Boeing 787

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Boeing 787 Dreamliner
Boeing 787 de la compagnie All Nippon Airways, client de lancement.
Boeing 787 de la compagnie All Nippon Airways, client de lancement.

Rôle Avion de ligne long-courrier
Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing
Premier vol [1]
Mise en service 787-8 :
787-9 :
787-10 :
Premier client All Nippon Airways
Coût unitaire 787-8 : 218 M$[2]
787-9 : 249,5 M$[2]
787-10 : 288,7 M$[2]
Années de production Depuis 2009
Commandes 1 510 en avril 2020[3]
Livraisons 972 en avril 2020[3]
En service 808 en juillet 2019[4]
Dimensions
Image illustrative de l’article Boeing 787
Longueur 56,7 m
Envergure 60 m
Hauteur 17 m
Aire alaire 325 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 118 t
Max. au décollage 228 t
Kérosène 101,5 t, soit 126 900 l
Passagers 210 à 250
Fret 28 LD3
Motorisation
Moteurs Deux turboréacteurs
GE GEnx ou RR Trent 1000
Poussée unitaire 285 kN
Performances
Vitesse de croisière maximale 902 km/h (Mach 0,85)
Vitesse maximale 945 km/h (Mach 0,89)
Autonomie 14 200 à 16 000 km
Plafond 13 000 m

Le Boeing 787, également connu par son surnom Dreamliner, est un avion long-courrier produit depuis 2009 par la société Boeing. Officiellement lancé le pour une mise en service en , il effectue son premier vol le et est certifié le . La première livraison du Boeing 787-8 prend place le à la compagnie All Nippon Airways (ANA)[5].

L'avion transporte entre 210 et 330 passagers selon les versions et configurations, se voulant également plus économe en carburant que les productions antérieures : d'après les spécifications initiales de Boeing, une consommation inférieure de 20 % à celle d'un Airbus A330ceo ou d'un Boeing 777 est constatée[6]. En décembre 2019, ANA dispose du plus grand nombre de Boeing 787 dans sa flotte, avec un total de 71 appareils.

Historique et positionnement[modifier | modifier le code]

Première tentative face à l'A380 : le Sonic Cruiser[modifier | modifier le code]

Face à Airbus qui développe alors son très gros porteur A380, Boeing souhaite développer une offre très différente. Dans un premier temps, avant 2001, l'avionneur américain envisage de développer le Sonic Cruiser qui aurait eu une vitesse proche de celle du son (Mach 0,95), soit 10 % plus élevée que celle des avions de ligne « classiques » (Mach 0,85). Cependant, la consommation aurait augmenté dans les mêmes proportions ; la réponse des compagnies n'étant pas positive, le projet est abandonné.

Introduction du 787, plus économe, avec un très grand rayon d'action[modifier | modifier le code]

Boeing 787-9 Dreamliner en livrée constructeur.

Boeing souhaite dès lors proposer un avion offrant un rayon d'action nettement plus élevé que les appareils précédents, affirmant que le très gros A380 d'Airbus ne pourrait se vendre en grand nombre. En effet, Boeing table sur le développement des vols « point à point » du fait de la saturation des hubs. Ce nouvel appareil, dénommé dans un premier temps 7E7[note 1], devait également permettre une réduction de 10 % de son coût d'exploitation par rapport au Boeing 767, en particulier grâce à une baisse de 20 % de la consommation permise par l'utilisation massive des matériaux composites : leur taux atteint pour la première fois 50 % avec essentiellement du graphite (45 %) et de la fibre de verre (5 %)[7],[8].

Section de fuselage désassemblé, en matériaux composites, du Boeing 787.

Il est initialement prévu en trois versions : 787-3, 787-8 et 787-9, mais en décembre 2010, faute de commandes, le plus petit modèle (787-3) est annulé. La capacité varie de 210 à 330 places. Une quatrième version allongée, dénommée 787-10, est lancée en 2013. Le prix catalogue en 2014 s'échelonne de 218 à 297 millions de dollars américains[9]. Plusieurs compagnies se déclarent intéressées. Le , la société de transport aérien All Nippon Airways devient le premier client en annonçant une commande de 50 appareils pour environ 6 milliards de dollars. L'avion effectue son premier vol commercial au dernier trimestre 2011, après de nombreux reports[10].

Concept de démonstration d'intérieur du Boeing 787.

En réponse au Boeing 787, Airbus lance en 2004 le développement de l'A350, dont le projet initial est une version allongée et modifiée de l'A330, utilisant les mêmes moteurs, sans faire appel aussi massivement aux matériaux composites. En 2006, Airbus conçoit un avion entièrement nouveau, l'A350 XWB (extra wide body), utilisant des matériaux composites pour les ailes et le fuselage, dans une proportion certes similaire au Boeing 787, à noter toutefois que le procédé de fabrication du fuselage Carbone (CRFP) du 787 est beaucoup plus audacieux et nouveau du fait de sections construites d'un seul tenant.

Records de performance depuis la mise en service[modifier | modifier le code]

Le 25 mars 2018, la compagnie aérienne australienne Qantas effectue le premier vol de l'histoire sans escale entre l'Australie et le Royaume-Uni (Perth à Londres), un voyage de 14 484 km effectué en plus de 17 heures par un Boeing 787-9 Dreamliner[11]. Le 15 mars 2020, la compagnie française Air Tahiti Nui surpasse le record du vol commercial le plus long, jusque-là détenu par Singapore Airlines sur sa ligne entre Singapour et New York exploitée en Airbus 350-900ULR, en reliant Tahiti à Paris sans escale, sur une distance totale de 15 715 kilomètres, parcourue en 15 heures et 45 minutes[12]. Ce vol décroche par la même occasion le titre de vol commercial intérieur le plus long de l'histoire.

Développement, premier vol et essais en vol[modifier | modifier le code]

Motorisation et coopération internationale[modifier | modifier le code]

Le , Boeing annonce qu'il sélectionne deux motorisations, General Electric GEnx et Rolls-Royce Trent 1000. La proposition du motoriste américain Pratt & Whitney est écartée car jugée trop ambitieuse. L'interface permettra de monter les deux propulseurs sans modification.

Pour la conception et la fabrication, Boeing fait appel à des industriels répartis dans une dizaine de pays : les grands groupes japonais et l'italien Finmeccanica (à partir de 2017 Leonardo), alliés fidèles de Boeing, mais aussi des fournisseurs en Australie, au Canada, en Chine, en Corée du Sud, au Royaume-Uni, en Suède et en France. Cette coopération internationale contribue au succès commercial de l'avion, unique dans l'histoire de l'aviation : plusieurs centaines de commandes avant même le 1er vol[13]. Si ce taux de sous-traitance avoisinant 80 % est une première, il s'agit aussi d'un grand risque pris par l'avionneur, qui expliquera une bonne partie de l'énorme retard constaté (plus de 2 ans de retard pour le premier vol et plus de 3 ans sur la première livraison)[14].

De nombreux éléments de l'appareil étant assemblés en dehors des États-Unis, Boeing ordonne le développement du Boeing Dreamlifter, un 747 modifié pour transporter des charges aux dimensions hors normes. Le , la Federal Aviation Administration (FAA) demande à Boeing des réparations « urgentes » de certains moteurs General Electric GEnx, qui sont susceptibles de s'éteindre en plein vol[15].

Planification et retards[modifier | modifier le code]

Sortie d'usine le 8 juillet 2007.
Poste de pilotage du Boeing 787.

Le premier vol devait avoir lieu fin , pour une entrée en service initialement prévue en . Deux mois après sa présentation publique le (écrit 7/8/7 dans le format américain), un premier retard de trois mois est annoncé en raison d'une pénurie de fixations. À cette date, l'appareil présenté est construit avec des fixations temporaires qui ont dû être enlevées par la suite, ainsi que des problèmes de développement logiciels. En , un deuxième retard de trois mois est annoncé, pour les mêmes causes, auxquelles s'ajoutent des difficultés dans l'organisation logistique de la fabrication. Le même mois, le responsable du programme est remplacé. En survient l'annonce d'un troisième retard de trois mois, avec report des premières livraisons à la compagnie de lancement All Nippon Airways en 2009. En , à la suite de problèmes concernant le caisson central (pièce de jonction des ailes avec le fuselage), un quatrième retard est annoncé, reportant la prévision du premier vol au quatrième trimestre 2008 et retardant la première livraison au troisième trimestre 2009.

Boeing annonce dans le courant de la même année l'abandon de la version 3 (787-3) uniquement commandée par les compagnies japonaises All Nippon Airways et Japan Airlines. Début , un cinquième délai est annoncé. Si la raison première invoquée est la grève de septembre et octobre 2008, la découverte d'un défaut sur 3 % des fixations des appareils ou tronçons déjà terminés est la cause d'un nouveau retard[16]. Le , Boeing annonce que le premier vol de l'appareil est reporté au deuxième trimestre 2009 et que sa mise en service se fera au premier trimestre 2010 sans autre précision à cette date[17]. Le , durant le salon du Bourget, Boeing annonce que le 787 effectuera son premier vol dans les deux semaines. Pourtant, le , un communiqué indique qu'en raison de la nécessité de renforcer une partie de la structure de l’appareil, le premier vol est à nouveau repoussé, un nouveau planning ne devant pas être communiqué avant « plusieurs semaines »[18]. Ce report du 1er vol d'essai est dû à la découverte, lors des tests statiques au sol sur les ailes effectués en mai, que les raidisseurs en composite de l'extrados subissaient un délaminage du fait des compressions créées par la flexion des ailes. Le problème est résolu avec l'installation de ferrures en titane à l'extrémité des raidisseurs du côté du fuselage et de fixations peau-raidisseurs dans l'aile[8].

Le , des rumeurs font état d'un délai supplémentaire de 18 mois, portant à près de 4 ans le retard total du projet. Il serait question d'ouvrir une nouvelle ligne d'assemblage sur le site de Vought Aircraft Industries à Charleston, en Caroline du Sud. Mi-, la presse spécialisée fait état d'une lettre adressée par Boeing à Alenia Aeronautica, partenaire italien chargé de réaliser la partie centrale du fuselage, lui demandant de geler provisoirement la production en raison de « rides » dans la structure de ces éléments de fuselage. Le , l'avionneur américain déclare s'engager à livrer le premier Boeing 787 à ANA, compagnie de lancement, au dernier trimestre 2010 et non pas au premier trimestre. Initialement, ANA aurait dû recevoir son premier appareil en . Le programme affiche donc deux ans et demi de retard sur son calendrier initial. La date du premier vol est maintes fois repoussée. Le , Boeing annonce l'ouverture d'une seconde ligne d'assemblage du Boeing 787 à North Charleston, en Caroline du Sud[19]. Le , Boeing annonce que ses ingénieurs renforcent finalement la jonction aile-fuselage qui pose un problème depuis des mois[20].

Premier vol[modifier | modifier le code]

Le Boeing 787 au décollage lors de son premier vol, le 15 décembre 2009 à Everett.

Le premier vol du Boeing 787 a lieu le à 10 h 27 UTC-8 à Everett depuis Paine Field situé à côté de l'usine Boeing[21]. Après un peu plus de trois heures de vol, il atterrit à 13 h 35 UTC-8 à Boeing Field dans le comté de King[22].

Essais en vols et certifications[modifier | modifier le code]

Le , l'appareil est présenté au salon aéronautique de Farnborough au Royaume-Uni[23]. Le , le Boeing 787 ZA002 atterrit d'urgence au Texas lors d'un vol de routine après que de la fumée envahit l'arrière de la cabine de pilotage. À la suite de l'incident, Boeing suspend ses vols d'essais jusqu'à nouvel ordre, pour ainsi découvrir la cause de cette dernière[24]. Boeing annonce le avoir terminé les essais en vol nécessaires à la certification du Boeing 787-8 équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 1000. Le dernier vol de la campagne d'essai avec le Rolls-Royce Trent 1000 a lieu le 13 août. Le Boeing 787-8 est certifié par la Federal Aviation Administration (FAA) et l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) le , à l'occasion d'une cérémonie à Everett, dans l'État de Washington[25].

Le , le premier Dreamliner est livré à ANA, mais bien plus lourd que prévu (9,8 tonnes supplémentaires, soit 9 % du poids à vide), à la suite du remplacement d'une partie des pièces composite prévues par des pièces métalliques. Cette modification oblige ANA à utiliser l'appareil sur des lignes plus courtes[26]. Boeing prévoyait que les essais du 787-8 équipé de moteurs GE Aviation GEnx seraient finis fin 2011, mais la date est repoussée à début 2012[27].

Le Boeing 787-9 est certifié le par la FAA et l'AESA, après un premier vol le [28]. Le premier Boeing 787-9 Dreamliner est livré le à Air New Zealand[29], avec une livrée « All Black » pour l'occasion. Le premier vol commercial prend place entre Auckland et Sydney, le . Le , le Boeing 787-10 est certifié par la FAA, événement suivi d'une certification de l'AESA le 28 février suivant, après un premier vol le . Le , le premier appareil destiné au service commercial est remis à Singapore Airlines, avec un premier vol en direction de Perth, en Australie.

Surcoûts de développement et risque de non-rentabilité du programme[modifier | modifier le code]

Les innovations nombreuses ainsi que les difficultés liées à une externalisation massive et les probables pénalités de retard mènent à une augmentation des coûts à 32 milliards de dollars, alors que l'externalisation devait réduire les coûts à 5 ou 6 milliards par report du risque et de l'investissement aux sous-traitants. De plus, Boeing souhaite frapper un grand coup commercial et les réductions offertes aux premiers clients sont importantes, de l'ordre de 38 %, ce qui permet effectivement un succès commercial sans précédent (840 commandes avant le premier vol), mais repousse aussi le point mort.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Comparaison du Boeing 787-8 (en noir) avec un Boeing 777-300 (rose), un Boeing 767-300 (bleu clair) et un Boeing 737-800 (vert).

Composition matérielle en pourcentage par masse :

Le tableau ci-dessous fait apparaître les différentes versions par rapport au principal avion qu'il remplace (Boeing 767) :

787-8 787-9 787-10 767-300ER 767-400ER
Entrée en service 2011 2014 2018 1986 2000
Nombre typique de sièges 242 (3 classes)
252 (2 classes)
280 (3 classes)
292 (2 classes)
323 (3 classes) 218 (3 classes)
269 (2 classes)
245 (3 classes)
304 (2 classes)
Capacité cargo (conteneurs) 28 LD3 36 LD3 40 LD3 30 LD2 38 LD2
Longueur 56,7 m 62,8 m 68,3 m 54,9 m 61,3 m
Hauteur de la queue 17 m 15,8 m 16,8 m
Envergure 60,1 m 47,6 m 51,9 m
Diamètre du fuselage 5,75 m 4,70 m
Masse maximale au décollage (MTOW) 227 930 kg 250 837 kg 252 651 kg 186 880 kg 204 120 kg
Vitesse de croisière typique 0,85 Mach 0,80 Mach
Rayon d'action maximal 15 200 km 15 750 km 12 964 km 11 065 km 10 415 km
Kérosène transportable 126 917  138 700  90 770 
Plafond 13 000 m
Réacteurs (x2) General Electric GEnx

ou
Rolls-Royce Trent 1000

General Electric GEnx

ou
Rolls-Royce Trent 1000

General Electric GEnx

ou
Rolls-Royce Trent 1000

General Electric GE
CF6-80C2 ou
Pratt & Whitney PW4062
General Electric GE
CF6-80C2

Les nouveautés propres à cet avion ne s'arrêtent pas à l'utilisation massive des composites. En effet, tous les systèmes sont repensés afin de réduire la consommation. La production d’énergie électrique occupe une part très importante dansl'avion. Les réchauffeurs extérieurs (pour empêcher la formation de givre) ainsi que le chauffage et la pressurisation sont entièrement électriques. Tous les autres avions de cette catégorie utilisent de l'air chaud et comprimé (bleed air) prélevé sur les moteurs. L'ensemble des génératrices à bord peut produire 1 450 kVA.

Par ailleurs, le Boeing 787 offre une pressurisation plus supportable, équivalente à une altitude de 1 800 mètres contre 2 400 mètres en moyenne en 2011 sur les autres types d'avions comparables, ce qui permet de réduire les maux de têtes, les vertiges et la fatigue. Les hublots sont également d'une taille plus importante, 67 % plus grande que la taille standard. Les volets des hublots sont supprimés. Une commande permet au passager d'assombrir un verre électrochrome[31]. Il est censé polluer moins du fait de sa consommation plus faible ; il devrait réduire de 20 % ses émissions de CO2 et de 30 % celles d'oxyde d'azote (NOx) tout en faisant 60 % moins de bruit (trace sonore) que les avions de la génération précédente[32].

La voilure du Boeing 787 Dreamliner est conçue d'après les observations réalisées sur les ailes des grands rapaces. L'avion se passe ainsi de winglets proéminents pour proposer une aile dont l'extrémité est recourbée vers l'arrière, se posant ainsi à contre-courant du mouvement de généralisation des winglets sur les appareils contemporains. Les concepteurs de l'Airbus A350 XWB, son principal rival, ont en effet retenu l'utilisation de sharklets.

Le 787 détient en 2020 le record de vitesse enregistré sur le site groundspeedrecords.com à 731 nœuds, soit 1 354 km/h, établi par un Boeing 787-9 d'American Airlines le [33]. Il s'agit d'une vitesse sol atteinte grâce à un puissant courant-jet en vent arrière, le 787 étant limité par rapport à l'air qui l'entoure à 0,85 fois la vitesse du son (1 234 km/h). Ainsi, le , le courant-jet qui permet à un Boeing 787 de la Virgin Atlantic de voler à 1 289 km/h au-dessus de la Pennsylvanie est de plus de 320 km/h[34].

Utilisateurs et commandes[modifier | modifier le code]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Boeing 787-9 Dreamliner de KLM Royal Dutch Airlines.
Avion de transport de la flamme olympique en vue des Jeux olympiques d'été de 2020.
Le premier Boeing 787-9 Dreamliner d'Air New Zealand en livrée « All Black ».
Boeing 787-9 de Vietnam Airlines.

Les premiers clients du Dreamliner sont ANA, puis JAL et Ethiopian Airlines.

Au 8 avril 2020, le 787 est utilisé par :

Compagnies Livraisons Commandes
787-8 787-9 787-10 Total des livraisons 787-8 787-9 787-10 Total des commandes
Drapeau du Mexique Aeromexico 9 5 14 3 3
Drapeau du Kazakhstan Air Astana 3 3
Drapeau de la France Air Austral 2 2
Drapeau du Canada Air Canada 8 29 37
Drapeau de la République populaire de Chine Air China 14 14 1 1
Drapeau de l'Espagne Air Europa 8 6 14 8 8
Drapeau de la France Air France 10 10
Drapeau de l'Inde Air India 26 26
Drapeau de l'Italie Air Italy 20 20
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Air New Zealand 14 14 8 8
Drapeau de la France|Drapeau de la Polynésie française Air Tahiti Nui 4 4
Drapeau de la Tanzanie Air Tanzania 1 1
Drapeau du Japon All Nippon Airways 36 33 2 71 11 1 12
Drapeau des États-Unis American Airlines 20 22 42 22 25 47
Drapeau du Nigeria Arik Air 2 2
Drapeau de la Colombie Avianca 12 12 3 3
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaijan Airlines 2 2 5 5
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Bamboo Airways 2 2 28 28
Drapeau du Bangladesh Biman Bangladesh Airlines 4 2 6
Drapeau de l'Angleterre British Airways 12 18 30 12 12
Drapeau de la République populaire de Chine China Eastern Airlines 3 3 12 12
Drapeau de la République populaire de Chine China Southern Airlines 10 5 25
Drapeau de l'Égypte EgyptAir 6 6 2 2
Drapeau d’Israël El Al 3 12 15 1 1
Drapeau de l'Éthiopie Ethiopian Airlines 19 5 24 5 5
Drapeau des Émirats arabes unis Etihad 30 8 38 12 22 34
Drapeau de Taïwan Eva Air 4 4 8 20 20
Drapeau de Bahreïn Gulf Air 7 7 3 3
Drapeau de la République populaire de Chine Hainan Airlines 10 30 40 8 8
Drapeau d'Hawaï Hawaiian Airlines 10 10
Drapeau du Japon Japan Airlines 27 18 45 2 2 4
Drapeau de la République populaire de Chine Juneyao Airlines 1 1 4 4
Drapeau du Kenya Kenya Airways 7 7
Drapeau des Pays-Bas KLM 13 5 18 10 10
Drapeau de la Corée du Sud Korean Air 10 10 10 10
Drapeau du Brésil|Drapeau du Chili|Drapeau du Pérou LATAM 10 9 19 7 7
Drapeau de la Pologne Lot Polish Airlines 8 6 14 1 1
Drapeau de l'Allemagne Lufthansa 20 20
Drapeau de la Norvège Norwegian 3 28 31 5 5
Drapeau de la République populaire de Chine Okay Airways 5 5
Drapeau d'Oman Oman Air 2 7 9
Drapeau de l'Australie Qantas 11 11 3 3
Drapeau du Qatar Qatar Airways 30 7 37 23 23
Drapeau du Maroc RAM 5 4 9
Drapeau du Brunei Royal Brunei Airlines 4 4 1 1
Drapeau de la Jordanie Royal Jordanian Airlines 7 7
Drapeau de la République populaire de Chine Ruili Airlines 6 6
Drapeau de l'Arabie saoudite Saudia 13 13
Drapeau de Singapour Scoot 10 10 20
Drapeau de la République populaire de Chine Shanghai Airlines 7
Drapeau de Singapour Singapore Airlines 15 15 32 32
Drapeau de la Thaïlande Thai Airways 6 2 8
Drapeau de l'AngleterreTui Fly 12 12
Drapeau des Pays-Bas Tui Fly Nederlands 3 3
Drapeau de la Belgique Tui Fly Belgium 2 2
Drapeau de la Turquie Turkish Airlines 9 9 21 21
Drapeau des États-Unis United Airlines 12 25 11 48 13 3 16
Drapeau de l'Ouzbékistan Uzbekistan Airways 5 5
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Vietnam Airlines 11 2 13 4 6 10
Drapeau de l'Inde Vistara 1 1
Drapeau du Canada WestJet 3 3 10 10
Drapeau de la République populaire de Chine Xiamen Airlines 6 6 12
Total 334 459 47 850 53 261 114 428


Commandes et livraisons[modifier | modifier le code]

Le nouveau Boeing 787 est un succès commercial, il revendiquait :

  • à la fin 2005, 291 commandes fermes et 88 intentions d’achats de 27 compagnies ;
  • au , 388 Boeing 787 auraient été commandés par 28 clients différents ;
  • au , le 787 a été commandé à 684 exemplaires par 45 clients ;
  • au , 892 commandes ;
  • janvier et , 32 annulations (15 par la compagnie russe S7, 16 par la compagnie LCAL (Dubaï), une par Azerbaijan Airlines) ;
  • au , 840 commandes[35] ;
  • au , 821 commandes[36].
Commandes cumulées par année
Données de Boeing, avril 2020[3],[37]
Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 Total
Commandes 52 179 99 236 58 20 25 45 38 177 41 91 80 98 130 112 29 1 510
Livraisons 0 0 0 0 0 0 0 3 46 65 114 135 137 136 145 158 33 972

Données de Boeing, avril 2020[3],[37]

Classement par version[modifier | modifier le code]

Commandes et livraisons du Boeing 787 par type
Séries de modèle Commandes Livraisons Commandes non livrées
787-8 422 373 49
787-9 877 540 337
787-10 211 55 156
Total 1510 968 542

Données de Boeing, mars 2020[3].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Comme signalé plus haut, une des caractéristiques du programme 787 a été une externalisation massive.

