État-major particulier du président de la République française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

État-major particulier du président de la République française
Image illustrative de l’article État-major particulier du président de la République française

Image illustrative de l’article État-major particulier du président de la République française
Titulaire actuel
Amiral
Jean-Philippe Rolland

depuis le

Création 1879
Mandant Président de la République française
Premier titulaire François Pittié
Résidence officielle palais de l'Élysée, Paris (VIIIe)

L'état-major particulier du président de la République française (EMP), auparavant appelé maison militaire, secrétariat général militaire ou cabinet militaire du président de la République, est un état-major servant d'interface entre le président de la République et les forces armées. Le Premier ministre et le ministre des Armées disposent quant à eux d'un cabinet militaire.

Rôle[modifier | modifier le code]

Sous la Ve République, cette structure est placée sous l'autorité d'un officier général (général d'armée, général d'armée aérienne ou amiral), qui porte le titre de chef de l'état-major particulier du président de la République (CEMP). Il est secondé par des officiers supérieurs ou généraux de chaque armée (terre, air, mer) et des services interarmées (Service du commissariat des armées et Service de santé des armées). Les aides de camp du président lui sont en outre rattachés.

Membre du cabinet du président, le chef de l'état-major particulier est le principal collaborateur militaire du chef de l'État. Il l'accompagne dans tous ses déplacements et l'assiste et le conseille dans son rôle de « chef des armées » institué par l'article 15 de la constitution de la Ve République. Il assure notamment la permanence opérationnelle des forces nucléaires (transmission de l'ordre de tir via le poste de commandement Jupiter enfoui sous le palais de l'Élysée), prépare les conseils de défense et assure la liaison avec le ministère des Armées et l'état-major des armées[1].

Trois récents occupants de ce poste (les généraux d'armée Henri Bentégeat et Jean-Louis Georgelin, l'amiral Édouard Guillaud), ainsi que quelques autres auparavant (les généraux d'armée Guy Méry et Claude Vanbremeersch, le général d'armée aérienne Jean Saulnier, l'amiral Jacques Lanxade), ont été par la suite nommés chef d'état-major des armées. En parallèle, deux anciens chefs d'état-major particulier, les généraux d'armée Jean-Louis Georgelin et Benoît Puga, sont ensuite devenus Grands chanceliers de la Légion d'honneur[2],[3].

Chefs de la maison militaire du président de la République (1879-1940)[modifier | modifier le code]

La maison militaire du président de la République est formée par le président Mac Mahon mais n'est institutionnalisée qu'en 1880. Ce groupe d'officiers est chargé de conseiller le président dans les affaires touchant à l'armée, qui sont, sous la IIIe République, surtout des questions de cérémonie. Cette affectation est néanmoins recherchée car elle permet de nouer des contacts dans les milieux politiques parisiens qui peuvent faciliter une carrière militaire[réf. nécessaire]. Son chef est également secrétaire général militaire de la présidence[4].

Grade au moment
de la nomination
Chef de la maison militaire Décret
de nomination
Président de la République
général de division François Pittié Jules Grévy
général de brigade Henri Brugère Sadi Carnot
général de brigade Léon Borius [5]
général de brigade Ulysse Berruyer [6] Jean Casimir-Perier
général de brigade Charles Tournier [7] Félix Faure
général de brigade Alexis Hagron [8]
général de brigade Maurice Bailloud [9] Émile Loubet
général de brigade Émile Dubois [10]
colonel Charles Ebener
capitaine de vaisseau Alexandre Laugier Armand Fallières
capitaine de vaisseau Marcel Grandclément
général de division Antoine Beaudemoulin [11]
général de division Jean-Baptiste Pénelon [4] Raymond Poincaré
général de brigade Henri Lasson [12] Alexandre Millerand
général de division Charles Braconnier [13] Paul Doumer
général de division [14] Albert Lebrun

Secrétariat général militaire de la présidence[15] (IVe République)[modifier | modifier le code]

Chefs d'état-major particulier du président de la République (Ve République)[modifier | modifier le code]

Armée Grade au moment
de la nomination
Chef d'état-major particulier Arrêté ou décision
de nomination
Président de la République
Armée de terre général de division Henri Grout de Beaufort [16] Charles de Gaulle
Armée de terre général de corps d'armée Jean Olié [17]
Armée de terre général de corps d'armée Louis Dodelier [18]
Armée de l'air général de brigade aérienne Gabriel Gauthier [19]
Marine nationale vice-amiral Jean Philippon [20]
Armée de terre général de division André Lalande [21]
Armée de terre général de division Jean Deguil [22] Georges Pompidou
Armée de terre général de corps d'armée Michel Thénoz [23]
Armée de terre général de division Guy Méry [24] Valéry Giscard d'Estaing
Armée de terre général de division Claude Vanbremeersch [25]
Armée de terre général de corps d'armée Bertrand de Montaudouïn [26]
Armée de l'air général de corps aérien Jean Saulnier [27] François Mitterrand
Armée de terre général d'armée Gilbert Forray [28]
Armée de l'air général de corps aérien Jean Fleury [29]
Marine nationale vice-amiral Jacques Lanxade [30]
Armée de terre général de division Christian Quesnot [31]
général d'armée [32] Jacques Chirac
Marine nationale vice-amiral Jean-Luc Delaunay [33]
Armée de terre général de division Henri Bentégeat [34]
Armée de terre général de corps d'armée Jean-Louis Georgelin [35]
Marine nationale vice-amiral Édouard Guillaud [36]
vice-amiral d'escadre [37] Nicolas Sarkozy
amiral [38]
Armée de terre général de corps d'armée Benoît Puga [39]
général d'armée [40] François Hollande
Marine nationale amiral Bernard Rogel [41]
[42] Emmanuel Macron
amiral Jean-Philippe Rolland [43]

Adjoints au chef d'état-major particulier[modifier | modifier le code]

Adjoint Terre[modifier | modifier le code]

Grade au moment

de la nomination

Nom Arrêté ou décision

de nomination

Chef d'état-major particulier Président
colonel Didier Castres [44] Jean-Louis Georgelin Jacques Chirac
[45] Édouard Guillaud Nicolas Sarkozy
colonel Éric Bucquet [46]
[47] Benoît Puga François Hollande
colonel Pierre Schill [48]
[49] Bernard Rogel Emmanuel Macron
colonel Valéry Putz [50]

Adjoint Marine[modifier | modifier le code]

Grade au moment

de la nomination

Nom Arrêté ou décision

de nomination

Chef d'état-major particulier Président
capitaine de vaisseau François-Xavier Blin [51] Benoît Puga François Hollande
[49] Bernard Rogel Emmanuel Macron
capitaine de vaisseau Jacques Fayard [50]
capitaine de vaisseau Nicolas Lambropoulos [52]

Adjoint Air[modifier | modifier le code]

Grade au moment

de la nomination

Nom Arrêté ou décision

de nomination

Chef d'état-major particulier Président
colonel Fabien Mandon (d) [53] Bernard Rogel Emmanuel Macron

Adjoint Commissariat des armées[modifier | modifier le code]

Président Chef d'état-major
particulier
Grade au moment

de la nomination

Nom Arrêté ou décision

de nomination

François Mitterrand Jacques Lanxade commissaire en chef
de 2e classe de la Marine
Pierre Laroche [54]
Christian Quesnot commissaire principal
de la Marine
Antoine d'Elloy de Bonninghen [54]
Jacques Chirac commissaire en chef
de la Marine
[55]
commissaire en chef
de la Marine
Jean-Marc Lefranc [56]
Jean-Luc Delaunay
Henri Bentégeat commissaire en chef
de la Marine
Serge Peron [57]
Jean-Louis Georgelin commissaire en chef
de la Marine
Bruno de la Follye de Joux [58]
commissaire en chef
de la Marine
Marin Pelletier Doisy [59]
Édouard Guillaud
Nicolas Sarkozy [45]
commissaire en chef
de la Marine
Philippe Jacob [60]
Benoît Puga
commissaire en chef
de 1re classe
Bernard Abbo [61]
François Hollande [47]
commissaire en chef
de 2e classe
Jérôme Theillier [62]
Bernard Rogel
Emmanuel Macron commissaire en chef
de 1re classe
[49]
Jean-Philippe Rolland[note 1] commissaire en chef
de 1re classe
Jean Le Roch [63]

