Histoire(s) du cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Histoire(s) du cinéma

Réalisation Jean-Luc Godard
Scénario Jean-Luc Godard
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France, Drapeau de la Suisse Suisse
Durée 266 min. (total)
Sortie 1988

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Histoire(s) du cinéma est une série de films de Jean-Luc Godard, débutée en 1988 et terminée en 1998.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Histoire(s) du cinéma est constitué de quatre chapitres, chacun divisé en deux parties, composant ainsi huit épisodes. Les deux premiers épisodes, Toutes les histoires (1988) et Une histoire seule (1989) durent respectivement 51 et 42 minutes ; les six épisodes suivants, réalisés en 1997 - 1998, durent chacun moins de 40 minutes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Les épisodes 2A et 2B, Seul le cinéma et Fatale beauté, sont composés en 1993. Seul le cinéma est centré autour d'une conversation entre Godard et le critique Serge Daney filmée en 1988 sur le projet de Godard et l'idée de la mort du cinéma. Les deux épisodes sont présentés pour la première fois à New York en [1].

Films référencés et cités[modifier | modifier le code]

Histoire(s) du cinéma est en grande partie composé de citations visuelles de films, plus ou moins reconnaissables et explicitement nommés. Céline Scemama, maitre de conférence à l'Université Paris 1, auteur de Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard: la force faible d'un art, a établi la liste des films et des citations littéraires utilisés dans la série[2]. Voici quelques films parmi les centaines d'œuvres citées :

Liste des films cités dans Toutes les histoires

Fenêtre sur cour (Rear Window) (Alfred Hitchcock, 1954)

Monsieur Arkadin (Orson Welles, 1955)

Le Pré de Béjine (Sergueï Eisenstein, 1935-1937)

Les Temps modernes (Charles Chaplin, 1936)

La Cinquième victime (Fritz Lang, 1956)

Le Voyeur (Michael Powell, 1960)

Nick’s Movie (Wim Wenders et Nicholas Ray, 1980)

Pierrot le fou (Jean-Luc Godard, 1965)

King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, 1933)

La Chute d’un caïd (Budd Boetticher, 1960)

Le Tombeau hindou (Fritz Lang, 1959)

Furie (Brian De Palma, 1978)

Faust (F. W. Murnau, 1926)

Tous en scène (Vincente Minnelli, 1953)

La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)

Les Amants crucifiés (Kenji Mizoguchi, 1954)

Un homme apprend à nager à une petite fille :[réf. nécessaire]

Les Hommes le dimanche (Robert Siodmak et Edgar G. Ulmer, 1929)

L’Ennemi public (William Wellman, 1931)

Le Lys brisé (D. W. Griffith, 1919)

L’Ange des maudits (Fritz Lang, 1952)

Alexandre Nevski (Sergueï Eisenstein, 1938)

Le Guépard (Luchino Visconti, 1963)

Le Cuirassé Potemkine (Sergueï Eisenstein, 1925)

La Grève (Sergueï Eisenstein, 1925)

Les 39 marches (Alfred Hitchcock, 1935)

Le Carrosse d’or (Jean Renoir, 1952)

La Nuit du chasseur (Charles Laughton, 1955)

La Mort aux trousses (Alfred Hitchcock, 1959)

La Veuve joyeuse (Erich von Stroheim, 1925)

The Admirable Crichton (en) (G. B. Samuelson (en), 1918)

La Foule (King Vidor, 1928)

La monstrueuse parade (Tod Browning, 1932)

Les Rapaces (Erich von Stroheim, 1923)

Une nuit à l’opéra (Sam Wood 1935)

La Veuve joyeuse (Erich von Stroheim, 1925)

Ben-Hur (Fred Niblo, 1926)

La Chair et le diable (Flesh and the Devil) (Clarence Bown, 1927)

Le Vent d’est (Groupe Dziga Vertov, 1969)

One +One (Jean-Luc Godard, 1968)

Passion (Jean-Luc Godard, 1982)

La Marque du vampire (Tod Browning, 1935)

Les Dix commandements (Cecil B. DeMille, 1956)

Naissance d’une nation (D. W. Griffith, 1915)

Intolérance  (D. W. Griffith, 1916)

Le Cœur de l’humanité (Holubar, 1918)[réf. nécessaire]

Lady be good (Busby Berkeley, 1941)

La Charge victorieuse (John Huston, 1951)

La Télégraphiste de Lonedale (D. W. Griffith, 1911)

L'Invisible Ennemi (D. W. Griffith, 1932)

La Chute de la dynastie des Romanov (Esther Choub, 1925)

Kino Pravda (Dziga Vertov, 1922)

La Ligne générale (Sergueï Eisenstein, 1929)

Tempête sur l’Asie (Vsevolov Poudovkine, 1929)

La Nouvelle Babylone (Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg,1929)

Les Lumières de la ville (Charles Chaplin, 1931)

Sauve qui peut (la vie) (Jean-Luc Godard, 1979)

Les Fantastiques années 20 (Raoul Walsh, 1939)

Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939)

Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

Scarface (Howard Hawks, 1932)

Pour toi j’ai tué (Robert Siodmak, 1948)

Viva villa (Jack Conway, 1934)

L’Enfer est à lui (Raoul Walsh, 1949)

Le Grand sommeil (Howard Hawks, 1946)

Les Aventures de Robinson Crusoé (Luis Buñuel, 1952)

Le Banni (The Outlaw) (Howard Hughes, 1941)

Les Coulisses de Brodway (James V. Kern)

Jour de colère (Carl Theodor Dreyer, 1943)

Gilda (Charles Vidor, 1946)

Ordet (Carl Theodor Dreyer, 1955)

Le Marchand de Venise (Orson Welles, 1969)

Don Quichotte (Orson Welles, 1957-1975, film inachevé)

Othello (Orson Welles, 1952)

Voyage au pays de  la peur (Norman Foster, 1942)

Vérités et mensonges (Orson Welles,1973)


Références dans la bande son

Cris et chuchotements (Ingmar Bergman, 1972)

Boudu sauvé des eaux (Jean Renoir, 1932)

L'Année dernière à Marienbad (Alain Resnais, 1961)

La Femme à abattre (Bretaigne Windust, 1951)

La Comtesse aux pieds nus (Joseph L. Mankiewicz, 1954)

Une nuit à l’opéra (Sam Wood, 1935)


DVD[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Godard, Histoire(s) du cinéma, 4 volumes, Gallimard, 1998
  • Céline Scemama, Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard. La force faible d’un art, L’Harmattan, Paris, 2006. (ISBN 2-296-00728-7)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Christian Delage, « Godard Jean-Luc, Histoires(s) du cinéma ; Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 64, no 1,‎ , p. 145-148 (lire en ligne)
  • Jonathan Rosenbaum, « Bande-annonce pour les Histoire(s) du cinéma de Godard », Trafic, no 21,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine de Baecque, Godard : Biographie, Paris, Fayard/Pluriel, coll. « Grand Pluriel », (1re éd. 2010), 960 p. (ISBN 978-2-8185-0132-0), p. 445-446
  2. Scemama-Heard, Celine, La partition des Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard, disponible sur le site du Centre de Recherche sur l'Image (CRI), Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]