Je suis à l’Est !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Je suis à l’Est !
Auteur Josef Schovanec et Caroline Glorion
Pays France
Préface Jean Claude Ameisen
Genre Essai autobiographique
Éditeur Plon
Lieu de parution Paris
Date de parution 2012
ISBN 2259218865
Chronologie

Je suis à l’Est ! (sous-titre : Savant et autiste, un témoignage unique) est un essai autobiographique écrit par Josef Schovanec, cosigné avec Caroline Glorion, préfacé par Jean Claude Ameisen, et paru en 2012 aux éditions Plon. Constituant l'un des premiers récits de ce type publiés en France, c'est un succès éditorial traduit en 5 langues.

Résumé[modifier | modifier le code]

Josef Schovanec rédige un témoignage autobiographique basé sur son expérience de vie d'adulte autiste diagnostiqué tardivement avec un syndrome d'Asperger, en abordant son « parcours psy » et son décalage avec les personnes dites normales. Il considère sa particularité plus « comme une qualité que comme un handicap »[1]. Il décrit ses problèmes quotidiens, la difficulté à appréhender les codes sociaux et les relations humaines, ainsi que sa passion pour les livres et l'apprentissage des langues. Il insiste sur la nécessité de changer le regard porté sur l'autisme[2]. Le livre compte aussi un chapitre tenant davantage de l'essai, décrivant l'autisme.

Éditions[modifier | modifier le code]

La première édition paraît en 2012 chez Plon :

Une édition au Grand Livre du mois sort la même année[3]. L'édition de poche parue en 2013 chez Pocket contient une nouvelle postface de l'auteur[4].

Traductions[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage a été traduit en :

  • italien : Io penso diverso (2013)[5] ;
  • tchèque : O kolečko míň : můj život s autismem (2014)[6] ;
  • portugais : Sou autista (2014)[7] ;
  • allemand : Durch den Wind: Savant und Autist: Ein einzigartiges Zeugnis (2015)[8] ;
  • espagnol : Yo pienso diferente (2015)[9].

Analyses[modifier | modifier le code]

L'ouvrage a été analysé par les psychanalystes Odile Fombonne et Hervé Bentata :

Pour Odile Fombonne, le texte est relatif à une question d'identité[10]. Elle ajoute que le sujet montre un sentiment d'infériorité et donne l'impression d'appartenir à un autre monde[10]. D'après elle, contrairement à ce qu'exprime l'auteur lui-même, ce livre permet de comprendre pourquoi l'apprentissage et l'école ne suffisent pas à structurer les enfants avec syndrome d'Asperger : « On peut sans doute dire que la thérapie chez le psychanalyste, même si elle n’est peut-être pas dans ce cas tout à fait aboutie, a eu des effets positifs, des effets guérisseurs [...] »[10].

Hervé Bentata estime que ce livre « se démarque avec force des portraits robots de l’autisme », et que « ce texte porte le vœu de l’auteur d’une réelle prise en compte des autistes, comme personnes, dans notre société. Pas comme malades, handicapés, psychotiques… »[11]. Il souligne également une interrogation relative au lien social dans la société occidentale[11].

Choix terminologiques[modifier | modifier le code]

Josef Schovanec utilise souvent la formulation « personne avec autisme », expliquant continuer à l'employer « par provocation », et pour éviter de se définir uniquement par l'autisme[12]. Lors d'une interview avec Mathieu Vidard pendant l'émission La Tête au carré, il ajoute avoir fait ce choix terminologique pour introduire une distance entre les clichés sur l'autisme et le vécu des personnes[13].

Il nuance également le choix de sous-titre de l'ouvrage effectué par son éditeur, « Savant et autiste », en refusant de se définir par ses capacités intellectuelles ou comme un autiste « génial »[14], parlant d'un « fantasme du génie »[13].

Point de vue sur les personnes autistes[modifier | modifier le code]

Durant son intervention commune avec Josef Schovanec pendant l'émission La Tête au carré, Caroline Glorion s'indigne du fait que des personnes comme Josef puissent vivre dans une grande précarité, sans jamais se voir proposer de poste adapté à leurs compétences[13].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour Le Figaro, c'est un « témoignage unique et exceptionnel »[15]. La journaliste politique Sophie Coignard, dans Le Point, parle d'un « récit drôle et instructif » et d'un parcours psy « atterant » : « il connaît la froideur psychanalytique, la camisole chimique, l'erreur diagnostique »[16]. Elle salue le jeu de mots contenu dans le titre du livre[16]. Dans Science et pseudo-sciences, Brigitte Axelrad en parle comme d'un ouvrage rédigé avec une « syntaxe impeccable, une logique imparable et beaucoup d’humour », qui pousse à revoir les convictions sur l'autisme et à relativiser la notion de « norme »[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Je suis à l'Est ! : Savant et autiste : un témoignage unique - France Culture », sur France Culture (consulté le 8 mars 2018)
  2. Chrystel Chabert, « Josef Schovanec autiste Asperger : un livre et un doc hier soir sur France 2 », Culturebox,‎ (lire en ligne).
  3. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb436682359
  4. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43709158v
  5. (it) Josef Schovanec, Io penso diverso - Saggi stranieri, Rizzoli, 252 p. (ISBN 8858659279 et 9788858659274).
  6. (cs) « Život s autismem: O kolečko míň, o problém víc », http://www.ceskatelevize.cz/, (consulté le 5 mai 2016).
  7. (pt) Josef Schovanec, Sou Autista, Leya, (ISBN 9897411518 et 9789897411519).
  8. (de) Josef Schovanec, Durch den Wind: Savant und Autist: Ein einzigartiges Zeugnis, sphères, , 200 p. (ISBN 390593308X et 9783905933086).
  9. (es) « Yo pienso diferente », sur http://www.palabra.es/ (consulté le 17 avril 2016).
  10. a, b et c Fombonne 2013.
  11. a et b Bentata 2013.
  12. Schovanec 2012, p. 247.
  13. a, b et c Vidard 2012.
  14. Schovanec 2012, 4e de couverture.
  15. « Savant et autiste : un témoignage unique », Le Figaro (consulté le 17 avril 2016).
  16. a et b Coignard 2012.
  17. Axelrad 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]