Henri II de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri II de Bavière
Henry II of Bavaria2.jpg

Henri II de Bavière

Biographie
Naissance
ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Famille
Père
Mère
Judith de Bavière (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sœurs
Hedwig de Souabe (d)
Gerberga II (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Henri II
Gisèle de Bavière
Bruno d'Augsbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henri II de Bavière dit le Querelleur (né en 948 mort le 28 août 995) duc de Bavière de 955 à 976 puis de 985 à 995.


Origine et famille[modifier | modifier le code]

Fils cadet du duc Henri Ier, le jeune frère de Othon Ier de Germanie, empereur en 962, et de son épouse Judith, Henri succède à son père à l'âge de quatre ans sous la régence de sa mère. Sa sœur Hadwige épouse le duc Burchard III de Souabe en 954. En 972 Henri épouse lui-même la princesse Gisèle de Bourgogne[1], elle-même nièce de l'impératrice Adelaïde.

Révoltes[modifier | modifier le code]

Allié à Boleslav II de Bohême et à Mieszko Ier de Pologne, il se révolte dès la mort d'Otton Ier contre l'empereur germanique Otton II, son cousin, qui finit par le déposer de son duché de Bavière en 976 et l'emprisonner. En 983, à l'annonce en Allemagne du décès de l'empereur, il obtient sa libération et s'empare d'Otton III, âgé de trois ans, dont il compte exercer la tutelle. Il s'allie même un temps avec le roi Lothaire de France. Mais le parti de l'impératrice Théophano, la mère de l'enfant, triomphe en 984. La paix faite, Henri récupère son duché de Bavière qu'il dirige jusqu'à sa mort en 995. Il épouse la princesse Gisèle de Bourgogne, et est le père de l'empereur Henri II et de Gisèle, épouse d'Étienne, le premier roi de Hongrie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burgundy and Provence, 879-1032, Constance Brittain Bourchard, The New Cambridge Medieval History: Volume 3, C.900-c.1024, ed. Rosamond McKitterick and Timothy Reuter, (Cambridge University Press, 1999), 342.