Ville libre d'Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant l’Allemagne
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et l’Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Carte des Villes libres du Saint-Empire romain germanique en 1648.

Une ville libre d'empire (Freie Reichsstadt) désigne sous le Saint-Empire romain germanique, jusqu'en 1806, une ville directement subordonnée à l'Empereur et non à un État membre, grâce à l'Immédiateté impériale. Ces villes libres constituaient ainsi de véritables républiques.

Ville impériale et Ville libre[modifier | modifier le code]

Il existait à l'origine une différence entre ville d'Empire (Reichsstadt) et ville libre (freie Stadt). Dans le premier cas, il s'agissait de villes appartenant au roi ou à l'empereur, souvent de petites villes du sud-ouest de l'Allemagne comme Memmingen, Kaufbeuren, Pfullendorf, Wimpfen, Dinkelsbühl, Feuchtwangen, Rothenburg, Schwäbisch Hall, Mulhouse et Colmar, qui s'étaient vues accorder l'immédiateté, surtout à l'époque des empereurs de la dynastie des Staufen. Dans le deuxième cas, il s'agissait de villes épiscopales comme Lübeck, Utrecht, Cologne, Augsburg, Mayence (jusqu'en 1462), Worms, Spires, Strasbourg, Bâle et Ratisbone, qui s'étaient libérées progressivement de l'emprise de leur prince-évêque, généralement au prix de luttes s'étendant sur plusieurs générations. Contrairement aux villes d'Empire, c'est dernières villes n'étaient pas tenues de contribuer en hommes et en argent aux croisades et autres guerres menées par l'empereur. À la fin du Moyen-Âge le statut ainsi que les droits et obligations des deux types de villes s'étaient plus ou moins confondu; on parlait alors de villes libres et d'Empire (Freie und Reichsstädte), puis de villes libres d'Empire (Freie Reichsstädte).

Ces villes d'Empire régies directement par l'empereur forment une exception politique et juridique dans le sens où l'appartenance aux états impériaux n'est pas liée à une personne mais à une ville en tant qu'ensemble représenté par un conseil. À partir de 1489 elles avaient des représentants au Reichstag. Cependant on voit que toutes n'avaient pas le droit de siéger à la Diète d'Empire car seuls trois quarts des 86 villes d'Empire citées par la Matricule de 1521[1] siègent à la diète. Pour les autres, l'appartenance aux états impériaux n'a jamais été octroyée.

Liste des villes libres d'Empire[modifier | modifier le code]

Constitution faisant de Heilbronn une ville libre d'Empire en 1371

Villes libres rattachées à la France[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes libres d'Empire ont été rattachées à la France, perdant ainsi ce statut :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Helmut Neuhaus, p.34.

Article connexe[modifier | modifier le code]