Iteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Iteuil
Iteuil
Le château d'Aigne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées du Clain
Maire
Mandat
Françoise Micault
2020-2026
Code postal 86240
Code commune 86113
Démographie
Population
municipale
2 954 hab. (2018 en augmentation de 3,54 % par rapport à 2013)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 22″ nord, 0° 18′ 45″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 146 m
Superficie 22,05 km2
Élections
Départementales Canton de Vivonne
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Iteuil
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Iteuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Iteuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Iteuil

Iteuil est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Iteuil est une commune urbaine.

Les habitants d'Iteuil s'appellent les Iteuillais et les Iteuillaises.

La localisation[modifier | modifier le code]

Cette localité située sur la rive gauche du Clain, est à une douzaine de kilomètres au sud de Poitiers.

Les communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région d'Iteuil présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées. Le terroir se compose[1] :

  • pour 26 % de vallées et terrasses alluviales calcaires,
  • pour 36 % d'argile à silex peu profonde et pour 9 % de Bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) sur les plateaux du seuil du Poitou,
  • pour 30 % de groies superficielles dans les plaines (Les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Clain sur 2 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[2], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue −17,9 °C en 1985). °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les gares et les haltes ferroviaires sont situées, en dehors de la halte de Iteuil Centre :

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard situé 11 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d’Iteuil n’a pas toujours été écrit de la même façon au cours des siècles. Louis Redet dans son dictionnaire topographique a retrouvé des écritures qui vont d’Estolio Estolium en 954-955 à Iteuil en 1782 en passant par Istaol en 1108-1115, Istolio en 1149, Ytolium en 1269, Ytuel en 1324, Iteuilg en 1335, Iteuyl en 1398, Iteuilh en 1454 et Ysteuil en 1496.

L’origine du mot pourrait être :

  • soit «Estolium» qui signifierait armée de terre, compte tenu que la région a subi nombre d’invasions d’armées étrangères (romaines, wisigothes, arabes, anglaises...) ;
  • soit «Esteil» qui signifiait «pieu», indiquant qu’Iteuil était à l’origine un village entouré de pieux et de palissades ;
  • soit «Estolio» qui signifierait siège.

Ces trois acceptions possibles font référence aux troupes armées, à leurs actions et aux moyens de s’en protéger.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

On ne retrouve que peu de traces des premiers hommes qui occupèrent la région. Les premières traces que l’on trouve sont celles des légions romaines qui ont occupé la région durant plusieurs siècles. Des traces de leurs camps subsistent dans les bois de la Troussaye.

Iteuil a peut-être aussi été, en 507, le théâtre d’une bataille entre Francs et Wisigoths, souvent située à Vouillé. Clovis après son baptême, décida de chasser Alaric le Wisigoth hors de la Gaule. Les historiens s’accordent mal sur le lieu exact de cette bataille qui mit fin à la domination des Goths en Aquitaine. Elle aurait pu avoir lieu au nord de Mougon qui est précisément située à 15 kilomètres de Poitiers, à proximité de la voie romaine.

Les troupes de Clovis, après avoir remonté la Loire, puis la Vienne, auraient pu franchir le Clain par les nombreux gués (Maugué, Port de Laverré, la Grève, Lizelier) qui le traversent et s’attaquer aux troupes wisigothes installées dans une fortification édifiée à Maugué près des Brétinières.

Le hameau de Mougon tirerait peut-être son nom de « Mons Gothorum » qui signifie mont des Goths en souvenir du massacre des Goths par les troupes de Clovis. Des ossements trouvés, à hauteur de Mougon, lors des travaux de réalisation d'une route sont peut-être des restes de cette bataille célèbre.

Révolution française et Premier Empire[modifier | modifier le code]

Comme le reste de la France, Iteuil accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme l’enrôlement lors de la levée des 300 000 hommes de . Un second arbre est planté en 1798[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre du SIVA-SUD, le syndicat Intercommunal des vallées du sud, dont la mission est la gestion de l'eau et l'assainissement.

