Duché de Franconie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Duché de Franconie
Herzogtum Franken allemand

906 – 1196

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le duché de Franconie (Est et Ouest) vers l'an 1000.
Informations générales
Statut Monarchie et duché ethnique
- Charlemagne denier Mayence 812 814.jpg Empire carolingien (906-911)
- KonradSiegel.jpg Francie orientale (911-962)
- Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire (962-1196)
Capitale Worms
Wurtzbourg
Langue allemand
Religion Église catholique romaine
Histoire et événements
906 Formation par Conrad le Jeune.
939 Confisqué par Otton Ier.
1116 Conrad de Hohenstaufen est duc de Franconie.
1168 Le titre ducal est conféré aux prince-évêques de Wurtzbourg.
1196 Mort de Conrad de Rothenbourg.

Entités précédentes :

Le duché de Franconie (en allemand : Herzogtum Franken) était un des cinq duchés ethniques germaniques de la Francie orientale, fondé au Xe siècle. Ce duché médiéval couvrait la partie centrale de la Germanie. Il s'étendait sur les états allemands contemporains de Hesse et la région adjacente du Palatinat sur les bords du Rhin jusqu'au nord de Bade-Wurtemberg (la « Franconie rhénane »), ainsi que le territoire actuel de la région de Franconie en Bavière, sur les rives de la rivière Main, jusqu'au Rennsteig en Thuringe.

Très tôt, sous la dynastie de Hohenstaufen au XIIe siècle, l'ancien duché ethnique a cessé d'exister. L'empereur Frédéric Barberousse donne aux prince-évêques de Wurtzbourg le titre de « duc de Franconie » en 1168, ensuite le centre de l'entité territoriale se déplace vers l'est dans l'actuelle région de Franconie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle la partie orientale de cette contrée formait le centre du royaume des Thuringes. Vers l'an 531, elle fut conquise par les Francs sous le rois Thierry Ier et Clotaire Ier, et le territoire se retrouve intégré dans le royaume d'Austrasie. Quand, au début du Xe siècle, le duché de « Franconie » a été créé au sein de la Francie orientale (Ostfrankenreich), le nom vient des Francs (en allemand, Franken est utilisé pour désigner à la fois les Franconiens modernes et les Francs historiques).

La grande majorité des Francs ethniques, répartis entre Saliens et Ripuaires, ont été confinés respectivement aux Pays-Bas, à la pointe nord-est de la France moderne et sur les rives du Rhin, à proximité du Main et de la Hesse. Cependant, une élite franque, dispersée dans tout l'empire carolingien, a donné son nom à la Franconie.

Formation[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, l'identité franque est progressivement passée d'une identité ethnique à une identité nationale. On a cessé d'appeler les Francs d'origine « Francs », y compris par eux-mêmes. Par contre, certains groupes de personnes, qui n'étaient pas des Francs, mais gouvernés par la noblesse franque, commencèrent à utiliser cette appellation pour désigner les terres et les gens.

Carte du Saint-Empire vers l'an 1000, avec les duchés ethniques de l'ancienne Francie orientale en vert.

Sous le règne de Louis l'Enfant, le dernier roi des Carolingiens dans la Francie orientale, à partir de 900, le duché ethnique est apparu dont les possesseurs se rendirent de bonne heure indépendants. L'un d'eux, Conrad le Jeune, fils du comte Conrad de Lahngau de la dynastie des Conradiens, fut élu roi de Germanie en 911, et laissa son duché à son frère Eberhard (de), tué en 939 à la bataille d'Andernach. Alors qu'il n'appartenait pas à la dynastie carolingienne, Conrad et ses successeurs de la dynastie des Ottoniens s'appelaient « rex francorum », en conformité avec la loi salique.

Après la révolte et le décès du duc Eberhard, le roi Otton Ier assume la souveraineté immédiate sur son duché. En 939, il était partagé en deux: la Franconie rhénane (Francia Rhenensis) sur le Rhin, avec Worms comme capitale, et la Franconie de l'Est (Francia Orientalis) sur le Main, avec le centre à Wurtzbourg. Les origines des dynasties franconiennes des Conradiens et Saliens, rois de Romains et empereurs romains germaniques remontent aux domaines rhénans; alors que les territoires sur le Main correspondent à la région actuelle de Franconie.

En 955, le prince salien Conrad le Roux a pris le commandement des troupes de Franconie et périt en combattant les Huns, en réalité les Magyars ou Hongrois, à la bataille du Lechfeld et enterré à la cathédrale de Worms. Son fils Othon de Worms, encore mineur, regna sur de vastes régions en la Franconie rhénane; il fut duc de Carinthie en 978.

En 1024, Conrad II le Salique, petit-fils d'Othon et 6° duc de Franconie, est élu roi de Germanie puis couronné empereur en 1027 à Rome. Il devint ainsi chef de la maison impériale de Franconie qui, après lui, donna encore trois souverains à l'empire : Henri III (1039), Henri IV (1054) et Henri V (1106). Quant au duché de Franconie, Conrad II le Salique l'avait cédé en 1027 à son cousin Conrad le Jeune; mais ce prince, s'étant révolté contre lui, fut dépouillé de ses États. Son duché revint au roi et, après sa mort en 1039, est resté indéfiniment divisé.

Dissolution[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1116, l'empereur Henri V a conféré le titre de « duc de Franconie » à son neveu Conrad de Hohenstaufen. Néanmoins, Conrad régna seulement sur la Franconie de l'Est (la région actuelle de Franconie) où il entra peu après en conflit avec l'évêque Erlung de Wurtzbourg. Élu roi des Romains en 1138, il laissa ses domains franconiens à sa mort en 1152 à son fils Frédéric de Rothenbourg, duc de Souabe. À la mort de ce dernier en 1167, son cousin, l'empereur Frédéric Barberousse, donna la Souabe à son propre fils Frédéric V. Il accorda le titre de « duc de Franconie » aux évêques de Wurtzbourg, tandis que les domains ont été décernés au fils cadet Conrad de Rothenbourg, qui aussi devint duc de Souabe après le décès de Frédéric V. À la mort de Conrad en 1196, son frère Philippe de Souabe hérite seul de la propriété et du titre, avant de devenir empereur en 1198.

Ce dernier, par ses libéralités, mit fin à l'existence du duché de Franconie en le morcelant en plusieurs fiefs qui devinrent États souverains. Le duché ne subsista plus dès lors que nominalement ; les débris en furent conférés aux burgraves de Nuremberg, mais le titre resta aux évêques de Wurtzbourg.

États issus[modifier | modifier le code]

En 1387, le roi Venceslas donna le nom de « Thuringe-et-Franconie » à l'un des 4 cercles dans lesquels il divisa l'Allemagne. À partir de 1440, le margrave Albert III Achille de Brandebourg essayait de récupérer la souveraineté d'un duc de Franconie pour la maison de Hohenzollern; néanmoins cette tentative échoue devant la résistance de la ville impériale de Nuremberg.

La cercle de Franconie dans le Saint-Empire.

En 1512, l'empereur Maximilien Ier forma de la Franconie un des dix cercles définitifs du Saint-Empire romain, entre ceux de Bavière, Souabe, Bas-Rhin-Westphalie, Haut-Rhin, Saxe, Basse-Saxe, Autriche, Bourgogne et le cercle électoral du Rhin. Le cercle de Franconie était l'un des moins importants pour l'étendue, mais un des plus florissants de l'empire. Il comprenait les évêchés de Bamberg, de Würtzbourg, d'Eichstätt, la maîtrise de l'Ordre Teutonique à Bad Mergentheim, les États princiers de Brandebourg-Bayreuth, Brandebourg-Ansbach, Henneberg-Schleusingen, Henneberg-Rœmhild, Henneberg-Schmalkalden, Löwenstein-Werthheim, Hohenlohe-Waldenbourg, les villes impériales de Nuremberg, Rothenburg ob der Tauber, Bad Windsheim, Schweinfurt, Weissenburg, outre plusieurs comtés, entre autres celui de Hohenlohe.

Pendant la guerre de Trente Ans, on essaya un instant de reconstituer le duché de Franconie en faveur du duc Bernard de Saxe-Weimar.

Après la dissolution du Saint-Empire, en 1814, la plus grande partie de la Franconie échut à la Bavière : elle y forma les cercles de Haute-Franconie, Basse-Franconie et Moyenne-Franconie ; le reste fut partagé entre le Wurtemberg, le grand-duché de Bade, la Hesse-Electorale et la Hesse-Darmstadt, la Prusse et les duchés de Saxe, qui le possèdent encore au XIXe siècle.

Liste des ducs[modifier | modifier le code]

De 939 à 1115 le titre est entre les mains des empereurs Ottoniens puis Saliens:

En 1115 l'empereur Henri V en investit Conrad le fils cadet de Frédéric Ier de Souabe ;

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.