Boulevard de la Villette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

10e, 19e arrts
Boulevard de la Villette
Image illustrative de l’article Boulevard de la Villette
Boulevard de la Villette au niveau de la station de métro Jaurès.
Situation
Arrondissements 10e
19e
Quartiers Saint-Vincent-de-Paul
Hôpital-Saint-Louis
Villette
Combat
Début 1, rue de Belleville et 137, rue du Faubourg-du-Temple
Fin 60, rue du Château-Landon et 2, rue d'Aubervilliers
Morphologie
Longueur 1 800 m
Largeur 42 m
Historique
Dénomination 1864
Ancien nom Boulevard de la Chopinette
Boulevard du Combat
Boulevard de la Butte-Chaumont
Boulevard de Bruxelles
Géocodification
Ville de Paris 9816
DGI 9838

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Boulevard de la Villette
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard de la Villette est une voie des 10e et 19e arrondissements de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Ce boulevard du nord parisien sépare, sur la longueur de son tracé, le 10e arrondissement du 19e.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le boulevard de la Villette porte le nom de l'ancienne commune de La Villette auquel il conduisait avant son annexion par Paris en 1860.

Historique[modifier | modifier le code]

Le boulevard vers 1900, par Eugène Galien-Laloue).

Cette ancienne voie des communes de Belleville et de La Villette prend son nom actuel en 1864.

Anciennement, c'était :

Le boulevard est créé en 1864 sur l'ancien mur des Fermiers généraux.

Cet ensemble qui était alors percé de quatre portes voit l'installation en de la première des 80 fontaines offertes à la ville de Paris par sir Richard Wallace, et qui prendront plus tard le nom de fontaines Wallace[1].

La partie de ce boulevard située entre la rue d'Aubervilliers et l'avenue de Flandre s'est appelée « boulevard de Bruxelles ».

En 1945, le boulevard est amputé et donne naissance à :

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Au no 127 se trouve la Plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (Pada)[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), tome II, p. 646.
  2. Article « La Mi-Carême », Le Petit Journal, p. 2, 5e colonne.
  3. Stéphane Kovacs, « Migrants : le sordide “trottoir des 40 000” », Le Figaro, samedi 9, dimanche 10 décembre 2017, p. 10.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]