Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte
Image illustrative de l’article Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte
Der achtzehnte Brumaire des Louis Napoleon de Karl Marx, 1852.

Auteur Karl Marx
Titre Der achtzehnte Brumaire des Louis Napoleon

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (Der achtzehnte Brumaire des Louis Napoleon en allemand), est un ouvrage de Karl Marx, publié en 1852. Il évoque longuement le coup d'État du 2 décembre 1851 par lequel le futur Napoléon III, alors président de la République française, a pris le pouvoir en France et instauré le Second Empire.

L'ouvrage est publié dans une perspective critique, à une époque où paraissent aussi Napoléon le Petit, de Victor Hugo, et Le Coup d'État, de Proudhon.

Contexte[modifier | modifier le code]

Marx écrit l'ouvrage après le coup d'État du 2 décembre 1851, par lequel le futur Napoléon III, alors président de la République française, prend le pouvoir en France et instaure le Second Empire. Si son impression est importante, le livre est principalement publié par des sympathisants politiques, en France comme aux États-Unis[1].

Analyse de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Une farce de l'Histoire[modifier | modifier le code]

Marx met en relation la révolution du général Bonaparte, qui renversa le Directoire le , soit le 18 brumaire an VIII selon le calendrier révolutionnaire, et le coup d’État de son neveu. Il porte un jugement négatif sur cette fausse révolution de 1851, qu'il qualifie de « deuxième édition du 18 Brumaire »[2]. En effet, si Marx considère la première phase de la Révolution française comme un moment héroïque pour la bourgeoisie (avec Camille Desmoulins, Danton, Robespierre, Saint-Just et Napoléon), il ne voit le coup de Louis-Napoléon que comme une réaction militaire répressive[3].

Marx reprend Hegel en écrivant que si ce dernier avait écrit que « tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois […] », il avait omis de préciser que la première fois est toujours une tragédie, et la seconde fois, une farce[4].

Sociogenèse du régime[modifier | modifier le code]

Marx cherche à expliquer le mouvement de l'Histoire par les dynamiques entre les classes sociales. L'ouvrage s'inscrit ainsi dans la prolongation de son précédent livre, Les Luttes de classes en France (1850). Marx y reprend une partie des thèses de cet ouvrage, dont l'idée que la République est un outil de domination de la bourgeoisie. Il mène l’analyse de la période allant de 1848 à 1851 sous l'angle de l’antagonisme de classe[5].

« La France ne semble donc avoir échappé au despotisme d’une classe que pour retomber sous le despotisme d’un individu, et, qui plus est, sous l’autorité d’un individu sans autorité [...] L’État semble s’être rendu indépendant de la société, de l’avoir subjuguée ».

Sociologie politique de la paysannerie[modifier | modifier le code]

Marx porte un jugement très négatif sur la paysannerie, qu'il considère comme un allié objectif de la bourgeoisie. La comparant à un sac de pommes de terre, amorphe et sans vouloir, il considère les paysans comme prêts à chaque instant à tomber entre les mains de forces sociales qui lui sont supérieures[6].

Ces maîtres sont précisément, pour Marx, les Bonaparte. Ceux-ci se seraient appuyés sur la paysannerie conservatrice, et ne seraient donc pas une force de progrès intellectuel ; ils tireraient profit de la foi superstitieuse du paysan, de son préjugé plutôt que de son jugement[7].

Postérité[modifier | modifier le code]

Formation intellectuelle de Marx[modifier | modifier le code]

L’analyse du 18 brumaire et de la période qui suit montre à Karl Marx que seul le prolétariat a un potentiel révolutionnaire, et que, s'il n'est pas encore mûr pour le moment, il est le seul à pouvoir changer la donne[6].

Citations ultérieures[modifier | modifier le code]

Frantz Fanon cite l'ouvrage dans le chapitre de conclusion de Peau noire, masques blancs[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean E. Howard et Scott Cutler Shershow, Marxist Shakespeares, Routledge, (ISBN 978-1-134-63304-3, lire en ligne)
  2. (en) Cambridge texts in the history of political thought et Karl Marx, Marx: Later Political Writings, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-36739-4, lire en ligne)
  3. (en) Colm O'Cinneide et Christopher Campbell-Holt, Current Legal Problems 2009, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-958373-7, lire en ligne)
  4. Jean Tulard, Le 18 Brumaire ou Comment terminer une révolution, Perrin (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-262-06031-2, lire en ligne)
  5. (en) Herbert Marcuse, Marxism, Revolution and Utopia: Collected Papers of Herbert Marcuse, Volume 6, Routledge, (ISBN 978-1-317-80556-4, lire en ligne)
  6. a et b Thierry Wolton, Histoire mondiale du communisme, tome 2: Les victimes, Grasset, (ISBN 978-2-246-85958-1, lire en ligne)
  7. Encyclopaedia Universalis, Le 18-Brumaire de Louis Bonaparte de Karl Marx: Les Fiches de lecture d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 978-2-85229-721-0, lire en ligne)
  8. Peau noire, masques blancs, rééd. Le Seuil, col. « Points », 1971; p. 181.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :