Équipe de Cuba de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau : Cuba Équipe de Cuba
Écusson de l' Équipe de Cuba
Généralités
Confédération CONCACAF
Couleurs rouge et bleu
Surnom Leones del Caribe
(Lions des Caraïbes)
Stade principal Estadio Pedro Marrero
Classement FIFA en augmentation 104e (9 juillet 2015)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Cuba Raúl González Triana
Plus sélectionné Yénier Márquez : 126
Meilleur buteur Léster Moré : 29

Rencontres officielles historiques

Premier match Cuba Drapeau : Cuba 3 - 1 Flag of Jamaica (1906-1957).svg Jamaïque
()
Plus large victoire Cuba Drapeau : Cuba 9 - 0 Drapeau : Porto Rico Porto Rico
()
Plus large défaite Suède Drapeau : Suède 8 - 0 Drapeau : Cuba Cuba
()

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 1
Quart de finale en 1938
Championnat CONCACAF & Gold Cup Phases finales : 10
4e en 1971
Coupe caribéenne des nations Phases finales : 11
médaille d'or Vainqueur en 2012
Jeux olympiques Phases finales : 2
Quart de finale en 1980

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe de Cuba de football en 2015

L'équipe de Cuba de football est sous l'égide de la Fédération de Cuba de football, fondée en 1924.

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1930 à 1991[modifier | modifier le code]

Les débuts de Cuba[modifier | modifier le code]

Le premier match officiel de Cuba fut joué à domicile, le , contre la Jamaïque, et se solda par la première victoire cubaine de l'histoire sur le score de 3 buts à 1. Affiliée à la FIFA depuis 1932, l’équipe de Cuba n'est pas inscrite pour la Coupe du monde 1930. En revanche, elle participe pour la première fois aux éliminatoires pour la Coupe du monde de football en 1934 où elle est battue par le Mexique au second tour préliminaire.

La Coupe du monde 1938[modifier | modifier le code]

Cuba est la première nation des Antilles à avoir participé à une phase finale de Coupe du monde, en 1938. Du fait des retraits des États-Unis (USA), de la Colombie, du Costa Rica, du Mexique, du Salvador et de la Guyane néerlandaise dans les éliminatoires, Cuba est directement qualifiée pour la phase finale en France. Elle affronte la Roumanie pour le premier match qui se solda par un score de 3-3 a.p (doublé de José Antonio Magriñá et but de Héctor Socorro). Deux jours plus tard le match fut rejoué. Cuba passe en quarts en battant les Roumains (2-1, buts de Héctor Socorro et de Tomás Fernández). En quarts de finale, les Cubains enregistrèrent contre la Suède la plus large défaite de leur histoire, à Antibes (France), le , sur le score de 8 buts à 0. C’est la seule participation de Cuba à une Coupe du monde jusqu’à présent.

De la NAFC à la CONCACAF[modifier | modifier le code]

Pour la Coupe du monde 1950, l’équipe de Cuba est devancée au tour préliminaire par les USA et le Mexique. À l'époque Cuba faisait partie de la NAFC (North American Football Confederation). Mais en 1962, la Fédération cubaine de football devient membre de la CONCACAF. En éliminatoires de la Coupe du monde 1966, Cuba est devancée par la Jamaïque et les Antilles néerlandaises. Pour la Coupe du monde 1978, la sélection cubaine est battue par Haïti au second tour. Pour la Coupe du monde 1982, elle est battue au tour final par le Honduras, le Salvador, le Canada et le Mexique, mais finit devant Haïti. Pour la Coupe du monde 1990, Cuba est battue au premier tour par le Guatemala. Il est à signaler que Cuba ne s'inscrit pas pour les tours préliminaires de Coupe du monde de 1954, 1958, 1962, 1970, 1974 et 1986.

De 1991 à 2003[modifier | modifier le code]

Échecs en éliminatoires et premières Gold Cup[modifier | modifier le code]

L’équipe de Cuba ne s’inscrit toujours pas pour les Gold Cup 1991 et 1993, ni même pour la Coupe du monde de football 1994. À la Gold Cup 1996, Cuba échoue dans les éliminatoires. Pour la Coupe du monde 1998, la sélection est battue au second tour par le Canada, le Salvador et le Panama. À la Gold Cup 1998, elle connaît deux défaites au premier tour contre les USA (0-3) et contre le Costa Rica (2-7, buts de Luis Marten-Pellicier et d’Eduardo Cebranco-Rodríguez). Elle ne participe pas à la Gold Cup 2000. Pour la Coupe du monde 2002, l'équipe nationale est battue par le Canada en barrages pour le tour final. À la Gold Cup 2002, elle fut éliminée au premier tour après une défaite contre les USA (0-1) et un match nul contre la Corée du Sud (0-0). À la Gold Cup 2003, après une victoire contre le Canada (2-0, doublé de Léster Moré) et une défaite contre le Costa Rica (0-3) au premier tour, elle fut battue en quarts par les USA (0-5).

Cuba animateur en Coupe caribéenne des nations[modifier | modifier le code]

La sélection cubaine ne participe pas aux deux premières éditions de la Coupe caribéenne des nations, en 1989 et en 1991. Elle fait son apparition en 1992 où elle défait Anguilla en éliminatoires. En phase finale, elle bat la Guadeloupe et Saint-Vincent-et-les-Grenadines puis fait match nul contre la Jamaïque au premier tour. Ensuite elle est battue par Trinité-et-Tobago (T&T) en demi-finale puis perd à nouveau lors de la petite finale contre la Martinique (1-1 a.p, 5:3 tab). Cuba décline sa participation en 1993 et 1994. En 1995, elle bat en éliminatoires les Antilles néerlandaises, la République dominicaine et Porto Rico (signalons à propos que la plus large victoire de l’équipe de Cuba fut enregistrée le , à Santo Domingo en République dominicaine, contre Porto Rico et se solda par un score de 9 buts à 0), puis en phase finale bat la Jamaïque et Sainte–Lucie mais perd contre T&T au premier tour, perd en demies contre Saint-Vincent-et-les-Grenadines, mais bat les îles Caïmans pour la troisième place. Lazaro Darcourt Martinez est le meilleur buteur cubain de la compétition avec 3 buts. En 1996, Cuba atteint la finale, en battant la Martinique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, en faisant match nul contre Haïti au premier tour, puis en battant en demies le Suriname (4-0) mais s’incline en finale contre T&T (2-0). Cuba ne participe pas en 1997. En 1998, la sélection est battue au tour préliminaire par les îles Caïmans. En 1999, elle termine première dans la phase de poule, puis bat la Jamaïque en demies mais en finale, elle perd contre T&T (2-1 a.p). Le meilleur buteur de la compétition est le Cubain Ariel Alvarez, avec 5 buts, et le meilleur joueur du tournoi est un autre Cubain, Raciel Martinez. En 2001, l’équipe de Cuba bat le Suriname et fait deux matches nuls contre Haïti et Saint-Christophe-et-Niévès, puis se fait battre en demies par T&T, puis contre la Martinique.

De 2003 à 2014[modifier | modifier le code]

Éliminatoires 2006, 2010 et 2014[modifier | modifier le code]

Le parcours de Cuba en qualifications pour la Coupe du monde 2006 fut paradoxal : après avoir aisément écarté les îles Caïmans (3-0 à domicile ; 1-2 à l'extérieur), les Cubains se feront éliminer par le Costa Rica (2-2, 1-1) à cause de la règle des buts marqués à l'extérieur. Pour la Coupe du monde 2010, l’équipe de Cuba élimina au 2nd tour Antigua-et-Barbuda (4-3, 4-0) mais le sélectionneur allemand Reinhold Fanz fut limogé après une cuisante défaite 6-1 contre les USA, synonyme d'élimination dès le 3e tour préliminaire. Qualifiés directement pour le 3e tour des qualifications au Mondial 2014 au Brésil en raison de leur classement FIFA au mois de mars 2011, en compagnie du Honduras, du Panama et du Canada, les Cubains furent rapidement éliminés avec 5 défaites et 1 match nul (1-1 face au Panama à La Havane).

De la Digicel Cup 2005 à la Gold Cup 2011[modifier | modifier le code]

À la Digicel Cup 2005, l’équipe de Cuba accède au tour final où elle domine T&T et la Barbade mais perd contre la Jamaïque, et doit se contenter de la 2e place pour la troisième fois. Lester Moré est le meilleur buteur cubain de la compétition. À la Gold Cup 2005, Cuba connaît trois défaites contre les USA (1-4, but de Léster Moré), le Costa Rica (1-3, but de Maykel Galindo) et le Canada (1-2, but d’Alain Cervantes) au premier tour. À la Digicel Cup 2007, Cuba s’incline en demi-finale contre T&T, pour prendre la troisième place devant la Guadeloupe. À la Gold Cup 2007, l'équipe nationale est éliminée au premier tour après deux défaites contre le Mexique (1-2, but de Reinier Alcántara) et le Honduras (0-5) et un match nul contre le Panama (2-2, buts de Jaime Colomé et de Reinier Alcántara). Cuba décline sa participation à la Gold Cup 2009 malgré une qualification sur le terrain (4e obtenue à la Coupe caribéenne des nations 2008) pour prévenir d'éventuelles défections dans l'équipe (voir plus loin). Deux ans plus tard, à la faveur d'une 3e place en Coupe caribéenne des nations 2010, Cuba se qualifie et participe à la Gold Cup 2011 mais ses résultats sont catastrophiques: défaites face au Mexique et au Costa Rica sur le même score (0-5) puis nouvelle déculottée face au Salvador (1-6). Le seul but du tournoi sera marqué par Yénier Márquez.

Coupe caribéenne 2012 et Gold Cup 2013[modifier | modifier le code]

L'année 2012 finit sur une bonne note car, en décembre, Cuba remporte la Coupe caribéenne des nations 2012, après trois tentatives ratées en finale (1996, 1999 et 2005). Malgré une défaite initiale face à la Martinique en phase de groupes (0-1), elle se ressaisit en battant le Guyana (2-1) puis domine tous ses adversaires (Jamaïque, Haïti et T&T dans cet ordre) par le même score de 1-0, accédant ainsi à la Gold Cup 2013 se déroulant en juillet aux États-Unis. Cuba débute le tournoi continental en concédant une défaite 0-3 face au Costa Rica, champion d'Amérique centrale. Lors du deuxième match les Cubains s'inclinent 1-4 face aux Américains après avoir ouvert le score par l'intermédiaire de José Alfonso Pita à la 35e min. Néanmoins, obligés de battre Belize par une différence d'au moins quatre buts pour figurer parmi les meilleurs troisièmes du tournoi, les Cubains réalisèrent l'exploit de battre les Béliziens 4-0, avec un triplé d'Ariel Martínez, se qualifiant du même coup pour les quarts de finale, une première depuis l'édition 2003. Cependant ils concédèrent une lourde défaite face au Panama (1-6) lors des quarts de finale.

Coupe caribéenne 2014[modifier | modifier le code]

Tenante du titre et qualifiée directement en phase finale de la Coupe caribéenne des nations 2014, en Jamaïque, Cuba débute le tournoi en concédant un match nul face à la Guyane (1-1). Elle parvient ensuite à arracher la victoire 3-2 face à Curaçao dans les arrêts de jeu. Obligée de battre Trinidad et Tobago lors du 3e match pour s'assurer une place en finale, elle ne peut faire que 0-0 et doit donc se contenter du match de classement, perdu 1-2 face à Haïti. Cependant la 4e place obtenue lui donne le droit de disputer la Gold Cup 2015.

Depuis 2015[modifier | modifier le code]

Fiasco en éliminatoires 2018[modifier | modifier le code]

Après une défaite en amical face à la Jamaïque (3-0), en mars 2015, Walter Benítez est débarqué par la Fédération qui rappelle Raúl González Triana aux commandes de la sélection. Son premier match, le , face au New York Cosmos, vire au cauchemar puisque Cuba est battue 1-4 au Stade Pedro-Marrero de La Havane[2]. Opposée à l'équipe de Curaçao - entraînée par Patrick Kluivert - dans le cadre du 2e tour de qualification à la Coupe du monde 2018, Cuba partait favorite en raison de son meilleur classement FIFA et de son statut présumé de "grande" sélection des Antilles. Après avoir tenu en échec les Curaciens 0-0 à Willemstad, le , les Cubains concèdent, quatre jours plus tard, le nul 1-1 à La Havane et sont éliminés en vertu de la règle des buts marqués à l'extérieur[3].

Gold Cup 2015[modifier | modifier le code]

Placée dans le groupe C de la Gold Cup 2015 en compagnie du Mexique, du Guatemala et de Trinité-et-Tobago, la compétition commence bien mal pour l'équipe cubaine, privée de son entraîneur (Raúl González Triana) et de six joueurs titulaires, en raison d'un problème de visa qui les empêche d'entrer sur le territoire américain[4]. Comble de malheur, la veille du match contre le Mexique, l'attaquant Keilen García est reporté disparu[4]. Avec seulement 16 joueurs, l'entraîneur-adjoint Walter Benítez assiste impuissant à la lourde défaite des siens face au Mexique, qui s'impose 6-0[5].

Pour ne rien arranger, deux jours avant la deuxième rencontre face à Trinité-et-Tobago, le gardien remplaçant Arael Argüelles disparaît à son tour[6]. Malgré le retour du sélectionneur González Triana avec cinq des cadres de l'équipe, les Cubains s'inclinent encore par deux buts à zéro. Néanmoins, l'équipe cubaine parvient à surmonter ses difficultés (dont une troisième désertion) et remporte le dernier match du groupe face au Guatemala, par la plus petite des marges, grâce à un but de la tête de Maikel Reyes. Elle se qualifie en quarts-de-finale pour la deuxième fois d'affilée, mais se présente face aux États-Unis diminuée par la défection d'un des cadres de l'équipe, l'attaquant Ariel Martínez. Sans surprise Cuba est balayée 6-0 et sort de la compétition avec un terrible bilan de 14 buts encaissés contre un seul but marqué.

Défections[modifier | modifier le code]

La situation économique et politique de Cuba fait que sa sélection nationale souffre régulièrement de la défection de joueurs lors de ses déplacement aux États-Unis. Avant 1998, les Cubains refusaient quasi-systématiquement de participer aux compétitions se déroulant sur le territoire américain. Ainsi, lors de la Gold Cup 1998, Eduardo Cebranco-Rodríguez abandonne la sélection et son pays à la suite de l'élimination de son équipe par le Costa Rica. Lors de la Gold Cup 2002, Alberto Delgado et son cousin Rey Ángel Martínez sont littéralement partis en courant lors du petit déjeuner après l'élimination de Cuba face à la Corée du Sud à Los Angeles. On peut citer également le cas de Maykel Galindo (avec Yaikel Perez) qui a quitté la sélection dans la soirée après avoir inscrit un but au Costa Rica à Seattle lors de la Gold Cup 2005. Lors de la Gold Cup 2007, Lester Moré abandonne la sélection dans le New Jersey à la suite de la défaite face au Mexique. Quelques jours plus tard, c'est au tour de Osvaldo Alonso d'abandonner la sélection à Houston juste avant le match qui allait opposer Cuba au Honduras.

En mars 2008, pas moins de sept membres de l'équipe olympique dont Yordany Álvarez ont abandonné la sélection à Tampa en Floride lors du tournoi pré-olympique de qualification aux JO 2008. Le , Reinier Alcántara et Pedro Faife abandonnent également la sélection à l'occasion d'un match de qualification à la Coupe du monde 2010 à Washington. Pour prévenir de nouvelles défections, Cuba renonce à la Gold Cup 2009 et laisse sa place à Haïti. Néanmoins, en juillet 2009, alors que la sélection cubaine était en Allemagne pour un camp d'entraînement, le gardien de but Dany Luis Quintero a abandonné l'équipe à l'aéroport de Düsseldorf[7]. Il a par la suite rejoint le CA Valdevez en D3 portugaise puis le SV Nollingen en Allemagne la saison suivante.

Malgré l'évolution de la réglementation cubaine, l'équipe a connu la défection de Yosniel Mesa lors de la Gold Cup 2011[8]. Yosmel de Armas ajoute son nom à cette longue liste en abandonnant la sélection lors du tournoi pré-olympique de qualification aux JO 2012[9]. Trois nouveaux joueurs font défection, cette fois ci au Canada, à la veille du match à Toronto contre l'équipe du Canada, le , lors du troisième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2014[10] (Odisnel Cooper, Maikel Chang et Heviel Cordovés).

La Gold Cup 2015 n'est pas l'exception et on assiste à une véritable hécatombe avec la défection du jeune attaquant Keilen García, qui est reporté absent de la concentration de l'équipe, la veille du match contre le Mexique[4], suivie de celle du deuxième gardien de la sélection, Arael Argüelles, deux jours plus tard, avant le match contre Trinité-et-Tobago[6]. Une troisième désertion survient quand Darío Suárez s'enfuit de l'hôtel où logeait l'équipe à Charlotte, le jour même du match contre le Guatemala[11]. Enfin c'est au tour d'un des joueurs les plus emblématiques, Ariel Martínez, d'abandonner l'équipe juste après la victoire historique contre le Guatemala qui avait offert aux Cubains la qualification en quarts de finale du tournoi[12].

Résultats[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Parcours de l'équipe de Cuba de football en compétitions internationales

Coupe du monde Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup Coupe caribéenne des nations Coupe CCCF (1941–1961) Championnat nord-américain des nations (1947-1991)
  • 1930 : Non inscrit
  • 1934 : Tour préliminaire
  • 1938 : Quart de finale
  • 1950 : Tour préliminaire
  • 1954 : Non inscrit
  • 1958 : Non inscrit
  • 1962 : Non inscrit
  • 1966 : Tour préliminaire
  • 1970 : Non inscrit
  • 1974 : Non inscrit
  • 1978 : Tour préliminaire
  • 1982 : Tour préliminaire
  • 1986 : Non inscrit
  • 1990 : Tour préliminaire
  • 1994 : Forfait
  • 1998 : Tour préliminaire
  • 2002 : Tour préliminaire
  • 2006 : Tour préliminaire
  • 2010 : Tour préliminaire
  • 2014 : Tour préliminaire
  • 2018 : Tour préliminaire
  • 1963 : Non inscrit
  • 1965 : Non inscrit
  • 1967 : Tour préliminaire
  • 1969 : Non inscrit
  • 1971 : 4e place
  • 1973 : Non inscrit
  • 1977 : Tour préliminaire
  • 1981 : 5e place
  • 1985 : Non inscrit
  • 1989 : Tour préliminaire
  • 1991 : Non inscrit
  • 1993 : Non inscrit
  • 1996 : Tour préliminaire
  • 1998 : 1er tour
  • 2000 : Tour préliminaire
  • 2002 : 1er tour
  • 2003 : Quart de finale
  • 2005 : 1er tour
  • 2007 : 1er tour
  • 2009 : Qualifié mais forfait
  • 2011 : 1er tour
  • 2013 : Quart de finale
  • 2015 : Quart de finale

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Les membres actuels de l'équipe nationale[modifier | modifier le code]

Liste des 23 joueurs sélectionnés pour disputer la Gold Cup 2015[18] :

Sélections et buts mis à jour le 28 juin 2015

Sélectionneur Drapeau : Cuba Raúl González Triana
Nom Date de naissance Sélections (buts) Club
Gardiens
Diosvelis Guerra (26 ans) 9 (0) Drapeau : Cuba FC Artemisa
Arael Argüelles (28 ans) 1 (0) Drapeau : Cuba FC Cienfuegos
Sandy Sánchez (21 ans) 2 (0) Drapeau : Cuba FC Las Tunas
Défenseurs
Yénier Márquez Capitaine (36 ans) 123 (15) Drapeau : Cuba FC Villa Clara
Jorge Luis Clavelo (32 ans) 46 (2) Drapeau : Cuba FC Villa Clara
Jorge Luis Corrales (24 ans) 31 (1) Drapeau : Cuba FC Pinar del Río
Hánier Dranguet (32 ans) 32 (1) Drapeau : Cuba FC Guantánamo
Adrián Diz (21 ans) 10 (0) Drapeau : Cuba FC La Habana
Ángel Horta (31 ans) 0 (0) Drapeau : Cuba FC Camagüey
Yasmany López (27 ans) 10 (1) Drapeau : Cuba FC Ciego de Ávila
Yaisnier Nápoles (27 ans) 0 (0) Drapeau : Cuba FC Camagüey
Andy Baquero (21 ans) 1 (0) Drapeau : Cuba FC La Habana
Milieux
Alain Cervantes (31 ans) 64 (8) Drapeau : Cuba FC Ciego de Ávila
Félix Guerra (26 ans) 9 (0) Drapeau : Cuba FC Granma
Arichel Hernández (31 ans) 7 (0) Drapeau : Cuba FC Villa Clara
Daniel Sáez (21 ans) 1 (0) Drapeau : Cuba FC La Habana
Alberto Gómez (27 ans) 32 (1) Drapeau : Cuba FC Guantánamo
Ariel Martínez (29 ans) 50 (11) Drapeau : Cuba FC Sancti Spíritus
Liban Pérez (24 ans) 6 (0) Drapeau : Cuba FC Camagüey
Darío Suárez (22 ans) 2 (0) Drapeau : Cuba FC La Habana
Attaquants
Keilen García (25 ans) 5 (0) Drapeau : Cuba FC Camagüey
Maikel Reyes (22 ans) 6 (1) Drapeau : Cuba FC Pinar del Río
Armando Coroneaux (30 ans) 20 (4) Drapeau : Cuba FC Camagüey

Principaux joueurs d'hier et d'aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneur Période
Drapeau de Cuba Antonio Orobio 1930
Drapeau de la Hongrie Károly Katzer 1934-35
Drapeau de Cuba José Tapia 1938
Drapeau de Cuba Marcelino Minsal 1947
Drapeau de Cuba Juan Arenas 1947
Drapeau de Cuba Marcelino Minsal 1949
Drapeau de la Tchécoslovaquie František Churda 1963–64
Drapeau de la Hongrie Károly Kocza 1966
Drapeau de la Hongrie László Moháczy 1967
Drapeau de la Corée du Nord Kim Yong Ha 1970-71
Drapeau de Cuba Sergio Padrón 1976
Drapeau de la Hongrie Tibor Ivanicz 1980–81
Drapeau de Cuba Roberto Morero 1988
Drapeau de l'Italie Giovanni Campari 1990–96
Drapeau de Cuba William Bennett 1996-2000
Drapeau du Pérou Miguel Company 2000–04
Drapeau de Cuba Luis Armelio García 2005
Drapeau de Cuba Raúl González Triana 2006–07
Drapeau de l'Allemagne Reinhold Fanz 2008
Drapeau de Cuba Raúl González Triana 2008–12
Drapeau : Cuba Alexander González 2012
Drapeau : Cuba Walter Benítez 2012-15
Drapeau : Cuba Raúl González Triana 2015-

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ (consulté le 10 juillet 2015).
  2. « Rencontre historique à Cuba, opposé au Cosmos », sur L'Équipe.fr,‎ (consulté le 15 juin 2015).
  3. (es) « Kluivert y Curaçao eliminan a Cuba y avanzan a tercera ronda de eliminatorias », sur diez.hn,‎ (consulté le 22 juin 2015).
  4. a, b et c « Gold Cup: Un joueur cubain déserte », sur L'Équipe.fr,‎ (consulté le 10 juillet 2015).
  5. « Le Mexique étrille Cuba », sur L'Équipe.fr,‎ (consulté le 10 juillet 2015).
  6. a et b « Un deuxième joueur cubain déserte pendant la Gold Cup », sur L'Équipe.fr,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  7. (es) « Cuba : Dany Luis Quintero firma con club alemán », sur futbol-cubano.blogspot.fr,‎ (consulté le 18 juin 2012).
  8. « Cuba : Mesa quitte l'équipe », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 13 juin 2011).
  9. (en) « Yosmel de Armas and the Problem of Cuban Player Defections », sur dohertysoccer.com,‎ (consulté le 18 juin 2012).
  10. « Défection de trois joueurs de soccer cubains : les recherches se poursuivent », sur radio-canada.ca,‎ (consulté le 14 octobre 2012).
  11. (es) « Desertó tercer cubano en Copa Oro », sur mediotiempo.com,‎ (consulté le 15 juillet 2015).
  12. (es) « Ariel Martínez también abandona la selección de Cuba en la Copa Oro », sur futbol.univision.com,‎ (consulté le 17 juillet 2015).
  13. (en) Erik Garin, « Central American Games 1930 (Cuba) », sur rsssf.com,‎ (consulté le 27 décembre 2013).
  14. (en) Barrie Courtney, Neil Morrison and Pieter Veroeveren, « Central American and Caribbean Games 1970 (Panama) », sur rsssf.com,‎ (consulté le 27 décembre 2013).
  15. (en) Erik Garin, « Central American and Caribbean Games 1974 (Santo Domingo, Dominican Republic) », sur rsssf.com,‎ (consulté le 27 décembre 2013).
  16. (en) Frank Ballesteros and Barrie Courtney, « Central American and Caribbean Games 1978 (Medellín, Colombia) », sur rsssf.com,‎ (consulté le 27 décembre 2013).
  17. (en) Barrie Courtney and Neil Morrison, « Central American and Caribbean Games 1986 (Dominican Republic) », sur rsssf.com,‎ (consulté le 27 décembre 2013).
  18. (es) « Listos los 23 de la Copa Oro », sur futbol-cubano.blogspot.com,‎ (consulté le 28 juin 2015).