Football aux Jeux olympiques d'été de 1948

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Football aux Jeux olympiques d'été de 1948
Description de l'image London Olympics.jpg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) CIO / FIFA / BOA / FA
Édition 11e édition mais 7e officielle pour la FIFA et 9e officielle pour le CIO[note 1].
Lieu(x) Drapeau : Royaume-Uni Londres
Date Du 26 juillet au 13 août 1948
Participants 23 inscrits, 18 participants
Épreuves 1
Site(s) 11 stades (dans 3 villes)
Palmarès
Tenant du titre Drapeau de l'Italie Italie
Vainqueur Drapeau : Suède Suède (Premier titre)
Finaliste Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Troisième Drapeau : Danemark Danemark
Buts 102
Meilleur joueur Drapeau : Suède Gunnar Gren
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Suède Gunnar Nordahl et
Drapeau : Danemark John Hansen (7 buts)

Navigation

Le football est un des dix-sept sports officiels aux Jeux olympiques de 1948. Il n’y a pas de compétition féminine et la compétition masculine se déroule par des matchs à élimination directe du 26 juillet au 13 août 1948. Les matchs sont joués dans onze stades répartis dans trois villes britanniques. Le tournoi est organisé par la Comité olympique britannique (British Olympic Association) ainsi que par le Fédération anglaise de football (The Football Association). Onzième édition d’une épreuve de football lors de Jeux olympiques, il ne s’agit cependant que de la neuvième à être reconnue par le CIO et la septième par la FIFA.

Il s’agit de la deuxième édition des Jeux olympiques qui se déroule à Londres, après 1908, que la Grande-Bretagne avait remportée.

Vingt-trois équipes sont inscrites et invitées pour le tournoi, cependant dix-huit seulement participent au tournoi. La Grande-Bretagne est le pays organisateur. L’Italie, tenante du titre, est présente. L’Inde, la Corée du Sud et l’Afghanistan participent pour la première fois aux Jeux olympiques.

Durant la compétition, l’Italie est éliminée en quart de finale par le Danemark. La Suède remporte son premier titre olympique en battant en finale la Yougoslavie et avec sept buts, le Danois John Hansen et le Suédois Gunnar Nordahl terminent meilleurs buteurs durant la compétition. La médaille de bronze est remportée par le Danemark. On découvre aussi les Indiens qui jouent pieds nus, ce qui surprend beaucoup de spectateurs.

Le contexte de la Grande-Bretagne est celui de la reconstruction, après la Seconde Guerre mondiale. La reconstruction de la ville de Londres, fortement touchée par les bombardements allemands (Blitz) est loin d’être achevée. Aucune installation sportive n’est construite pour ces jeux. Il s’agit aussi de la dernière épreuve olympique de football remportée par une équipe de l’Ouest, avant la domination des pays du bloc de l’Est entre 1952 et 1980.

Acteurs[modifier | modifier le code]

Équipes qualifiées[modifier | modifier le code]

Carte des pays engagés. En noir, les pays qui ont déclaré forfait avant le début du tournoi.

Au départ, vingt-trois équipes sont inscrites pour ce tournoi. La FIFA et le CIO acceptent seulement seize équipes au premier tour, d'où la nécessité de faire un tour préliminaire plusieurs jours avant la date de l’ouverture officielle des Jeux olympiques. Le tirage au sort se fait à Zurich[note 2], le 17 juin 1948.

Après le tirage, cinq équipes se sont désistées (le Pakistan, Israël, la Pologne, la Birmanie et la Hongrie[1]) et seules dix-huit équipes participent au tournoi[2].

Le Japon et l'Allemagne, tous les deux quarts-de-finalistes en 1936, ne sont pas autorisés à disputer les Jeux olympiques.

Afrique

Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes

Asie

Europe

Pays-hôte

Entre parenthèses, le nombre de participations aux Jeux olympiques.

Préparation[modifier | modifier le code]

La sélection indienne s'entraînant au camp olympique de Richmond Park en 1948.

La Grande-Bretagne, pays organisateur, se prépare en faisant plusieurs matchs en 1948[3] : tout d'abord, en affrontant le 28 février à Portsmouth le club écossais de première division Queen's Park Football Club[note 7], qu'elle bat sur le score de quatre buts à zéro grâce à un triplé de Bill Amor. Le 8 mai, pour définir les joueurs britanniques, un match terne[4] est joué à Blackpool entre deux sélections britanniques, appelées Team A et Team B, se soldant par une victoire de la Team A sur le score de trois buts à un. Elle connaît ensuite deux défaites le 20 juin contre les Pays-Bas à Amsterdam (défaite deux buts à un) et le 20 juillet contre le club suisse FC Bâle[note 8] à Bâle (défaite trois buts à deux). Enfin cinq jours plus tard au Stade Malakoff de Nantes, la Grande-Bretagne bat la France sur le score de trois buts à deux.

Quant à l'Inde nouvellement indépendante du Royaume-Uni (depuis le 15 août 1947), elle sélectionne dix-sept joueurs le 7 mai puis part dès le 6 juin pour l'ancienne métropole[5]. Elle affronte diverses équipes de faible niveau (A Department Store XI, Metropolitan Police FC, Pinner FC, Hayes FC et Alexandra FC), qu'elle domine dont une victoire quinze buts à zéro contre A Department Store XI, le 13 juillet.

Quant à la Chine, du 10 février au 4 avril, elle fait des matchs pour sélectionner les joueurs, essentiellement à Hong Kong. Puis le 6 avril, la sélection est fixée, qui est composée de joueurs d’ethnie chinoise à travers l'Asie de l'Est (Hong Kong, Shanghai, Singapour[note 9], Penang). Enfin du 1er mai au 17 juillet, elle réalise un grand tour en Asie du Sud-Est et en Inde (Manille, Bangkok, Saïgon, Djakarta, Singapour, Bandoeng, Makassar, Surabaya et Calcutta) pour se préparer. Lors de l'arrivée au Royaume-Uni, elle affronte à deux reprises en amical à Londres la sélection olympique américaine, qu'elle bat le 23 (5-2) et le 25 juillet (3-2)[6].

La Corée du Sud a disputé un match remporté 5 buts à 1 le 6 juillet contre Hong Kong à Hong Kong mais n’a pas joué de match durant son voyage pour l’Europe ni depuis son arrivée[7]. L’Égypte durant sa préparation a connu une épidémie[7].

Pour chaque équipe présente, un terrain d'entraînement était alloué pour une demi-journée. Dix terrains d'entraînement ont été mis à disposition pour les sélections présentes[7].

Le favori de la compétition est la Suède : malgré la défaite quatre buts à deux contre l'Angleterre à Highbury[8], les Suédois ont impressionné les Anglais et grâce à des entraînements intensifs et un programme de coaching, la sélection suédoise se prépare pour être prête pour les Jeux à Londres. De plus, elle mise sur ses deux atouts : les ailiers Rosén et Liedholm[7].

Stades retenus[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Sites des Jeux olympiques de 1948.
Voir l’image vierge
Sites des Jeux olympiques de 1948 à Londres.

Les matchs de l'épreuve de football se déroulent en plusieurs moments :

  • Un tour préliminaire (ayant lieu trois jours avant l’ouverture officielle des Jeux olympiques) : deux matchs[7],[note 10] qui se déroulent hors de Londres (à Portsmouth et à Brighton).
  • Le premier tour et les quarts de finale se déroulent dans huit stades londoniens.
  • Les demi-finales, la petite finale et la finale qui se passent au Stade de l'Empire[9].

Les stades utilisés sont ceux de clubs professionnels, qui doivent prêter les infrastructures durant la compétition.

Ville Stade Club résident
Brighton Goldstone Ground[10] Brighton & Hove Albion Football Club[note 11]
Londres Craven Cottage[11] Fulham Football Club[note 12]
Londres Selhurst Park[12] Crystal Palace Football Club[note 13]
Londres Arsenal Stadium[13] Arsenal Football Club[note 14]
Londres Cricklefield Stadium Ilford Football Club
Londres Green Pond Road Walthamstow Avenue Football Club[note 15]
Londres White Hart Lane[14] Tottenham Hotspur Football Club[note 16]
Londres Champion Hill Dulwich Hamlet Football Club[note 17]
Londres Griffin Park[15] Brentford Football Club[note 18]
Londres Stade de l'Empire[16] Équipe d'Angleterre[note 19]
Portsmouth Fratton Park[17] Portsmouth Football Club[note 20]

Arbitres[modifier | modifier le code]

Lemešić a arbitré un match lors de ce tournoi (Mexique-Corée du Sud 3-5).

Les arbitres officiant pour cette compétition ont été désignés par la FIFA. Les arbitres de la compétition viennent tous d'Europe.

Beaucoup d'arbitres officient pour la première dans une compétition majeure et internationale. Seuls trois arbitres ont dirigé des matchs importants comme le Yougoslave Lemešić, qui a dirigé la finale de la Coupe de Yougoslavie 1947-1948, et les deux Français Sdez et la Salle. Pour Victor Sdez, il a arbitré les finales de la Coupe de France 1942-1943[18]. Quant à Charles de la Salle, il a arbitré la finale de la Coupe de France 1939-1940[19].

De plus, les deux Français ont été arbitres assistants lors de la Coupe du monde 1938 (pour Sdez Tchécoslovaquie-Pays-Bas 3-0 a.p.[20] et Suède-Cuba 8-0[21] ; pour la Salle Hongrie-Indes orientales néerlandaises 6-0[22] et Brésil-Tchécoslovaquie 1-1 a.p.[23]).

Déroulement de la phase finale[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Tour préliminaire
26 juillet 1948 - Portsmouth et Brighton
Huitièmes de finale
31 juillet au 2 août 1948 - Londres
Quarts de finale
5 août 1948 - Londres
Demi-finales
10 et 11 août 1948 - Londres
Finale
13 août 1948 - Londres
   
   
   Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 6  
 Drapeau : Luxembourg Luxembourg 6      Drapeau : Luxembourg Luxembourg 1  
 Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan 0  
   Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 3  
       Drapeau : Turquie Turquie 1  
   
   Drapeau : Turquie Turquie 4
       Drapeau : République de Chine (1912-1949) Chine 0  
       Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 5  
   Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 3  
   
   
   Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 4 a.p.
 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 3      Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 3  
 Drapeau : Irlande République d'Irlande 1  
   Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 1  
       Drapeau : France France 0  
   
   Drapeau : France France 2
       Drapeau : Inde Inde 1  
     Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 1
 Drapeau : Suède Suède 3
   
   
   Drapeau : Suède Suède 3  
       Drapeau : Autriche Autriche 0  
   
   Drapeau : Suède Suède 12  
       Flag of South Korea (1945-1948).svg Corée du Sud 0  
   
   Flag of South Korea (1945-1948).svg Corée du Sud 5
       Drapeau : Mexique Mexique 3  
       Drapeau : Suède Suède 4
   Drapeau : Danemark Danemark 2  
   
   
   Drapeau : Danemark Danemark 3 a.p.
       Drapeau de l'Égypte Égypte 1  
   
   Drapeau : Danemark Danemark 5
       Drapeau : Italie Italie 3  
   
   Drapeau : Italie Italie 9
       Drapeau : États-Unis États-Unis 0  
   

Tour préliminaire[modifier | modifier le code]

Matchs originellement prévus[modifier | modifier le code]

Lors du tirage au sort, sept matchs étaient planifiés, mais du fait des forfaits du Pakistan et de la Birmanie, plusieurs matchs ont été annulés et les matchs Chine-Turquie, Égypte-Danemark et Suède-Autriche ont été déplacés au premier tour[1]. Seuls deux matchs ont eu lieu.

L'équipe d'Irlande pour les Jeux olympiques de 1948.
Date Pays Pays
26 juillet Luxembourg Drapeau : Luxembourg Drapeau : Afghanistan Afghanistan
Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas Drapeau : Irlande Irlande
Birmanie Flag of Burma (1948-1974).svg Drapeau : Inde Inde
Turquie Drapeau : Turquie Drapeau : République de Chine (1912-1949) Chine
27 juillet Yougoslavie Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Drapeau : Pakistan Pakistan
Danemark Drapeau : Danemark Drapeau : Égypte Égypte
Suède Drapeau : Suède Drapeau : Autriche Autriche

Matchs disputés[modifier | modifier le code]

Seuls deux matchs initialement prévus se jouent.


Premier tour[modifier | modifier le code]

Matchs originellement prévus[modifier | modifier le code]

Huit matchs sont originellement prévus[2] mais la Pologne, la Hongrie et Israël déclarent forfaits. Par conséquent, l’organisation des matchs est revue.

