Une femme est une femme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une femme est une femme

Réalisation Jean-Luc Godard
Scénario Jean-Luc Godard
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Genre Comédie
Sortie 1961
Durée 84 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une femme est une femme est un film français réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1961.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Angela veut un enfant dans les 24 heures. Émile, son compagnon, n'est pas si pressé. Pour arriver à ses fins, elle menace Émile de faire un enfant avec Alfred, un ami d'Émile qui est amoureux d'elle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • L'action se déroule intégralement dans le quartier du Faubourg Saint-Denis à Paris. On peut y apercevoir deux cinémas aujourd'hui disparus, le « Neptuna » (avec Vera Cruz à l'affiche) et le « Strasbourg ».

Citations du dialogue[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Belmondo : « À la télé, ils passent À bout de souffle, je ne voudrais pas le louper. »
  • Jeanne Moreau à Jean-Paul Belmondo : « Ça va ? »
Belmondo  : « Et vous, ça marche avec Jules et Jim ? »
Moreau : « Moderato ! »

(Références à Jules et Jim de François Truffaut sorti quelques mois plus tard et à Moderato cantabile sorti quelques mois plus tôt, avec Jeanne Moreau dans le rôle principal).

  • Marie Dubois dit qu'elle a vu le film Tirez sur le pianiste (dans lequel elle avait un rôle).
  • Marie Dubois, voulant travailler dans un cabaret : « Marseille, j'sais ce que c'est ; j'ai une copine, Lola, elle est partie pour Marseille, on l'a retrouvée à Buenos Aires ! » (Référence à Lola de Jacques Demy sorti quelques mois plus tôt)

Héritage[modifier | modifier le code]

Dans La Maman et la Putain de Jean Eustache, Alexandre fait son lit en se jetant sur le matelas avec le drap, exactement comme Angela. Il déclare : « J'ai vu faire ça dans un film. Les films ça sert à ça, à apprendre à vivre, à apprendre à faire un lit ».

Angela et Émile occupent une chambre sous les toits, à l'angle de la rue du Faubourg-Saint-Denis et du côté pair de la rue des Petites-Écuries. Le film Elle court, elle court la banlieue de Gérard Pirès débute dans le même quartier. Marlène et Bernard y occupent une chambre au dernier étage à l'angle du faubourg Saint-Denis et du côté impair de la rue des Petites-Écuries.

  • Au début des deux films, la caméra balaye le même côté du faubourg Saint-Denis depuis la rue des Petites-Écuries et se dirige vers la Porte Saint-Denis.

Les Chansons d'amour de Christophe Honoré rend hommage à Une femme est une femme  :

  • Le film se déroule dans le même quartier de Paris (Strasbourg Saint-Denis).
  • Le personnage de Julie reprend une phrase d'Angela : « Ismael (Émile), je pense à quelque chose tout à coup ... Tu m'emmerdes. »
  • Comme Godard, Honoré joue avec les panneaux lumineux dans la rue pour faire sens dans le film.
  • On trouve un vélo dans l'appartement, exactement comme dans Une femme est une femme.

Lors du festival Premiers Plans d'Angers en 2012, Christophe Honoré confirme qu'il s'est beaucoup inspiré de Une femme est une femme, notamment en tournant dans le même quartier de Paris[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Awards for Une femme est une femme sur Imdb.com
  2. « Premiers plans d'Angers 2012 : forever Godard », Le Nouvel Observateur,‎ 8 février 2012 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]