est célébré localement le 21 août sous le nom de saint Avit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fontaine Saint-Avit à la Cellette.

Avit est issu de la famille des Avitii[1], importante famille de l'aristocratie auvergnate depuis l'époque romaine et dont sont issus l'empereur Eparchus Avitus mais également des comtes d'Auvergne comme Apollinaire de Clermont ou des hommes de lettres comme Sidoine Apollinaire.

18e évêque de Clermont, Avit est le premier constructeur de la basilique Notre-Dame-du-Port à partir de 580[2].

En 576, il demande aux juifs de quitter la ville ou d'accepter d'être baptisés[3]. Ceux-ci restent finalement en se convertissant en masse au christianisme[4]. Il a été le maître de Grégoire de Tours[5].

Il est célébré en Auvergne où, d'après la tradition, il intervient suite à un séjour à Menat auprès des enfants malades de la Cellette[6]. Ce dernier aurait d'après la légende fait jaillir une source, l'actuelle fontaine Saint-Avit dont l'eau a pu soigner les enfants. Il est en Auvergne le saint patron des enfants. Une confrérie Saint-Avit existe dans cette région.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [Gonod 1833] Benoît Gonod, Chronologie des évêques de Clermont et des principaux événemens de l'histoire ecclésiastique de l'Auvergne, Clermont-Ferrand, impr. Thibaud-Landriot, , sur books.google.fr (lire en ligne), page 12.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Réal, « Les évêques dans les cités du Midi de la Gaule : entre tradition antique et Moyen Âge. », Les cités épiscopales du Midi, Albi,‎ , p. 21-43 (EAN 9782915699166, lire en ligne)
  2. Pierre-François Fournier, « Clermont-Ferrand au Ve siècle : Recherches sur la topographie de la ville », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 128, no 2,‎ , p. 273-344 (ISSN 0373-6237, lire en ligne)
  3. Martin Quenehen, « Les Juifs de l’évêque. De l’usage des Juifs dans l’œuvre de Grégoire de Tours », Archives juives - revue d'histoire des juifs de France, Les Belles Lettres,‎ , p. 96-113 (ISBN 9782251694306, ISSN 0003-9837, lire en ligne)
  4. Bruno Dumézil, « Les conversions forcées ont-elles existé ? », L'Histoire, no 325, novembre 2007, p. 70.
  5. Marc Reydellet, « Tours et Poitiers : les relations entre Grégoire de Tours et Fortunat », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, vol. 13,‎ , p. 159-167 (ISSN 1951-6207, lire en ligne)
  6. « Le pèlerinage de Saint Avit », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007)

Notes[modifier | modifier le code]