Jonathan Majors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jonathan Majors
Jonathan Majors en 2018.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jonathan Michael Majors
Nationalité
Formation
Yale School of Drama (en)
Duncanville High School (en)
Cedar Hill High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Films notables

Jonathan Majors est un acteur américain né le à Lompoc en Californie.

Au début des années 2020, il apparaît comme une étoile montante à Hollywood en jouant dans les films Creed 3 et Da 5 Bloods : Frères de sang ainsi que dans la série Lovecraft Country, puis en décrochant le rôle de Kang le conquérant dans l'univers cinématographique Marvel (film Ant-Man et la Guêpe : Quantumania, série Loki).

Cette ascension connaît une brusque halte en 2023, quand il est accusé de violences conjugales, de comportement toxique et d’intimidations sur les plateaux de tournage et dans sa vie privée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jonathan Michael Majors nait le à Lompoc en Californie[1]. Il vit très jeune sur la base militaire de Vandenberg, son père étant dans l'US Air Force. Sa mère est pasteur et il a une grande sœur (Monica) et un frère cadet (Cameron)[2],[3].

Sa jeunesse est marquée par de nombreux déménagements et surtout par le départ de son père, qui ne réapparait que 17 ans plus tard. Jonathan se réfugie dans sa passion pour le théâtre. Après le lycée, il s'inscrit à l'université de Caroline du Nord[4] puis à Yale en arts dramatiques[3]. Il y obtient son Master of Fine Arts en 2016[5].

Après une première apparition dans le film à sketches Do Not Disturb (2011), il décroche un rôle plus important dans When We Rise, mini-série sur la naissance des mouvements LGBT au lendemain des émeutes de Stonewall en 1969. Au cinéma, il incarne des personnages secondaires notamment dans le western Hostiles (2018) ou le biopic Undercover : Une histoire vraie (2019). Il se fait repérer avec son rôle dans The Last Black Man in San Francisco (2019)[3]. Le film est acclamé par la critique. Jonathan Majors reçoit plusieurs nominations pour sa performance, notamment aux Film Independent's Spirit Awards[6], qui est globalement très appréciée par les critiques[7],[8]. Barack Obama déclare par ailleurs que c'est l'un de ses films préférés de 2019[9].

En 2020, il tient l'un des rôles principaux de Da 5 Bloods : Frères de sang de Spike Lee. La révélation vient surtout de la série télévisée de Jordan Peele et Misha Green, Lovecraft Country. Il y incarne Atticus « Tic » Freeman qui, dans l'Amérique ségrégationniste des années 1950, part à la recherche de son père disparu et rencontre de terribles monstres sortis de l'univers de H. P. Lovecraft. Cela lui ouvre les portes de l'univers cinématographique Marvel : en cette année 2020, il est choisi pour incarner l'antagoniste principal Kang le Conquérant dans le film Ant-Man and the Wasp: Quantumania aux côtés de Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas et Michelle Pfeiffer (qui est sorti le ), rôle qu'il incarne également dans la série Loki[3]. Suite au verdict de son procès le 18 Décembre 2023, Disney et Marvel annoncent le renvoi de l’acteur des futurs projets. L’avenir de Kang au sein de l’univers étant incertain, le cinquième film Avengers a perdu son titre après l’annonce.

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Accusation de comportement toxique[modifier | modifier le code]

En février 2023, le réalisateur américain A.B Allen accuse Jonathan Majors de comportement inapproprié, le désignant : « d'être humain vieux, cruel et abusif, aussi bien dans la vie professionnelle qu'en privé »[10].

Arrestation pour motif de violences conjugales[modifier | modifier le code]

Il est arrêté à Manhattan le 25 mars 2023, sous les charges d'agression, tentative d'étranglement et harcèlement dans le cadre d'une dispute conjugale avec sa compagne, Grace Jabbari[11]. À la suite des accusations contre Majors, plusieurs studios de cinéma prennent leurs distances avec l'acteur[12]. Son apparition dans un spot publicitaire de l'armée de l'air américaine est alors supprimée[13].

En avril 2023, le manager ainsi que l'agence de relations publiques qui représentent l'acteur mettent un terme à leurs contrats respectifs[14].

