La Graverie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Calvados
Cet article est une ébauche concernant une commune du Calvados.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Graverie
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Commune Souleuvre-en-Bocage
Statut Commune déléguée
Maire délégué Gérard Feuillet
2014-2020
Code postal 14350
Code commune 14317
Démographie
Gentilé Graverois
Population 1 184 hab. (2014)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 39″ nord, 0° 52′ 50″ ouest
Altitude Min. 79 m – Max. 165 m
Superficie 11,89 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Souleuvre-en-Bocage
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
La Graverie

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
La Graverie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Graverie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Graverie

La Graverie est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Souleuvre-en-Bocage.

Elle est peuplée de 1 184 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur du Bocage virois, sur la Vire. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la situe au centre de l'unité du Bassin de Vire caractérisée par « un ancien bocage fortement dégradé par les mutations agricoles » et un « habitat dispersé […] de schiste aux toits d’ardoise »[1]. Son bourg est à 6 km au sud-ouest du Bény-Bocage, à 6,5 km au nord de Vire et à 19 km au sud de Torigni-sur-Vire[2].

Le sud-ouest du territoire est traversé par la route départementale no 674, ancienne route nationale 174, qui traverse le bourg d'Étouvy voisin et permet l'accès à l'A84 par l'entrée 40 à Guilberville à 12 km au nord. Au sud, la D 674 rejoint Vire. Autre ancienne nationale (N 177), la D 577 reliant Caen à Vire emprunte le sud-est du territoire et permet un autre accès, vers Caen, à l'A84 par l'entrée 42 à Coulvain. La D 311 joint le bourg à Burcy au sud-est et la D 109 le relie au Bény-Bocage au nord-est.

Vue depuis les hauteurs de Sainte-Marie-Laumont vers le paysage embrumé du bassin de la Vire du sud de Sainte-Marie et du nord de La Graverie.

La Graverie est entièrement dans le bassin de la Vire qui limite le territoire à l'ouest. Son affluent, le ruisseau des Haises, borde la commune au nord, limite prolongée à l'est par le ruisseau de la Planche Vittard qui lui donne ses eaux.

Le point culminant (165 m) se situe au sud-est, près des lieux-dits le Brieu et le Parc Pic, sur une pente en limite avec Burcy où le sommet atteint 247 m. Le point le plus bas (79 m) correspond à la sortie de la Vire du territoire, au nord-ouest. La commune est étalée sur quatre vallons correspondant à autant d'affluents de la Vire.

La pluviométrie annuelle avoisine les 900 mm, valeur la plus basse du Bocage virois[3].

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, la Minière, les Quarterons, la Cointerie, la Minotière, la Hoguette, la Maubandière, la Locherie, la Picardière, les Graveries, Guillardel, la Diablère, Cante-Raine, la Vallée, la Larcherie, les Frairies, la Servicière, le Calvaire, la Lande, la Brunetière, la Chapelle aux Huants, la Forge, les Champs Vautier, le Pont du Mesnil, le Queillet, le Parc Pic, le Brieu, le Bas, la Bistière, la Mière, la Carvillière, la Blanquière, la Ruaudière, les Carrières, le Blanc Caillou, la Clouette, la Lande Peschard, le Bourg et la Chapelle Madeleine[4].

Communes limitrophes de La Graverie[5]
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Sainte-Marie-Laumont
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Carville (comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage), Le Bény-Bocage (comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage) Le Reculey
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
Étouvy
(comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage)
La Graverie[5]  (comm. nouv. de Souleuvre-en-Bocage) Le Désert
(comm. nouv. de Valdallière)
Coulonces
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Vire
(comm. nouv. de Vire-Normandie)
Burcy
(comm. nouv. de Valdallière)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Gravaria en 1261[6]. Le toponyme serait issu du bas latin grava, « pierre »[7], ou du gaulois grava, « sable »[6]. En ancien français, une graverie désignait une « espèce de corvée »[6].

Le gentilé est Graverois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , La Graverie intègre avec dix-neuf autres communes la commune de Souleuvre-en-Bocage[8] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Beaulieu, Le Bény-Bocage, Bures-les-Monts, Campeaux, Carville, Étouvy, La Ferrière-Harang, La Graverie, Malloué, Montamy, Mont-Bertrand, Montchauvet, Le Reculey, Saint-Denis-Maisoncelles, Sainte-Marie-Laumont, Saint-Martin-des-Besaces, Saint-Martin-Don, Saint-Ouen-des-Besaces, Saint-Pierre-Tarentaine et Le Tourneur deviennent des communes déléguées et Le Bény-Bocage est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant optenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1829   Vasnier    
1862   Thouroude    
1875   Leconte    
1894   Restout    
         
1959 1995 André Lerebours    
1995[13] mars 2013[14] Michel Leconte SE Agriculteur
mai 2013[15] décembre 2015 Gérard Feuillet[16] SE Retraité de l’agroalimentaire
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[16]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Souleuvre-en-Bocage le jusqu'en 2020 et Gérard Feuillet devient maire délégué.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 184 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour La Graverie[17]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Au XIXe siècle, La Graverie a compté jusqu'à 990 habitants en 1841. Ce maximum n'a été dépassé qu'au recensement de 1990. Selon les recensements récents, elle est tantôt la commune la plus peuplée du canton du Bény-Bocage (1999), tantôt la seconde (2006, 2010) après Saint-Martin-des-Besaces.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
883 774 901 965 924 988 990 956 975
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
919 929 821 793 776 804 915 762 747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
692 662 691 642 644 665 636 583 548
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
617 626 674 874 1 038 1 122 1 122 1 138 1 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006 [19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Parmi les activités agro-alimentaires situées sur le territoire de la commune, on peut citer notamment celles de la ferme de la Blanquière, spécialisée dans les modes de productions biologiques et partenaire de l'une des AMAP du Calvados.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive intercommunale de La Graverie fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[21].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 4.4.1 - Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 7 novembre 2015).
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 1er décembre 2010) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. La Graverie sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. a, b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 254
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. « Recueil des actes administratifs du 4 décembre 2015 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 26 avril 2016).
  9. « Résultats des élections régionales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 6 novembre 2016)
  10. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 novembre 2014)
  11. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 novembre 2014)
  12. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 novembre 2014)
  13. « Michel Leconte, maire, sera candidat en mars », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 novembre 2014)
  14. « Ouest-france.fr - Décès de Michel Leconte, maire de La Graverie » (consulté le 25 mars 2013)
  15. « Ouest-france.fr - La Graverie. Gérard Feuillet a été élu maire lundi soir » (consulté le 14 juin 2013)
  16. a et b Réélection 2014 : « Gérard Feuillet est reconduit dans ses fonctions », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  17. Date du prochain recensement à La Graverie, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. « Statue : saint Jean-Baptiste », notice no PM14000370, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – U.S. Int. La Graverie » (consulté le 6 novembre 2016)
  22. « Fiche Alexandre, Antonin des Rotours » (consulté le 30 juillet 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :