Maine angevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle.

Le Maine angevin est la partie du département de la Sarthe qui faisait partie de l'Anjou avant 1790. Le reste du département faisait quant à lui partie du Maine. Le Maine angevin correspond à une mince bande du territoire sarthois, étiré le long de la limite avec le Maine-et-Loire.

Ce territoire fait partie du Haut-Anjou et il compte notamment les villes de La Flèche et du Lude.

La Mayenne, tout comme la Sarthe, a été principalement formée de paroisses issues du Maine. Cependant, la bordure sud du département faisait elle aussi partie de l'Anjou. Cette région, qui prolonge le Maine angevin vers l'ouest, est appelée la « Mayenne angevine ».

Le « Pays du Maine angevin » est aussi le nom d'un ancien syndicat intercommunal de la Mayenne. Créé en 1984, il se trouvait en Mayenne angevine et il a fusionné avec d'autres intercommunalités en 2004 pour former la communauté de communes du Pays de Meslay-Grez[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les communes du Maine angevin.

Le Maine angevin occupe un territoire restreint, totalisant 26 communes. Ce territoire est compris entre la limite du Maine-et-Loire et la vallée du Loir et s'étire de Chenu à Parcé-sur-Sarthe. Le Maine angevin est intégralement compris dans l'arrondissement de La Flèche.

Les limites entre les provinces d'Ancien Régime peuvent varier selon les époques et les critères d'approche. Ainsi, les limites du diocèse du Mans ne correspondaient pas à celles de la province du Maine, et les pays d'élection, c'est-à-dire les circonscriptions fiscales, pouvaient chevaucher deux provinces. Les limites du Maine angevin peuvent donc fluctuer selon les points de vue.

Ainsi, de nombreuses paroisses du Maine faisaient partie du pays d'élection de La Flèche, comme c'est le cas d'Aubigné-Racan, Lavernat, Luceau, Pontvallain, Beaumont-Pied-de-Bœuf ou Sablé-sur-Sarthe. Des paroisses ont aussi changé de province au cours de l'histoire, comme Château-du-Loir, dans le Maine, qui fut aux mains des comtes de La Flèche du XIe siècle au XIIe siècle. Sablé-sur-Sarthe appartint de même aux comtes de Craon puis aux ducs d'Anjou[2].

Mareil-sur-Loir et Clermont étaient par ailleurs incluses dans la baronnie et sénéchaussée de La Flèche, en Anjou. C'était aussi le cas d'une partie de Luché-Pringé.

Les communes du Maine angevin sont[3],[4] :

Arthezé, Bazouges-sur-le-Loir, Bousse, Chenu, Courtillers, Cré-sur-Loir, Crosmières, Dissé-sous-le-Lude, La Bruère-sur-Loir, La Chapelle-aux-Choux, La Chapelle-d'Aligné, La Flèche (et les anciennes communes annexées de Saint-Germain-du-Val, Sainte-Colombe et Verron), Le Bailleul, Le Lude (et l'ancienne commune annexée de St-Mars-de-Cré), Louailles, Notre-Dame-du-Pé, Parcé-sur-Sarthe, Précigné, Pincé, Savigné-sous-le-Lude, Saint-Germain-d'Arcé, Thorée-les-Pins, Vaas, Villaines-sous-Malicorne et Vion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation », Pays de Meslay-Grez
  2. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Desaint et Saillant,‎
  3. Carte des Provinces du Maine et du Perche, Guillaume Delisle, 1719.
  4. Dictionnaire topographique du Maine, André René Le Paige, 1777