Les partenaires
Partenaires Élément
Drapeau de la France Dassault Systèmes Logiciel de conception
Drapeau de la France Metrologic Group Logiciel de métrologie
Drapeau de la France ZAE - Zodiac Aerospace Cœurs électriques, distribution primaire et secondaire
Drapeau de la France Labinal Câblage réseau électrique et fibres optiques
Drapeau de la France Latécoère Portes passagers
Drapeau de la France Safran Landing Systems (Messier-Bugatti) Système de freinage électrique
Drapeau de la France Safran Landing Systems (Messier-Dowty) Train d’atterrissage
Drapeau de la France Michelin Pneumatiques pour les trains d’atterrissage
Drapeau de la France Souriau Connecteurs circulaires, environ 2 500 par avion
Drapeau de la France Thales Système de conversion électrique et affichage de secours (poste de pilotage)
Drapeau de la France Zodiac Toboggans d’évacuation, systèmes de gestion de l’eau et des déchets, Système Oxygène Pilotes
Drapeau du Japon Kawasaki Heavy Industries Caisson central.
Drapeau du Japon Fuji Heavy Industries Fabrication de la structure renforcée dans la moitié inférieure du fuselage central
Drapeau du Japon Mitsubishi Heavy Industries Construction des ailes
Drapeau de l'Italie Alenia Aeronautica Construction du stabilisateur horizontal (envergure 19,50 m) et du haut du fuselage central
Drapeau des États-Unis Vought Fuselage arrière de l’appareil
Drapeau de la Suède Saab Portes cargos et d'accès
Drapeau de la France SMAC Protection acoustique de la cabine de l'avion

Le tableau montre que les équipementiers français ont été nombreux à être sélectionnés par Boeing pour réaliser cet avion. C'est en grande partie dû au fait qu'ils ont d'abord été fournisseurs d'Airbus depuis des décennies et donc associés de près aux nombreuses innovations réalisées par l'avionneur européen, et qu'ils ont su relever les défis énumérés par le directeur des achats de Boeing il y a une vingtaine d'années[38].

C'est aussi probablement une conséquence de la nomination de Yves Galland, ancien ministre (notamment de l'Industrie, et délégué aux Finances et au Commerce extérieur, de 1995 à 1997), puis président de Boeing France, en mai 2003.

Incidents et accidents[modifier | modifier le code]

Dans les mois suivant sa mise en service, le Boeing 787 a connu plusieurs incidents. Au 23 juillet 2013, on en dénombrait quatorze[39]. Plusieurs concernaient une surchauffe de batteries, ayant entraîné l'arrêt de tous les vols de l'avion pendant plusieurs mois.

  • Le , encore à Logan, une fuite de carburant force un autre 787 de la Japan Airlines à annuler son décollage[40].
  • Le , la Japan Airlines annule ses vols intérieurs, invoquant des problèmes de freinage[40].

Dans la même semaine, la compagnie All Nippon Airways annonce qu'un 787 se pose d'urgence à Matsuyama, à la suite de l'apparition d'une fissure sur le pare-brise du cockpit. Une fuite de carburant est également observée par la même compagnie sur un autre 787 à Miyazaki[40].

  • Le , l'administration de l'aviation civile des États-Unis, la FAA, ordonne une inspection détaillée de l'ensemble des systèmes critiques de l'appareil[40],[41].
  • Le , les deux principaux clients du Dreamliner All Nippon Airways et Japan Airlines clouent au sol leurs B787 à la suite d'un atterrissage d'urgence durant la nuit[42]. Les États-Unis, l'Inde et le Chili interdisent aussi les vols, les vols sont interdits partout dans le monde le jour même[43],[44],[45].
  • Le , après plusieurs essais en vols sur les nouvelles modifications apportées à leurs batteries Litihium-ion, la FAA a approuvé les modifications apportées aux batteries des 787 Dreamliner de l'avionneur Boeing après plusieurs tests en vol[réf. nécessaire].
  • Le , le four servant à la préparation des repas d'un appareil de la compagnie Air India surchauffe lors d'un vol intérieur et dégage un important nuage de fumée à l'intérieur de la cabine passager. Une enquête est demandée par l'aviation civile indienne. Le même jour, la compagnie All Nippon Airways annonce avoir détecté des câbles de batterie endommagés sur les balises de secours de deux appareils, pouvant entraîner la mise hors service de ces balises[49].
  • Le , un appareil de la compagnie Japan Airlines effectuant un vol entre Moscou et Tokyo a dû rebrousser chemin à la suite d'une défaillance électrique à bord de l'appareil, ayant pour conséquence la mise hors service de l'ensemble des toilettes à bord, ainsi que l'alimentation électrique des fours pour les repas à bord[51].
  • Le , après son atterrissage à Bangalore en Inde, l'équipage d'un appareil de la compagnie Air India a constaté qu'une plaque de fuselage de 2,5 × 1,2 m s'était détachée sous la carlingue de l'appareil[52].
  • Le 4 novembre 2013, un 787 d'Air India est contraint à un atterrissage prioritaire en raison d'un voyant signifiant un problème dans le système de freinage. Il y avait 184 passagers à bord de l'avion.
  • Le 25 novembre 2013, l'avionneur américain demande aux compagnies aériennes utilisant le 787 d'éviter de s'approcher à moins de 93 km des nuages d'orages susceptibles de contenir des cristaux de glace, par suite de l'enregistrement de six cas de givrage moteurs entre avril et novembre, entraînant une perte de puissance des moteurs. À la suite de ce communiqué, la compagnie Japan Airlines annonce qu'elle retire ses 787 des lignes Tokyo-Sydney, Tokyo-Singapour et Tokyo-New Delhi[54].
  • Le 14 janvier 2014, un appareil de la compagnie Japan Airlines est contraint d'annuler son vol à destination de Bangkok à la suite de la découverte d'un dégagement de fumée provenant d'une des batteries lors du contrôle avant embarquement à l'aéroport de Tokyo-Narita[55].
  • Le , un appareil de la compagnie Air India s'est vu dans l'obligation d'interrompre son vol à la suite d'une défaillance logicielle[56].
  • Le , un appareil de la Japan Airlines effectuant la liaison Tokyo - San Francisco s'est posé en urgence à Honolulu, en raison d'une fuite d'huile de l'un des moteurs[57].
  • Le , un avion de la compagnie norvégienne Norwegian effectuant la liaison Stockolm - Los Angeles a dû interrompre sa phase de montée et faire demi-tour à la suite du déclenchement d'une alarme sur les volets[58].
  • En octobre 2015, un avion de la compagnie Ethiopian Airlines immatriculé ET-ARF, vol ET500, est contraint de faire demi-tour après son escale à Dublin. Les pilotes ont été alertés d'un problème technique sur l'un des deux réacteurs de l'appareil. L'appareil s'est posé sans souci à l'aéroport international de Dublin vers h 35, heure locale[59],[60].
  • Le , un Boeing 787-8 d'Air Canada effectuant la liaison Montréal-Shanghai a dû se poser d'urgence après une défaillance d'un moteur.
  • Le , le vol NZ99 de la compagnie Air New Zealand effectuant la liaison Auckland - Tokyo a dû rebrousser chemin 20 minutes après le décollage, à la suite d'un bruit audible par les passagers. L'atterrissage s'est déroulé normalement sans que les mesures d'urgences, déjà prêtes à intervenir, n'aient à le faire[61].
  • Le , un Boeing 787-900 Dreamliner opérant le vol United Airlines 99 qui reliait Melbourne à Los Angeles a dû faire un atterrissage d'urgence après l'apparition de fumés dans le cockpit, selon ladepeche[62].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

