Lescure-Jaoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lescure-Jaoul
Lescure-Jaoul
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Intercommunalité Communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur
Maire
Mandat
Francis Garric
2020-2026
Code postal 12440
Code commune 12128
Démographie
Gentilé Lescurois(e)
Population
municipale
220 hab. (2019 en diminution de 9,84 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 13′ 55″ nord, 2° 08′ 48″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 623 m
Superficie 18,52 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Aveyron et Tarn
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Lescure-Jaoul
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Lescure-Jaoul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lescure-Jaoul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lescure-Jaoul

Lescure-Jaoul est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans l'ouest du département de l'Aveyron, la commune est limitrophe du Tarn.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lescure-Jaoul[1]
Le Bas Ségala
Lunac Lescure-Jaoul La Salvetat-Peyralès
Bor-et-Bar Jouqueviel
(Tarn)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Lescure-Jaoul.

La commune est drainée par le Viaur, la Petite Serène, le Jaoul, le Rioucros, le ruisseau de Marsals, le ruisseau de Planèzes, le ruisseau de Sauzet et par divers petits cours d'eau[2].

Le Viaur prend sa source à 1200 m d’altitude dans la région naturelle du Lévézou qui présente un relief vallonné, dans la commune de Vézins-de-Lévézou pour confluer, après avoir parcouru environ 168 km, avec l'Aveyron à 400 m d’altitude à Lacroix-Barrez, après avoir arrosé 30 communes[3].

La Petite Serène, d'une longueur totale de 13,6 km, prend sa source dans la commune de La Capelle-Bleys et se jette dans la Petite Serène à La Fouillade, après avoir arrosé 5 communes[4].

Le Jaoul, d'une longueur totale de 22,5 km, prend sa source dans la commune de Rieupeyroux et se jette dans le Viaur à La Salvetat-Peyralès, après avoir arrosé 5 communes[5].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles pour définir et mettre en œuvre un programme d’actions de réhabilitation et de gestion des milieux aquatiques : le SDAGE (Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux), à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux), à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Trois SAGE sont mis en oeuvre dans le département de l'Aveyron[6].

La commune fait partie du SAGE du bassin versant du Viaur, approuvé le , au sein du SDAGE Adour-Garonne. Le périmètre de ce SAGE couvre 89 communes, sur trois départements (Aveyron, Tarn et Tarn-et-Garonne)[7],[8]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par l’établissement public d'aménagement et de gestion des eaux (EPAGE) du bassin du Viaur, une structure qui regroupe les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI-FP) dont le territoire est inclus (en totalité ou partiellement) dans le bassin hydrographique du Viaur et les structures gestionnaires de l’alimentation en eau potable des populations et qui disposent d’une ressource sur le bassin versant du Viaur. Il correspond à l’ancien syndicat mixte du Bassin versant du Viaur[9],[10].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1970-2000
  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 030 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique altéré », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type, qui concerne la moitié ouest du département de l'Aveyron, constitue une transition entre le climat océanique franc et le climat océanique dégradé. La température moyenne annuelle est assez élevée (12,5 °C) avec un nombre de jours froids faible (entre 4 et 8 par an)[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Albi le Sequestre, qui se trouve à 35 km à vol d'oiseau de la commune[14], où la température moyenne annuelle évolue de 13,8 °C pour la période 1971-2000[15], à 13,4 °C pour 1981-2010[16], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[17].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[18].

Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats »[19] : Les « Vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou », d'une superficie de 17 144 ha, s'étendent sur 136 communes dont 41 dans l'Aveyron, 8 en Haute-Garonne, 50 dans le Tarn et 37 dans le Tarn-et-Garonne. Elles présentent une très grande diversité d'habitats et d'espèces dans ce vaste réseau de cours d'eau et de gorges. La présence de la Loutre d'Europe et de la moule perlière d'eau douce est également d'un intérêt majeur[20].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de Lescure-Jaoul comprend une ZNIEFF de type 1[Note 3],[21], la « Basse vallée du Viaur » (3 509 ha), couvrant 11 communes dont 5 dans l'Aveyron, 5 dans le Tarn et 1 dans le Tarn-et-Garonne[22] , et une ZNIEFF de type 2[Note 4],[21], la « Vallée du Viaur et ses affluents » (27 587 ha), qui s'étend sur 56 communes dont 45 dans l'Aveyron, 10 dans le Tarn et 1 dans le Tarn-et-Garonne[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lescure-Jaoul est une commune rurale[Note 5],[24]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[I 1],[25]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Infrastructures et occupation des sols de la commune de Lescure-Jaoul.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (52 %), forêts (28,1 %), prairies (11,5 %), terres arables (8,4 %)[26].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document essentiel d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle. La commune est dans le territoire du SCoT du Centre Ouest Aveyron approuvé en février 2020. La structure porteuse est le Pôle d'équilibre territorial et rural Centre Ouest Aveyron, qui associe neuf EPCI, notamment la communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur, dont la commune est membre[27].

La commune disposait en 2017 d'une carte communale approuvée[28].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Lescure-Jaoul est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier, le risque radon[29],[30].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le Plan départemental de protection des forêts contre les incendies découpe le département de l’Aveyron en sept « bassins de risque » et définit une sensibilité des communes à l’aléa feux de forêt (de faible à très forte). La commune est classée en sensibilité faible[31].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[29], conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[32]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Georisques[33]

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Sur le département de l’Aveyron on dénombre huit grands barrages susceptibles d’occasionner des dégâts en cas de rupture. La commune fait partie des 64 communes susceptibles d’être touchées par l’onde de submersion consécutive à la rupture d’un de ces barrages[34].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon le dossier départemental des risques majeurs du département établi en 2013, la commune de Lescure-Jaoul est classée à risque moyen à élevé[35]. Un décret du a modifié la terminologie du zonage définie dans le code de la santé publique[36] et a été complété par un arrêté du portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français. La commune est désormais en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[37].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vrai nom de Lescure était jadis Lescure-Caylès ou Calhès du nom de l’ancien pays de Calhès dont Cadoule était le chef-lieu.

La famille de Lescure est citée dans les actes depuis le milieu du XIIIe siècle. Elle semble avoir eu sa résidence, au moins au début, à Najac dont elle possédait la co-seigneurie. Elle ajouta en 1399 à ses possessions la baronnie de Vabre, puis au début du XVIe siècle celle de Flauzins. En 1403, Raymond de Lescure, un cadet, aurait été grand prieur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans la province de Toulouse et chargé de traiter avec le sultan d’Égypte. Isabeau de Lescure, dernière du nom, vivait encore en 1673. Ses biens passèrent à la famille du Garaud, puis à celles de Saint-Alban et de Montlauseur en 1724.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Lescure-Jaoul est membre de la communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur[I 4], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Rieupeyroux. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[38].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Villefranche-de-Rouergue, au département de l'Aveyron et à la région Occitanie[I 4]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Aveyron et Tarn pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 4], et de la deuxième circonscription de l'Aveyron pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[39].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Lescure-Jaoul, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[40] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[41]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des onze candidats en lice[42] est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 61,29 %[43]. Francis Garric est élu nouveau maire de la commune le [44].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[45]. Deux sièges sont attribués à la commune au sein de la communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur[46].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 mai 2020 Francis Saurel[47]   Retraité agricole
mai 2020 en cours Francis Garric[47],[48]   Ancien artisan, commerçant ou chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[49]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[50].

En 2019, la commune comptait 220 habitants[Note 6], en diminution de 9,84 % par rapport à 2013 (Aveyron : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866
408388581630626675603610615
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
673700700697651651932927864
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
713686656656623562508490435
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014 2019 -
378319268261262256240220-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[51] puis Insee à partir de 2006[52].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 105 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 196 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 16 430 [I 5] (20 640  dans le département[I 6]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 7] 8 % 3,3 % 7,8 %
Département[I 8] 5,4 % 7,1 % 7,1 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 117 personnes, parmi lesquelles on compte 73 % d'actifs (65,2 % ayant un emploi et 7,8 % de chômeurs) et 27 % d'inactifs[Note 8],[I 7]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France.

La commune est hors attraction des villes[Carte 1],[I 10]. Elle compte 47 emplois en 2018, contre 56 en 2013 et 51 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 78, soit un indicateur de concentration d'emploi de 59,6 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 42,2 %[I 11].

Sur ces 78 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 38 travaillent dans la commune, soit 48 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 72,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,3 % les transports en commun, 7,8 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 18,2 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

29 établissements[Note 9] sont implantés à Lescure-Jaoul au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 10],[I 14]. Le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques et des activités de services administratifs et de soutien est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 20,7 % du nombre total d'établissements de la commune (6 sur les 29 entreprises implantées à Lescure-Jaoul), contre 12,4 % au niveau départemental[I 15].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans le Segala, une petite région agricole occupant l'ouest du département de l'Aveyron[53]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 11] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 2].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 58 40 32 30
SAU[Note 12] (ha) 1 262 1 112 1 094 1 122

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 58 lors du recensement agricole de 1988[Note 13] à 40 en 2000 puis à 32 en 2010[55] et enfin à 30 en 2020[Carte 3], soit une baisse de 48 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 51 % de ses exploitations[56],[Carte 4]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 262 ha en 1988 à 1 122 ha en 2020[Carte 5]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 22 à 37 ha[55].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Lescure[modifier | modifier le code]

Le château de Lescure était bâti au centre du village, près de l’église. Au siècle dernier, il était déjà complètement ruiné.

Prieuré de Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Notre-Dame dépendait de l’évêque de Rodez. L’église fut donné en 910 par Senégonde et son fils Raoul à l’abbaye de Conques. C’était une église romane avec une tour lanterne du XIVe siècle. Elle renfermait autrefois un beau triptyque en noyer sculpté du début du XVIe siècle avec les armes et le nom d’Antoine de Lescure (1500-1548). Ce chef-d’œuvre, d’une grande finesse, était relégué vers 1850 dans la sacristie. Il a été acquis en 1905 par le musée des arts décoratifs, à Paris. Dans le premier compartiment est représenté la naissance du Sauveur, dans le second sa mort sur le Calvaire et dans le dernier l’Assomption de la Vierge. Ce retable porte sur les pieds droits des motifs empilés en chandeliers qui font penser aux ornements de la clôture de François d’Estaing à la cathédrale de Rodez qui indiquent probablement une influence. François d’Estaing aurait lui-même appris ce style à la chartreuse de Paris où il avait fait ses études de droit. À Lescure, on a transporté une Vierge en pierre du XIVe siècle, provenant de l’ancienne chapelle de Cadoule. L’église actuelle, néogothique a été élevée vers 1900.

Les environs

  • Cadoule : voir à La Salvetat-Peyralès.
  • Flauzins : l’église Saint-Pierre était sous l’Ancien Régime annexe de Montou (commune de La Salvetat).
  • Le petit village de Cadoulette.

Dans les environs, au sommet du Puech de Flauzins (altitude 620 m), curieux mégalithe, dit « lou Chaval del Rey », « le Cheval du Roi ». Un autre élément de ce monument appelé la Peyro-Jazens, la pierre couchée, aurait été détruit. Le village de Flauzins possède une église rénovée (église Saint-Pierre) autrefois annexe de Montou. Paroisse depuis le Concordat, elle renferme une cloche d’acier fondu (1861).