Le réseau d'électricité de la commune d'Iteuil est géré par la SOREGIES, le syndicat intercommunal d'électricité et d'équipement du département de la Vienne.

La commune adhère au SMAC, le syndicat mixte pour l'aménagement du Clain. Il a pour objet la réalisation des études et les travaux nécessaires à la régularisation de la rivière.

La commune est membre du syndicat mixte du Pays des Six Vallées. Le syndicat mixte permet à plusieurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) d’exercer certaines missions sur un territoire dépassant leur zone géographique de compétence respective. Un syndicat mixte est dit "ouvert" lorsque sa composition n’est pas limitée à des communes et leurs groupements, mais ouvert à d’autres collectivités. C’est le cas du syndicat mixte du Pays des Six Vallées qui est composé : de la communauté de communes Vallées du Clain, de la communauté de communes du Pays Mélusin, de la communauté de communes du Pays Vouglaisien et du conseil général de la Vienne. Le syndicat mixte a pour vocation de fédérer les collectivités territoriales et les acteurs du territoire autour d’un projet commun de développement durable. Il mène des actions dans les domaines du tourisme, du sport, de la culture et du développement économique au travers de tâches de coordination, d’animation et de mobilisation des acteurs du territoire.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936 ? Gérard de Montjou (1903-1998) RGR Propriétaire exploitant
Député de la Vienne (1951 → 1956)
Conseiller général du canton de Vivonne (1945 → 1964)
Chevalier de la Légion d'honneur
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 juin 1995 Hervé Manteau[4] (1919-2012) DVD puis RPR Dirigeant d'entreprise
Conseiller régional de Poitou-Charentes (1979 → ?)
Conseiller général du canton de Vivonne (1976 → 1994)
Vice-président du conseil général de la Vienne (1982 → 1994)
Officier de la Légion d'honneur
juin 1995 mars 2001 Claude Thouvenin[5] (1930-2013)    
mars 2001 mars 2008 Monique Beugnon DVD  
mars 2008 En cours Françoise Micault[6] (1957- ) DVD Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Iteuil est jumelée avec Bugbrooke (Angleterre).

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2018, la commune comptait 2 954 habitants[Note 1], en augmentation de 3,54 % par rapport à 2013 (Vienne : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6736407027739499519739821 000
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0001 0601 0911 1001 1041 1281 1381 1211 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1481 1031 1029029721 0231 0541 0421 068
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1081 3741 8592 3092 6792 8142 7662 8812 930
2018 - - - - - - - -
2 954--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 128 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Les dernières statistiques démographiques pour la commune ont été fixées en 2009 et publiées en 2012. Il ressort que la mairie administre une population totale de 2 899 personnes. À cela il faut soustraire les résidences secondaires (60 personnes) pour constater que la population permanente sur la commune de Iteuil est de 2 839 habitants.

En 2006, selon l'Insee :

  • Le nombre de célibataires était de 32,1 % dans la population,
  • Les couples mariés représentaient 57,6 % de la population et les divorcés 5,5 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 4,8 %.

La répartition de la population par sexe est la suivante (Insee) :

  • en 2010 : homme 49,1 %, femme 50,9 %.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Iteuil dépend de l'académie de Poitiers et les écoles primaires de la commune dépendent de l'inspection académique de la Vienne. La commune possède une école maternelle publique et une école primaire publique.

Sports[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis sa création en 1988, a lieu le tournoi international Espoirs Poitou-Charentes, une compétition de tennis qui voit s'affronter les meilleurs jeunes joueurs européens. Beaucoup de champions actuels sont passés, à l'âge de 13 ou 14 ans, par ce tournoi[11].