Médecin-chef de la présidence (Service de santé des armées)[modifier | modifier le code]

Président Grade au moment
de la nomination
Nom Date et décret de nomination
Charles de Gaulle André Lichtwitz
Georges Pompidou
Valéry Giscard d'Estaing
François Mitterrand Médecin Général Claude Kalfon 1981
Jacques Chirac [55]
Médecin Général Jack Dorol [64]
Nicolas Sarkozy [45]
Médecin en chef Christophe Fernandez [65]
Médecin en chef Sergio Albarello [66]
François Hollande [47]
Médecin en chef Jean-Christophe Perrochon [67]
Emmanuel Macron [49]

Aides de camp[modifier | modifier le code]

Le président de la République, en tant que chef des armées, bénéficie d'aides de camp issus de chaque armée (terre, air, mer). Sous la présidence de Charles de Gaulle, ils étaient au nombre de trois ; de Georges Pompidou à Jacques Chirac, ils sont deux, nombre ramené à trois par Nicolas Sarkozy en 2007 et inchangé sous François Hollande et Emmanuel Macron[68].

Les aides de camp suivent le président dans tous ses déplacements, qu'il soit à caractère civil ou militaire, public ou privé[69],[70],[71], sur le territoire national ou à l'étranger[72] et dorment dans une chambre à proximité de celle du président[73]. Leur mission la plus visible est de transporter la mallette liée à l'utilisation de l'arme nucléaire[72] ; on peut aussi les apercevoir lorsqu'ils déposent le discours du président sur le pupitre à son arrivée[74]. Dans les cérémonies militaires, ils guident le président en lui indiquant le chemin à suivre ; en outre, ils tiennent une note avec inscrites les phrases protocolaires lors des remises d'insignes et de décorations. Ils sont également chargés de préparer les déplacements du président et de s'occuper de son emploi du temps[75].

Lors des déplacements, l'aide de camp est placé à l'avant de la voiture présidentielle, à la place dite du « mort »[76],[75].

Le signe distinctif des aides de camp est le port des aiguillette et ferrets dorés ou argentés à l'épaule droite.

Armée de terre (depuis 1958)[modifier | modifier le code]

Président Grade au moment
de la nomination
Nom Date et décret de nomination
Charles de Gaulle Jean Martin d'Escrienne 1966-1969 [77]
Georges Pompidou
Valéry Giscard d'Estaing
François Mitterrand Lieutenant-colonel Philippe Mercier [78]
Lieutenant-colonel Jean-Pierre Meyer 1988
Lieutenant-colonel Thierry Cambournac [79]
Lieutenant-colonel Peer de Jong [80]
Jacques Chirac [55]
Lieutenant-colonel François Labuze [81]
Nicolas Sarkozy [82]
Lieutenant-colonel Patrick Steiger [83]
Lieutenant-colonel
Lieutenant-colonel
Jean Laurentin
Damien Wallaert

[84]
[85]
François Hollande Lieutenant-colonel Yann Latil [86]
Lieutenant-colonel Arnaud Guerry [87]
Emmanuel Macron [49]
Lieutenant-colonel Vincent Minguet [88]

Marine et Air (1969-2007)[modifier | modifier le code]

Nota : de 1969 à 2007, les aides de camp sont au nombre de deux : un est toujours issu de l'Armée de terre, le second étant alternativement choisi dans l'Armée de l'air et la Marine nationale[68].

Président Armée Grade au moment
de la nomination
Nom Date et décret de nomination
Georges Pompidou
Valéry Giscard d'Estaing
François Mitterrand Armée de l'air Lieutenant-colonel Philippe Mechain [89]
Marine nationale Capitaine de frégate Yann Tainguy [89]
Armée de l'air Lieutenant-colonel Xavier Laure [90]
Jacques Chirac [55]
Marine nationale Capitaine de frégate Benoît Lugan [91]
Armée de l'air Lieutenant-colonel Joël Rode [89]
Marine nationale Capitaine de frégate Thierry Durteste [92]
Nicolas Sarkozy [45]

Armée de l'air (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Président Grade au moment
de la nomination
Nom Date et décret de nomination
Nicolas Sarkozy Lieutenant-colonel Siegfried Usal [93]
François Hollande Lieutenant-colonel Patrice Morand [47]
Lieutenant-colonel Patrice Hugret [94]
Lieutenant-colonel Yannick Desbois [95]
Emmanuel Macron [49]
Lieutenant-colonel Hugues Fouquet [96]

Marine nationale (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Nota : l'amiral François Flohic est un des aides de camp de Charles de Gaulle de 1959 à 1964[97].

Président Grade au moment
de la nomination
Nom Date et décret de nomination
Nicolas Sarkozy Capitaine de frégate Thierry Durteste [45]
Capitaine de frégate Eric Malbrunot [98]
Capitaine de frégate Philippe Le Gac [99]
Il n'y a pas d'aide de camp issu de la Marine nationale entre le et le
 : Philippe Le Gac est remplacé par le colonel (terre) Jean Laurentin.
[84]
François Hollande Capitaine de frégate Éric Lavault [86]
Capitaine de frégate Amaury Desrivières [100]
Emmanuel Macron [49]
Capitaine de frégate Charles Loy [101]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il sera en poste au moment où Jean Le Roch prendra ses fonctions mais ne l'est pas au moment de la nomination.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'amiral Rogel rétrogradé dans la hiérarchie élyséenne, dans Le Point, 18 octobre 2017 (consulté le 12 novembre 2019).
  2. Décret du 23 août 2016 portant nomination du grand chancelier de la Légion d'honneur - M. le général d'armée PUGA (Benoît)
  3. « Le général Georgelin quitte la scène », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019)
  4. a et b Décret du 29 décembre 1918, JORF no 12 du 13 janvier 1919, p. 482.
  5. Décret du 18 juin 1892, JORF no 165 du 19 juin 1892, p. 3025.
  6. Décret du 7 juillet 1894, JORF no 184 du 9 juillet 1894, p. 3261.
  7. Décret du 24 janvier 1895, JORF no 25 du 26 janvier 1895, p. 497.
  8. Décret du 29 mai 1897, JORF no 147 du 31 mai 1897, p. 3070.
  9. Décret du 4 octobre 1898, JORF no 270 du 5 octobre 1898, p. 6204.
  10. Décret du 22 juillet 1900, JORF no 196 du 22 juillet 1900, p. 4811.
  11. Décret du 18 février 1913, JORF no 49 du 19 février 1913, p. 1668.
  12. Décret du 29 septembre 1920, JORF no 268 du 1er octobre 1920, p. 14590.
  13. Décret, JORF no 138 du 14 juin 1931, p. 6468.
  14. Décret, JORF no 111 du 12 mai 1932, p. 4983.
  15. Philippe Vial, « La genèse du poste de chef d’état-major des armées. Entre nécessité et inquiétude, de la veille de la Première Guerre mondiale à la fin de la guerre d’Indochine », Revue historique des armées, no 248,‎ , p. 29–41 (ISSN 0035-3299, lire en ligne, consulté le 16 novembre 2019)
  16. Arrêté du 8 janvier 1959, JORF no 7 du 9 janvier 1959, p. 613.
  17. Décision du 6 mai 1960, JORF no 110 du 11 mai 1960, p. 4263.
  18. Décision du 21 février 1961, JORF no 48 du 25 février 1961, p. 2035.
  19. Décision du 5 décembre 1962, JORF no 289 du 8 décembre 1962, p. 12035.
  20. Décision du 13 mai 1964, JORF no 121 du 26 mai 1964, p. 4395.
  21. Décision du 5 juillet 1967, JORF no 157 du 7 juillet 1967, p. 6803.
  22. Arrêté du 20 juin 1969, JORF no 144 du 21 juin 1969, p. 6268.