Il ne reste que peu de vestiges de la chapelle Notre-Dame ou de Saint-Amans où avait lieu des pèlerinages. Du château de la famille de Cadoule du XIIIe siècle, il ne reste que le nom et la communauté qui comprenait Romette et Montou fut rattachée à celle de Roumégous et prit le nom de Bosc-Cadoule (ancien régime).

Cheval du Roy[modifier | modifier le code]

Outre ces châteaux qui illustrent l’histoire de Lescure à une certaine époque, « Le Cheval du Roy » reste le témoin d’une autre plus ancienne. Il s’agit d’une roche granitique, située sur la montagne de Flauzins. Dans les Mémoires de la Société des amis de Villefranche et du Bas Rouergue le père C. Rigal a fait une communication fort intéressante sur ce mégalithe. Sa forme en dos d’âne un peu anguleuse et sa taille, lui ont valu ce nom royal : « Lo Jabal del Rei ».

Ce bloc doit peser 5 à 6 000 kilos. Il est en granit, dans un pays où l’on ne trouve pas de pierre de cette nature, cette région étant essentiellement schisteuse. La pièce a donc été apportée là. De quelle distance ? De deux à trois kilomètres, dit monsieur Boisse. La question est de savoir par qui ou par quoi. Est-ce une moraine ? Non, cette pierre n’est ni usée ni polie. Donc c’est un mégalithe. Cela ne peut être qu’une partie de dolmen. C’est un granit particulièrement dur, appelé dans le pays, granit ferrut, parce qu’il y a dans son composé quelque chose de semblable aux nœuds dans le bois, et cela est d’une dureté telle que s’y émoussent les burins les mieux trempés. Son orientation Est-Ouest, est semblable à l’orientation des dolmens.

Dimensions :

  • Longueur 3,25 m.
  • Épaisseur 0,60 m.
  • Hauteur 1 m hors de la terre côté Nord et 1,20 m côté Sud.
  • Profondeur 0,50 m à peine.

Le sommet n’est pas plat, mais taillé en biseau. Il y a une série de six creux faits de main d’homme, formant un alignement dans le sens de la hauteur, ce qui donne à penser qu’on a voulu la débiter. Les creux ne seraient que « lous cagniés » comme on dit en langue du pays pour désigner cet emplacement des coins de fer « lou cun ». La pierre étant trop dure, on n’a pas insisté pour la diviser.

Il y avait paraît-il, non loin de là, un autre mégalithe connu quand il existait, sous le nom de « peyro-jasso » (pierre couchée). Personne dans le pays n’en a le souvenir. L’abbé Cabaniols signale qu’il y avait une autre pierre moins grande, qui fut brisée entre 1835 et 1840. Il est donc possible, qu’un dolmen ait été érigé là voici 4 à 5 000 ans, preuve d’un culte religieux, d’un témoignage de respect donné à ceux dont on voulait garder le souvenir et perpétuer la mémoire. Les environs de Lescure ne devaient guère être habités à cause des forêts et des précipices. Toutefois il se peut, que des druides aient eu quelques temples dans la région, l’église de Lunac ayant sans doute été construite sur l’emplacement d’un temple Païen.

Panissole[modifier | modifier le code]

Près du hameau de Flauzins, la rivière du Viaur, qui forme en ce lieu la limite entre le Rouergue et l'Albigeois, parcourt une gorge sauvage qui s'étend du Château de Roumégous jusqu'à l'église des Infournats. Dans cet étroit défilé, que l'on appelle localement Las Crincos de Flauzi, il y a sur la rive droite, à peu près aux deux tiers de la pente en partant du plateau du Ségala, une petite caverne nommée gléio de Panissolo. Cette « église de Panissole » mesure huit mètres de profondeur horizontale, sur six mètres de largeur et quatre à cinq mètres de hauteur. Actuellement elle ne sert plus que d'abri aux quelques moutons qui pâturent dans ces rochers abrupts. Pourtant on remarque au centre de la caverne une petite excavation rectangulaire (côtés de 18 et 20 cm sur 25 cm de profondeur), faite de main d'homme, qui a servi à maintenir un poteau de bois : ce détail indique que la cavité a été autrefois sommairement aménagée. Quant au nom commun gléio « église », il pourrait simplement souligner la forme de cette salle souterraine dont la voûte de pierre a pu être comparée à celle d'une église. Pour ce qui est du nom propre Panissole, il ne peut être compris que si l'on se rappelle que cette région de la vallée du Viaur, notamment les gorges qui s'étendent du château de Thuriès près de Pampelonne jusqu'au Pont du Diable, au-dessous de Bor-et-Bar, ont été au XVe siècle le théâtre de curieux évènements. C'est là en effet qu'à l'époque du Grand Schisme d'Occident ont vécu des partisans de l'antipape Benoît XIV, sous la conduite de Jean Carrier, prieur de Lédergues, qui s'était réfugié dans le château de Tourène (commune de Crespin), où il résista pendant deux ans, de 1421 à 1423, aux troupes qui voulaient s'emparer de lui. Comme on le sait, Jean Carrier fut finalement fait prisonnier et mourut en 1433.

Dans la lettre que le légat du pape écrivit aux consuls d'Albi pour leur demander de mettre fin à l'hérésie, il est question d'une caverne nommée Panisculeta : « in spelunca illa residentiae suae de Turenna dicta Panisculeta ». E. Cabié, qui cite ce texte, note que le nom propre Panisculeta est une allusion évidente à la ville espagnole de Peníscola (province de Castellón) où vivait alors l'antipape fugitif Benoît XIII (Pedro de Luna). Mais le nom commun spelunca l'embarrasse : il s'agit, écrit-il, d'« une sorte de métaphore injurieuse, car Tourène ne possède en réalité aucune trace de caverne ». Cette dernière remarque est entièrement juste : il n'y a pas en effet de grotte dans la région de Tourène. Toutefois, bien que la distance entre Tourène, résidence principale de Jean Carrier, et l'église de Panissole soit de l'ordre de 10 km, on peut se demander si les hérétiques, qui étaient nombreux dans la région de Flauzins, ne se réfugiaient pas non seulement dans le château, mais aussi dans la caverne. En ce qui concerne ce point particulier, un passage d'un texte de 1467 est intéressant. Il s'agit d'un procès mené par l'inquisiteur de Toulouse contre les deux enfants d'un forgeron du Coulet (paroisse de Montou et commune de La Salvetat-Peyralès), qui pendant plus de vingt ans, avaient dû prendre le maquis pour pouvoir rester fidèles à Jean Carrier. L'acte d'accusation précise en effet que ces intrépides sectateurs de l'antipape n'avaient pas hésité à abandonner tous leurs biens pour vivre pendant de longues années comme des animaux sauvages dans les bois et les cavernes de la contrée : « dicti tres preventi, relictis omnibus corum bonis, fugiendo consorcium ceterorum catholicarum… per XX annos et ultra steterunt bestialiter per nemora, cavernas et loca abscondita, ita quod non ambulabant nisi de nocte et per vias oblicas ut ab aliis Catholice Ecclesie cultoribus non caperentur nec cohiberentur a desistendo a via mala ». Comme tous les lieux liés aux tribulations de cette famille obstinée sont situés autour de Flauzins, depuis le moulin de La Soulayrié jusqu'à la chapelle de St-Amans-de-Cadoule, il est probable que la gléio de Panissolo leur a servi de refuge, d'autant plus qu'elle constitue la seule anfractuosité relativement spacieuse qui existe dans ce pays au sol schisteux, où les grottes proprement dites, par opposition aux simples cavernes d'effondrement – comme c'est ici le cas –, sont inconnues. Dans ces conditions, il semble que le nom propre Panissolo soit tout simplement l'adaptation en rouergat du toponyme espagnol Peñíscola qui était célèbre, on l'a déjà vu, parmi les partisans de Benoît XIII. Le mot espagnol, accentué sur l'antépénultième, a été normalement transformé en paroxyton en vertu d'une tendance fondamentale de la langue d'oc à l'élimination des proparoxytons. Une fois l'accent tonique reporté sur le o de l'avant-dernière syllabe, des modifications secondaires ont finalement transformé Peniscola en Panissolo. La forme latinisée Panisculeta témoigne du passage au a du e prétonique. Ensuite l'attraction du nom de plante panis a sans doute provoqué la déformation du suffixe –iscola.

Quant au nom commun gléio, il pourrait indiquer que la caverne de Panissole était devenue une véritable église du Désert où les amis de Jean Carrier célébraient leur culte clandestin, comme le feront deux siècles plus tard, dans un cadre géologique analogue d'escarpements schisteux, les Camisards des Cévennes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jean Bousquié), La Salvetat : Castèl-Marin, Crespin, L'Escura, Tairac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de La Salvetat, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 231 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-18-1, ISSN 1151-8375, BNF 36685850)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[12].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  9. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  10. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  11. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  12. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  13. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[54].
  • Cartes
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  2. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Lescure-Jaoul » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Lescure-Jaoul » (consulté le ).
  6. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  7. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Lescure-Jaoul » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aveyron » (consulté le ).
  9. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Lescure-Jaoul » (consulté le ).
  12. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  13. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Lescure-Jaoul » (consulté le ).
  15. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aveyron » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Fiche communale de Lescure-Jaoul », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  3. Sandre, « le Viaur »
  4. Sandre, « la Petite Serène »
  5. Sandre, « le Jaoul »
  6. « Les outils de gestion de la rivière », sur le site du Conseil départemental de l'Aveyron (consulté le )
  7. « SAGE du Viaur - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  8. « SAGE du bassin du Viaur - synthèse de l'état des lieux », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  9. « Le syndicat mixte du bassin versant du Viaur reconnu EPAGE du bassin du Viau », sur https://www.epage-viaur.com/ (consulté le )
  10. « EPAGE du bassin du Viaur - actions sur le terrain », sur https://www.epage-viaur.com/ (consulté le )
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Lescure-Jaoul et Le Sequestre », sur https://fr.distance.to/ (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Albi le Sequestre - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Albi le Sequestre - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Albi le Sequestre - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le )
  19. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Lescure-Jaoul », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « site Natura 2000FR7301631 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  21. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Lescure-Jaoul », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF la « Basse vallée du Viaur » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  23. « ZNIEFF la « Vallée du Viaur et ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  24. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  27. « Le SCOT du Centre Ouest Aveyron - documents », sur http://scot-centre-ouest-aveyron.proscot-eau.fr/ (consulté le )
  28. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le )
  29. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Liste des risques par commune », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le )
  30. « Rapport présentant les risques affectant la commune », sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le )
  31. « Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron - Le risque feu de forêt », sur le site de la préfecture départementale (consulté le )
  32. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  33. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de Lescure-Jaoul », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  34. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque de rupture de barrage », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le )
  35. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque radon », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le )
  36. « Article R1333-29 du code de la Santé publique », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le )
  37. « Arrêté du 27 juin 2018 portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le )
  38. « communauté de communes Aveyron Bas Ségala Viaur - fiche descriptive au 10 octobre 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  39. « Découpage électoral de l'Aveyron (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  40. Article L. 252 du Code électoral
  41. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le )
  42. « Candidatures au 1er tour pour Lescure-Jaoul », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  43. « Résultats du 1er tour pour Lescure-Jaoul », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  44. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  45. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le )
  46. « Arrêté n° 12-2016-12-16-003 du 16 décembre 2016 », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le )
  47. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le )
  48. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  49. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  50. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  51. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  52. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  53. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  54. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  55. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Lescure-Jaoul - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  56. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aveyron » (consulté le ).