Date Pays Pays
31 juillet Yougoslavie Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie/
Pakistan Drapeau : Pakistan
Drapeau : Israël Israël
Luxembourg Drapeau : Luxembourg/
Afghanistan Drapeau : Afghanistan
Drapeau : Danemark Danemark/
Drapeau : Égypte Égypte
Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas/
Drapeau : Irlande Irlande
France Drapeau : France Drapeau : Inde Inde/
Flag of Burma (1948-1974).svg Birmanie
2 août Turquie Drapeau : Turquie/
Chine Drapeau : République de Chine (1912-1949)
Drapeau : Suède Suède/
Drapeau : Autriche Autriche
Mexique Drapeau : Mexique Flag of South Korea (1945-1948).svg Corée du Sud
Hongrie Flag of Hungary (1946-1949, 1956-1957).svg Drapeau : Italie Italie
Pologne Drapeau : Pologne Drapeau : États-Unis États-Unis

Matchs disputés[modifier | modifier le code]

Après les différents forfaits, les matchs sont réorganisés et joués le 31 juillet et le 25 août.

Le CIO rapporte que les Yougoslaves posent le jeu[7] et que les Luxembourgeois jouent un football attractif mais sans vitesse[7].


Le rapport du CIO dit que les Égyptiens ne sont pas habitués à jouer sur un terrain humide, ce qui n'a pas permis de remporter le match[7].



L'équipe de France olympique avant le tournoi.

Le premier match officiel de l'Inde se déroule le 31 juillet 1948 contre l'équipe de France olympique. Bien que jouant pieds nus, l'équipe indienne a impressionné dans le seul match qu'ils ont joué, en perdant deux buts à un à la France. Le résultat aurait pu être différente si l'Inde n'avait pas manqué deux penaltys (un a été tiré au dessus, le second est arrêté par le gardien français Rouxel). Il y avait une forte concentration de joueurs venus du Bengale dans l'équipe.

Tandis que les Indiens avaient joué pieds nus pendant des décennies, ce fut la première fois que l'équipe de football indienne jouait pieds nus à un tournoi international. Cependant, pour le reste du monde, cela était le plus insolite et les légendes ont grandi autour de l'équipe indienne. Apparemment, lors d'une réception au Palais de Buckingham, le roi George VI a fait retrousser le pantalon à Manna pour vérifier si ses jambes étaient en acier.[36]

Les Indiens jouaient pieds nus et avec des bandelettes aux pieds, ce qui était le cas pour neufs joueurs[7].



Le match se déroule au White Hart Lane et le terrain était gorgé d'eau[37], mais la Suède a remporté facilement grâce à deux buts inscrits par Gunnar Nordahl dès le début du match.

Les Autrichiens ont joué physiquement et de manière rugueuse dans la seconde mi-temps, ce qui va entraîner les avertissements du Suédois Rosengren et de l'Autrichien Ocwirk mais surtout l'expulsion à la soixante-cinquième minute du défenseur droit autrichien Kowanz.[7] Rosen profite de cette supériorité numérique pour aggraver le score.



Le sélectionneur italien Pozzo, vainqueur des JO 1936, domine la sélection américaine neuf buts à zéro.

Comme aux Jeux olympiques de 1936, l'Italie affronte les États-Unis lors du premier match. Le sélectionneur Pozzo utilise le même système de jeu (le "WM") que lors des Coupes du monde 1934 et 1938[7] pour cette rencontre. Au cours de ce match, l'Italien Giovannini a été averti et Pernigo réalise un quadruplé dans ce match. Le rapport du CIO dit que les Américains manquent de cohésion[7].

Néanmoins, le journal italien Il Calcio Illustrato dit que l'opposition américaine était faible mais que les Italiens « ont des raisons d'espérer face aux Danois[38] », même si la sélection danoise est composée de joueurs confirmés. Il s'agit de la plus large victoire de l'histoire de la sélection italienne.

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

Le CIO précise que les Turcs étaient jugés trop lents et ont des difficultés à jouer sur les terrains anglais[7]. Au cours du match contre la Yougoslavie, le milieu de terrain Eken et l'attaquant Gülesin ont été exclus respectivement à la quatre-vingtième minute et à la quatre-vingt-cinquième minute de jeu.


La dernière fois que la Suède a affronté une sélection asiatique c'était lors des Jeux olympiques de 1936, contre le Japon, et cela est resté dans les mémoires des Suédois (défaite 3-2[39]).

Cette fois-ci, la Suède gagne douze buts à zéro : cela constitue encore aujourd’hui la pire défaite de la sélection sud-coréenne et la plus large victoire de la sélection suédoise. Sur le terrain qui était glissant, les Coréens n’arrivaient pas à garder l’équilibre et à maîtriser le ballon anglais qui était trop lourd[37],[40].



Contrairement au tour précédent, le deuxième tour se joue face à un adversaire d'un calibre très différent des États-Unis, le Danemark. La sélection italienne étudiante[note 21] a été éliminée cinq buts à trois par le Danemark.

Le CIO nous dit que ce match est le meilleur match du tournoi[7], mais que les Italiens sont trop portés sur l'attaque mais négligent la défense[7]. Le journal italien Il Calcio Illustrato (it) dit que Pernigo inscrit un très beau but, sans en donner des détails[41].

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Photo de la demi-finale Danemark-Suède.

La demi-finale est vue comme le match de Carlsson. Le Danemark mène dès la deuxième minute par l'intermédiaire de Seebach, mais en vingt-cinq minutes, la Suède donne une autre tournure au match, inscrivant quatre buts (deux doublés de Carlsson et de Rosén). Le Danemark réduit la marque à la soixante-quinzième minute par J. Hansen[37].

Cependant la FIFA rapporte qu'un des deux buts de Carlsson est marqué de manière inhabituelle : Nordahl se trouve en position de hors-jeu après plusieurs changements de possession rapides. Il sort du terrain en courant dans le dos du gardien danois. Quelques secondes plus tard, Nordahl rattrape une tête de Carlsson. Le but est accordé[42].


Petite finale[modifier | modifier le code]

Finale[modifier | modifier le code]

Le Suédois Liedholm face au Yougoslave Brozović durant la finale.
Le gardien suédois Lindberg se saisit du ballon dans les airs devant l'attaquant yougoslave, lors de la finale.

La finale est considérée comme un des matchs les plus brutaux pour la Suède : pour les Yougoslaves, les Suédois ont été aidés par l'arbitre pour remporter le match, les qualifiant de gangsters et de fascistes[37] ; pour les Suédois, les Yougoslaves jouaient beaucoup des coudes, pour preuve Gunnar Nordahl est couvert de bleus. Le troisième but suédois est un penalty de Gren inscrit à la soixante-septième minute, en prenant à contre-pied le gardien yougoslave Lovrić[37].

Les Yougoslaves Brozović et Zl. Čajkovski ont été avertis au cours de ce match.

La médaille d'or de la Suède a été célébrée avec du champagne dans le pub Harrow Tavern, près de Wembley ; puis est célébrée par la population suédoise. Les médaillés olympiques déjeunent à Göteborg. Le roi de Suède Gustave V télégraphe : « Bra gjort ! » (« Bien joué » en français)[37].

Podium et médaillés[modifier | modifier le code]

Medaille d’argent
Médaillé d’argent

Yougoslavie
Yougoslavie
Medaille d’or
Champion olympique

Suède
Suède
1er titre
Medaille de bronze
Médaillé de bronze

Danemark
Danemark
La sélection suédoise remporte le tournoi olympique.

Dirigés par le sélectionneur suédois Rudolf Kock (sv)[37] et entraîné par le britannique George Raynor[37], les footballeurs suédois Sune Andersson, Henry Carlsson, Gunnar Gren, Börje Leander, Nils Liedholm, Torsten Lindberg, Erik Nilsson, Bertil Nordahl, Gunnar Nordahl, Knut Nordahl, Kjell Rosén, Birger Rosengren et Kalle Svensson remportent la médaille d'or[43],[44].

Quant aux joueurs Per Bengtsson, Rune Emanuelsson, Egon Jönsson, Stellan Nilsson, Stig Nyström et Kalle Svensson[45], ils ne sont pas médaillés d'or.

Il s'agit de l'une des seize médailles d'or et l'une des quarante-quatre médailles récoltées lors de cette olympiade. La médaille d'argent de la Yougoslavie est l'une des deux médailles remportées à Londres[note 22]. Pour le Danemark, il s'agit d'une des vingt médailles remportées lors de ces Jeux olympiques.

Le CIO compare les jeux des Suédois et des Danois au football professionnel anglais[7]. Le jeu de la Yougoslavie est comparé à celui du Dynamo Moscou[7].

Plusieurs joueurs suédois participeront aux coupes du monde 1950 et 1958, terminant respectivement troisième et finaliste.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Buteurs[modifier | modifier le code]

Les buteurs lors de cette olympiade sont présentés dans ce classement[46] : le Suédois et joueur de l'IFK Norrköping Gunnar Nordahl et le Danois et joueur du BK Frem terminent meilleurs buteurs de la compétition avec sept buts.

G. Nordahl, ici en demi-finale, est l'un des deux meilleurs buteurs avec sept buts.

7 buts

5 buts

4 buts

3 buts

2 buts

1 but

Classement final[modifier | modifier le code]

Classement final pour l'épreuve de football.

À l’origine, les équipes ayant participé à ces Jeux olympiques n’étaient pas classées. Cependant, la FIFA a établi rétroactivement un classement final de chaque édition des Jeux olympiques d’avant 1988[note 30]. Le classement pour le tournoi 1948 est basé sur la progression lors de la compétition, la différence de buts du dernier match joué puis enfin sur le nombre de buts marqués[99] :

Le ballon de la finale des Jeux olympiques de 1948.
Classement final des équipes
Place Sélection Stade
médaille d'or Drapeau : Suède Suède Vainqueur
médaille d'argent Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Finale
médaille de bronze Drapeau : Danemark Danemark Troisième
4 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Quatrième
5 Drapeau : France France Quart de finale
6 Drapeau : Italie Italie
7 Drapeau : Turquie Turquie
8 Flag of South Korea (1945-1948).svg Corée du Sud
9 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Premier tour
10 Drapeau : Inde Inde
11 Drapeau : Mexique Mexique
12 Drapeau de l'Égypte Égypte
13 Drapeau : Autriche Autriche
14 Drapeau : République de Chine (1912-1949) Chine
15 Drapeau : Luxembourg Luxembourg
16 Drapeau des États-Unis États-Unis
17 Drapeau : Irlande Irlande Tour préliminaire
18 Drapeau : Afghanistan Afghanistan
La sélection britannique aux Jeux olympiques de 1948.

Cette olympiade constitue la première participation de la Corée du Sud, de l'Inde et de l'Afghanistan. La Suède, la Yougoslavie et la Turquie réalisent leur meilleure performance durant le tournoi. Le Mexique, le Luxembourg, l’Égypte et la Chine égalent leur meilleure performance (premier tour).

Les matchs joués dans cette compétition sont des matchs FIFA et comptabilisés comme tels pour toutes les sélections, sauf pour la France, qui a envoyé une sélection olympique, et la Grande-Bretagne qui n’a qu’une équipe olympique. Concernant l'Italie, les matchs sont des matchs FIFA mais la sélection italienne est une sélection étudiante et non une sélection A.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les éditions 1896 et 1906 ne sont reconnues ni par la FIFA ni par le CIO et les éditions 1900 et 1904 sont reconnues par le CIO sans l’être par la FIFA.
  2. Siège de la FIFA.
  3. Quatrième participation en tant qu’États-Unis, cinquième apparition des Américains si on prend en compte les Jeux olympiques de 1904, où concouraient deux clubs américains.
  4. Quatrième participation dans les compétitions officielles, sixième si on prend en compte les Jeux olympiques de 1896 et 1906.
  5. Cinquième participation en tant que France (en ne comptant que comme une participation la présence des deux équipes nationales françaises en 1908), sixième si on prend en compte les Jeux olympiques de 1900, où concourait un club français.
  6. Cinquième participation en tant que « Grande-Bretagne » (même si les athlètes britanniques concourent habituellement aux Jeux olympiques sous le nom « Grande-Bretagne », ils représentent en réalité tout le Royaume-Uni), sixième si on prend en compte les Jeux olympiques de 1900, où concourait un club anglais.
  7. Le club de Queen's Park FC terminera dernière du championnat à la fin de la saison 1947-1948.
  8. Le FC Bâle terminera dixième du championnat suisse à la fin de la saison 1947-1948.
  9. Singapour ne sera qu'indépendante qu'en 1965.
  10. Au départ, cinq stades étaient prévus pour le tour préliminaire, mais à la suite du désistement de cinq équipes, seuls deux stades ont accueilli les matchs du tour préliminaire. Les villes de Southend, d'Eastbourne et de Bournemouth étaient prévus pour accueillir des matchs.
  11. 22e sur 22 en troisième division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  12. 11e sur 22 en deuxième division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  13. 13e sur 22 en troisième division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  14. 1re sur 22 en première division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  15. 3e sur 14 en quatrième division anglaise (Isthmian League) lors de la saison 1947-1948.
  16. 8e sur 22 en deuxième division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  17. 4e sur 14 en quatrième division anglaise (Isthmian League) lors de la saison 1947-1948.
  18. 15e sur 22 en deuxième division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  19. Vainqueur du British Home Championship 1947-1948.
  20. 8e sur 22 en première division anglaise lors de la saison 1947-1948.
  21. Pour le journal Il calcio illustrato, il s'agit d'une sélection italienne étudiante et non une sélection A. Pourtant les matchs de l'Italie sont des matchs FIFA.
  22. L'autre médaille est une médaille d'argent remporté par Ivan Gubijan, au lancer du marteau.
  23. Meilleur buteur du championnat danois en 1948.
  24. Meilleur buteur du championnat suédois en 1943, 1945, 1946 et 1948.
  25. Meilleur buteur du championnat yougoslave en 1945.
  26. Meilleur buteur du championnat suédois en 1947.
  27. Meilleur buteur du championnat yougoslave en 1947 et en 1948.
  28. Meilleur buteur du championnat danois en 1946.
  29. Co-meilleur buteur du championnat luxembourgeois en 1948
  30. 1988 est la première édition à l’issue de laquelle les équipes sont classées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (nl) « De waarheid, 18-06-1948 », sur delpher.nl (consulté le 18 août 2015)
  2. a et b (nl) « Limburgsch dagblad 26-06-1948 », sur delpher.nl (consulté le 18 août 2015)
  3. (en) « Great Britain's Amateur History 1908-71 », sur englandfootballonline.com (consulté le 1 août 2015)
  4. (en) « 1948 Olympics: British football squad lacking », sur theguardian.com (consulté le 27 août 2015)
  5. (en) « Indian Olympic team tour of Europe 1948 », sur rsssf.com (consulté le 1 août 2015)
  6. (en) « Chinese Olympic team 1948 », sur rsssf.com (consulté le 1 août 2015)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) « THE OFFICIAL REPORT OF THE ORGANISING COMMITTEE FOR THE XIV OLYMPIAD », sur library.la84.org (consulté le 17 août 2015)
  8. (en) « England 4 Sweden 2 », sur englandfootballonline.com (consulté le 27 août 2015)
  9. « Rapport du Président du Comité olympique », sur library.la84.org (consulté le 31 juillet 2015)
  10. (en) « Past stadiums Goldstone Ground », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  11. (en) « Craven Cottage », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  12. (en) « Selhurst Park », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  13. (en) « Past stadiums Arsenal Stadium », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  14. (en) « White Hart Lane », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  15. (en) « Griffin Park », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  16. (en) « Past stadiums Wembley stadium », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  17. (en) « Fratton Park », sur worldstadiums.com (consulté le 31 juillet 2015)
  18. « Saison 1942-1943 OM Vainqueur », sur om4ever.com (consulté le 8 août 2015)
  19. « Coupe de France Saison 1939 - 1940 », sur fff.fr (consulté le 30 juillet 2015)
  20. « Tchécoslovaquie-Pays-Bas 3-0 ap », sur fifa.com (consulté le 30 juillet 2015)
  21. « Suède-Cuba 3-0 », sur fifa.com (consulté le 30 juillet 2015)
  22. « Hongrie-Indes orientales néerlandaises 6-0 », sur fifa.com (consulté le 30 juillet 2015)
  23. « Brésil-Tchécoslovaquie 1-1 ap », sur fifa.com (consulté le 30 juillet 2015)
  24. (en) « Palmares for Johann Beck », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  25. (en) « Palmares for Stanley Boardman », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  26. (en) « Palmares for Giuseppe Carpani », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  27. (en) « Palmares for Gunnar Dahlner », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  28. (en) « Palmares for Charles de la Salle », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  29. (en) « Palmares for Valdemar Laursen », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  30. (en) « Palmares for Leo Lemesic », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  31. (en) « Palmares for William Ling », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  32. (en) « Palmares for George Reader », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  33. (en) « Palmares for Victor Sdez », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  34. (en) « Palmares for Karel van der Meer », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  35. (en) « Palmares for A.C. Williams », sur worldreferee.com (consulté le 30 juillet 2015)
  36. (en) « London, 1948: India’s first Olympics as an independent nation », sur blogs.timesofindia.indiatimes.com (consulté le 20 août 2015)
  37. a, b, c, d, e, f, g et h (sv) « Olympiska spelen i London 1948 », sur fogis.se (consulté le 25 août 2015)
  38. (it) « Capotto all'America », sur i.ebayimg.com (consulté le 27 août 2015)
  39. (en) « Japan - Sweden », sur fifa.com (consulté le 22 août 2015)
  40. (sv) Fotbollboken, 1949.
  41. (it) « L'impari lotta », sur i.ebayimg.com (consulté le 26 août 2015)
  42. « Aperçu Londres 1948 », sur FIFA.com (consulté le 25 août 2015)
  43. (sv) « Spelare i guldlaget 1948 », sur fogis.se (consulté le 31 juillet 2015)
  44. (sv) « Svenska medaljörer London 1948 - Svenska medaljörer », sur sok.se (consulté le 31 juillet 2015)
  45. (sv) « Karl "Rio-Kalle" Svensson », sur sok.se (consulté le 31 juillet 2015)
  46. (en) « Olympic Football Tournament London 1948 - Players - Top goals », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  47. (en) « John HANSEN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  48. (en) « Gunnar NORDAHL », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  49. (en) « Francesco PERNIGO », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  50. (en) « Henry CARLSSON », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  51. (en) « Kjell ROSEN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  52. (en) « Stjepan BOBEK », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  53. (en) « John HARDISTY », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  54. (en) « Emidio CAVIGIOLI », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  55. (en) « Faas WILKES », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  56. (en) « Gunnar GREN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  57. (en) « Zeljko CAJKOVSKI », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  58. (en) « YUNG Kook Chin », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  59. (en) « Karl Aage HANSEN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  60. (en) « Johannes PLOGER », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  61. (en) « Carl Aage PRAEST », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  62. (en) « Emilio CAPRILE », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  63. (en) « Julien GALES », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  64. (en) « Marcel PAULUS », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  65. (en) « Fernand SCHAMMEL », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  66. (en) « Abraham APPEL », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  67. (en) « Nils LIEDHOLM », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  68. (en) « Gunduz KILIC », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  69. (en) « Rajko MITIC », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  70. (en) « Franjo WOLFL », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  71. (en) « BAI Chongo », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  72. (en) « CHUNG Nam Sik », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  73. (en) « CHOI Song Gon », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  74. (en) « Holger SEEBACH », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  75. (en) « Jorgen SORENSEN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  76. (en) « El Din EL GUINDY », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  77. (en) « Rene COURBIN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  78. (en) « Rene PERSILLON », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  79. (en) « Andrew AITKEW », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  80. (en) « William AMOR », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  81. (en) « Frank DONOVAN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  82. (en) « Dennis KELLEHER », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  83. (en) « Douglas McBAIN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  84. (en) « Harold McILVENNY », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  85. (en) « Sarangapani RAMAN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  86. (en) « Brian O KELLY », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  87. (en) « Adone STELLIN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  88. (en) « Angelo TURCONI », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  89. (en) « Nicolas KETTEL », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  90. (en) « Raul CARDENAS », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  91. (en) « Antonio FIGUEROA », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  92. (en) « Jose RUIZ », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  93. (en) « Andre ROOSENBURG », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  94. (en) « Sukru GULESIN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  95. (en) « Lefter KUCUKANDONYADIS », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  96. (en) « Huseyin SAYGUN », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  97. (en) « Prvoslav MIHAJLOVIC », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  98. (en) « Branko STANKOVIC », sur FIFA.com (consulté le 31 juillet 2015)
  99. (en) [PDF] « Men’s Olympic Football Tournament Statistical Kit – post event edition including London 2012 – Statistics, Facts & Figures 1908-2012 », sur fifa.com, Fédération internationale de football association, tableau page 15 sur 25.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) CIO, THE OFFICIAL REPORT OF THE ORGANISING COMMITTEE FOR THE XIV OLYMPIAD, CIO,‎ , 580 p. (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]