Duché de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Duché de Bavière

Herzogtum Bayerns (de)

907 – 1623

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le duché de Bavière dans le Saint-Empire (1618)
Informations générales
Statut Duché
Capitale Ratisbonne
Munich
Langue allemand
Religion Église catholique romaine

Le duché de Bavière (en allemand : Herzogtum Bayerns) était un des cinq duchés ethniques germaniques de la Francie orientale. Il était une ancienne principauté allemande qui fut membre du Saint-Empire romain germanique puis rattaché à l'Électorat de Bavière. Le duché médiéval couvrait la partie du sud-est de l'Allemagne. Sa capitale était la ville de Ratisbonne, puis Munich.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier duché (VIe – VIIIe siècles)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Premier duché de Bavière.

À la fin des migrations des peuples, vers l'an 550, le territoire de l'actuel État libre de Bavière était occupé par trois tribus : les Baiern, qui ont donné leur nom au pays (Bavière se dit Bayern en allemand), les Francs et les Suèves. Tandis que l'actuelle Bavière du Nord tombait sous la souveraineté des Francs, les Alamans et les Bavarois formaient, au sud, des territoires souverains séparés par la rivière Lech.

À l'époque mérovingienne, la Bavière sous la dynastie des Agilolfing faisait partie des royaumes francs, néanmoins la faiblesse croissante de la royauté permettra les ducs de préserver leur autonomie. Tout cela a changé avec l'arrivée au pouvoir de Charlemagne, qui a destitué le duc Tassilon III en 788. Les Carolingiens dirigeaient les peuples par des vicaires; certains, comme Louis II de Germanie, ont pris le titre de « roi de Bavière » . Sous le règne du roi Arnulf, la Bavière avec la marche de Carantanie (Carinthie) devenue un centre du pouvoir en la Francie orientale.

Deuxième duché[modifier | modifier le code]

La Bavière au Xe siècle, avec le margraviat d'Autriche, le duché de Carinthie au sud-est et la marche de Vérone au sud

Pendant la chute de la dynastie carolingien, un deuxième duché de Bavière èmergea. En 907, le margrave Léopold de Bavière tomba sur le champ de la bataille de Presbourg en luttant contre les Magyars. Son fils Arnulf prit sa suite, attesté comme « duc de Bavière » . Après la victoire à la bataille du Lechfeld en 955, le duché renouvelé s'étendait loin vers l'est et le sud, jusqu'à la Carinthie actuelle, en Basse-Autriche, en Carniole et en l'Istrie dans Haute-Italie. Mais le cœur du pays se situait sur le Danube. Aux Xe et XIIe siècles, ces territoires ont donné naissance aux duchés de Bavière, de Carinthie et d'Autriche. Le principal siège ducal était Ratisbonne.

Gouverné par une branche collatérale des Ottoniens, le duché fait l'objet des conflits au sein de la famille royale. En 976, l'empereur Otton II du Saint-Empire a destitué son cousin, le duc Henri II de Bavière, dit le Querelleur, et sépara le duché de Carinthie avec la marche de Vérone, ainsi que le margraviat d'Autriche donné a la maison de Babenberg - tous ensemble couvrant près de la moitié du territoire. En 1002, le duc Henri IV a été élu Roi des Romains (comme Henri II); en suivant, des familles comtales, comme les Andechs et les Wittelsbach, pouvaient parvenir à une position de force.

Pendant la querelle des Investitures entre l'empereur et le pape, les ducs de la dynastie de Welf, institués par le roi Henri IV en 1070, ont considérablement consolidé leur position. Néanmoins, ils rentraient en conflit avec la dynastie royale de Hohenstaufen et en 1139, après l'élection du roi Conrad III, la maison de Babenberg reçoit le duché de Bavière. L'empereur Frédéric Barberousse restaura le tritre de duc et rendit la Bavière, quoique reduite pour le nouveau duché d'Autriche, à Henri le Lion. Le conflit n'était pas clos; en 1180, Henri a été destitué et l'ancien duchés ethnique se morcelait.

Évolution territoriale[modifier | modifier le code]

Aux XIVe et XVe siècles, la Bavière a été morcelée par de nombreux partages. Il faut attendre le règlement successoral adopté en 1506 pour que le duché se transmette sans partage au premier fils né de lignée masculine. Il en est resté ainsi jusqu'au XIXe siècle.

Les thèses de Martin Luther ont trouvé beaucoup d'adeptes jusque dans les villes de l'actuelle Bavière. Ainsi, la ville d'Augsbourg est liée à la « confession d'Augsbourg », profession de foi des États protestants présentée à la Diète d'Empire en 1530, ainsi qu'à la « paix d'Augsbourg » de 1555 qui confiait au prince le soin de décider de la religion de ses sujets. Les souverains bavarois, Maximilien Ier notamment (1598-1651), ont imposé le catholicisme au pays à l'époque de la Contre-Réforme.

Consulter également[modifier | modifier le code]