Anne-Marie Miéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne-Marie Miéville
Naissance (77 ans)
Lausanne
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Réalisatrice
Actrice
Scénariste

Anne-Marie Miéville, née le à Lausanne, est une cinéaste, réalisatrice, productrice, scénariste, actrice et écrivaine vaudoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1945 à Lausanne[1], Anne-Marie Miéville exerce la profession de photographe et est gérante d'une librairie. Elle enregistre aussi dans les années 1960 deux disques de variétés chez Barclay, sur des chansons de Jean-Jacques Debout[2]. Puis en 1972, elle rencontre Jean-Luc Godard à Paris, qui devient son compagnon[1],[2] jusqu'à la mort de celui-ci survenue en 2022. Dans un premier temps, de 1973 à 1994, elle collabore avec ce cinéaste en tant que photographe, scénariste, monteuse, coréalisatrice et assume pour certains de ses/leurs films la direction artistique[2]. Puis en 1983, elle réalise son premier court-métrage, How can I love, et, un an plus tard, un deuxième court-métrage, Le Livre de Marie[1].

Depuis, elle continue à réaliser des films. Au travers de ses récits cinématographiques, elle questionne, avec une singularité de ton, l'amour, le temps, le sens des choses, …  Son premier long-métrage s'intitule : Mon cher sujet et sort en 1988[3]. Suit en 1994 Lou n'a pas dit non[4].

En 1994 toujours, Anne-Marie Miéville publie Histoire du garçon, un texte retraçant le parcours et la vie de son frère Alain, mort accidentellement en 1993[1]. En 1996/1997 est diffusé un nouveau long-métrage, Nous sommes tous encore ici[5]. Puis en 2000, Après la réconciliation dans lequel elle paraît, accompagnée de Claude Perron, Jacques Spiesser, Jean-Luc Godard et Xavier Marchand.

En 2002, elle écrit Images en paroles[6], courts textes parus aux Farrago dont l'éditeur écrit qu'ils sont « une suite de plans fixes, de courts métrages de l'écriture. Il ne s'agit pas à proprement parler de nouvelles, mais plutôt de moments indicibles, de parfums fugitifs d'images, où il s'agirait de filmer avec des mots ».

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Monteuse[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Anne-Marie Miéville », sur la base de données des personnalités vaudoises sur la plateforme « Patrinum » de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  2. a b et c Jean-Michel Frodon, « Une cinéaste qui sait prendre le temps », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « Semaine de la critique : "Mon cher sujet", d'Anne-Marie Miéville. Rêves de femmes », Le Monde,‎
  4. Olivier Seguret, « Pierre et la Lou ."Lou n'a pas dit no" », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Olivier Seguret, « Un amour de philo. En s'appuyant sur les textes de Platon et d'Hannah Arendt, Anne-Marie Miéville interroge, avec exigence, l'espace de l'amour dans le couple. Où Jean-Luc Godard fait l'acteur... Nous sommes tous encore ici d'Anne-Marie Miéville, avec Aurore Clément, Bernadette Lafont, Jean-Luc Godard », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. Mahigan Lepage, « Le sujet-caméra, ou La traversée de l'écran du visible. Images en parole d'Anne-Marie Miéville », French Forum. University of Pennsylvania Press, vol. 32, nos 1/2,‎ , . 215-230 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]