Détective (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Détective (homonymie).
Détective
Réalisation Jean-Luc Godard
Scénario Jean-Luc Godard
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Genre Film policier
Sortie 1985

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Détective est un film franco-suisse réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1985.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un grand hôtel parisien, les histoires d'un couple en rupture, d'une double dette, d'un match de boxe en préparation et d'une enquête policière se croisent et interfèrent.

Deux détectives, William Prospero (Laurent Terzieff) et l'inspecteur Neveu (Jean-Pierre Léaud), guettent les allées et venues à partir d'une chambre qui donne sur la gare Saint-Lazare. Ils enquêtent sur la mort prématurée d'un boxeur, dans cette même chambre. Dans une autre chambre, Jim Fox Warner (Johnny Hallyday), l'imprésario du boxeur Tiger Jones (Stéphane Ferrara), compte sur son prochain combat de boxe pour se renflouer. Il doit rendre une somme à Emile Chenal qui compte dessus pour se séparer de sa femme Françoise (Nathalie Baye) en lui rendant sa dot. Mais un vieux mafioso (Alain Cuny), vient lui aussi réclamer son dû.

Au sein de la trame policière du film, Godard multiplie les références littéraires (Shakespeare, Lord Jim de Joseph Conrad, René Char, André Breton), cinématographiques (La belle et la bête, de Jean Cocteau, The Lost Squadron (en) de George Archainbaud avec Eric Von Stroheim ) et musicales (Schubert, Wagner, Chopin, Liszt).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Godard et Détective[modifier | modifier le code]

Détective est un des rares films de Godard que le cinéaste n’a pas lui-même écrit. C'est un film de commande de son producteur Alain Sarde qui cherchait à récupérer l’argent nécessaire pour finir le film précédent de Godard, Je vous salue Marie, et qui en a écrit le scénario avec Philippe Setbon.

Avec le slogan « Un polar de Godard », Sarde voulait associer le nom médiatique du cinéaste au genre commercial du film policier. Un plateau de vedettes (Nathalie Baye, Johnny Hallyday, Claude Brasseur, Laurent Terzieff, Stéphane Ferrara, Alain Cuny) devait augmenter les chances du film au box-office. Godard avait aussi engagé de jeunes actrices (Emmanuelle Seigner, Ann-Gisel Glass et Julie Delpy)[1].

La présentation du film en compétition au Festival de Cannes de 1985, est marquée par l'anecdote de l'entartage de Godard par Noël Godin à l'entrée de la conférence de presse au cours de laquelle Godard déclara : « Je fais des films pour savoir pourquoi je les fais[2]. »

Influence du film[modifier | modifier le code]

Ce film de Godard a notamment inspiré le réalisateur Mathieu Amalric lorsque celui-ci, pour multiplier les lieux de tournage, a décidé d'utiliser un hôtel comme cadre de son film L'Illusion comique (2010), d'après Corneille[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]