Islam au Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam image illustrant le Royaume-Uni
Cet article est une ébauche concernant l’islam et le Royaume-Uni.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

L'Islam au Royaume-Uni est la deuxième religion la plus répandue sur ce territoire selon les résultats du recensement national publié en janvier 2016, établissant la population musulmane britannique à 3 114 992 individus, soit 5,4 % de la population de l'Angleterre et du Pays de Galles. La majeure partie des musulmans du Royaume-Uni vit en Angleterre, ils y sont 3 046 607 résidents. Plus de 50% des 3 114 992 de musulmans britanniques sont nés en dehors du Royaume-Uni [1].

En 1991, le nombre de musulman au Royaume-Uni se situait à un peu moins d'un million - 950 000 - soit 1,9 % de la population britannique.

Données globales[modifier | modifier le code]

La majorité des musulmans du Royaume-Uni appartient au courant sunnite[2].

Pourcentage de musulmans dans quelques villes du Royaume-Uni (recensement de 2011)[3] :

Pourcentage de musulmans dans quelques villes du Royaume-Uni (recensement de 2014)[1] :

Musulmans issus de l'Empire britannique[modifier | modifier le code]

Le plus grand groupe ethnique des musulmans britanniques est pakistano-britannique à 38%[4],[5].

Ce chiffre est dû à la considérable vague d'immigration provenant de l'ancien Empire britannique depuis les années 1950 (Pakistan, Bangladesh, Inde)[6].

Conversions[modifier | modifier le code]

En 2011, une étude de la Swansea University for the charity Faith Matters estime que le Royaume-Uni pourrait compter environ 100 000 convertis à l'islam, soit 40 000 de plus qu'en 2001[7], dont 66% de femmes. Il y avait environ 5 200 conversions à l'Islam en 2011[réf. nécessaire][8]. L'islam est la deuxième confession dont la croissance est la plus rapide au Royaume-Uni après l'irréligion, et ses adhérents ont l'âge moyen le plus bas de tous les principaux groupes religieux[9]. Entre 2001 et 2009, la population musulmane a quasiment augmenté dix fois plus rapidement que la population non-musulmane[10]. En 2007, il y aurait plus de 1 500 mosquées dans ce pays[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Selon une étude de l'Elliott School of International Affairs de l'Université George Washington, le Royaume-Uni se classe parmi les dix premiers pays du monde retranscrivant le mieux dans leurs lois les valeurs du Coran[12],[13].

Selon le Daily Mail, le prénom « Mohammed » est le plus donné aux enfants nés au Royaume-Uni en 2015[14].

Islam radical[modifier | modifier le code]

Concernant la place de l'islam radical, il est relevé fin 2015 que 30 % des terroristes britanniques impliqués dans des attentats islamistes ont suivi des études supérieures. Certains campus sont pointés du doigt, ayant laissé prospérer des prêcheurs radicaux opérant sous couvert d'associations confessionnelles. La féministe iranienne Maryam Namazie relève alors que ses propres conférences sur l'athéisme et le droit des femmes ont été annulées car jugées discriminantes : « c'est moi qui ai une image controversée tandis que les associations islamistes détiendraient la légitimité par défaut »[15].

La chercheuse Laetitia Strauch-Bonart note que les Britanniques sont moins enclins à parler d'« insécurité culturelle » comme en France, tolérant des quartiers où le séparatisme identiaire est fort. Cependant, le multiculturalisme anglo-saxon perd de son lustre à partir des années 2010, notamment après la découverte de tentatives de mise en œuvre dans des écoles de Birmingham d'une philosophie et de pratiques salafistes, ainsi que de la mise en lumière de gangs de musulmans qui ont exploité sexuellement et violé plusieurs centaines de filles mineures[16].

La philosophe et sociologue algérienne Marieme Helie Lucas rappelle l'existence au Royaume-Uni de tribunaux locaux exerçant la charia, « dont les jugements sont officiellement entérinés bien qu'ils dénient aux femmes des droits reconnus sous la loi britannique »[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.dailymail.co.uk/news/article-3424584/Muslims-UK-3-million-time-50-born-outside-Britain-Number-country-doubles-decade-immigration-birth-rates-soar.html#reader-comments
  2. UK Masjid Statistics Muslims In Britain (2010-08-18).
  3. (en)Some actual facts about Muslims in Birmingham
  4. Alison Shaw, « Review of Crime and Muslim Britain: Culture and the Politics of Criminology among British Pakistanis by Marta Bolognani », Journal of Islamic Studies, Oxford Journals, vol. 22, no 2,‎ , p. 288–291 (DOI 10.1093/jis/etr020, lire en ligne)
  5. Muslims in Britain: an Introduction, Cambridge: Cambridge University Press, pp.xvii + 318, ISBN 978-0-521-83006-5
  6. (en) « Born Abroad - Countries of birth », BBC Online,‎ (consulté le 16 février 2008)
  7. BBC: Converting to Islam - the white Britons becoming Muslims, 4 January 2011
  8. UK Census Results: Religion'
  9. 'UK Census: religion by age, ethnicity and country of birth' 16 May 2013, Ami Sedghi, The Guardian
  10. Muslim population 'rising 10 times faster than rest of society' 30 January 2009, Richard Kerbaj, The Sunday Times
  11. (en) Dominic Casciani, « The battle over mosque reform », BBC News,‎
  12. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ireland/10888707/Ireland-leads-the-world-in-Islamic-values-as-Muslim-states-lag.html
  13. « http://relooney.fatcow.com/SI_Expeditionary/0-Important_87.pdf » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  14. Mohammed tops the list of most popular baby boy names in England and Wales as Oliver and Amelia stay favourites (and there are even a few Corbyns!)
  15. Florentin Collomp, « Les universités du Royaume-Uni, foyers d'agitation islamiste », Le Figaro, jeudi 31 décembre 2015, page 6.
  16. Laetitia Strauch-Bonart, interviewée par Alexandre Devecchio, « Ce que révèle l'élection de Sadiq Khan à la mairie de Londres », lefigaro.fr, 6 mai 2016.
  17. Marieme Helie Lucas, interviewée par Marc Weitzmann, « Ce qui était visé est la place des femmes en Europe », Le Magazine littéraire no 566, avril 2016, pages 86-89.