  23. Arrêté du 28 juillet 1971, JORF no 175 du 30 juillet 1971, p. 7547.
  24. Arrêté du 1er juillet 1974, JORF no 154 du 2 juillet 1974, p. 6931.
  25. Arrêté du 24 juin 1975, JORF no 147 du 26 juin 1975, p. 6387.
  26. Arrêté du 26 juin 1979, JORF no 148 du 28 juin 1979, p. 1539.
  27. Arrêté du 21 mai 1981, JORF no 120 du 22 mai 1981, p. 1622.
  28. Arrêté du 28 mai 1985, JORF no 122 du 29 mai 1985, p. 5950.
  29. Arrêté du 31 juillet 1987, JORF no 176 du 1er août 1987, p. 8637, NOR PREX8798316A.
  30. Arrêté du 17 avril 1989, JORF no 92 du 19 avril 1989, p. 5009, NOR PREX8910095A.
  31. Arrêté du 16 avril 1991, JORF no 91 du 17 avril 1991, p. 5041, NOR PREX9110264A.
  32. Arrêté du 18 mai 1995, JORF no 117 du 19 mai 1995, p. 8407, texte no 101, NOR PREX9500828A.
  33. Arrêté du 8 septembre 1995, JORF no 210 du 9 septembre 1995, p. 13351, NOR PREX9501008A.
  34. Arrêté du 27 avril 1999, JORF no 99 du 28 avril 1999, p. 6304, NOR PREX9901082A.
  35. Arrêté du 16 octobre 2002, JORF no 245 du 19 octobre 2002, p. 17360, texte no 1, NOR PREX0206007A.
  36. Arrêté du 2 octobre 2006, JORF no 229 du 3 octobre 2006, texte no 1, NOR PREX0609597A.
  37. Arrêté du 16 mai 2007, JORF no 114 du 17 mai 2007, p. 9511, texte no 1, NOR PREX0701153A.
  38. Arrêté du 19 mars 2008, JORF no 69 du 21 mars 2008, texte no 1, NOR PREX0807231A.
  39. Arrêté du 5 mars 2010, JORF no 55 du 6 mars 2010, texte no 1, NOR PREX1006505A.
  40. Arrêté du 15 mai 2012, JORF no 114 du 16 mai 2012, texte no 2, NOR PREX1223253A.
  41. Arrêté du 6 juillet 2016, JORF no 157 du 7 juillet 2016, texte no 1, NOR PREX1619079A.
  42. Arrêté du 14 mai 2017, JORF no 114 du 15 mai 2017, texte no 1, NOR PREX1714467A.
  43. Arrêté du 4 juillet 2020 portant nomination à la présidence de la République.
  44. Arrêté du 29 juillet 2005 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  45. a b c d et e Arrêté du 24 mai 2007 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  46. Arrêté du 8 juillet 2009 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  47. a b c et d Arrêté du 17 mai 2012 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  48. Arrêté du 20 août 2012 portant nomination à la Présidence de la République (lire en ligne)
  49. a b c d e f et g Arrêté du 22 mai 2017 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  50. a et b Arrêté du 21 juillet 2017 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  51. Arrêté du 9 juillet 2014 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  52. Arrêté du 15 juillet 2020 portant nomination à la présidence de la République.
  53. Arrêté du 13 juin 2017 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  54. a et b Arrêté du 22 avril 1991 portant nomination à l'état-major particulier du Président de la République
  55. a b c et d Arrêté du 24 mai 1995 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne).
  56. Arrêté du 23 août 1995 portant nomination à la présidence de la République
  57. Arrêté du 1er août 2000 portant nomination à la présidence de la République
  58. Arrêté du 29 août 2003 portant nomination à la présidence de la République
  59. Arrêté du 7 juin 2004 portant nomination à la présidence de la République
  60. Arrêté du 23 juillet 2007 portant nomination à la présidence de la République
  61. Arrêté du 25 juillet 2011 portant nomination à la présidence de la République
  62. Arrêté du 18 mai 2015 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  63. Arrêté du 27 juillet 2020 portant nomination à la présidence de la République
  64. Arrêté du 28 août 2001 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  65. Arrêté du 8 janvier 2008 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  66. Arrêté du 22 novembre 2010 portant nomination à la présidence de la République
