Bernard Rogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rogel.
Officier général francais 5 etoiles.svg Bernard Rogel
Image illustrative de l'article Bernard Rogel

Nom de naissance Bernard Émile Marc Rogel
Naissance (61 ans)
Brest, Finistère (France)
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Marine nationale
Grade Amiral
Années de service 1976-
Commandement SNA Casabianca, SNA Saphir, SNLE L'Inflexible
Forces sous-marines et Force Océanique Stratégique
Distinctions Grand officier de l'ordre national de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre national du Mérite
Commandeur de l'ordre du Mérite maritime

Bernard Rogel est un officier de marine français, né le à Brest. Amiral, il est chef de l'état-major particulier du président de la République depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Bernard Rogel entre à l'École navale en 1976. Il est d'abord affecté sur des sous-marins d'attaque et lanceurs d'engins ; en 1989, il obtient le brevet d'atomicien à Cherbourg[1].

Commandements[modifier | modifier le code]

Il prend le commandement des sous-marins nucléaires d'attaque Casabianca (équipage bleu) et Saphir (équipage rouge) de 1990 à 1992[1]. Il devient officier chargé de l'entraînement et de la tactique au sein de l'escadrille des sous-marins de la Méditerranée, avec une responsabilité particulière sur l'entraînement et de la qualification des commandants et équipages de sous-marins nucléaires d'attaque, de la mise au point des matériels et de l'évolution des tactiques sous-marines[1].

Admis comme élève du Collège interarmées de Défense (École de Guerre) à Paris en 1994[1], il devient alors commandant en second de la frégate anti-sous-marine Tourville puis du sous-marin nucléaire lanceur d'engins Indomptable en 1996[1].

Il travaille ensuite à l'état-major des armées, en tant qu'adjoint « mer » du chef de cabinet du chef d'état-major de janvier 1998 à avril 2000[1].

Il reprend un commandement d'avril 2000 à décembre 2001, sur le sous-marin nucléaire lanceur d'engins Inflexible (équipage bleu) avec lequel il effectue deux patrouilles opérationnelles, puis rejoint en janvier 2002 l'état-major de l'amiral commandant la FOST, où il est chef de la division « Conduite des opérations », puis chef d'état-major[1].

Fonctions d'état-major[modifier | modifier le code]

Auditeur de l’Institut des hautes études de Défense nationale et du Centre des hautes études militaires pendant l'année universitaire 2003-2004, il rejoint ensuite l'Élysée comme adjoint au chef de l’état-major particulier du président de la République, chargé des dossiers nucléaire et maritime et du suivi des opérations militaires extérieures[1].

De septembre 2006 à août 2009, il est le chef de cabinet du chef d’état-major des armées, puis sous-chef d’état-major « Opérations » à l'état-major des armées (EMA) dirigeant pendant deux ans les opérations extérieures interarmées. Il a également sous sa responsabilité le commandement interarmées de l’Espace, la cyberdéfense des armées, le commandement interarmées des hélicoptères et plusieurs divisions de l'EMA[1]. L'amiral Rogel totalise 27 000 heures de plongée[1].

Le , il prend les fonctions de chef d'état-major de la Marine et est élevé aux rang et appellation d'amiral à la même date[2]. Enfin par arrêté du , il est nommé par François Hollande chef de l'état-major particulier du président de la République à compter du 13 juillet[3]. Il est confirmé dans ces fonctions par le nouveau président de la République Emmanuel Macron[4],[5],[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :