Lodovico Cigoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lodovico Cigoli
Ludovico Cardi 9.jpg

Autoportrait, galerie du corridor de Vasari, musée des Offices de Florence.

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Cigoli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Lodovico Cardi, dit Il Cigoli (Cigoli, frazione de San Miniato, - Rome, ) est un peintre et un architecte de l'école florentine actif pendant la période de transition entre le maniérisme et le baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à la Villa Castelvecchio di Cigoli, en Toscane, d'où son surnom, se forme sous la direction de Alessandro Allori ; il est influencé ensuite par la contre-manière de Santi di Tito et de Federico Barocci.

Son œuvre emblématique est l'Ecce Homo du palais Pitti, mais il a réalisé aussi à Florence un Martyre de saint Etienne (Uffizi), une Vénus et un satyre, un Sacrifice d'Isaac, le Les Stigmates de saint François.

Il est à Rome durant les dernières années de sa vie, d'avril 1604 à 1613 en compagnie de son élève Giovanni Bilivert, et ses projets sont acceptés par le pape Clément VIII. Il y réalisa d'importantes commandes à la Basilique Saint-Pierre au Vatican (Saint Pierre guérit un lépreux), à Saint-Paul-hors-les-Murs (Conversion de saint Paul) et certaines fresques de la Villa Borghèse au service du cardinal Scipion Borghèse (Histoire de Psyché)[1].

Comme architecte, on lui attribue le cortile di Palazzo Nonfinito[2] de Florence.

Il participe à la décoration du grand cloître de Santa Maria Novella avec deux scènes.

Sur la demande de Paul III, il est fait Chevalier de l'Ordre de Malte.

Ses dernières œuvres sont les fresques dans la coupole de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome.

Il eut, comme élèves, entre autres, Cristofano Allori, le flamand Giovanni Bilivert, Domenico Fetti, Giovanni Antonio Lelli, Aurelio Lomi, Pietro Médici, Gregorio Pagani et Andrea Commodi.

Œuvres[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Riccardo Spinelli, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 640-659
  2. qui héberge aujourd'hui le Musée national d'anthropologie et d'ethnologie de Florence
  3. a, b, c, d et e Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 374-376
  4. Michel Hilaire, « Fabre collectionneur et donateur », L’Objet d’Art, no spécial François-Xavier Fabre,‎ , p.95

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :