Issey Miyake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Issey Miyake
Brigitte Lacombe.jpg
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
三宅一生Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web
Distinctions

Issey Miyake (en japonais 三宅 一生, Miyake Issei, où 三宅 (miyake) signifie « trois maisons » et 一生 (issei) « une vie », né le à Hiroshima et ayant grandi au Japon dans le contexte de l'après-guerre, est l'un des premiers stylistes japonais à organiser un défilé en Europe en 1973. Admirateur des photographes tels que Irving Penn (Penn Sensu), Richard Avedon et lecteur assidu des magazines Harper's Bazaar ou Vogue, il étudie à la prestigieuse Tama Art University puis s'installe à Paris en 1964. Il travaille alors pour les maisons de couture Guy Laroche et Hubert de Givenchy avant de retourner monter sa propre maison de couture au Japon.

Qualifié de « couturier volant », Issey Miyake contrôle l'ensemble de ses créations ainsi que l'agencement de ses boutique. Il collabore aussi avec le groupe Beauté Prestige International, filiale du groupe Shiseido pour proposer des parfums, dont un des plus connus est l'eau d'I Issey (1992), au flacon épuré. Son succès est donc aussi commercial puisque Issey Miyake compte 96 points de ventes auxquels s'ajoutent 13 boutiques créées en 1997 et il a vendu plus de 680 000 pièces entre 1993 et mars 1997.

Selon ses propres mots, il a « tenté de faire une mode qui ne soit ni japonaise, ni occidentale ». En effet, Issey Miyake reste connu pour sa grande prouesse et révolution esthétique opérées dès ses premières collections constamment à la frontière du temps, du minimalisme voire de la science-fiction. Ettore Sottsass disait à son propos qu'il est « l'homme qui rejette les alibis de l’éternité » : s'inscrivant dans le « phénomène du prêt à s'envoler », il jouait sur les « plissés », le mouvement et la légèreté du corps dans une recherche de démocratisation du vêtement ; support pratique et esthétique car « le pouvoir du design, c'est de faire des produits qui deviendront anonyme. Pas de dessiner pour quatre personnes dans un dîner. »

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Né à Hiroshima en avril 1938, Issey Miyake a 7 ans le 8 août 1945, et se trouve à trois kilomètres de l'épicentre de l'explosion de la bombe atomique. Quatre ans après, sa mère meurt, brûlée à plus de 50%. Lui-même est atteint en 1948, à 10 ans, d'une maladie osseuse qui l'éloigne de l'école et le laisse entre la vie et la mort pendant plusieurs mois. Survivant de ces souffrances physiques et morales, il se dote, pour affronter la vie, d'un optimisme forcené[1],[note 1]. En 1958, il étudie le design à Tokyo, à l'Université des beaux-arts Tama[1] et s'intéresse à la mode et à la fabrication de vêtement. En 1960, la World Design Conference est organisée pour la première fois à Tokyo. Elle couvre de nombreux domaines de la conception : architecture, design industriel, graphisme, etc. , mais le programme initial ne comprend rien sur la mode, considérée sans doute comme trop éphémère ou trop utilitaire, ce qui le fait réagir auprès du président du comité, Junzō Sakakura. Il obtient gain de cause.

Dès les années 1960, Issey Miyake se définit comme un artiste à part entière résolument prompt à révolutionner l'univers de la mode de par une redéfinition de concept, en termes esthétiques, avec une œuvre originale aux concepts qui lui sont intrinsèques, mais aussi couvrant une réalité plus populaire (une mode qui descend dans la rue). Cette volonté d'une mode plus visuelle se retrouve dans un de ses défilés de 1963 : A poem of Cloth and Stone.

À Paris[modifier | modifier le code]

Si l'année 1965 marque son arrivée dans la capitale de la mode qu'est Paris, il pénètre également dans l'univers des maisons de haute-couture, telles que celle de Guy Laroche ou encore de Givenchy, mais qui vont lui permettre d'imposer son propre style dans le mouvement de amorcé par mai 68. Il s'inscrit à l’École de la chambre syndicale de la couture parisienne. Il dira : « Mes premières années à Paris ont été importantes pour moi car elles ont servi de tremplin à ma carrière, les notions de beauté et d’esthétique du corps humain restent trop rigides pour moi. Heureusement, les perceptions se trouvent bouleversées par le vent de liberté qui soufflait en 1968 ». Ces années 1960 marquent la naissance d'un couturier à la fois logique et novateur qui va s'inspirer également du style hippie en 1969 avant de retourner au Japon pour créer sa première collection. Un créateur qui va progressivement devenir « l'inventeur quasiment révolutionnaire qui pense fermement que l'on peut créer un vêtement à partir de n'importe quel matériau de base et, dont les modèles par leur originalité éblouissent le public ».

1970-1978 : De l"année particulière" à East meets West[modifier | modifier le code]

Pleats please, 1994 (Collection de la Fondation ethnographique du Péloponnèse, Nauplie).

Dans un contexte "d'optimisme ambiant" et de construction de la mode loin la guerre des clans (New York vs Paris), Issey Miyake tisse sa toile cosmopolite. En 1971, la première collection Issey Miyake est présentée à New York devant Diana Vreeland, alors rédactrice en chef de Vogue, avant d 'être présentée à Paris en avril 1973. Attaché à l'ouverture d'esprit en matière de conception et création, mais aussi à la liberté du mouvement au sein du vêtement, il s'établit au Miyake Design Studio (MDS), un bâtiment bétonné, épuré aux rangements invisible construit par le frère de Tadao Ando à l'ouest de Tokyo et séparé en trois branches distinctes : le secteur design, atelier et gestion animés par une équipe jeune et qui reflète l'état d'esprit du créateur (on passe de la pensée à l'unification des idées, en équipe). Dès sa première collection faite en collaboration avec Makiko Minagawa, originaire de Kyoto, il introduit des jeans en sashiko (un tissu ouaté et piqué à motifs géométriques à couleurs primaires) qui trouve son inspirations dans des étoffes anciennes reflet du Japon rural et de dernières innovations textiles avec des matières synthétiques. Son concept du Piece of cloth provoque également un grand retentissement dans l'univers de la mode.

(à compléter)

1980 -1988[modifier | modifier le code]

Issey Miyake a conçu un projet de rideau de scène pour l'Opéra Bastille, inauguré le 13 juillet 1989. Pierre Bergé, nommé à la tête de l'Opéra au début de l'année 1989, a annulé le projet, au profit d'un rideau du peintre américain Cy Twombly.

1994 à nos jours/[modifier | modifier le code]

( à compléter)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il évoque rarement et ne met pas en avant dans sa vie professionnelle ce drame de l'enfance, ne voulant surtout pas en faire un argument publicitaire

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Boulay 1999, Libération.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Holborn, Issey Miyake, Taschen, .
  • Laurence Benaim, Mémoire de la Mode : Issey Miyake, Assouline, .
  • Laurence Benaim, « Issey Miyake un rêve parisien », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (en) Kazuko Sato, Hervé Chandés et Raymond Meier, Issey Miyake Making Things, Fondation Cartier pour l'art contemporain et Actes Sud, .
  • « Issey Miyake est né à Hiroshima il y a soixante ans. Il signe sa dernière collection. Étonne la mode avec ses vêtements sensuels et sa réflexion sensée. Peau d'âme », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Philippe Pons, « Issey Miyake esquisse au Japon son "Homme du XXIe siècle" », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Kaya Tsujita, « L'école japonaise à Paris », dans Fashion Mix. Mode d’ici, créateurs d’ailleurs, Palais Galliera et éditions Flammarion, , p. 114-120.

Liens externes[modifier | modifier le code]