Agostino Carracci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carracci.
Agostino Carracci
Agostino Carracci.jpg
La communion de Saint Jérome (1592).
Pinacothèque nationale, Bologne.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
ParmeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Maîtres
Lieux de travail
Fratrie
Enfant

Agostino Carracci, dit aussi Caracci ou Augustin Carrache, né à Bologne le et mort à Parme le , est un peintre italien de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère ainé d'Annibal et cousin de Louis, il eut à l'Académie des Carrache un rôle de théoricien, mettant à profit sa vaste culture et sa prédisposition à l'enseignement. Il composa pour l'Académie un Traité de perspective et d'architecture.

A l'occasion de deux voyages à Venise, en 1582 et 1589, il pu étudier le Tintoret et Véronèse, dont il grava de nombreux chefs-d'œuvre et notamment La Crucifixion du Tintoret de la Scuola Grande de San Rocco.

Augustin aida son frère Annibal dans une partie des travaux du Palais Farnèse à Rome et participa à l'entreprise menée par les trois Carrache au Palazzo Ghisilardi Fava à Bologne.

Il se rendit à Parme en 1599 appelé par le duc Ranuccio Farnèse pour exécuter les fresques mythologiques du palais del Giardino[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Arrigo Peloso, Pietro Matto et Amon Nain (1598)
Musée Capodimonte

Il s'est surtout illustré par le tableau de la Communion de S. Jérôme regardé comme un chef-d'œuvre. Il a également déployé une grande activité de sculpteur.

  • Portrait d'Arrigo Peloso de Pietro Matto et d'Amon Nain (1598), huile sur toile, 101 × 133 cm, Musée Capodimonte, Naples[2]
  • Paysage avec baigneurs, tempera sur toile, 40 × 49 cm, Galerie Palatine, Florence[3]

Il est également célèbre comme graveur. Ses gravures ont été copiées par de nombreux autres artistes tel que Cornélis Galle par exemple.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ces gravures du français Jacques Joseph Coing ont été exécutées, d'après des peintures de Carracci :


Notes[modifier | modifier le code]

  1. G. C., « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 638
  2. Stefano Zuffi, Le Portrait, Gallimard, (ISBN 2-07-011700-6), p. 133
  3. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 348

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :