Groupe Dziga Vertov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Groupe Dziga Vertov est un collectif cinématographique fondé en 1968 par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin afin de produire des films militants d'orientation maoïste. Tous les films sont signés collectivement. Le groupe se dissout peu de temps après avoir réalisé Letter to Jane en 1972.

Le nom du collectif fait référence au réalisateur soviétique Dziga Vertov (1896-1954), mais il est aussi influencé par les idées de Bertolt Brecht (1898-1956).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1966, Jean-Luc Godard est très intéressé par les développements politiques de l'extrême gauche, notamment par le phénomène maoïste, représenté en France par le Parti communiste marxiste-léniniste et par l'Union des Jeunesses communistes marxistes-léninistes. Au printemps 1967, il tourne La Chinoise.

Le groupe Dziga Vertov naît de sa volonté d'aller plus loin dans cette direction et de rompre avec sa pratique cinématographique, notamment avec ses méthodes de production antérieures.

Pour Jean-Henri Roger, les films du groupe Dziga Vertov sont avant tout des films de Godard mais des films de Godard réalisés en discussion avec d'autres personnes[1].

Jusqu'à la victoire n'a pas pu être complété car les personnes figurant dans le film, membres de l'Organisation de libération de la Palestine, ont toutes été tuées peu après le début du tournage. Jean-Luc Godard utilisa plus tard les rushes du projet pour son film Ici et ailleurs de 1974. Dans ce dernier film, Godard déconstruisit la méthode utilisée pour la réalisation de Jusqu'à la victoire et par cela même interrogea les méthodes de fonctionnement du collectif.

Tout va bien est un film produit de manière traditionnelle. Il n'est pas signé par le groupe Dziga-Vertov[2] mais par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin et marque ainsi la fin de cette expérience collective[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stéphane Bouquet et Thierry Lounas, « Défense du cinéma : Entretien avec Jean-Henri Roger », Cahiers du cinéma, no hors-série 68,‎
  2. « Dossier pédagogique - Jean-Luc Godard », sur http://mediation.centrepompidou.fr (consulté le 9 mai 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine de Baecque, Godard : Biographie, Fayard/Pluriel, coll. « Grand Pluriel », (1re éd. 2010), 960 p. (ISBN 978-2818501320)
  • « Le Groupe Dziga Vertov », dans Cahiers du cinéma, n° 238-239 (mai-juin 1972), pp.34 à 63, et 240 (juillet-août 1972), pp. 4 à 50

Articles connexes[modifier | modifier le code]