La commune possède :

  • un complexe sportif et socioculturel qui est un lieu de rencontres sportives et culturelles ;
  • une piscine estivale extérieure qui ouvre ses portes au public en juillet et août ;
  • un stade de football qui dispose d'un terrain d'honneur, de terrains d'entraînement et d'une tribune ;
  • quatre courts de tennis dont deux couverts et un club house ;
  • deux terrains de boules ombragés sont accessibles : l'un entre la Poste et l'église, l'autre au terrain de la Grève.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[12], il n'y a plus que 16 exploitations agricoles en 2010 contre 19 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont légèrement diminué et sont passées de 1 391 hectares en 2000 à 1 306 hectares en 2010. 63 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 22 % pour les oléagineux (colza et tournesol) et 4 % reste en herbes[12].

L'élevage de volailles, en hausse, est important et concentré : 2 234 têtes en 2000 répartis sur cinq fermes pour 2 551 têtes en 2010 répartis sur six fermes. L'élevage des ovins connait un très petit essor : 40 têtes sur trois fermes en 2010 (zéro en 2000)[12].

Activité et emploi[modifier | modifier le code]

Le taux d'activité, selon l'Insee, était de 74,9 % en 2006 et 71,8 % en 1999.

Le taux de chômage en 2006 était de 5,5 % et en 1999 il était de 7,5 %.

Les retraités et les pré-retraités représentaient 17,5 % de la population en 2006 et 12,7 % en 1999.

Commerces[modifier | modifier le code]

Selon l'Insee, en 2012, il restait sept commerces à Iteuil :

  • une supérette,
  • une boulangerie,
  • une boucherie-charcuterie,
  • une librairie-papeterie-Journaux,
  • deux magasins de vêtements,
  • un fleuriste.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Saturnin des XIIe, XVIe et XIXe siècles est en pierre. Le chœur a été construit en 1874. Huit stalles en chêne datent du XVe siècle.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Aigne, dont le portail est inscrit comme monument historique depuis 1975. Le château est de style Renaissance. Il a été très restauré au XIXe siècle, ce qui lui a fait perdre son authenticité. La seigneurie d'Aigne a d'abord été tenue par la Maison de Lusignan puis de celle de Vivonne. Le château fort fut construit en 1442 par Jean II de Vivonne à l'emplacement d'une villa romaine transformée en vicaria à la fin de l'Antiquité. Le château est en partie détruit en 1564, pendant les guerres de religion. Il est réparé de 1600 à 1610 par le comte de Châtellerault, ami du roi Henri III, puis par sa veuve. Les terrasses datent de cette époque. Le château est dégradé pendant la période révolutionnaire puis abandonné. Le château est racheté en 1875 par Paul Guimaud qui le restaure.
  • Le château de la Gruzalière : il date du milieu du XVIe siècle. Il a été la propriété de la famille de Vivonne jusqu'en 1696. Puis, à partir de cette date, plusieurs familles vont l'habiter. Des restaurations successives ont modifié l'architecture initiale du château, dotant le bâtiment de fronchignons, de rosaces ou d'angelots. L'aile en arcade de la partie nord a disparu.
  • Le manoir les Genèbres, du XIXe siècle, connu pour avoir été habité par des personnalités locales, mesdemoiselles de la Guérivière. À leur mort, ces dernières l'ont confié à une grande famille du Poitou avec laquelle elles étaient parentes.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Selon l'Inventaire des arbres remarquables de Poitou-Charentes[13], il y a six arbres remarquables sur la commune qui son t:

Les zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [14] sont au nombre de quatre et couvrent 2 % de la surface communale : l'Ile du Divan, le Granit, les Sources Tuffeuses de Port Laverre et les prairies inondables du Port et de la Grève.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Michel Bounilot (Bounillau) baptisé le à Iteuil (Saint-Saturnin)- fils de Denis Bounilot et Françoise Cadine résidant à Iteuil. Michel Bounilot migrant québécois

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – Novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  3. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 199
  4. « Hervé Manteau, ancien maire d'Iteuil », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  5. Avis d'obsèques de Claude Thouvenin, sur dansnoscoeurs.fr
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. http://www.iteuil.fr/page.php?id=83
  12. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  13. Poitou-Charentes Nature, 2000
  14. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011