Comté de Tyrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyrol.
Comté de Tyrol

1140–1919

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Le comté de Tyrol (en rouge).

Informations générales
Statut Comté du Saint-Empire romain germanique
Capitale Merano
Innsbruck (à partir de 1420)
Histoire et événements
1140 Création
1919 Division du comté

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le comté de Tyrol était un comté du Saint-Empire romain germanique, ayant pour capitale la ville de Merano puis à partir de 1420, Innsbruck. C'est en 1140 que naît le comté. Cet État a existé pendant plus de 750 ans, jusqu'à sa division en 1919 par le traité de Saint-Germain-en-Laye.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Tyrol est à l'origine un comté fondé par Albert Ier comte dans le Vintschgau. Sa lignée s'éteint avec Albert IV († 1253) qui ne laisse que deux filles :

  • Elisabeth († 1256) qui hérite d'Innthal, épouse successivement Otto II de Méranie († 1248) et Gebhard de Hirschberg († 1275) leur fils Genhard († 1305), cède Innthal au Tyrol en 1284.
  • Adelaïde († 1275) qui épouse Meinhard III de Goritz († 1258) comte de Goritz

Les deux fils d'Adelaïde et de Meinhard III, règnent d'abord en indivision avant de se partager l'héritage en 1271; l'ainé Meinhard de Goritz hérite du Tyrol et devient duc de Carinthie en 1286 pendant que le cadet Albert II († 1304) conserve le comté paternel de Goritz. Le fils de Meinhard IV , Henri de Goritz († 1335) épouse Anne de Bohême († 1313) , une héritière des Přemyslides et devient un temps roi de Bohême. La dynastie s'éteint en 1363 avec son petit fils Meinhard III de Bavière (ou V de Goritz) († 1363) et le Tyrol passe alors au duché d'Autriche, non pas par une conquête mais par un libre acte de la dernière comtesse du Tyrol et souveraine, Marguerite de Carinthie. Au XVe siècle, le Tyrol possède une constitution et un parlement où siégeaient sur un pied d'égalité bourgeois, paysans et nobles, le servage n'y existant pas. Les Habsbourg dispensent par la suite la région du service militaire. En 1809, les Tyroliens mettent Napoléon en échec, après qu'Andreas Hofer, un paysan, a soulevé la population ; il finit fusillé par les Français[1].

Liste des comtes de Tyrol[modifier | modifier le code]

Première dynastie[modifier | modifier le code]

  • avant 1055 : Albert Ier
  • 1055-1125 : Albert II
  • 1101-1165 : Albert III
  • 1165-1180 : Berthold
  • 1180-1202 : Henri Ier
  • 1202-1253 : Albert IV
  • 1253-1275 : Adelaïde épouse Meinhard III de Goritz (mort en 1258)

Dynastie de Goritz[modifier | modifier le code]

Dynastie de Habsbourg[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Sévilla, « Le Tyrol - L'appel des cimes », Le Figaro Magazine, semaine du 22 mai 2015, pages 72-81.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]