Gadget (bombe atomique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gadget
Image illustrative de l’article Gadget (bombe atomique)
Gadget partiellement assemblée sur sa tour lors de l'essai Trinity ; le physicien Norris Bradbury se tient près du dispositif.
Présentation
Type de bombe Bombe A à uranium
Constructeur Forces armées des États-Unis
Développement Projet Manhattan
Statut retiré du service
Pays utilisateurs
Drapeau des États-Unis États-Unis

Gadget est le nom de code donné à la première bombe A de l’Histoire développée pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre du projet Manhattan[1]. Elle fut testée le au Nouveau-Mexique lors de l’essai Trinity.

Description[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une bombe à implosion comme Fat Man[2] (qui sera utilisée lors du bombardement atomique sur Nagasaki).

Son explosion a eu lieu à 4 heures du matin le 16 juillet 1945 car comme le général Groves dit : « qu'une explosion si tôt le matin attirerait moins l'attention d'un observateur éventuel » car la bombe ne devait pas être dévoilée. Les Soviétiques[réf. nécessaire] ne devaient pas être au courant que les États-Unis possédaient l'arme atomique. Mais le général Groves fut surpris que la lumière dégagée par l'explosion ait été suffisamment puissante pour réveiller des personnes qui dormaient[réf. nécessaire]. Gadget avait une puissance de 19 kt.

La lumière produite par l'explosion a été visible jusqu'à 300 kilomètres de l'épicentre.

Le gouvernement des États-Unis a rapporté qu'il s'agissait de l'explosion d'un dépôt d'armes.

Elle fut appelée ainsi car elle n’était pas opérationnelle pour un emploi sur le champ de bataille. De plus l’emploi du terme « bombe » pour désigner une arme top secrète était déconseillé afin de réduire les risques d’espionnage.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Ce genre de bombes a inspiré les développeurs de jeux vidéo Black Isle Studios pour la série de jeux vidéo Fallout.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hoddeson et al. 1993, p. 307–308.
  2. Coster-Mullen 2012, p. 47–53.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]