Accusations d'agressions physiques et verbales[modifier | modifier le code]

En juin 2023, suivant une enquête de plusieurs mois menée par le magazine Rolling Stone, une vingtaine de membres d'équipes de films ainsi que d'anciennes compagnes de l'interprète témoignent et accusent Jonathan Majors de violences physiques et verbales sur plus d'une décennie[15],[16],[17].

Abus de pouvoir sur le tournage de Devotion[modifier | modifier le code]

En été 2023, il est révélé que Jonathan Majors a fait pleurer plusieurs membres du département des costumes pendant le tournage de Devotion. L'une des victimes raconte que l'acteur y a pris « une sorte de plaisir malsain »[18],[19].

Procès contre Grace Jabbari[modifier | modifier le code]

En fin novembre 2023, le procès commence à New York. Jonathan Majors plaide non coupable des accusations d'agression et d'harcèlement. Le 5 décembre, Grace Jabbari fournit un témoignage étayant l'affirmation de l'accusation selon laquelle Majors l'avait agressée et présente également des preuves au tribunal[20],[21].

Le 11 décembre 2023, Chloé Zoller, l'une des inconnues qui a rencontré Jabbari après l'agression présumée, déclare que Jabbari avait l'air « visiblement bouleversée » lorsqu'elle l'a vue dehors, mais qu'elle n'avait remarqué aucune blessure sur elle à ce moment-là. Une autre vidéo audio est publiée pendant le procès où Jonathan Majors crie sur Grace Jabbari tout en se décrivant comme un « grand homme » et en se comparant au pasteur baptiste Martin Luther King Jr. ainsi qu'à l'ancien président des Etats-Unis Barack Obama. Dans l'enregistrement audio, ce dernier exige qu'elle agisse comme Coretta Scott King et Michelle Obama[22],[23].

Pendant le procès face à son ancienne compagne qui l'accuse de violences conjugales, plusieurs SMS de l'acteur sont rendus publics, accablant Majors de violence physique et de chantage affectif[24].

Le 13 décembre, le juge présidant l'affaire autorise que des preuves clés soient rendues publiques, notamment des images de vidéosurveillance de l'agression présumée de Jonathan Majors sur Jabbari[25]. Les plaidoiries finales commencent le lendemain.

Le 18 décembre 2023, il est reconnu coupable par la justice américaine des accusations d'agression et de harcèlement[26],[27].

Pratique de la culture de l'intimidation[modifier | modifier le code]

Sur le plateau de tournage de Magazine Dreams dont la sortie est prévue pour fin 2023, plusieurs salariés déclarent avoir été victimes de nombreux actes d'intimidation de la part de l'acteur[28],[29].

Suite à la condamnation de Jonathan Majors pour agression et harcèlement, l'entreprise The Walt Disney Company revend les droits de distribution du film Magazine Dreams dont Majors avait le rôle principal[30].

Éviction du milieu hollywoodien[modifier | modifier le code]

Suite à son interpellation à Manhattan, Jonathan Majors est écarté du projet d'adaptation cinématographique du roman The Man In My Basement de Walter Mosley où il devait partager l'écran avec Willem Dafoe[31],[32].

Majors perd aussi son rôle-titre d'Otis Redding dans le futur biopic Otis and Zelma[33],[34].

En décembre 2023, peu de temps après avoir été reconnu coupable d'agression et d'harcèlement par le tribunal de New York, il perd en conséquence son rôle de Kang le conquérant dans l'univers cinématographique Marvel[35],[36].

En janvier 2024, après le procès attenté contre l'acteur, Jonathan Majors est licencié du biopic 48 Hours in Vegas centré sur le basketteur Dennis Rodman, le défenseur vedette de l'équipe américaine des Bulls de Chicago[37],[38].

Nouvelles accusations de violences conjugales et menaces de mort[modifier | modifier le code]

En février 2024, Emma Duncan, une ancienne conquête de Jonathan Majors de 2015 à 2019, témoigne dans le quotidien New York Times et reproche à son ancien conjoint d'avoir proféré des menaces de mort à son encontre. Elle accuse Majors de « l'avoir poussé sur un canapé et de l'avoir étranglé ». L'accusé lui aurait alors dit : « Je vais m'assurer que tu ne puisses pas avoir d'enfants ». L'article mentionne également qu'Emma Duncan avait subi une autre agression de la part de Jonathan Majors, lui laissant des ecchymoses sur plusieurs parties de son corps et révèle que Majors a « détruit des objets à de nombreuses reprises » pendant leur relation[39],[40].

Accusations d'emprise psychologique et provocation au suicide[modifier | modifier le code]

Le même mois, dans le quotidien The Guardian, Maura Hooper, une ancienne compagne que Jonathan Majors a fréquenté avant Emma Duncan témoigne et accuse le comédien d'emprise psychologique et d'isolation en affirmant qu'elle « n’était pas autorisée à parler de leur relation à qui que ce soit ». Maura Hooper révèle ainsi que Majors l'a « poussé à avorter » alors qu'elle était enceinte de lui, l’acteur n'étant pas venu la raccompagner après l'avoir emmener à une clinique d’avortement. Elle reproche également à Majors de lui avoir dit durant une conversation téléphonique : « J’espère que tu mourras. Suicide-toi…Je vais t’arracher de mon cœur comme je t’ai arraché ton bébé hors de toi »[41],[42].

Comportement inapproprié sur le tournage de Lovecraft Country[modifier | modifier le code]

Dans une enquête menée par le New York Times, neuf personnes ayant travaillé sur la série Lovecraft Country accusent Jonathan Majors de comportement inapproprié : «Il était souvent pote avec les hommes, mais avec les femmes, il se montrait irritable et enclin à se disputer ; les femmes sur le plateau se sont mises en garde les unes les autres pour qu’elles fassent preuve de prudence à son égard »[43].

L'une des femmes qui était assistante réalisateur sur le tournage accuse l'acteur d'avoir fait un « commentaire raciste sur son apparence ». Le rapport indique également que trois des femmes concernées dont une qui était assistante de production sont allées se plaindre de l'attitude problématique de Majors au producteur de la série : la chaine HBO[44],[45],[46].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Tim Greiving, « 'Last Black Man' actor finds the sensitive artist within himself and his character », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ) :

    « Majors, 30... »

  2. (en) « 'Last Black Man in San Francisco': Jonathan Majors on His Breakout Role and How Acting Served as a Guiding Light », sur The Hollywood Reporter (consulté le )
  3. a b c et d Biographie - Allociné
  4. (en) Ramin Setoodeh, « White Boy Rick Star Jonathan Majors on His Two Movies at the Toronto Film Festival », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « The Showcase of the Class of 2016 », Yale School of Drama (consulté le )
  6. (en) Tambay Obenson, « 'The Last Black Man in San Francisco': Jonathan Majors Is Suddenly Everywhere and Loving It », IndieWire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. (en-US) Manohla Dargis, « 'The Last Black Man in San Francisco' Review: Lost in a Dream City », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  8. (en-US) Maria Fontoura, « 'We're Gonna Win': 'Lovecraft Country' Star Jonathan Majors on Race and Redemption », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) Jordan Hoffman, « What Are Barack Obama's Favorite Movies and TV Shows of 2019? », Vanity Fair (consulté le )
  10. « Marvel : ces stars d'Hollywood témoignent contre Jonathan Majors après ses accusations de violence », sur hitek.fr, (consulté le )
  11. (en) « Jonathan Majors Arrested On Assault Charge In New York », sur HuffPost, (consulté le )
  12. « Violences conjugales : Hollywood tourne le dos à Jonathan Majors, la star de "Creed 3" », sur TF1 INFO, (consulté le )
  13. « Cette star de « Creed III » est lâchée par l’armée américaine après son arrestation », sur Le HuffPost, (consulté le )
  14. Condé Nast, « Jonathan Majors aurait été lâché par son manager et son agence de relations publiques », sur Vanity Fair, (consulté le )
  15. (en) Cheyenne Roundtree et Althea Legaspi, « Jonathan Majors’ ‘Extreme Abuse’ Allegedly Goes Back Nearly a Decade », sur Rolling Stone, .
  16. « Affaire Jonathan Majors : une enquête de Rolling Stone fait état d'un comportement toxique et violent sur près d'une dizaine d'années | COMICSBLOG.fr », sur www.comicsblog.fr (consulté le )
  17. « Marvel : le cas Jonathan Majors devient ingérable avec cette nouvelle enquête », sur hitek.fr, (consulté le )
  18. AlloCine, « Jonathan Majors : de nouvelles accusations contre le méchant Marvel révélées par une enquête », sur AlloCiné, (consulté le )
  19. Jolie Bobine, « Plus d'allégations d'abus de Jonathan Majors font surface à partir de «deux douzaines de sources» | Jolie Bobine », sur Jolie Bobine : actus cinéma, (consulté le )
  20. (en-US) Favour Adegoke, « Jonathan Majors Trial Day 8: Driver Brands Grace Jabbari As The Aggressor, Says She 'Hit' The Actor », sur The Blast, (consulté le )
  21. (en) A. B. C. News, « Jonathan Majors trial: Grace Jabbari testifies against ex-boyfriend in domestic violence case », sur ABC News (consulté le )
  22. (en) « Jonathan Majors Compares Himself to Martin Luther King Jr., Barack Obama in New Audio Clip from Ongoing Domestic Violence Trial | Exclaim! », sur Jonathan Majors Compares Himself to Martin Luther King Jr., Barack Obama in New Audio Clip from Ongoing Domestic Violence Trial | Exclaim! (consulté le )
  23. (fr-fr) Audio reveals Jonathan Majors telling ex-gf to act more like Michelle Obama and Coretta Scott King Consulté le .
  24. « Marvel : ce SMS accablant vient basculer le procès de Jonathan Majors », sur hitek.fr, (consulté le )
  25. (en-CA) « Jonathan Majors trial - live: Defence rests after damning Grace Jabbari videos released », sur ca.movies.yahoo.com, (consulté le )
  26. « Jonathan Majors reconnu coupable de coups et blessures sur son ex-compagne | COMICSBLOG.fr », sur www.comicsblog.fr (consulté le )
  27. (en) Ali Condon, « Jonathan Majors found guilty of assault and harassment », Pink News,‎ (lire en ligne)
  28. « Jonathan Majors visé par une nouvelle enquête décrivant son comportement “toxique et violent” », sur Premiere.fr, (consulté le )
  29. AlloCine, « Jonathan Majors : de nouvelles accusations contre le méchant Marvel révélées par une enquête », sur AlloCiné, (consulté le )
  30. Akibe Kone, « Disney revend les droits de diffusion de Magazine Dreams », sur Disneyphile, (consulté le )
  31. AlloCine, « Jonathan Majors et Marvel : quel avenir pour l'acteur accusé de violences domestiques ? », sur AlloCiné, (consulté le )
  32. « Jonathan Majors replaced from 'The Man in My Basement' amid domestic violence allegations », The Times of India,‎ (ISSN 0971-8257, lire en ligne, consulté le )
  33. Lara Clerc et AFP, « L’acteur Jonathan Majors reconnu coupable d’agression sur son ex-petite amie et exclu de Marvel », sur Libération (consulté le )
  34. (en-US) « Jonathan Majors Dropped From Unannounced Otis Redding Movie And Walter Mosely Film Adaptation », sur Yahoo News, (consulté le )
  35. « Marvel exclut Jonathan Majors coupable d’agression sur une ex-petite amie », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  36. Marcus Dupont-Besnard, « Marvel vire Jonathan Majors, coupable de violence conjugale : la fin de Kang ? », sur Numerama, (consulté le )
  37. « Marvel : Jonathan Majors est écarté de ce nouveau projet après sa condamnation », sur hitek.fr, (consulté le )
  38. « Jonathan Majors écarté du biopic sur Dennis Rodman après sa condamnation », sur Premiere.fr, (consulté le )
  39. Lara Clerc, « L’acteur américain Jonathan Majors à nouveau accusé de violences conjugales », sur Libération (consulté le )
  40. « L'acteur Jonathan Majors accusé de violences par deux autres femmes », sur Yahoo News, (consulté le )
  41. « Affaire Jonathan Majors : deux anciennes petites amies de l’acteur l’accusent aussi de violences », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  42. « Marvel : affaire Jonathan Majors, de nouveaux rebondissements », sur hitek.fr, (consulté le )
  43. Lara Clerc, « L’acteur américain Jonathan Majors à nouveau accusé de violences conjugales », sur Libération (consulté le )
  44. « Marvel : affaire Jonathan Majors, de nouveaux rebondissements », sur hitek.fr, (consulté le )
  45. (en-US) « Jonathan Majors accused of abuse by two more women, troubling behavior on 'Lovecraft Country' », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  46. (en) Angelina Chapin, « Jonathan Majors Faces Abuse Allegations From Two More Women », sur The Cut, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]