Conrad III de Hohenstaufen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conrad III.
Conrad III
Miniature de Conrad III dans la Chronica regia Coloniensis.
Miniature de Conrad III dans la Chronica regia Coloniensis.
Titre
Roi des Romains
11381152
Couronnement
Aix-la-Chapelle
Prédécesseur Lothaire de Supplinbourg
Successeur Frédéric Barberousse
Roi d'Italie
11281133
Prédécesseur Henri V
Successeur Frédéric Barberousse
Biographie
Dynastie Hohenstaufen
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Bamberg
Sépulture Cathédrale de Bamberg
Père Frédéric Ier de Souabe
Mère Agnès de Franconie
Conjoint (1) Gertrude de Comburg
(2) Gertrude de Sulzbach
Enfant(s) Henri Bérenger
Frédéric IV
Liste des rois de Germanie

Conrad III, né en 1093 et mort le 15 février 1152 à Bamberg, est le premier membre de la maison de Hohenstaufen à avoir été élu roi des Romains en 1138. Il règne de 1138 à sa mort en 1152 sans jamais avoir été couronné empereur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Conrad est le second fils du duc de Souabe Frédéric Ier et de son épouse Agnès de Franconie. Par sa mère, il est le neveu de l'empereur Henri V. Il reçoit le titre de duc de Franconie vers 1116 et le conserve jusqu'à sa mort.

À la mort d'Henri, en 1125, Conrad et son frère aîné Frédéric le Borgne sont candidats à la succession impériale, mais c'est le duc de Saxe Lothaire de Supplinbourg qui remporte les suffrages des électeurs. Pour avoir contesté l'élection de Lothaire, Frédéric est mis au ban de l'Empire, mais il parvient à réunir suffisamment de soutiens pour faire élire Conrad antiroi le 18 décembre 1127 à Nuremberg. Conrad franchit les Alpes pour être sacré roi d'Italie par l'archevêque de Milan Anselme V de Pusterla. Il finit par se soumettre à Lothaire en 1133.

Bien que Lothaire ait désigné le duc de Saxe Henri le Superbe comme successeur, les électeurs choisissent Conrad après sa mort, le 4 décembre 1137. Il est sacré roi de Germanie par le légat pontifical Dietwin le 7 mars 1138 à Aix-la-Chapelle. Henri le Superbe ayant refusé de se soumettre, il est mis au ban de l'Empire et ses domaines sont redistribués : Albert l'Ours reçoit la Saxe et Léopold IV de Babenberg reçoit la Bavière. Après une révolte des Saxons, restés fidèles à la dynastie des Welf, Conrad accepte d'inféoder la Saxe à Henri le Lion, le fils d'Henri le Superbe, en 1142.

Conrad participe à la deuxième croisade. Il part de Ratisbonne en mai 1147, rencontre l'empereur Manuel II à Constantinople, mais ses troupes sont anéanties à Dorylée, en Asie mineure, le 25 octobre. Il rejoint le roi de France Louis VII et part pour Saint-Jean-d'Acre au printemps 1148. L'échec du siège de Damas, au mois de juillet, incite le roi à prendre le chemin du retour. Il repart pour Constantinople le 8 septembre.

Jamais sacré empereur, Conrad utilise le titre de « roi des Romains » jusqu'à sa mort. Lorsque son fils aîné Henri Bérenger trouve la mort, en 1150, il désigne son neveu Frédéric Barberousse pour lui succéder.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Conrad III épouse en premières noces Gertrude de Comburg (morte vers 1130-1131), fille du comte Henri de Rothenburg. Ils ont au moins deux filles :

  • Berthe, abbesse d'Erstein en 1153 ;
  • Gertrude.

Veuf, Conrad III se remarie avec Gertrude de Sulzbach, fille du comte Bérenger Ier de Sulzbach. Ils ont au moins deux fils :

Bibliographie[modifier | modifier le code]