Fleurat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fleurat
Fleurat
Vue de Fleurat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Le Grand-Bourg
Intercommunalité Monts et Vallées Ouest Creuse
Maire
Mandat
Didier Bardet
2014-2020
Code postal 23320
Code commune 23082
Démographie
Gentilé Fleuratoise, Fleuratois
Population
municipale
305 hab. (2016 en augmentation de 6,64 % par rapport à 2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 29″ nord, 1° 40′ 47″ est
Altitude Min. 349 m
Max. 539 m
Superficie 12,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Fleurat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Fleurat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleurat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleurat
Liens
Site web http://www.fleurat.fr/

Fleurat (Fleurac en occitan marchois, prononcé « Fleura ») est une commune française située dans le département de la Creuse, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Fleuratois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Fleurat est constituée du bourg et des 12 villages suivants : Les Boueix, Brézenty, Les Fougères, Les Grandes-Loges, La Grange, Les Parinauds, Les Petites-Loges, Le Peux, Les Plats, Pradeau, Le Trois-et-Demi et du Vergnoux.

Le territoire de la commune est traversé par la Brézentine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Fleurat commence au bord de la nationale 145 à l'échangeur avec la D912 au lieu-dit le « Trois-et-Demi ». Situé à trois lieues et demi (17 km environ) de Guéret et La Souterraine, ce fut un carrefour sur la Route de St Jacques de Compostelle joignant Bourges à Limoges, puis un Relais de Poste où s'arrêtaient les diligences pour que chevaux et cochers reprennent des forces. Le relais a subi l'air du temps et de la vitesse: le bar et la station-service ne sont plus qu'un simple hameau au bord de la voie express.

Dès l'Antiquité, les chars à bœufs gaulois, puis les courriers de César ont fait boire leur bête à la « taberna » du Trois-et-Demi sur la « via » menant de Garactus (Guéret) à Bretum (Bridiers). Un petit aqueduc romain, découvert sous une pierre plate, dans le pâturage des « Hercules » continue à apporter de l'eau au village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fleurat appartient au canton du Grand-Bourg, dont le conseiller départemental est Bertrand Labar

Fleurat était jusqu'en 2012 rattaché à la 1re circonscription composée des cantons de Bénévent-l'Abbaye, Bonnat, Bourganeuf, Dun-le-Palestel, Le Grand-Bourg, Guéret-Nord, Guéret-Sud-Est, Guéret-Sud-Ouest, Saint-Vaury, La Souterraine. Le député de cette circonscription était Michel Vergnier (PS).

Depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, la Creuse ne comporte plus qu'une seule circonscription. Lors des élections législatives françaises de 2012, Michel Vergnier qui était le député (PS) de la 1re circonscription depuis 1997 a été élu député de la Creuse face à Jean Auclair qui était le député (UMP) de la deuxième circonscription.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 En cours Didier Bardet PS Retraité de l'enseignement
Ancien conseiller général (2011-2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2016, la commune comptait 305 habitants[Note 1], en augmentation de 6,64 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558602526679738710756771792
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
760765765712744693732734707
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
725693667590570523515499395
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
347316281253255273261286305
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le lavoir et la fontaine du village de Brézenty, le lavoir et la fontaine du village de Pradeau, le lavoir du village du Peux.
  • La place Saint Michel à Fleurat.
  • L'église Saint-Michel de Fleurat, citée en 1282 comme chapelle des templiers[5], et remaniée aux XIXe et XXe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules Marouzeau (1878-1964), latiniste et stylisticien français, est né à Fleurat. Reçu second à l'agrégation de lettres, docteur ès lettres en 1910, il a enseigné pendant de longues années la langue et la stylistique latine à la Sorbonne et fut membre de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres). Grand savant et pédagogue, Jules Marouzeau a rédigé des manuels fort prisés sur la langue latine et la linguistique. Enfin, il a décrit dans Une Enfance, paru en 1937, ses années d'internat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  5. Jean-Marie Allard, « Templiers et Hospitaliers en Limousin au Moyen Âge. État de la recherche et nouvelles considérations. », Revue Mabillon, no 14,‎ , p. 74 (doc. 1) (lire en ligne)
    23 juin 1282: « Item, quia ecclesia seu cappella de Floyrat fuit actenus achephala, arbitri predicti arbitrando pronunciaverunt eam esse subjectam ecclesie Sancti Prejecti la Planha, et quod... ».


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :