United Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir United.
United Airlines
Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
UA UAL UNITED
Repères historiques
Date de création [1]
Généralités
Basée à Aéroport international O'Hare de Chicago
Aéroport intercontinental George-Bush de Houston
Aéroport international Liberty de Newark
Aéroport international de Denver
Aéroport international de San Francisco
Aéroport international de Los Angeles
Aéroport international de Washington-Dulles
Aéroport international de Tokyo-Narita
Programme de fidélité Mileage Plus
Alliance Star Alliance (1997)
Taille de la flotte 750 (United Airlines)
+ 528 (United Express)
Nombre de destinations 374 (2015)
Siège social Drapeau des États-Unis Chicago, Illinois, États-Unis
Société mère United Air Lines, Inc.
Dirigeants Oscar Munoz (PDG)
Site web www.united.com
Données financières
Chiffre d'affaires 38,9 milliards de dollars (2014)
Willis Tower, le siège d'United Airlines.

United Airlines (Code AITA : UA ; code OACI : UAL) est une compagnie aérienne américaine. Avec 86 852 employés et 1 262 avions, elle est la plus importante compagnie aérienne au monde selon CAPA et Innovata. Elle fait partie du groupe United Continental Holdings, précédemment UAL Corporation, dont le siège est à Chicago. La plateforme de correspondance la plus importante est située sur l'aéroport de Houston. United est l'une des compagnies fondatrices de Star Alliance, la plus grande association de compagnies aériennes du monde. Elle dessert plus de 1 000 escales dans 170 pays. United Express est une filiale spécialisée dans les dessertes régionales.

Histoire[modifier | modifier le code]

1926 – 1969[modifier | modifier le code]

Boeing 767-300ER d'United Airlines

Dès 1926, Varney Air Lines, fondée par Walter Varney, emporte le premier marché aéropostal et devient la première compagnie au monde opérant des vols réguliers. En 1927 William Boeing, fondateur de la compagnie Boeing Air Transport, rachète plusieurs petites compagnies dont Varney et à la suite de la fusion avec Pratt & Whitney forme UATC, United Aircraft and Transport Association.

En 1933, United met en service le Boeing 247 permettant aux passagers de traverser les États-Unis dans la journée sans changer d'avion. Après le passage de la loi sur le transport du courrier aérien de 1934, la compagnie se scinde en trois entités : United Aircraft (la future United Technologies) ; Boeing Airplane Company ; United Air Lines. L'explosion du trafic aérien après la Seconde Guerre mondiale permet à United de multiplier par cinq le nombre de passagers par kilomètre et cette expansion se poursuit au cours des vingt années suivantes.

En 1954, United devient la première compagnie à acheter des simulateurs de vol avec restitution de l’environnement visuel, sonore et des mouvements.

La fusion avec Capital Airlines en 1961 permet à United de devenir la deuxième compagnie aérienne mondiale, après Aeroflot et devant American Airlines. La compagnie se réorganise en 1968 avec la création du groupe UAL Corporation et United Airlines devient une filiale indépendante.

1970 – 1999[modifier | modifier le code]

Les difficultés économiques et sociales des années 1970 et le passage de la loi sur la dérégulation du trafic aérien en 1978 sont à l'origine des difficultés et des pertes de cette période.

En 1985 United s’agrandit énormément en rachetant la division « Pacifique » de Pan Am et son centre d'opérations de Narita à Tokyo puis en 1991 la Pan Am, en difficulté, lui cède ses droits sur Londres Heathrow ce qui en fait l'une des deux seules compagnies américaine à desservir cette route jusqu'en 2008, à la mise en œuvre de l'accord « ciel ouvert ». En 1991-92 la compétition avec les compagnies à bas coûts la met en difficulté ; les employés acceptent des réductions de salaire en échange d'actions et United devient la plus grande compagnie au monde détenue par ses employés. United tente aussi de concurrencer les compagnies à bas coûts en créant une filiale basée sur la côte ouest mais « Shuttle by United » cessera d'opérer en 2001.

La compagnie est frappée par la récession du début des années 1990. La dégradation de la conjoncture issue de la Guerre du Golfe fragilise le secteur aérien dans son ensemble. United Airlines annonce en un plan d'économies drastiques prévoyant 2 800 suppressions d'emplois (sur 83 661 employés), une réduction de 5 % du salaire de ses cadres, une réduction des capacités sur les vols intérieurs, la fermeture d'installation aéroportuaires et l'annulation de projet de développement à l'international[2].

United décide en 1993 de s'allier avec la compagnie allemande Lufthansa, l'accord entre les deux compagnies est retardé par des divergences entre les autorités des deux pays avant d'être avalisé par le Département des transports américain le [3].

En 1994 les pilotes, mécaniciens et personnels au sol d'United approuvent l'acquisition de 55 % des parts de l'entreprise en échange d'une baisse de salaire de 15 à 25 %. Les personnels navigants votèrent de ne pas participer à cette opération. Ce plan d'actionnariat salarié (ESOP – Employee Stock Ownership Plan en anglais) fait d'United la plus grande entreprise détenue par ses salariés au monde.

En 1995 United est la première compagnie à mettre en service le Boeing 777. L'entrée dans la flotte se fait à un rythme soutenu, United opérant 10 appareils dès . Cependant la compagnie se déclare très insatisfaite de ce nouvel appareil signalant de nombreux problèmes techniques qui seraient deux fois plus fréquents qu'initialement prévu. Le le responsable de l'exploitation d'United évoque dans un courrier des problèmes significatifs imposant des immobilisations longues des appareils concernés entraînant en cascade de nombreuses annulations de vols[4].

United est 1997 est l'une des compagnies fondatrice de la Star Alliance.

Le United passe commande de 20 Airbus A320 et 10 Airbus A319 livrables en 2000 et 2001. Cette commande vise à remplacer les plus anciens appareils de la compagnie et augmenter sa flotte court-courrier[5]. Gerald Greenwald, président d'United, annonce le une autre importante commande de 23 avions gros-porteurs à Boeing livrables entre 1999 et 2002 (1 Boeing 747-400, 16 Boeing 777-200 et 6 Boeing 767-300), cette commande concrétise les ambitions d'United sur les liaisons internationales[6]. Quelques mois plus tard en , United lève des options acquises en 1996 pour 12 Airbus A320 et 10 Airbus A319 supplémentaires livrables à partir de 2000[7].

2000 – 2009[modifier | modifier le code]

Deux des quatre avions utilisés par les terroristes d'Al-Qaïda lors des attentats du 11 septembre 2001 appartenaient à United. L'industrie du transport aérien est fortement touchée et la compagnie se déclare en faillite en décembre 2002. United renvoie des milliers d'employés, ferme toutes ses agences, supprime des routes, réduit ses opérations à partir de Miami, ferme des centres de maintenance, réduit sa flotte, annule les contrats avec les compagnies locales, etc.

En 2005, United réussit à obtenir un financement de 3 milliards de dollars qui lui permet de sortir de la faillite et d'entamer une réorganisation. Une fusion avec Continental est annoncée en 2006. Elle deviendra effective en 2010 après l'approbation de l'Union européenne et celle du Département de la justice des États-Unis. United devient la plus grande compagnie mondiale ; elle conserve son nom mais vole sous les couleurs de Continental.

  • Mai 2005 : UAL obtient une décision de justice l'autorisant à cesser l'abondement des fonds de retraite de toutes les catégories de personnels qui avait atteint un montant 9,8 milliards de dollars. Les abondements seront repris par le fonds de garantie fédéral PBGC à hauteur de 6,6 milliards, la différence étant définitivement perdue pour le personnel concerné.
  • Février 2006 : United Airlines parvient finalement à quitter le « Chapitre 11 » mais reste la compagnie aérienne américaine étant resté le plus longtemps sous la protection de cette loi sur les faillites.
  • Juillet 2008 : United Airlines annonce un plan drastique d'économie avec 5 500 licenciements, ainsi que la mise au rebut de l'ensemble de sa flotte de Boeing 737 (100 appareils), et de quatre de ses Boeing 747.
  • Décembre 2009 : United Airlines commande 25 Airbus A350 et 25 Boeing 787, ainsi que 50 options supplémentaires pour chaque appareil. Il s'agit de la première commande d'avions neufs d'United depuis plus de dix ans.

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

  • Mai 2010 : Le 3 mai 2010, la compagnie annonce sa fusion avec Continental Airlines pour 3 milliards de dollars. La nouvelle compagnie sera la plus grande compagnie aérienne mondiale avec un chiffre d'affaires de 29 milliards de dollars. La fusion doit encore être approuvée par les autorités américaines de la concurrence[8],[9],[10],[11].
  • Mars 2012 : La fusion avec Continental est complétée, le dernier vol de Continental décollant le 2 mars 2012.
  • Novembre 2017 : Le 7 novembre 2017, le Boeing 747-400 opère son dernier vol entre San Francisco et Honolulu.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

United Airlines a connu des évolutions de son logo et des livrées de ses appareils depuis sa fondation jusqu'en 2010, date à laquelle la fusion avec Continental Airlines lui fit adopter une version retravaillée du logo de celle-ci.

En 1973 United Airlines fait appel au designer Saul Bass pour changer son identité visuelle. Ce dernier conçoit un symbole fort (la Tulipe) composés de fragments de la lettre « U » superposés. Ce nouveau symbole entre en service au début de l'année 1974 en même temps que la nouvelle livrée des appareils de la compagnie. Celle-ci, surnommée Arc-en-ciel (Rainbow en anglais) est composée d'un fuselage blanc orné d'une frise rouge, orange et blue qui court sur tout le long de l'appareil. La Tulipe est apposée sur l’empennage de l'appareil, sur fond blanc. Cette livrée (malgré une légère modification en 1988 : la frise est alors décalée vers le bas pour permettre d'agrandir le logo United) reste utilisée pendant près de 19 ans.

Ce n'est qu'en 1993 qu'United revisite profondément son logo et la livrée de ses appareils en faisant appel à CKS Group. Celui-ci retient une livrée radicalement différente : l'appareil est peint en gris foncé (et non plus blanc) et bleu marine sur la partie inférieure tandis que l'empennage s'habille de rayures bleus à l'arrière de la Tulipe (qui reste en place). Le logo United designé par Saul Bass est remplacée par la mention United Airlines en Times New Roman blanc. Cette livrée avait pour objectif de changer l'image d'United pour lui donner une image plus sérieuse et globale alors que la compagnie se développe rapidement à l'international.

United Airlines fait appel à l'agence Pentagram en 1997 pour mettre à jour son logo. L'agence décide de conserver la Tulipe conçue par Saul Bass tout en modernisant la typographie du mot « United ». La livrée de 1993 est conservée malgré le changement de logo, ce n'est qu'en 2004 qu'elle est mise à jour (retour à un fond-blanc pour la partie supérieure de l'appareil tandis que le nouveau logo de 1997 est apposé à l'avant de l'appareil, la Tulipe est profondément modernisée).

La flotte étant progressivement mise à jour, plusieurs livrées peuvent coexister.

Destinations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Destinations d'United Airlines.

Flotte[modifier | modifier le code]

Boeing 767-300 d'United Airlines.
Airbus A320 d'United Airlines.
Boeing 787-8 Dreamliner d'United Airlines.
Boeing 777 d'United Airlines.
Boeing 747-400 d'United Airlines.

En octobre 2017, la flotte d'United Airlines est composée des appareils suivants (hors flotte régionale de United Express)[12]:

United Airlines Flotte long et moyen courrier
Type d'avion En service Commandes Passagers
(First/Business/Economy)
Notes
Airbus A319-100 63 17 128 (8/0/120) Livraison en cours: appareils d'occasion, ex-China Southern Airlines[13]
Airbus A320-200 97 150 (12/0/138)
Airbus A350-900 45 À déterminer Livraison 2022 à 2027
Boeing 737-700 40 118 (12/0/106) Ex-Continental Airlines.
Boeing 737-800 141 154 (16/0/138) - 166 (16/0/150) 130 ex-Continental Airlines et 11 nouveaux appareils
Boeing 737-900 148 167 (20/0/147) - 179 (20/0/159) 48 ex-Continental Airlines et 100 nouveaux appareils
Boeing 737 MAX 9 61 À déterminer Livraison dès 2018
Boeing 737 MAX 10 100 À déterminer Livraison dès 2020
Boeing 757-200 56 International: 142 (0/28/114) - 169 (16/0/153)
Domestique: 182 (24/0/158)
Les 47 plus récents sont des ex-Continental Airlines
Boeing 757-300 21 213 (0/24/189) Ex-Continental Airlines
Boeing 767-300ER 35 183 (6/26/151) - 214 (0/30/184)
Boeing 767-400ER 16 242 (0/39/203) Ex-Continental Airlines
Boeing 777-200 19 266 (8/40/218) - 344 (0/32/312)
Boeing 777-200ER 55 267 (0/50/217) - 269 (8/40/221) 22 appareils propulsés par des réacteurs GE90 sont des ex-Continental Airlines
Boeing 777-300ER 14 4 366 (0/60/306) Livraison en 2017. En remplacement des Boeing 747-400
Boeing 787-8 12 219 (0/36/183)
Boeing 787-9 21 2 252 (0/48/204) Livraison 2014 à 2017
Boeing 787-10 14 À déterminer Livraison dès 2018
Total 738 243

Controverses[modifier | modifier le code]

Le , la compagnie est sous le feu des critiques après qu'un passager du vol 3411 entre les aéroports de Chicago O'Hare et de Louisville-Standiford Field eut été débarqué violemment le par des policiers des autorités chargées du transport à Chicago, pour laisser leur place aux employés d'United Airlines. L'information et les vidéos de l'interpellation furent reprises par plusieurs médias d'envergure[14],[15],[16],[17],[18] et créent la polémique. Alors que quatre employés devaient être transportés à Louisville afin d'y travailler, quatre passagers furent tirés au sort. L'interpellation d'un docteur refusant de sortir invoquant des patients à traiter le lendemain, filmée par des passagers, fut brutale et l'homme, ensanglanté, fut traîné au sol avant de revenir dans l'avion en état de choc et la bouche en sang. Il fut à nouveau interpellé. La moitié des passagers quittèrent l'avion en signe de protestation[réf. nécessaire][19].

Au lendemain, l'action d'United Airlines perdait 4%[20], la polémique faisant fondre la valeur de la compagnie d'environ 900 millions de dollars américains en l'espace de quelques heures[21].

Suite à cette affaire, la compagnie assure qu'elle ne fera plus appel à la police pour débarquer des passagers[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Timeline »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  2. « United Airlines va supprimer 2.800 emplois », Les Échos,‎
  3. « Washington approuve l'accord United-Lufthansa », Les Échos,‎
  4. Les Échos, « Les difficultés du 777 chez United », (consulté le 14 juin 2017)
  5. Les Échos, « United Airlines passe commande de 30 Airbus », (consulté le 14 juin 2017)
  6. Les Échos, « United Airlines commande 23 gros-porteurs à Boeing », (consulté le 17 juin 2017)
  7. Les Échos, « United Airlines commande 22 Airbus supplémentaires », (consulté le 14 juin 2017)
  8. Agence ATS 3 mai 2010
  9. « http://www.unitedcontinentalmerger.com/ unitedcontinentalmerger.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) 3 mai 2010]
  10. Stéphane Paquet, « Aviation: la naissance d'un géant réduit la concurrence », sur La Presse, (consulté le 8 novembre 2015)
  11. Article « Les États-Unis resteront dans le rouge » paru le dans la revue Air & Cosmos no 2193H.
  12. « United Airlines Fleet Details », sur planespotters.net
  13. http://www.ch-aviation.com/portal/news/37377-united-to-lease-up-to-25-ex-china-southern-a319s
  14. Un passager violemment débarqué d'un vol de la compagnie United Airlines pour libérer de la place, FranceInfo, consulté le 11 avril 2017
  15. Expulsion musclée d'un passager d'United Airlines Agence France-Presse, TVA, consulté le 11 avril 2017
  16. Surbooking: United Airlines maltraite un passager, Le Figaro, consulté le 11 avril 2017
  17. {en} Passenger Forcibly Removed From United Flight, Prompting Outcry, National Public Radio, consulté le 11 avril 2017
  18. {en} Videos of Man Dragged Off United Flight Spark Backlash, The Wall Street Journal, consulté le 11 avril 2017
  19. {en} Video of passenger getting dragged off flight sparks uproar, Associated Press, consulté le 11 avril 2017
  20. Victime d'un bad buzz, United Airlines chute en Bourse En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0211962753454-victime-dun-bad-buzz-united-airlines-chute-en-bourse-2079070.php#ckTCG7uGWvmh06Bq.99, Les Échos, consulté le 12 avril 2017
  21. Passager débarqué de force: l'action d'United Airlines chute, Le Huffington Post Québec, consulté le 12 avril 2017
  22. lefigaro.fr, « USA: L'affaire United illustre la dégradation du transport aérien », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]