For Ever Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
For Ever Mozart
Réalisation Jean-Luc Godard
Scénario Jean-Luc Godard
Acteurs principaux

Madeleine Assas
Ghalia Lacroix
Bérangère Allaux
Vicky Messica
Frédéric Pierrot

Sociétés de production Avventura Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Comédie dramatique
Durée 84 minutes
Sortie 1996

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

For Ever Mozart est un film franco-suisse réalisé par Jean-Luc Godard, sorti en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Madeleine Assas : Camille
  • Ghalia Lacroix : Rosette
  • Bérangère Allaux : Actrice
  • Vicky Messica : Metteur en scène
  • Frédéric Pierrot : Jérôme
  • Harry Cleven : Grand écrivain
  • Michel Francini : Baron
  • Sabine Bail : Amie du Baron
  • Max André : Conseiller
  • Xavier Boulanger
  • Sarah Bensoussan
  • Sylvie Herbert : Maman
  • Cécile Reigher : Assistante opérateur
  • Dominique Pozzetto : Stagiaire
  • Yasna Zivanovic : Yougoslave
  • Nathalie Dorval : Journaliste
  • Dan Thorens : Serbe
  • Juliette Subira : Infirmière Croix Rouge
  • Euryale Wynter (Florian Lebrun) : Mozart
  • Karine Belly : Amie
  • Claire Laroche
  • Salvatore Orlando : le voyageur arabe
  • Daniel Krellenstein, Jean Grécault, Béatrice Avoine, Marc Faure, Valerio Popesco, Gérard Baume, Norbert Krief, Cécile Caillaud, Nedeljko Grujic, Hervé Langlois, Alain Moussay, Stéphanie Lagarde, Zbigniew Horoks, Stanislas Gaczol

Autour du film[modifier | modifier le code]

Dans un entretien avec le critique Richard Brody en 2000, Godard lui-même dit qu'il ne trouve pas le film très bon. Il juge le film trop théorique[1].

L'intrigue du film est née d'un article de Philippe Sollers dans le journal Le Monde sur l'idée paradoxale de jouer une pièce sur l'amour sur les planches du théâtre de guerre du siège de Sarajevo ; de ce scénario a résulté un énigmatique long-métrage confortant le principe du caractère "hors classe" des films de JLG.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Brody, « Profiles: An Exile in Paradise », The New Yorker,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]