  67. Arrêté du 2 septembre 2014 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne)
  68. a et b Article du Point de 2009, reproduit sur ce blog et sur ce forum (consultés le 12 novembre 2019].
  69. Les Sarkozy en vacances au cap Nègre, sur Europe 1, 31 juillet 2009 (consulté le 12 novembre 2019).
  70. Sarkozy s'envoie en l'air, mais se protège mieux que MAM, sur L'Obs, 8 février 2011 (consulté le 12 novembre 2019).
  71. Vacances d’Emmanuel Macron : « Il travaille comme s’il était à l'Élysée », sur Le Parisien, 10 août 2019 (consulté le 12 novembre 2019).
  72. a et b Qui est ce militaire qui ne quitte jamais le Président ?, sur Ouest France, 24 mai 2017 (consulté le 12 novembre 2019).
  73. Dans l'ombre de François Mitterrand et Jacques Chirac, Le Point, 27 avril 2017 (consulté le 12 novembre 2019).
  74. Enquête sur la sécurité du président, dans Le Figaro, 30 juin 2011 (consulté le 12 novembre 2019).
  75. a et b « L'homme aux codes nucléaires sera-t-il viré de la voiture de François Hollande ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2019).
  76. Les aides de camp de Hollande éjectés de sa voiture ?, sur Le Point, 12 juillet 2012 (consulté le 12 novembre 2019).
  77. Décès de son dernier aide de camp, sur Ouest France, le 7 mai 2014 (consulté le 12 novembre 2019).
  78. Samy Cohen, Les hommes de l’Elysée, Le Seuil, (lire en ligne), pp.87-100.
  79. Arrêtés du 26 juin 1991 portant nomination à l'état-major particulier (lire en ligne).
  80. Arrêté du 18 mai 1994 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne).
  81. Présidence de la République, « Les collaborateurs du Président. », sur www.jacqueschirac-asso.fr, (consulté le 2 octobre 2017).
  82. « Nomination à la Présidence de la République - Administration », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2017).
  83. Arrêté du 31 mai 2007 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne).
  84. a et b Arrêté du 24 août 2009 portant nomination à la présidence de la République
  85. Arrêté du 1er octobre 2009 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne).
  86. a et b Arrêté du 17 mai 2012 portant nomination à la présidence de la République
  87. Arrêté du 1er juin 2015 portant nomination à la présidence de la République (lire en ligne).
  88. Arrêté du 28 mai 2018 portant nomination à la présidence de la République
  89. a b et c Arrêté du 14 mai 2001 portant nomination à la présidence de la République
  90. Arrêté du 28 octobre 1994 portant nomination à la présidence de la République
  91. Arrêté du 15 mai 1998 portant nomination à la présidence de la République
  92. Arrêté du 7 juin 2004 portant nomination à la présidence de la République
  93. Arrêté du 2 août 2007 portant nomination à la présidence de la République
  94. Arrêté du 1er juillet 2013 portant nomination à la présidence de la République
  95. Arrêté du 24 juin 2016 portant cessation de fonctions et nomination à la présidence de la République
  96. Arrêté du 1er juillet 2020 portant cessation de fonctions et nomination à la présidence de la République
  97. Décès de l'amiral Flohic, ancien aide de camp du général de Gaulle, dans Le Figaro, 6 septembre 2018 (consulté le 12 novembre 2019).
  98. Arrêté du 30 octobre 2007 portant nomination à la présidence de la République
  99. Arrêté du 1er avril 2009 portant nomination à la présidence de la République
  100. Arrêté du 23 juin 2015 portant nomination à la présidence de la République
  101. Arrêté du 14 juin 2019 portant cessation de fonctions et nomination à la présidence de la République

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]