L'avion a été montré au cinéma avant sa certification dans le film The Ghost Writer. Bien qu'en images de synthèse, l'appareil virtuel était aux couleurs de la compagnie Virgin Atlantic.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le E pour efficacité[réf. nécessaire]
Références
  1. Science et Vie, , p. 10.
  2. a b et c (en) « Boeing Commercial Airplanes prices », Boeing (consulté le 8 novembre 2013)
  3. a b c d et e (en) Boeing, « 787 Model Summary », sur active.boeing.com, (consulté le 12 mai 2020)
  4. (en) « World Airliner Census 2019 », Flight International,‎ , p. 42 (lire en ligne).
  5. Boeing livre, enfin, son premier 787, Usine nouvelle (lire en ligne).
  6. Le Figaro, Économie, , p. 25.
  7. Lancesseur 2009
  8. a et b Chambost 2011
  9. (en) « Jet Prices », sur boeing.com (consulté le 11 septembre 2014)
  10. http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE67Q04D20100827
  11. Premier vol sans escale entre l'Australie et la Grande-Bretagne sur francetvinfo.
  12. (en) Air Tahiti Nui Flies The World’s Longest Domestic Flight At 16 Hours!, Simple Flying, 16 mars 2020.
  13. (en)boeing.com 787
  14. Europe Agenda 2010 : Le révolutionnaire Boeing 787, réussite commerciale exemplaire ou futur échec économique retentissant ?
  15. « Les Etats-Unis demandent une réparation «urgente» du Boeing 787 », sur 20minutes.fr (consulté le 23 avril 2016)
  16. (en)flightglobal.com 7 novembre 2008.
  17. (en)boeing.com
  18. (en)Boeing Postpones 787 First Flight.
  19. reuters.com 29 octobre 2009.
  20. aeroweb.fr 12 novembre 2009.
  21. aerocontact.com 15 décembre 2009.
  22. Agence France-Presse, « Premier vol test pour le « Dreamliner » de Boeing », Cyberpresse (consulté le 16 décembre 2009).
  23. lapresseaffaires.cyberpresse.ca 18 juillet 2010
  24. cyberpresse.ca 10 novembre 2010
  25. (en) The Seattle Times, NW Source (lire en ligne), « Long-delayed 787 wins FAA approval to enter service »
  26. les premiers B787 d’ANA plus lourds que prévu
  27. Flight Global, 29 novembre 2011, "787 GEnx certification to slide to 2012".
  28. « Boeing : le 787-9 Dreamliner certifié par la FAA, l'AESA » (consulté le 6 octobre 2015)
  29. « Le premier Boeing 787-9 Dreamliner remis à Air New Zealand » (consulté le 6 octobre 2015)
  30. « 787 Dreamliner: Program Fact Sheet », sur boeing.com
  31. CAPITAL, novembre 2011, pages 78, 80.
  32. Le Figaro, section ÉCONOMIE, page 25, mardi 27 septembre 2011.
  33. (en) « Boeing B787-9 », sur https://groundspeedrecords.com/ (consulté le 1er avril 2019).
  34. « Un avion de ligne frôle la vitesse du son », sur Usine nouvelle, (consulté le 1er avril 2019).
  35. (en) boeing.com
  36. boeing.com 7 janvier 2010
  37. a et b (en) Boeing, « Orders & Deliveries » [« Commandes et livraisons »], sur boeing.com (consulté le 12 mai 2020).
  38. Les équipements aéronautiques civils, Denis Ranque, dans "La jaune et la rouge"
  39. Dreamliner, le plomb dans l'aile de Boeing, lemonde.fr
  40. a b c d et e Boeing 787 : la FAA ordonne une inspection détaillée, Quebecor Média (lire en ligne)
  41. Enquête « approfondie » sur le Boeing 787
  42. ANA et JAL décident de clouer leurs B787 Dreamliner au sol., TourMag.com (lire en ligne)
  43. Les Boeing 787 cloués au sol
  44. [1] Tous les Boeing 787 «Dreamliner» interdits de vol
  45. Les Boeing 787 Dreamliner tous interdits de vols. TF1
  46. [2], le 21 janvier 2013
  47. Incendie d'un Boeing 787 d'Ethiopian Airlines, Aeroweb-fr.net, le 12 juillet 2013
  48. Les enquêteurs se penchent sur l'incendie à bord d'un 787 à Heathrow, La Libre Belgique en ligne, 13 juillet 2013
  49. « Nouveaux incidents pour le Boeing 787 », sur journal-aviation.com,
  50. « Bangkok : un Airbus A 330-300 dérape, 14 passagers blessés », sur leparisien.fr, site du quotidien Le Parisien, 9 septembre 2013.
  51. Un Boeing 787 de Japan Airlines fait demi-tour à cause d'un problème de toilettes, Le Parisien en ligne, 10 octobre 2013
  52. « Inde - Un boeing 787 perd un bout de fuselage en vol », sur le parisien,
  53. Un 787 de la compagnie LOT cloué au sol à Bangkok http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0IQ4K520131105
  54. [3]
  55. [4]
  56. http://www.leparisien.fr/economie/boeing-panne-informatique-en-plein-vol-sur-un-dreamliner-787-06-02-2014-3565751.php
  57. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/09/97001-20140309FILWWW00074-un-boeing-787-atterrit-d-urgence-a-honolulu.php
  58. « Retour cause problème de volets d'un avion de Norwegian », sur crash-aerien.aero
  59. Crash-Master, « Retour cause panne moteur d'un avion de Ethiopian Airlines », CRASH-AERIEN.AERO,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)
  60. (en) John Hutchinson, « Ethiopian Airlines Dreamliner declares emergency over the Atlantic », Mail Online,‎ (lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)
  61. (en) « Tokyo-bound Air New Zealand flight forced to return after engine problems », NZ Herald,‎ (ISSN 1170-0777, lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  62. « Nouvelle-Calédonie : un Boeing United Airlines se pose en urgence à cause de fumée dans le cockpit », sur ladepeche.fr, ladepeche,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Lancesseur, « B787 – A350 XWB : le grand match », Science & Vie Hors Série, no Spécial aviation 2009,‎ , p. 28-37
  • Germain Chambost, « Dreamliner : les raisons d'un fiasco industriel », Science & Vie Hors Série, no Spécial aviation 2011,‎ , p. 52-55
  • René Jacquet-Francillon, Du Comet à l'A380 : Histoire des avions de ligne à réaction, Clichy, Larivière, coll. « Docavia » (no 53), , 445 p. (ISBN 2-84890-047-4, EAN 9782848900476), p. 444-445

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]